Ptah Ptah
logo

Redirection du site [30 - Jun - 09 @ 18:45]
   Sujet posté dans le thème: LIENS

 REDIRECTION DU SITE

Une saturation de spams m'a contraint à créer un nouveau site, faute de quoi ce travail de plusieurs années était condamné à la pure et simple suppression par l'hébergeur.

Nombre d'entre vous m'ont fait savoir qu'ils ne pouvaient plus le joindre. Ils pourront le retrouver à l'adresse suivante:

http://coeurdeptah.fr/wordpress/


 Commentaires [0]  


Pensées [13 - Apr - 09 @ 15:52]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Penser, vivre, mer peu distincte ;
Moi – ça – tremble,
Infini incessamment qui tressaille.

Ombres de mondes infimes,
ombres d'ombres
cendres d'ailes.

Pensées à la nage merveilleuse,
qui glissez en nous, entre nous, loin de nous,
loin de nous éclairer, loin de rien pénétrer ;

étrangères en nos maisons,
toujours à colporter
poussières pour nous distraire et nous éparpiller
la vie.

Henri Michaux
in " Plume "


 Commentaires [0]  


Reflets [12 - Apr - 09 @ 11:24]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
A ce point de très grand
Vertige où l'on est prêt de confondre
Le fond lorsque le ciel
Se révulse dans l'eau
Et agite les branchies qu'ont
Les arbres à la place
Ce temps faible où l'on se sent
Verser
Tomber sous le coup réversible
Du sens
Être le ciel et l'eau
Le vide au fond qui bée.......

Sophie Loizeau
in " Le Corps Saisonnier "


 Commentaires [0]  


Le vipereau [10 - Apr - 09 @ 12:08]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Il glisse contre la mousse du caillou comme le jour cligne à travers le volet. Une goutte d'eau pourrait le coiffer, deux brindilles le revêtir. Ame en peine d'un bout de terre et d'un carré de buis, il en est, en même temps, la dent maudite et déclive. Son vis-à-vis, son adversaire, c'est le petit matin qui, après avoir tâté la courtepointe et avoir souri à la main du dormeur, lâche sa fourche et file au plafond de la chambre. Le soleil, second venu, l'embellit d'une lèvre friande.
Le vipereau restera froid jusqu'à la mort nombreuse, car, n'étant d'aucune paroisse, il est meurtrier devant toutes. "

René Char
in " Commune présence "


 Commentaires [0]  


Nous [9 - Apr - 09 @ 00:44]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« Nous le chant silencieusement passe en nous c’est lui que nous entendons ensemble et qui nous déplace d’un lieu à un autre lieu ce chant est notre voyage. »


Henri Meschonnic



Uriel est venu le prendre par la main...

 Commentaires [0]  


J'ouvre le livre... [8 - Apr - 09 @ 18:05]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
J’ouvre le livre,
un peu comme
on ouvre une fenêtre
pour découvrir, dès l’aube,
un fragment de paysage.

Après je bénis le jour
Personne ne me voit. Je parle.
Je donne du pain aux morts.
Et je jette les dernières étoiles
au fond du puits

Jacques Josse
in " Vision claire d’un semblant d’absence au monde "


 Commentaires [0]  


Nommer [6 - Apr - 09 @ 10:54]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Nommer
Foudre et limon
Ciel et terre
Confondus

Se nommer
Dans le bref

Entre la lueur
D'un chant
Et les serres
De la nuit.

Andrée Chedid
in " Territoires du souffle "


 Commentaires [0]  


Assis, en automne, au village de la Grue verte [5 - Apr - 09 @ 12:10]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Le vent d’ouest se lève, la pluie va cesser,
Ciel immense, nul lambeau de nuage.
Dans la salle vide, inerte, on contemple les merveilles :
Parfum céleste des fruits du cannelier tombant à profusion

Yujong .(1544-1610)


 Commentaires [0]  


Ta voix [3 - Apr - 09 @ 22:42]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
une pensée de toi m’a effleuré
en chuchotant
Je ne fais que passer

C’était ta voix
ta voix de vent léger sur les dunes
ta voix de mer qui souffle sous une lune pâle
voix de pieds nus de feu de bois de citronnelle
de la mousse d’écume aux crêtes de la vague

ta voix traverse-temps qui tisse mon espace

Claude Roy
in " Les rencontres des jours "


 Commentaires [0]  


Hâleurs [2 - Apr - 09 @ 10:31]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
On marche dans la fêlure intime du monde
Ces soubresauts nés de la douleur primitive
Quelle est la voix qui le dira ? Quel sera
ce corps qui saura mener jusqu'à son terme la

Valse triste ?........

Frank Venaille
in " La Descente de l'Escaut "


 Commentaires [0]  


Un nuage vagabond traverse l'azur [1 - Apr - 09 @ 16:49]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Fin de printemps sur fleuve et lac, vent de la chute des fleurs,
Au coucher du soleil un nuage vagabond traverse l’azur,
A son aune on mesure la vanité du monde,
Dix mille affaires toutes oubliées dans un rire

Sonsu .(1543-1615)


 Commentaires [0]  


Ermitage de l'Illusion [31 - Mar - 09 @ 14:56]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Le corps semble une fleur de vide : nul lieu où le chercher,
Aux six fenêtres vent et lune embrassent pureté et vacuité.
Dans le néant on dirait l’être : à nouveau il n’est pas réel,
Quatre murs éclatants : un instant pour demeure empruntés.

Hyegun (1320-1376)


 Commentaires [0]  


La Torche [30 - Mar - 09 @ 12:33]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
La nuit vint, puis la neige aussi,
Sous la cape de neige une montagne.
A mille mètres de profondeur
sous la montagne il y a une torche,
qui brûle. Je la veux
en soleil pour ma nuit,
je veux l’impossible,
absolument

Pentti Holappa
in " Les Mots longs "


 Commentaires [0]  


Aucun chemin... [27 - Mar - 09 @ 14:29]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Il n’existe aucun chemin ;
la quête que nous poursuivons
repose en chaque chose approchée
en chaque instant qui délivre ses clartés.

Le temps ne s’écoule pas. Le temps
brûle à nos côtés, silencieux
et bordé de roc qu’il fissure
lentement, dans le désert intérieur.

Aucun chemin. Juste quelques pas
à la lisière de l’aube.

Hélène Dorion
in " D’argile et de souffle "


 Commentaires [0]  


Quoi d'autre... [26 - Mar - 09 @ 21:45]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Qu'en est-il d'une musique,
qui cesse de se faire entendre ;
et d'une brise qui cesse
de voler de-ci de-là ; et qu'en est-il,
d'une lumière qui s'éteint ?

Mort, dis, et toi, qu'es-tu d'autre que silence
calme et ombre ?

Juan Ramón


 Commentaires [0]  


Etreinte [25 - Mar - 09 @ 14:35]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
la bouche ouverte boit
le vent pluvieux toujours resurgissant,
le vent qui vient d'ailleurs
et porte en soi comme une absence
le silence pareil au germe jaillissant
hors du commencement sans visage et sans lieu :
respirer de nouveau, plonger dans le temps fabuleux des noces
où s'étreignent le jour et la nuit emmêlés.

Claude Vigée
in " Danser vers l'abîme "


 Commentaires [0]  


Ecriture [24 - Mar - 09 @ 14:25]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Écrire, c'est entrer en contact avec quelque chose de très lointain. A partir du moment où le moi ne commande plus, où la pensée consciente n'est plus seule à diriger l'écriture, le langage semble libérer une énergie qui doit être à la fois celle de sa matière même, une matière chargée de siècles de culture et d'histoire, et celle du corps, donc de l'inconscient qui, soudain, prend la parole. Vous touchez alors à quelque chose qui, tout en étant le présent même, est chargé d'un passé immémorial, comme la crête d'une lame de fond. Vous ne dominez plus votre langage, comme on dit, c'est lui qui vous domine. Toute distance s'évanouit. Or, plus vous entrez dans le langage, plus vous vous tenez au plus près de lui, plus il s'ouvre, plus il se creuse d'une profondeur infinie. Et c'est elle qui s'entend à travers votre voix.


Jacques Ancet
in " Chutes "


 Commentaires [0]  


Le Chemin [23 - Mar - 09 @ 10:19]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Ce n'est pas l'ombre que je cherche
Ni l'humble signe
De la halte sous les palmiers
Tranquilles ni l'eau ni l'ange
Gardien d'oasis
Je cherche le chemin qui dure
Toujours toujours toujours...

Anne Perrier
in " la Voie nomade "


 Commentaires [0]  


Double [22 - Mar - 09 @ 11:09]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Je parle d'est et d'ouest

je suis parole dans l'eau du miroir
sombre et clair

mon nom voilé ensemence
celui auquel je m'adresse

le dédouble

le fait parler au féminin.

Laurent Margantin
in " Cycle du Ginkgo "


 Commentaires [0]  


La voix... [21 - Mar - 09 @ 14:25]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...je suis au centre où plus rien n'existe
que la lumière d'une fenêtre
comme suspendue entre ici et là-bas
hier et demain j'écoute une voix
je ne la reconnais que trop tard
elle parlait entre deux silences
et ne m'a laissé que cet instant
sans visage où plus rien n'a de nom.


Jacques Ancet
in " Un morceau de lumière "


 Commentaires [0]  


Notre vie-sommeil [20 - Mar - 09 @ 23:45]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Là-bas, la blanche voile sombre, offerte
A quelque brise immatérielle,
Saura conduire notre vie-sommeil
Jusqu'aux lieux où les eaux se mêlent

Aux rives bordées d'arbres noirs,
Où les forêts inconnues s'accordent
Aux élans du lac vers plus d'être,
Afin de rendre le rêve complet.

Là-bas nous saurons bien nous cacher, disparaître,
Engloutis dans le vide liséré de la lune,
Ressentant que cela qui fait notre substance
En d'autres temps était musique.

Fernando Pessoa
in " Le violon enchanté "


 Commentaires [0]  


Clarté [19 - Mar - 09 @ 12:25]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"La clarté ne nait pas de ce que l'on imagine le clair mais lorsque
l'on prend conscience de l'obscur."

Carl Jung


 Commentaires [0]  


Dernière rencontre [18 - Mar - 09 @ 14:14]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Lorsque la mort viendra, aurai-je assez de paix en moi, et de désir, et de silence ? Faudra-t-il rencontrer pour la dernière fois, dans le miroir du vent, celui que je n'ai pas su être ?...


Bernard Delvaille
in " Jardins d'hiver "


 Commentaires [0]  


Emotions [17 - Mar - 09 @ 11:37]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Sans émotions il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l'apathie en mouvement."

Carl Jung


 Commentaires [0]  


Elle dit... [15 - Mar - 09 @ 14:13]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Elle dit "l'ombre est veuve de ma vie le soleil pousse"
....................
Elle dit: "A semer du rire que
récolte-t-on?"
...................
Elle dit "Il y a dans ma mémoire, très au fond, de très petits livres, très beaux et très fragiles, doux à mes doigts, rêches sous ma langue, entourés d'odeurs inhabituelles comme d'une traîne ou d'un envol de lucioles"
..................
Elle dit "en bout de plume ou de pinceau quoi
le monde incertain des lèvres"

Raphaël Monticelli
in " Elle dit "


 Commentaires [0]  


Les yeux ouverts [11 - Mar - 09 @ 00:14]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Derrière la palissade rouge
on aimerait vivre et vieillir très
longtemps, on serait
un homme sans crainte, sans presque
de désir et seulement les arbres
parleraient de vous, diraient la sève
et le surcroît, l'immobile
mouvoir des heures et puis la mort
comme une écorce mouillée, on serait là, les yeux
ouverts, juste une vie, derrière une palissade rouge.

Claude Esteban
in " Le jour à peine écrit "


 Commentaires [0]  


naissance [10 - Mar - 09 @ 12:01]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Combien naître nous scinde ! Empêtré d'un miroitement de papillons, j'affronte de mon étincelante pâleur le ciel.


Jean Grosjean


 Commentaires [0]  


Mots... [9 - Mar - 09 @ 14:34]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Ces os qui brillent dans la nuit,
ces mots telles pierres précieuses
dans le gosier vivant d'un oiseau pétrifié,
ce vert tant aimé,
ce lilas chaud,
ce cœur qui seul est mystérieux..

, Alejandra Pizarnik
in " l'Arbre de Diane "


 Commentaires [0]  


Retour [8 - Mar - 09 @ 12:21]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Si Jamais tu reviens en terre natale
A pas lents comme un cheval dont le soir accroît la fatigue
Oh va dans ce jardin
Retrouver la rose méconnaissable
Le chrysanthème à la crinière de lion
- D'immenses araignées volent avec des papillons
Comme dans les fièvres de l'enfance
Souris ou pleure mais ne crains rien
C'est l'ombre qui remue avant d'être nuit claire.

Georges Schehadé
in " Poésies V "


 Commentaires [0]  


Autoportrait [7 - Mar - 09 @ 13:32]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Et vous pouvez me dire : Où avez-vous pris cela ?
- Textes reçus en langage clair ! versions données sur
deux versants ! …Toi-même stèle et pierre d’angle ! Et
pour des fourvoiements nouveaux, je t’appelle en litige
sur ta chaise dièdre,
Ô Poète, ô bilingue, entre toutes choses bisaiguës, et
toi-même litige entre toutes choses litigieuses - homme
assailli du dieu ! homme parlant dans l’équivoque ! ah !
comme un homme fourvoyé dans une mêlée d’ailes et
de ronces, parmi des noces de busaigles !


Saint-John Perse
in " Vents II, 6."


 Commentaires [0]  


Le For intérieur [6 - Mar - 09 @ 15:06]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Parce que tu te tiens
au bord du jardin
de l'aube du jour
à chaque levée des ténèbres
tu sens que la vie t'emporte

Tu descelles la pierre noire
la lourde cécité des limbes
........................

Le chant s'est pendu aux branches du saule
il hante nos fenêtres

Colette Nys-Mazure
in " Feux dans la nuit "


 Commentaires [0]  


Jour d'été [5 - Mar - 09 @ 13:30]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
quel tendre brouillard tremble
autour du fleuve temps

tant de soie déchirée
embue la soie du cœur...

Martine Broda
in " Grand Jour "


 Commentaires [0]  


Tu te doutes de la patience... [3 - Mar - 09 @ 23:40]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...scribe dans la nuit de la langue
quand la nuit parle la langue du néant
tu es sur cette terre
pour cultiver ton âme
apprivoiser ce qu'il y a d'humain
dans l'angoisse
habiter la parole de la parole
et conserver la promesse du poème

Amina Saïd
in " Au présent du monde "


 Commentaires [0]  


Déplacement [2 - Mar - 09 @ 17:20]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Ne faîtes pas une seule chose à la fois
Le soleil n'entre-t-il pas par deux côtés en même temps
Et la lumière ne revient-elle pas du fond du miroir
comme du fond d'un tableau flamand ?
............................
Toi aussi traverse intensément le connu

Geneviève Pastre




 Commentaires [0]  


Folie [28 - Feb - 09 @ 14:41]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Au point où en sont les choses, de quelle clarté perdue
venons-nous ? Qui peut se souvenir de l'inexistence ?
Il serait sans doute plus doux de revenir, mais

nous entrons indécis dans une forêt d'aubépines. Il n'y a rien
au-delà de l'ultime prophétie. Nous avons rêvé qu'un dieu
nous léchait les mains : nul ne verra son masque divin.

Au point où en sont les choses,

la folie est parfaite.

Antonio Gamoneda
in " Clarté sans repos "


 Commentaires [0]  


Mots [27 - Feb - 09 @ 14:03]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Il pleut. Tu entends les mots résonner ?

Tu vois leur trace ?
- Tissée
dans le contour fugacement donné aux fleurs

Au moins le temps d'une plantation d'anémones
ils survivront aux calices, aux mains qui tâtent
de tache aveugle en tache aveugle.

Arrête-toi près de la pluie.

Touche les mots, le braille du vivant.

Marie-Claire Bancquart
in " Rituel d'emportement "


 Commentaires [0]  


Les larmes du monde [26 - Feb - 09 @ 14:53]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Les images
m'imaginent
je deviens
ce que je vois
les larmes du monde
c'est moi
et les rires
je marche un nuage de rires
devant moi
un nuage de larmes
derrière moi...

Henri Meschonnic
in " Et la terre coule "


 Commentaires [0]  


Herbes rares [25 - Feb - 09 @ 14:20]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Monticules terreux
les siècles dorment

Quelques troupeaux viennent brouter
les herbes rares
de leur profond sommeil

Tu rêves de leur lent réveil
dans les couleurs ensoleillées
de leurs foules

Marie-Ange Sebasti
in " Marges arides "


 Commentaires [0]  


Blanche [24 - Feb - 09 @ 14:34]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Blanche.

Elle divise le temps
en deux.
Sceptre et cilice.

L'écume ne meurt pas

lèvres ouvertes
aux lèvres.

Blanche.

Emmurant l'oiseau.
Tranchant le nerf fragile des coquilles.

sans que la voix
revienne.

Nue dans le sel.

Claude Esteban
in " Le jour à peine écrit "


 Commentaires [0]  


Ecriture [23 - Feb - 09 @ 15:15]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
….j'écris sur le vide, j'écris dans la nuit

une araire défonce et sculpte le dos des dieux

personne, ni toi, ne lira ce qui est transparent

la métonymie du fond, le partage des dépouilles

Jacques Dupin
extrait de " l'Esclandre ", in " Rien encore, tout déjà "


 Commentaires [0]  


Tracements [22 - Feb - 09 @ 15:08]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
..Tout livre vrai est un
comme cette écriture d'oiseau
sur la vitre que le soleil révèle
nous avons besoin de tracements
sur nos transparences et d'une
certaine lumière à la fenêtre..

Heather Dohollau
in " Une suite de matins "


 Commentaires [0]  


Reflet... [21 - Feb - 09 @ 14:36]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
ce que garde la montagne de notre désir
elle nous le rend en silence
au brisé de notre âme
comme si l'amour n'était pas que pureté minérale
comme si la plénitude n'était pas la neige.

Sylvie Fabre G
in " Les yeux levés "


 Commentaires [0]  


Tu es là... [20 - Feb - 09 @ 22:57]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Ô mélange si profond des bras dans le
poème, syllabes miroitantes au bout
de la jetée, gouffre du sommeil Une tête se
penche sous l'orage, où tu remues la bouche
Comme si je fermais les yeux vers toi Roses
dans la petite gare À présent le train
est sombre, dis-tu Mélange si profond des bras et
du poème Ô lumière des fruits Je rêve
contre l'épaule incréée du poème Âme
du sommeil dans ce chenal Quelle parcelle
de murmure est à la proue ? Tu est là

Mathieu Bénézet
in " Mais une galaxie "


 Commentaires [0]  


Désir [19 - Feb - 09 @ 17:35]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Dans le retirement du corps gît le désir. Ton cri s'use dans le cri. Il y a des bûchers intérieurs, des bouches séchées au grand feu, des bras tisons qui ne peuvent enlacer la parole sans la brûler. Peine perdue de la passion. Tu sais que tu ne sauras jamais rien, coupée en deux, le ciel la terre, et l'ange au milieu, - inatteignable.

Le corps voyage dans le visible, il pressent la révélation au-dehors. Il existe magnifiquement. Sa vérité t'éblouit : Milliers de signes par tous les pores. Apprendras-tu à les lire ?

Sylvie Fabre G
in " Corps subtil "



 Commentaires [1]  


neige [18 - Feb - 09 @ 21:20]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"L’ouvert ouvre sur le vide d’un espace blanc. La neige est la meilleure image d’un retour à l’uni, la paix, le silence de ce matin d’enfance, le jardin croulant sous son manteau immaculé : « L’aube muette dans sa plume … »


Saint-John Perse


 Commentaires [0]  


Murmure des ailes et murmure de l’eau [17 - Feb - 09 @ 12:15]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Le monde qui vient à notre rencontre nous murmure les contours
des arbres qui bruissent à l’horizon
et grandissent des ombres courbées.

Assieds-toi sur le seuil
et attends
que le soir se déplace...

Vesna Parun
in " La pluie maudite et autres poèmes "


 Commentaires [41]  


Chaque jour... [15 - Feb - 09 @ 16:44]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
CHAQUE JOUR
s’approcher d’un pas
dans le sombre miracle
de l’invisibilité
au soir parvenir à la nuit
au matin parvenir au jour
Avec le mot atteindre en aveugle le silence
sans savoir
et avec les seules larmes
pour unique avoir
cherchant cette sortie
qui poursuit la route avec la vie
jusqu’à ce qu’un horizon ait nom Mort

Nelly Sachs
in " Partage-toi, nuit "


 Commentaires [1]  


entre les bords du temps... [14 - Feb - 09 @ 15:54]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...Vivre entre les bords du temps comme dans une coupe
où la feuille sèche et courbée comme une voile
Est le fragile bateau d’une fleur de mai
Qui sait en quelle direction souffle le vent.

Heather Dohollau
in " Les Portes d’en bas "


 Commentaires [0]  


Fumées [12 - Feb - 09 @ 14:18]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Car ce qui a été vécu
sera rêvé
Et ce qui a été rêvé
revécu

Nous n’aurons pas trop de nuits

Pour brûler les branches tombées
à notre insu
Pour engranger l’odeur durable
des fumées

François Cheng
in " Qui dira notre nuit "


 Commentaires [0]  


Le Sel du Silence [11 - Feb - 09 @ 19:37]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Plein calme sur le lac

Du fond monte le silence —
comme une île plate et ronde à fleur d'eau
une grande feuille étale
— lotus nénuphar —

les monts éclairés retiennent les vents.

Serge Meitinger



 Commentaires [0]  


Fantômes [10 - Feb - 09 @ 23:48]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
ils disent :
nous n’avons plus de pente, plus de monde sur les épaules, la
pluie ne nous traverse plus au sec, elle suinte le long de l’os et
dégoutte sur la peau, notre tête moisit en premier et ça fait mal

dans leur bruit personne ne les entend.

Ils n’ont même plus assez de mémoire.

Ils sont définitivement penchés du même côté.

Il leur pousse des fleurs entre les pieds.

Ludovic Degroote
in " Pensées des morts "


 Commentaires [0]  


Une Pierre [8 - Feb - 09 @ 18:39]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Il se souvient
De quand deux mains terrestres attiraient
Sa tête, la pressaient
sur des genoux de chaleur éternelle.

Étale le désir ces jours, parmi ses rêves,
Silencieux le peu de houle de sa vie,
Les doigts illuminés gardaient clos ses yeux.

Mais le soleil du soir, la barque des morts,
Touchait la vitre, et demandait rivage.

Yves Bonnefoy
in " Les Planches courbes "


 Commentaires [0]  


Papillons Parme [7 - Feb - 09 @ 15:53]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Je fus graine du soleil plantée en terre,
Mise au monde par une tempête d’eau
entre poussière stellaire et cri plaintif coloré.

Je voulais naître papillon,
aigle
et que des plumes dorées me poussent,
mais je suis née figuier aux racines énormes
et des branches me sortirent
et, des feuilles, de ces branches
et des yeux me naquirent dans l’écorce...

Lina Zerón


 Commentaires [1]  


Jeune est le temps... [6 - Feb - 09 @ 19:36]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Les hirondelles fendent l’air
et les cieux ne se fissurent pas
le lac reflète les nuages
et l’eau ne se trouble pas

Fugitivement nous troublons
par notre passage le temps
et la sphère bientôt se reforme
limpide et ne change pas.

Lala Romano
in " Jeune est le temps "


 Commentaires [0]  


Battement [4 - Feb - 09 @ 14:26]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...
Nous nous replions jusqu'à ce mince battement
qui nous sépare de la mort, juste le sang,

et si nous écoutons le paysage, ce n'est par pour aimer
sa musique
mais pour un autre bruit messager de palpitation.

Marie-Claire Bancquart
in " Dans le feuilletage de la terre "


 Commentaires [0]  


Le heurt [3 - Feb - 09 @ 23:13]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Tu marchais

Parcourant la trace de la terre
Où bruit l’obscur et l’incertaine qui repose

Voici
L’herbe enclave
A cette pierre

Ô fausse clarté de l’ascendance
Don lumineux des pierres agissantes...

Béatrice Douvre
in " Voix d’une autre année "


 Commentaires [0]  


Peur [31 - Jan - 09 @ 14:44]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Quand un poisson des grandes profondeurs, devenu fou, nage anxieusement vers les poissons de sa famille à six cents mètres de fond, les heurte, les éveille, les aborde l'un après l'autre :
"Tu n'entends pas de l'eau qui coule, toi ?"
"Et ici on n'entend rien ?"
"Vous n'entendez pas quelque chose qui fait “tche’’, non plus doux : “tchii, tchii”?"
"Faites attention, ne remuez pas, on va l'entendre de nouveau"
Oh Peur, Maître atroce !
Le loup a peur du violon. L'éléphant a peur des souris, des porcs, des pétards. Et l'agouti tremble en dormant.

Henri Michaux
in " La nuit remue "


 Commentaires [0]  


Vie [29 - Jan - 09 @ 11:56]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Omniprésente, imperturbable
Est la vie dont surgit la mort.
Il ne faut pas de plainte, il ne faut nulle plainte
Puisque les seigles ondulent près des ruines...

Seamus Heaney



 Commentaires [1]  


Les échappés... [28 - Jan - 09 @ 14:07]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
"Si lourds
si lourds
si mornes leurs monuments
si empires, si quadrilatères
si écraseurs barbares, si vociférants,
et nous si nénuphar
si épis dans le vent
si loin du cortège
si mal dans la cérémonie
si peu de notre âge et tellement toujours à la promenade…"


Henri Michaux
in " Iniji "


 Commentaires [0]  


Métamorphoses [26 - Jan - 09 @ 14:59]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...Si nous étions les buis d'une divinité
sculptés avec tendresse, au ciseau doux ?

Le sombre à l'intérieur de nous
sortirait en feuilles minimes
serrées
d'odeur profonde...



Marie-Claire Bancquart
in " Avec la mort quartier d'orange entre les dents "


 Commentaires [0]  


Ce matin... [23 - Jan - 09 @ 11:22]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Ce matin est plein de brume
Où des oiseaux se mêlent à des feuilles
Des oiseaux froids se suivent

À peine si l'on distingue
Tant c'est l'aube
Leurs jeux du peu de nuit
Restée au sol d'automne

Les troncs penchent
Où nous avions marché
Par degré dans l'eau de la lumière
Comme un corps enchevêtré qui a mémoire
Et le temps pour œuvre.


Béatrice Douvre


 Commentaires [0]  


Ou alors... [22 - Jan - 09 @ 11:55]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Je marchais
le long d'un mur
ou alors
c'était mon ombre
ou alors le mur
était l'ombre ou alors
la nuit était un mur
qui avançait avec moi
ou alors
un pas de rêve que
nous rêvions ensemble
à hauteur d'ombre
nous tombions
tombions
ensemble


Rose Ausländer
in " revue If, numéro 27 "


 Commentaires [0]  


Noir [19 - Jan - 09 @ 15:21]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Ce noir, travaille-le
à l'empêtre à la pâte
tisonne-le dans l'être,
chauffe-le à blanc,
qu'il te dénude,
assèche peut-être,
il te rendra la vue...


Charles Dobzynski


 Commentaires [0]  


L'air était si doux... [16 - Jan - 09 @ 14:04]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
L’air était si doux ce matin qu’on aurait pu s’y appuyer
On entendait à peine la respiration lointaine des oiseaux
Seulement le bruit léger des vêtements qu’on froisse et
Le passé ce brouillard de l’âme tirait vers la mélancolie ...

Alain Duault
in " Où quelque chose a frémi "


 Commentaires [0]  


La croisée des chemins [15 - Jan - 09 @ 13:39]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
À la croisée des chemins entre brande et lande
Entre yin et yang au premier souffle bleu
Prescience des gentianes à la jonction des
Joncs et des aulnes au jaunissement sacré
Du feuillage intérieur là où l'esprit se tapisse
Au frémir de l'aubier au premier râle dans
L'eau cloque où le martin-pêcheur émigre
Du cristal au crépitement du temps au grelot
de la neige là où de rien commence
La mutation l'indéchiffrable au goût
De menthe fraîche.

Charles Dobzynski
in " Le Réel d'à côté "


 Commentaires [0]  


La matière [14 - Jan - 09 @ 14:52]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
la matière des sons
leur texture m'est offerte
m'est ouverte
leur texture jusqu'à la torture

étrangement manipulés
m'éprouvant,
les sons innombrables qui me disjoignent
autrement me joignent,
m'unifient, s'unifient

Enveloppements ! Envahissement

Soie dans les fibrillations

Henri Michaux
in " Face à ce qui se dérobe "


 Commentaires [0]  


Un son de mains... [13 - Jan - 09 @ 14:32]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Nous vivons ici-bas une main serrée sur la gorge. Que rien ne soit possible était chose connue de ceux qui inventaient des pluies et tissaient des mots avec la torture de l'absence. C'est pourquoi il y avait dans leurs prières un son de mains éprises du brouillard.

Alejandra Pizarnik
in " l'Arbre de Diane "


 Commentaires [3]  


Mon piano [12 - Jan - 09 @ 14:34]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
J’approche. Il est prêt.
Je souffre. Il fait le chant.
J’apporte l’obsession, la gêne, l’oppression :
Il fait le chant
J’apporte la situation sans remède, le vain déploiement des efforts, le ratage de tout avec la mesquinerie, les précautions emportées par le vent, par le feu, par le feu, par le feu surtout :
Il fait le chant.
J’apporte l’inondation de sang, le braiment des ânes contre la paix, les camps, le travail forcé, la misère, les emprisonnés de la famille, les choses à demi, les amours à demi, les élans à demi et moins qu’à demi, les vaches maigres, les hôpitaux, les interrogatoires de police, les lents mourants dans les bleds perdu, les amers vivants, les foutus, ceux qui dérivent avec moi sur la banquise folle :
Il fait le chant.

Henri Michaux
in " Passages "


 Commentaires [1]  


des riens... [10 - Jan - 09 @ 14:55]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
La poésie construite avec peu de matière, avec des feuilles, avec des grains de sable, avec de l’air, avec des riens...


Joseph Joubert


 Commentaires [0]  


Les trois cercles [9 - Jan - 09 @ 14:29]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
J'aurai vu. J'aurai saisi, à force, les trois cercles : le commun, le propre et celui de l'arcane. J'aurai su le désir et le vide.
Parfois, trop proche de comprendre, j'aurai baisé les lèvres de l'abîme.
Quelques chances m'auront sauvé. Il me faudra beaucoup d'esprit, à la dernière passe, pour rire de l'infime chemin parcouru.

Franck André Jamme
in " Par les trous du manteau de l'apparence é


 Commentaires [0]  


Crépuscule [8 - Jan - 09 @ 23:30]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Crépuscule, comme vous êtes doux et tendre ! Les lueurs roses qui traînent encore à l'horizon comme l'agonie du jour sous l'oppression victorieuse de sa nuit, les feux des candélabres qui font des taches d'un rouge opaque sur les dernières gloires du couchant, les lourdes draperies qu'une main invisible attire des profondeur de l'Orient, imitent tous les sentiments compliqués qui luttent dans le cœur de l'homme aux heures solennelles de la vie.


Charles Baudelaire
in " Le Spleen de Paris, petits poèmes en prose "


 Commentaires [0]  


Ce soir [6 - Jan - 09 @ 17:31]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
D’oubli éphémère est ce soir.
Il me narre l’histoire que j’ai perdue.
La pluie est lasse comme cette main,
retournée immobile sur la page blanche.
Vertige qui oppresse, et stridence, comme
un grincement de dents, stridence, corde
qui sublimement vague, ce soir désaccordée,
avec l’harmonie du Tout...

Rita R. Florit


 Commentaires [0]  


Une femme... [5 - Jan - 09 @ 14:37]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
une femme elle reste à la fenêtre elle ne se jette pas par-dessus bord elle n'ouvre pas elle regarde la vitre ou quelque chose dehors derrière la vitre on n'en sait rien elle ne dit rien de ce qu'elle voit est-ce qu'elle voit seulement et puis son front il est collé ça fait de la buée sur cette vitre qui la sépare du monde...


Albane Gellé
in " un bruit de verre en elle "


 Commentaires [0]  


Ardoise [4 - Jan - 09 @ 15:20]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Tu gardes en toi
le sceau des fougères et des prêles,
le calque des écorces, étant
paume ouverte du temps
mémoire des ruches de la vie
où bourdonne encore en nos doigts
l'enfance des reptiles.

Jacques Lacarrière
in " Lapidaire "


 Commentaires [0]  


Ton nom... [3 - Jan - 09 @ 17:11]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Ton nom - un oiseau dans la main,
Ton nom - sur la langue un glaçon.
Un seul mouvement de lèvres.
Quatre lettres....
...
Ton nom - le baiser sur les yeux,
Sur le tendre froid des paupières.

Ton nom - le baiser sur la neige.
Gorgée d'eau bleue qui sourd, glaciale,
Avec ton nom - le sommeil est profond.


Marina Tsvétaïeva
in " Poèmes à Blok "


 Commentaires [0]  


Principe [2 - Jan - 09 @ 15:09]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Le centre de la joie
comme principe
de toute gravité...


André Ughetto
in " Rues de la Forêt Belle "


 Commentaires [0]  


Lézarde entre deux nuits [1 - Jan - 09 @ 18:41]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Les ajoncs, la pierraille au sursis de l'hiver,
Haute ruine aux lambeaux de songe,
Tous les siècles de l'obscur dans le vent,
La vallée, le grand pays familier et désert.
Le couple né de ces granits, de ces racines,
Et moi qui porte au fond des mots, au fond du sang
Je ne sais quel appel, je ne sais quel écho
De ce passage de serfs et de guerriers,
De vagabonds, de paysans et de rois,
D'enfances tenaces et terrifiées,
L'effrayante ou miraculeuse saveur
D'une lézarde entre deux nuits.

Georges-Emmanuel Clancier
in " Terres de Mémoire "


 Commentaires [0]  


Tantôt [31 - Dec - 08 @ 13:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Où il y a l'attente, longtemps, et sans retour, où il y a dire, et puis ne plus pouvoir dire, où il y a écouter et puis ne plus pouvoir écouter, où il y a regard et puis tenter de regarder encore, et sans retour. C'est un chant, et malgré la douleur, il n'y a rien d'orphique, c'est un chant sans retour. Chaque mot creuse, là où il est pour un instant, là où il est, même dans l'absence.


Jacques Ancet
in " Rien n'avait changé mais rien n'était plus comme avant "


 Commentaires [127]  


Les couloirs du Rêve [30 - Dec - 08 @ 23:34]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
C'est par ici, par les couloirs magiques de la nuit que reviennent vivants les morts bien-aimés, la grand-mère de Proust ou mon père, les villes perdues, Oran, Osnabrück, plus belles que jamais dans la distance où le rêve les retient, c'est ici que les aveugles luttent en s'échangeant, es-tu moi? es-tu mon frère? Ici même c'est l'autre monde, on y est sans effort, en fermant les portes des yeux. Ici, chez le Rêve, la mort devient ce qu'elle est : une séparation seulement presque interminable, interrompue par des retrouvailles brèves et extatiques, dans une rame de métro ou dans un train. Les voix s'échappent du silence. Ici même c'est l'autre musique. Écoutez ! Sommes-nous dehors? Sommes-nous dedans? Vous rêvez. Continuez à vous laisser rêver. Il n'y aura pas de fin.


Hélène Cixous


 Commentaires [0]  


Bruges la morte... [29 - Dec - 08 @ 18:14]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Ces quais de Bruges, combien, dans ma pensive jeunesse, je les ai suivis, confessés, aimés, - avec des coins que j'étais seul à connaître, à consoler, avec des maisons dont les vitres mortes me regardaient !

Et, dans la prison des quais de pierre, l'eau stagnante des canaux où ne passent plus de navires, ni de barques, où rien ne se reflète que l'immobilité des pignons dont les arches décalquées ont l'air d'escaliers de crêpe qui conduisent jusqu'au fond. Et sur les eaux inanimées, des balcons en surplomb, des rampes de bois, des grilles de jardins incultes, des portes mystérieuses, toute une enfilade de choses confuses et déjetées qui sont accroupies au bord de l'eau, avec des airs de mendier, sous des haillons de feuillage et de lierre qui s'effilochent...

Georges Rodenbach


 Commentaires [36426]  


Jeune est le temps [27 - Dec - 08 @ 18:23]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Les hirondelles fendent l’air
et les cieux ne se fissurent pas
le lac reflète les nuages
et l’eau ne se trouble pas

Fugitivement nous troublons
par notre passage le temps
et la sphère bientôt se reforme
limpide et ne change pas

Lala Romano
in " Jeune est le temps "


 Commentaires [0]  


Lenteur des choses [26 - Dec - 08 @ 18:12]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
L’automne sait-il qu’il n’est pas le printemps
Dans la merveilleuse lenteur des choses avant la chute
Quand l’herbe est très verte et la lumière poudrée d’or
et les champs inondés piègent les oiseaux du ciel

Vivre entre les bords du temps comme dans une coupe
où la feuille sèche et courbée comme une voile
Est le fragile bateau d’une fleur de mai
Qui sait en quelle direction souffle le vent

Heather Dohollau
in " Les Portes d’en bas "


 Commentaires [0]  


Le chat [25 - Dec - 08 @ 18:02]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Demain, hier n’ont plus de sens face au chat immobile.
La corneille crie toujours, comme s’il ne l’entendait pas.
Seule frémit la pointe de ses oreilles.
Couché dans l’ombre, il est l’image du présent. Il vibre.
Il vibre entre deux éclats : on y est, on n’y est pas.
On y entre, on est perdu.

Jacques Ancet
in " Diptyque avec une ombre "


 Commentaires [0]  


Voix [23 - Dec - 08 @ 15:46]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 
...On a besoin d'un peu de vie de confusion de brouhaha
sinon dans le vide et le calme
dans la poussière des années

on pourrait entendre distinctement une voix très ancienne
dont on croyait avoir perdu le son
une voix égarée et pourtant restée là

prise dans l'absence et dans l'oubli
la voix de ce mort qu'on aima
parlant tout seul au bord du temps
au bord des larmes.

Claude Roy
in " Le noir de l'aube "


 Commentaires [0]  


Une Pierre [21 - Dec - 08 @ 23:08]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Il se souvient
De quand deux mains terrestres attiraient
Sa tête, la pressaient
sur des genoux de chaleur éternelle.

Étale le désir ces jours, parmi ses rêves,
Silencieux le peu de houle de sa vie,
Les doigts illuminés gardaient clos ses yeux.

Mais le soleil du soir, la barque des morts,
Touchait la vitre, et demandait rivage.


Yves Bonnefoy
in " Les Planches courbes "


 Commentaires [0]  


Paroi [20 - Dec - 08 @ 14:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Nulle brèche sur la paroi du jour. Nulle fenêtre d’osmose où commencer l’amour… Dehors est un ovale intact, impérissable œuf de plomb décomposé sur nos sols. Et il y a la surface intérieure, paysage rentré sous nos arches de sang. La mer et la montagne s’évaporaient lentement dans la brume. Devant pesait le vase sans périple du temps.
Si la jeunesse était le chemin sous la peau de cette veine qui revient, évasifs, d’un doigt parmi nos spirales sanguines, nous réinventerions le jour, et ses fêtes rétractiles sous l’arbre du dedans.

Gabrielle Althen
in " Noria "


 Commentaires [0]  


L'infini, en nous... [19 - Dec - 08 @ 18:54]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
L’infini, en nous, n’est-ce pas la langue, en ses combinatoires et ses virtualités, telle qu’à travers elle nous nous tenons face au fini et y décelons de l’infini : un en-deçà, un au-delà, un avers, une opacité et un inconnaissable. A la fois réponse infinie de la langue au réel infini et sollicitation par la langue même de cette infinité.


Jean-Michel Maulpoix
in " Le poète perplexe "


 Commentaires [0]  


Dôme [18 - Dec - 08 @ 23:33]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Un chemin mène à l’horizon merveilleusement teint de collines. Le pays rayonne sous l’ornière. Je vois des lampes bleues et noires, ce sont des pierres qu’un feu bouge, le soir, quand le pas creuse encore l’avenue. Et je sais la rumeur qui augmente le ciel, j’entends le chant patient de l’éveillé; et l’invisible entre deux pierres, le long d’un vent est un visage. Ce qui vient, vient brisé, et le pas tente un pas de rêve, brûlé comme le nôtre, ouvrant l’abîme nuitamment, dans la passion de l’éternel.


Béatrice Douvre
in " Le Temps franchi "


 Commentaires [0]  


Le cri [17 - Dec - 08 @ 15:47]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
j’ai vu passer une à une
les heures de la nuit :
plus légères qu’un rêve,
elles allaient en lunes claires…
Le silence ne cachait pas
qu’il avait au ventre un cri


Evelyne Boix-Moles
in " Demain il sera trop tard "


 Commentaires [0]  


le passeur [17 - Dec - 08 @ 00:17]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...Vers le mot terre
peu de mots restent
creuser les mots

froid, soif, feu

sol
d’un silence
près des mains

Du passeur
reste l’écriture penchée du corps
qui affouille le silence


Jean Gabriel Cosculluela
in " Buée "


 Commentaires [0]  


Saisir [15 - Dec - 08 @ 19:21]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Recueillir le grain des heures
Étreindre l’étincelle
Ravir un paysage
Absorber l’hiver avec le rire
Dissoudre les noeuds du chagrin
S’imprégner d’un visage
Moissonner à voix basse
Flamber pour un mot tendre
Embrasser la ville et ses reflux
Écouter l’océan en toutes choses
Entendre les sierras du silence
Transcrire la mémoire des miséricordieux
Relire un poème qui avive
Saisir chaque maillon d’amitié


Andrée Chedid
in " Par delà les mots "


 Commentaires [0]  


L'été [14 - Dec - 08 @ 23:18]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Certaine sauterelle orangée visite à la venvole un grand aubifoin des montagnes.

- Tant de beauté (dôme d’azur, escarpements pour chèvres à sonnailles, sous-bois moussus, plateaux flattés de bise, épicéas fûtant droit au ciel), tant de bonheur est-il pour satisfaire une soif de possession, le goût impérieux du bien-être ? Pareille félicité, on soupirerait à la garder toute...


Henri Pichette
in " Dents de lait dents de loup "


 Commentaires [0]  


L'arbre mort [13 - Dec - 08 @ 23:58]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Dépouillé l'arbre
sera sans ombre
pur signe noir
dans la lumière

alphabet du silence précédé
de la mort flamboyante des feuilles...

Marie-Florence Ehret
in " Plus vite que la musique "


 Commentaires [0]  


Sur le papier tout dort... [13 - Dec - 08 @ 00:26]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...Neige de l'être
Qui fond
Où les couleurs affleurent

Errements de l'œil
Sur les pentes du visible
Bleu du ciel

Se posant dans un souffle
Sur le corps de la beauté...


Heather Dohollau
in " Pages aquarellées "


tableau de Cézanne

 Commentaires [0]  


Patience [11 - Dec - 08 @ 14:41]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Les yeux à peine clos dans la nuit
la plante boit la lumière
à nos yeux invisible

Sa pensée est sa patience
et patients le soleil l’air et l’eau
en leurs attouchements fulgurants
pour elle l’amour est temps non perçu
veine fondue dans le bloc d'ombre...


Claire Malroux
in " Ni si lointain "


 Commentaires [0]  


L'identité obscure [10 - Dec - 08 @ 19:24]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
C’est comme un feu mais sans feu, sans futur ni passé,
le corps est si léger qu’il semble flotter sur les
heures arrêtées, dans l’étincellement du matin,
je l’appelle le présent, ce feu, il est partout,
il est insaisissable, la main se tend, ne touche
qu’un vide qui lui ressemble, une sorte d’ombre claire,
l’envers des choses qui s’effacent et qui jaillissent,
dessinent sur les yeux le leurre de leur présence,
je sais qu’elles ne sont pas et pourtant je prononce
leur nom, ce souffle d’air qui les fait durer un peu
le temps de croire que plus que moi elles demeurent
peuplant l’espace que je traverse et que je laisse,
table, dis-je, voilier, pins, genoux, eucalyptus........


Jacques Ancet


 Commentaires [0]  


Un citadin [7 - Dec - 08 @ 18:41]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Je regarde souvent la rue où je vais comme si
J'avais depuis longtemps quitté l'émouvante surface
Du monde pour l'autre côté sans fond qui nous efface
Un jour ou l'autre sans retour mais libres de souci.

Je m'applique assez bien à ce délicat exercice
Pour que très vite mon regard cesse d'appartenir
A l'amas nuageux d'espérance et de souvenir
Auquel j'aurai donné mon nom.


Jacques Réda
in " La course "


 Commentaires [0]  


Arbres d'hiver [6 - Dec - 08 @ 10:52]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Les lavis bleus de l’aube se diluent doucement.
Posé sur son buvard de brume
Chaque arbre est un dessin d’herbier –
Mémoire accroissant cercle à cercle
Une série d’alliances.

Sylvia Plath



 Commentaires [0]  


Au petit jour [5 - Dec - 08 @ 14:04]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
La nuit n'est pas ce que l'on croit, revers du feu,
chute du jour et négation de la lumière,
mais subterfuge fait pour nous ouvrir les yeux
sur ce qui reste irrévélé tant qu'on l'éclaire .

Les zélés serviteurs du visible éloignés,
sous le feuillage des ténèbres est établie
la demeure de la violette, le dernier
refuge de celui qui vieillit sans patrie…


Philippe Jaccottet
in " l'Ignorant "


 Commentaires [0]  


Ardoise [4 - Dec - 08 @ 14:14]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Tu gardes en toi
le sceau des fougères et des prêles,
le calque des écorces, étant
paume ouverte du temps
mémoire des ruches de la vie
où bourdonne encore en nos doigts
l'enfance des reptiles


Jacques Lacarrière
in " Lapidaire "


 Commentaires [0]  


Dénuement [3 - Dec - 08 @ 14:55]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
N’ayant plus de maison ni logis
Plus de chambre où me mettre,
Je me suis fabriqué une fenêtre
Sans rien autour.


Armen Lubin
in " Les hautes terrasses "


 Commentaires [0]  


La lumière d'une chandelle [2 - Dec - 08 @ 13:45]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Il semble que les miroirs, avec leur puissance d’illusion, plus que tout autre objet, nous donnent l’idée du temps, autant dire celle d’une profonde immobilité, d’un chemin que nous sentons clos quoiqu’il soit infini, sous nos yeux. Nous regardons la flamme, et
nous ne pensons pas qu’elle n’est plus celle que nous avons regardée un instant auparavant.

Leonardo Sinisgalli
in " Horror vacui "
les mots en italiques sont de Léonard de Vinci


 Commentaires [0]  


L'air [1 - Dec - 08 @ 23:50]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
L’air a sa vie à lui.
Et qu’à personne il n’est donné
de bien saisir.
Il vit de sa vie bleue
de vent. qui naît au ras des yeux
et court à l’infini.


Joseph Brodsky


 Commentaires [0]  


Dessous [30 - Nov - 08 @ 15:41]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
s’il y a des visages dessous
plus guère personne pour voir

un mouvement d’ombres comme de feuilles

peu à peu une mousse
ou du lierre
dans la tête

on distingue mal

les noms lèvent seuls
les figures les dunes
les coins de rues les ciels
par vagues
et puis retombent
sans plus de bruit
dans l’œil

vie sans vie
qui reste


Antoine Emaz
in " Os "


 Commentaires [0]  


Trio [29 - Nov - 08 @ 12:17]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...Un nuage de griffes arrache la peau du ciel ;
un geyser de frelons écorche doucement le vent ;
un cyclone de pétales déshabille le temps qu’il fait.


Michel Butor
in " Troisième Dessous, matière de rêve 3 "


 Commentaires [0]  


Silence à vif [28 - Nov - 08 @ 14:16]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
tu suis du doigt le scarabée
cueilles le rire arrêté sur l’églantine
peu de bruit peu de place
tu vis dans un espace las
où resplendit l’humble force de croire
entre distance et fécondité tu oscilles...


Mireille Fargier-Caruso
in " Paupières de Terre "


Femme à la balance, par Vermeer

 Commentaires [0]  


Comme au premier jour [27 - Nov - 08 @ 14:34]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
si tu pouvais t’enrouler dans ce voile de pluie,
gouttes sur les paupières et au creux de la main,
peut-être pourrais-tu te reposer : la déchirure
c’est d’être là et de voir la pluie
qui ruisselle sur les carreaux, qui cingle
les arbres et leurs bourgeons, savoir
entrer dans une goutte de pluie est un secret
que bien peu connaissent sans doute :
c’est celui qui délie les membres
et rentre la création dans la mer
comme au premier jour, quand tout
n’était qu’en puissance dans l’écume.


Paul de Roux
in " Poèmes de l’aube "


 Commentaires [1]  


Neige [26 - Nov - 08 @ 14:15]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Neige dehors neige dedans
neige lente sur les frissons
neige noire à crever les yeux
pas un humain qui vous réponde
il doit leur neiger sur la voix
est-ce que tout le monde est mort
est-ce que je suis le dernier vivant
enfoui sous quelques flocons de rien...


Ludovic Janvier
in " La mer à boire "


 Commentaires [1]  


Invocation [25 - Nov - 08 @ 13:47]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Ô eau,
Le long des méandres étroits du torrent,
Là où tu frappes le plus fort,
Là où tu t'enroules le plus,
Entre les mousses suintantes,
Fais que chaque impureté
Qui nous entrave soit balayée.


Prière traditionnelle Sioux


 Commentaires [0]  


Caravane [24 - Nov - 08 @ 19:46]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
La caravane passe
Entourée d'une cadence,
D'un silence,
D'un rythme sans écho.
....
Liant les pays et les races,
Laissant sous leurs pas
Des mesures égales.


A. Bedir-Khan


 Commentaires [0]  


Le vase NW [23 - Nov - 08 @ 17:13]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 
" La connaissance de ce vase précieux et de l'esprit fixe et faxifique implanté dans lui, était un des plus grands secrets de la cabale des Egyptiens ".


Dom Pernety
in " Fables égyptiennes et grecques "


Ce vase est tenu rituellement dans les mains du roi, et contient symboliquement l'eau du NOUN, l'Océan primordial. C'est encore le Chaos, il n'y a ni temps, ni espace, ni mouvement, ni lumière. Le roi est agenouillé au seuil du Temple. Il est le Soleil qui va se lever au-dessus des eaux noires les faire bouillonner, et va créer la vie.

 Commentaires [0]  


Isis la Magicienne [22 - Nov - 08 @ 18:48]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
" Que s'ils ont des ailes, les Esprits sont donc volatils ! "

Jacques Tols
in " Les chemins du ciel chymique " ( 1688 )


 Commentaires [0]  


Parole à naître [8 - Nov - 08 @ 13:59]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Toutes les eaux ne courent pas vers l'embouchure.
Tous les langages ne se livrent pas dans l'écriture.
Nous sommes des hiéroglyphes
tombés des étoiles dans leurs sursauts,
l'éveil d'une eau dormante
qui nous a rêvés comme un poème
sans définir les mots.


Maurice Couquiaud
in " L'éveil des eaux dormantes "


Hiéroglyphe signifiant "déployer"

 Commentaires [0]  


Simplement [7 - Nov - 08 @ 14:54]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
elle dépose sa vie.
donne son ombre
à la poussière
doucement,
sans cris,
juste une inclinaison
sa bouche appuyée
sur sa mère.
elle était là,
parfois tremblante
parfois troublante
tournée vers la lumière
un pied dans la terre
rêvant de parfums
et de matin.
ce n'était qu'une fleur d'été,
déposée là,
par un semeur de vent.

Louve [Maïkam] Mathieu


 Commentaires [0]  


Brûlure [6 - Nov - 08 @ 12:45]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...
Au milieu de la nuit, la clairvoyance de l'amour guidait nos mains
"Layla ma nuit, ma perle de nuit", a murmuré mon amant
"comment se nomme cette brûlure à mon front dans la fraîcheur du soir ?"
et l'obscurité étendait sa main tiède sur nos baisers
"Layla, mon oiseau de ténèbres", a murmuré mon amant
"quel incendie me ronge l'âme sans jamais m'épuiser ?"
et la pénombre épaisse soufflait le parfum des jasmins sur nos peaux invisibles
"La brûlure est celle de midi", ai-je dit à mon amant
"L'incendie est la brûlure du jour"
"La nuit est son écrin resplendissant
"Je m'appelle Layla Zhouhr nuit et jour et tu le sais"
et nous étions à l'apogée du temps où jour et nuit n'ont qu'un seul visage.


Leïla Zhour
in " Femmes "


en arabe, "laylà" signifie "nuit" et "zhou'hr" signifie "midi"

 Commentaires [0]  


Se Taire... [5 - Nov - 08 @ 10:53]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Homme, si tu veux exprimer l’essence de l’Éternité, il te faut d’abord renoncer au langage.


Angelus Silesius
in " Le Voyageur Chérubinique "


 Commentaires [0]  


Le fond du jardin [27 - Oct - 08 @ 22:15]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Le bout du monde et le fond du jardin contiennent la même quantité de merveilles."


Christian Bobin


 Commentaires [0]  


Soir [26 - Oct - 08 @ 12:59]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Femme sans chanteur,
Vêtements noirs, maisons grises,
L'amour sort le soir.

Paul Eluard
in " Pour vivre ici "


 Commentaires [0]  


Lecture [25 - Oct - 08 @ 12:07]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Lire un livre sous un arbre en double le plaisir. On ne sait plus si on tourne les pages ou si on feuillette l'arbre."


Jean Chalon
in " Journal d'Espagne "


 Commentaires [0]  


La Cérémonie [24 - Oct - 08 @ 15:35]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« Il expliquait pourquoi l'eau devait « sourire », c'est à dire être frémissante. Ses bulles ressemblaient alors à des yeux de poisson, ou à des perles de cristal qui glissent dans une fontaine, ou à des vagues jaillissantes. Il parla du choix de la théière, en terre cuite, de préférence, afin que le dépôt tannique formé au cours des années exalte les saveurs des infusions. Il dit que la théière avait une mémoire et un être harmonique. Il dit aussi que le choix d'une bonne eau était primordial, que celle-ci devait jaillir de la montagne sur des rochers sans mousse ni végétation, qu'il était inutile de remuer le thé, et que les gouttes versées par inadvertance sur la nappe ne signifiaient nullement que le geste était malheureux, bien au contraire : « Ces gouttes sont la part de la terre, la part qui lui revient. »


Gérard de Cortanze
in " Assam "


 Commentaires [0]  


Il y a... [23 - Oct - 08 @ 22:55]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Il y a un sifflement de train dans une gare lointaine,
Des injures, des aboiements, des gloussements de poules,
Des voix de femmes, aussi ;
Il y a le parfum du paddy mûr, le chant des oiseaux
Et des enfants qui jouent quelque part, alentour,
Des passants qui rient et qui parlent,
Une chanson d'antan chantée
Dans la brume du crépuscule...
Tant d'années se sont engouffrées dans l'entonnoir du temps !
Je me couche, inerte comme un cadavre,
Ô vaste monde, comme je regrette tout ce qui vient de toi !

Nguyên Chi Thiên
in " Fleurs de l'enfer "


 Commentaires [0]  


Transparence [22 - Oct - 08 @ 15:39]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Transparence,
tu m'as accueilli là où finissent les couloirs,
dans la dernière pièce, quand
je ne croyais plus arriver. Et j'ai vu
ton visage, je l'ai pris de mes mains
tremblantes. Visage d'air,
confondu avec le visage humain
qui m'attendait, endormi
dans la veille amoureuse, dans cette pièce
étroite qui s'est ouverte comme
des eaux après le désert
pour nous deux....


Rafael José Diaz


 Commentaires [0]  


Parce que... [21 - Oct - 08 @ 21:32]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Parce que les jours ne sont pas que des jours.

Enfouir dans la montagne les temps érodés.

Attendre
des carrières.
Attendre une fois.
........................................................

Tant que se figent les larmes dans la pierre
parce que les jours ne sont pas que des jours.


Peter Härtling


 Commentaires [0]  


Les herseurs - sous la lune [20 - Oct - 08 @ 23:31]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Doux de lune, vont las les Taureaux pleins de songe,
Un seul, et deux : et, sur l'épaule l'aiguillon,
Très haut l'Homme en avant en la paix grande plonge,
Tandis que leur dos maigre et noir marqué s'allonge
Hors mesure près d'eux, et rampe noir et long...


René Ghil
in " Légendes d'âmes et de sangs "


 Commentaires [0]  


Ta voix [20 - Oct - 08 @ 00:15]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
ta voix
c’est la lumière inventée
dans l’œil opaque
du poème

Armand Dupuy


 Commentaires [0]  


Fête-Diable [18 - Oct - 08 @ 15:05]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
.....Et le dormeur s'éveille,
Voit la goutte briller de cent mille rubis dans le verre
Qui était vide lorsqu'il s'endormit.
La contemple.
L'univers oscille durant une seconde de silence
Et le sommeil reprend ses droits,
Et l'univers reprend son cours
Par les milliers de routes blanches tracées par le monde
À travers les campagnes ténébreuses.


Robert Desnos



 Commentaires [0]  


La route [17 - Oct - 08 @ 23:34]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
De tous les voyageurs qui ont pris cette route,
Qui donc est revenu, a rebroussé chemin?
Prends garde de ne laisser peine d'amour en route,
car tu ne reviendras, jamais, ici, demain.

Omar Khayyâm



 Commentaires [0]  


La musique [16 - Oct - 08 @ 11:14]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
La musique souvent me prend comme une mer;
Vers ma pâle étoile,
Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther
Je mets à la voile;

La poitrine en avant et les poumons gonflés
Comme de la toile,
J'escalade le dos des flots amoncelés
Que la nuit me voile.

Je sens vibrer en moi toutes les passions
D'un vaisseau qui souffre;
Le bon vent, la tempête et ses convulsions

Sur l'immense gouffre
Me bercent -- D'autres fois, calme plat, grand miroir
De mon désespoir !


Charles Baudelaire
in " Les Fleurs du Mal "


 Commentaires [0]  


L'amoureuse [15 - Oct - 08 @ 15:14]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Elle est debout sur mes paupières
Et ses cheveux sont dans les miens,
Elle a la forme de mes mains,
Elle a la couleur de mes yeux,
Elle s'engloutit dans mon ombre
Comme une pierre sur le ciel.

Elle a toujours les yeux ouverts
Et ne me laisse pas dormir.
Ses rêves en pleine lumière
Font s'évaporer les soleils,
Me font rire, pleurer et rire,
Parler sans avoir rien à dire.

Paul Eluard



 Commentaires [0]  


Talisman [13 - Oct - 08 @ 18:13]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
A force de parler d'aurores australes et d'impossibles prodiges, on oublie d'emporter dans les neiges, dans les sables, de quoi protéger le voyageur de son voyage, le sorcier de son charme, le vivant de sa vie.
Sous son regard ligneux, extrait pour l'horizon, à grand travail d'acier, du dieu figé dans l'arbre, on apprend à tirer du sang d'un paysage, à pétrifier la brume et ses phantasmes, à laver de son maquillage la terre elle-même. A conjurer toutes les formes du sort, hormis une seule, qu'il n'est pas besoin de nommer.
Alors, renonçant à légender l'apparition de peur que sa légende ne la glace, il faut brûler jusqu'à son dernier refuge pour égarer l'ennemi.


Jean Guichard-Meili
in " La Vue Offerte "


 Commentaires [0]  


Le vrai [12 - Oct - 08 @ 23:41]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Et maintenant, allez au vrai qui est maîtrise de soi, d'abord, inscrit dans le chiffre de l'homme et de la femme: sept. Je vous renvoie à ce chiffre pour sept ans de réflexion et d'expérience matérielle au contact concret des choses et des êtres. C'est la seule condition qui vous ferme encore la route large et lumineuse de la sagesse d'où l'on domine son destin.
Je suis l'ombre éternelle de Ndebi. Je brasse tout l'univers, dans chaque matière, dans chaque être, en chacun de vous, dans chaque conscience humaine, pour le seconder dans son effort de libération de la chair et des sollicitations morbides qui assaillent l'âme profonde de la création dans son ascension vers la vérité, c'est à dire vers la liberté vraie que vous devez conserver par l'observation de rites millénaires stricts.
Je suis, en vous, cet autre moi-même. Courage, initiés ! La lumière est devant vous.

Boubou Hama
in " Le double d'hier rencontre demain "


 Commentaires [0]  


Brouillard [10 - Oct - 08 @ 15:05]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Les filles de la pluie sont douces si je hèle
A travers un brouillard infiniment glacé
Leur corps qui se refuse et la noire dentelle
Qui pend de leurs cheveux comme un oiseau blessé...

René Guy Cadou
in " Femmes d'Ouessant "


 Commentaires [0]  


Paysage [9 - Oct - 08 @ 23:43]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Des cheveux tombent
Aussi en arrière.
Ah, grand paysage!


Koi Nagata (1900 ~ 1997)


 Commentaires [0]  


Visible [8 - Oct - 08 @ 14:48]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« L'art ne reproduit pas le visible ; il rend plutôt visible. »


Paul Klee
in " The Inward Vision "


 Commentaires [0]  


Perception [7 - Oct - 08 @ 13:49]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Pour ma part, quand je pénètre le plus intimement dans ce que j'appelle "moi", je bute toujours sur une perception particulière ou sur une autre, de chaud ou de froid, de lumière ou d'ombre, d'amour ou de haine, de douleur ou de plaisir. Je ne peux jamais me saisir, "moi", en aucun moment sans une perception et je ne peux rien observer que la perception.


David Hume
in " Traité de la nature humaine "


 Commentaires [0]  


Vieillesse [6 - Oct - 08 @ 14:05]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
sous la peau-pierre
passoire-étanche
la vie creuse
son sillon de frissons

Armand Dupuy


 Commentaires [0]  


Veillée [5 - Oct - 08 @ 15:45]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Je crois que personne ne s’était endormi sauf
celui qui rassemble le passé dans ses contes
La magie passe de main en main
Quelqu’un sourit dans un de nos costumes
Quelqu’un s’évade d’un costume
Je crois que c’est ce qu’invisible veut dire.

Leonard Cohen


 Commentaires [0]  


Ombre [4 - Oct - 08 @ 17:35]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Quand on dépose une chose
Une ombre d'automne
Naît là.

Kyoshi Takahama (1874 ~ 1959)


 Commentaires [0]  


Les portes du merveilleux [3 - Oct - 08 @ 13:33]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Toutes les tours d'ivoire seront démolies, toutes les paroles seront sacrées et l'homme s'étant enfin accordé à la réalité qui est sienne n'aura plus qu'à fermer les yeux pour que s'ouvrent les portes du merveilleux.


Paul Eluard


 Commentaires [0]  


Le cygne [2 - Oct - 08 @ 14:48]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Près d'un château sans châtelaine
La barque aux barcarols chantants
Sur un lac blanc et sous l'haleine
Des vents qui tremblent au printemps
Voguait cygne mourant sirène.


Apollinaire


 Commentaires [0]  


L'Evidence poétique [1 - Oct - 08 @ 14:06]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Depuis plus de cent ans, les poètes sont descendus des sommets sur lesquels ils se croyaient; ils sont allés dans les rues, ils ont insulté leurs maîtres, ils n'ont plus de dieux, ils osent embrasser la beauté et l'amour sur la bouche, ils ont appris les chants de révolte de la foule malheureuse et sans se rebuter essaient de lui apprendre les leurs.


Paul Eluard
In " Donner à voir "


 Commentaires [0]  


Espérance, justice et poésie. [30 - Sep - 08 @ 22:52]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Dans le cachot elle se fait révolte; à la fenêtre de l'hôpital elle est ardente espérance de guérison; dans la mansarde déchirée et malpropre, elle se pare comme une fée de luxe et d'élégance; non seulement elle constate, mais elle répare, partout elle se fait négation de l'iniquité. Va donc à l'avenir en chantant, poète providentiel. Les chants sont le décalque des espérances et des convictions populaires.


Charles Baudelaire


 Commentaires [0]  


Noeud [29 - Sep - 08 @ 20:04]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Celui qui entre par hasard dans la demeure d'un poète
Ne sait pas que les meubles ont pouvoir sur lui
Que chaque nœud du bois renferme davantage
De cris d'oiseaux que tout le coeur de la forêt.


René-Guy Cadou
n " Hélène ou le règne végétal "


 Commentaires [2]  


Les images du poète... [28 - Sep - 08 @ 15:48]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Les images du poète sont faites d'un objet à oublier et d'un objet à se souvenir. Il projette avec ennui ses prophéties dans le passé. Tout ce qu'il crée disparaît avec l'homme qu'il était hier. Demain, il connaîtra du nouveau.


Paul Eluard
in " Donner à voir "


 Commentaires [0]  


JeToi [27 - Sep - 08 @ 14:52]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
On se plaint quelquefois des poètes qui disent moi. Parlez-nous de nous, leur crie-t-on. Hélas, quand je vous parle de moi, je vous parle de vous. Comment ne le sentez-vous pas ?
Ah, insensé qui crois que je ne suis pas toi !


Victor Hugo
in " Contemplations "


 Commentaires [0]  


Le bon poète [26 - Sep - 08 @ 21:28]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Un bon poète n'a pas pour fonction de ressentir l'état poétique, ceci est une affaire privée, il a pour fonction de le créer chez les autres.


Paul Valéry


 Commentaires [0]  


Hallali [25 - Sep - 08 @ 21:53]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Innocence des campagnes
Et des grands bois dépouillés
Les piqueurs déverrouillés
Brandouillent des cors de chasse...


Maurice Fombeure
in " Grenier des Saisons "


 Commentaires [0]  


Barque [21 - Sep - 08 @ 15:14]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Parfois le lit tournait comme une barque libre
Qui gagne lentement le plus haut de la mer.


Yves Bonnefoy


 Commentaires [0]  


Enjambante... [20 - Sep - 08 @ 17:00]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Je crierai, je crierai. Ta lèvre est le verre où
J'ai bu le long amour ainsi que du vin rouge.


Louis Aragon


 Commentaires [0]  


Encre [18 - Sep - 08 @ 12:33]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
...bientôt cette nappe humide et frissonnante sur la page sortie du bec exigu de la plume, l'imprimerie vient la saisir et la clicher, en constituer la matrice insigne d'exemplaires innombrables.


Paul Claudel


 Commentaires [0]  


Shui. [17 - Sep - 08 @ 14:18]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le caractère qui veut dire l'eau en chinois est un gribouillis conventionnel représentant le mouvement d'un liquide.
Le pinceau du scribe ajoute un point sur le côté, cela veut dire la glace.
Il met le point en haut: cela veut dire
toujours, l'éternité.
Ainsi ce qui était mouvement par excellence est solidifié dans une espèce de permanence abstraite, comme la cascade que la distance fait paraître immobile.


Paul Claudel
in " Réflexions sur la poésie "


shui, l'eau

 Commentaires [0]  


Silences [16 - Sep - 08 @ 00:08]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Toutes ces sonorités ne sont-elles pas faites pour faire vibrer le silence ?
Or il est bon de le percevoir de temps en temps ce silence, d'en recueillir les gouttelettes de condensation et de subir à notre tour sa vie.
Il est bon de se retremper dans son Mystère afin d'en réapparaître, l'instant d'après, tout ruisselant.


Jean-Louis Barrault
in " Mise en scène de Phèdre "


 Commentaires [0]  


Ombre [15 - Sep - 08 @ 17:17]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" E...qui termine et prolonge tant de mots par une sorte d'ombre que semble jeter après elle une syllabe accentuée...."


Paul Valéry


 Commentaires [0]  


Lenteur [14 - Sep - 08 @ 16:36]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Nos rêves se sont mis au pas mou de nos vaches.


Aragon


 Commentaires [0]  


Rythme [13 - Sep - 08 @ 17:18]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le rythme est l'image, gravée dans la parole, de l'homme tout entier, corps et âme, muscles et esprits.


Abbé Rousselot


 Commentaires [0]  


Hallucination [12 - Sep - 08 @ 14:16]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Quand je me pense, ma pensée se cherche dans l'éther d'un nouvel espace.
Je suis dans la boue comme d'autres sont à leur balcon.
Je participe à la gravitation planétaire dans les failles de mon esprit.


Antonin Artaud


 Commentaires [0]  


Surréalité d'Hugo [11 - Sep - 08 @ 13:22]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
" Mon fil trop long frissonne et touche presque au glaive..."


Victor Hugo
in " Tombeau de Théophile Gautier "


 Commentaires [0]  


Inspiration [10 - Sep - 08 @ 16:54]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Je pense qu'aucun grand artiste ne travaille en état de fièvre.
Les mystiques même ne travaillent qu'au moment où l'ineffable colombe de l'Esprit Saint abandonne leur cellule pour se perdre dans les nuages. On revient de l'inspiration comme on revient d'un pays étranger. Le poème est le récit du voyage. L'inspiration donne l'image mais sans revêtement. Et pour la revêtir, il faut observer calmement et sans se passionner dangereusement la qualité, et la sonorité du mot.


Federico Garcia Lorca
in " L'Image poétique chez Don Luis de Gongora "


 Commentaires [0]  


Patience [9 - Sep - 08 @ 12:52]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le temps ici n'est pas une mesure. Un an ne compte pas, dix ans ne sont rien. Être artiste, c'est ne pas compter, c'est croître comme l'arbre qui ne presse pas sa sève, qui résiste, confiant, aux grands vents du printemps, sans craindre que l'été puisse ne pas venir. L'été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s'ils avaient l'éternité devant eux.


Rainer Maria Rilke


 Commentaires [0]  


Répétition [8 - Sep - 08 @ 11:40]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Cette magnifique hécatombe, cette semaine rouge, la rue rouge, cette semaine pourprée, cette semaine sanglante, rouge comme une rose pourpre, ces trente mille morts, trente mille feuilles...


Charles Peguy


 Commentaires [0]  


Beauté et poésie [7 - Sep - 08 @ 16:31]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
C'est cet admirable, cet immortel instinct du Beau qui nous fait considérer la Terre et ses spectacles comme un aperçu , comme une correspondance du Ciel. La soif insatiable de tout ce qui est au-delà, et que révèle la vie, est la preuve la plus vivante de notre immortalité. C'est à la fois par la poésie et à travers la poésie, par et à travers la musique, que l'âme entrevoit les splendeurs situées derrière le tombeau; et quand un poème exquis amène les larmes au bord des yeux, ces larmes ne sont pas la preuve d'un excès de jouissance, elles sont bien plutôt le témoignage d'une mélancolie irritée, d'une postulation des nerfs, d'une nature exilée dans l'imparfait et qui voudrait s'emparer immédiatement, sur cette terre même, d'un paradis révélé. Ainsi le principe de la poésie est,
strictement et simplement, l'aspiration humaine vers une Beauté supérieure, et la manifestation de ce principe est dans un enthousiasme, un enlèvement de l'âme ; enthousiasme tout à fait indépendant de la passion, qui est l'ivresse du coeur, et de la vérité, qui est la pâture de la raison.


Charles Baudelaire


 Commentaires [0]  


Gouffre [6 - Sep - 08 @ 14:47]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Si l'impression que j'ai eue précédemment d'un filet d'eau pénétrant dans ma gorge et m'y rafraîchissant plus profondément que je m'y attendais a déclenché la vision, tous les éléments premiers ont maintenant mué. Profond a fait profondeur, a fait cañon, rafraîchissement a fait fraîcheur dans la montagne, eau avalée et descendant profondément est devenue eau qui tombe, eau en cascade, eau qui en creusant a creusé un cañon lequel a fait un précipice.


Henri Michaux
in " Connaissance des gouffres "


 Commentaires [0]  


Etre l'arbre... [5 - Sep - 08 @ 18:43]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Votre oeil se fixe sur un arbre harmonieux, courbé par le vent; dans quelques secondes, ce qui ne serait dans le cerveau d'un poète qu'une comparaison fort naturelle deviendra dans la nôtre une réalité. Vous prêtez d'abord à l'arbre vos passions, votre désir et votre mélancolie, ses gémissements et ses oscillations deviennent les nôtres, et bientôt vous êtes l'arbre...


Baudelaire


 Commentaires [0]  


Les trois marches [4 - Sep - 08 @ 15:39]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Cour intérieure
par Rodica Thot Poiata Artiste Peintre Roumaine

http://www.rtp.ro/pictura-ulei-peisaje.html




Une cour intérieure.
Un tableau parmi d'autres dont on pourrait se demander pourquoi il attira mon attention. Un choc visuel certain, mais provoqué par quoi ?
Un arc de voûte en forme de sourcil découvrant un lieu de vie paisible, fait plus de verticalités que d'horizontalités, ouvert tout à la fois comme devait l'être l'œil du peintre et sombre de fraîcheur, un lieu tout empli de silence où le temps semble s'être arrêté.
Peut-être est-ce cela, ou peut-être la douceur patinée du grès rose, l'odeur humide des pavés à laquelle succèderait si l'on faisait quelques pas la chaleur d'un rayon de soleil qui brûlerait la nuque.
Un mouvement de tête et le regard découvre en lignes de fuite qui se perdent au loin en une brume étrange un baroque inventaire fait de marches, d'étai, de pot de fleur, ainsi que d'un socle de pierre rehaussé d'un objet mystérieux ressemblant à un personnage qui tenterait de nous voir et d'un petit banc de bois.
Peut-être est-ce le fait que nul signe de vie ne soit apparent qui provoque cette étrangeté ? Et pourtant cette fenêtre ouverte témoigne d'une présence invisible. Ces couleurs nuancées aux teintes de pastel auxquelles répondent des masses indistinctes aux palettes plus franches de rouge bordeaux, de jaune or et de bleu noir appellent notre attention. Un jeu de contraste entre le flou et le concret, le visible et l'invisible.
Je voulais entrer dans ce tableau, attiré irrésistiblement par le mystère que je pressentais. J'y entrai par les trois marches du perron. Fermer les yeux, tâtonner dans le noir dans l'attente d'un rai de lumière. Il me fallut reprendre de mémoire tous les éléments qui m'avaient interpellé, les lignes et les formes, les sensations et les couleurs.
Bleu noir. Infime singularité. Reflet pur d'un ciel absent. Cette petite tâche devait être un indice. M'en approcher. Plus près encore. Assombrir pour éclairer. Contraster. Aller plus loin dans le spectre du visible pour palper l'invisible.

Peu à peu une forme se condensa et dans l'ombre de la fenêtre, au-delà du mur du chambranle, je vis son visage.


...

 Commentaires [1]  


Rêve [3 - Sep - 08 @ 14:44]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
L'esprit de l'homme qui rêve se satisfait pleinement de ce qui lui arrive. L'angoissante question de la possibilité ne se pose plus. Tue, vole plus vite, aime tant qu'il te plaira. et si tu meurs n'es-tu pas certain de te réveiller entre les morts ? Laisse-toi conduire, les événements ne souffrent pas que tu les diffères. Tu n'as pas de nom, la facilité de tout est inappréciable.


André Breton
in " Manifestes du surréalisme "


 Commentaires [0]  


Chamanes [2 - Sep - 08 @ 22:44]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Quatre ou cinq hommes dansent en rond.
Sur eux la lune va tomber.

Buson Yosa (1716 ~ 1783)


 Commentaires [0]  


Paysage [1 - Sep - 08 @ 18:18]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« Tout paysage aimé est un état d'âme ! »


Bachelard


 Commentaires [0]  


Le trésor [7 - Jul - 08 @ 16:29]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Si nous voulons, rien ne nous serait impossible, puisque le plus pauvre, le plus dénué d'entre nous a le pouvoir de nous remettre, de ses mains appliquées et de ses yeux confiants, un trésor inestimable, ses rêves et sa réalité tout nus que la plate raison et la haine de l'homme gagnant parviennent à déflorer mais jamais à détruire.


Paul Eluard
in " Les Sentiers et les Routes de la poésie "



Un changement d'opérateur Internet, un retour à la Nature jusque fin août, seront responsables de certaines absences...
Rêvez, songez, là aussi est votre réalité.

 Commentaires [1]  


L'homme-arbre [30 - Jun - 08 @ 14:56]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Assis sur un meuble informe, je n'ai pas bougé mes membres depuis quatre siècles. Mes pieds ont pris racine dans le sol et composent jusqu'à mon ventre une sorte de végétation vivace remplie d'ignobles parasites, qui ne dérive pas encore de la plante, et qui n'est plus de la chair.


Lautréamont
in " Les Chants de Maldoror " IVème Chant


 Commentaires [0]  


Incorporation [29 - Jun - 08 @ 14:02]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Je reconnais, incorporés en moi gneiss, charbon, mousses aux longs filaments, fruits, graviers, racines comestibles. Je suis stuqué des pieds à la tête de quadrupèdes et d'oiseaux.


Walt Whitman
in " Feuilles d'Herbes "


 Commentaires [0]  


Imagination [28 - Jun - 08 @ 13:59]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
L'acte d'imagination est un acte magique. C'est une incantation destinée à faire apparaître l'objet auquel on pense, la chose qu'on désire, de façon qu'on puisse en prendre possession. Il y a dans cet art, toujours quelque chose d'ingénieux et d'enfantin, un refus de tenir compte de la distance, des difficultés.
Ainsi le tout jeune enfant , de son lit, agit sur le monde, par ordres et prières. A ces ordres de la conscience, les objets obéissent. Ils apparaissent.


Jean-Paul Sartre
in " L'Imaginaire "


 Commentaires [0]  


Le ciel des poètes [27 - Jun - 08 @ 11:35]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Montons, poètes
A la hauteur des aigles,
Chantons dans les grisailles du monde.
J'y verse, moi, mon soleil à moi,
Toi le tien,
En vers...


Maiakowski
in " Vers et proses "


 Commentaires [0]  


Sang et poésie [26 - Jun - 08 @ 12:31]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Faisons d'abord le poème avec sang
Nous mangerons le temps du sang
Et en avant le po-ème en chant et sans sang
Ce qui était fait avec du sang, nous nous en avons fait un poème...


Antonin Artaud

Le sang qu'a versé Matoub n'a pas coulé pour rien

Le jour de l'assassinat de Lounes Matoub, Muhand Saidi a peint ce tableau avec son propre sang.


 Commentaires [0]  


De la cendre au Phénix [25 - Jun - 08 @ 19:49]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
La flamme est la nuée du coeur
Et toutes les branches du sang
Elle chante notre air
Elle dissipe la buée de notre hiver
Nocturne et en horreur a flambé le chagrin
Les cendres ont fleuri en joie et en beauté
Nous tournons toujours le dos au couchant
Tout à la couleur de l'aurore.


Paul Eluard
in " Le Phénix "


 Commentaires [0]  


Respoésie [24 - Jun - 08 @ 18:53]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Je me fais tirer par les objets, hors du vieil humanisme, hors de l'homme actuel et en avant de lui...


Francis Ponge
in " Le Grand Recueil "


 Commentaires [0]  


La rêverie du monde [23 - Jun - 08 @ 13:07]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 
...Je laisse les choses introduire peu à peu dans mon âme leur lumière particulière, depuis le galet jusqu'au soleil et aux étoiles, et les laisse monter peu à peu comme l'huile du niveau de mes nerfs vers la veilleuse de ma pensée.


Sikellianos


 Commentaires [0]  


Sensation et réalité [21 - Jun - 08 @ 19:36]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Je fus tenté par un mystère où les formes ne jouent aucun rôle. Curieux d'un ciel décoloré d'où les oiseaux et les nuages sont bannis. Je devins esclave de la faculté pure de voir, esclave de mes yeux irréels et vierges, ignorants du monde et d'eux-mêmes. Puissance tranquille, je supprimai le visible et l'invisible, je me perdis dans un miroir sans tain. Indestructible, je n'étais pas aveugle.

Paul Eluard
in " Donner à voir "


 Commentaires [0]  


L'olive [20 - Jun - 08 @ 15:45]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le Poète recommande: " Penchez-vous, penchez-vous davantage."
Il ne sort pas toujours indemne de sa page, mais comme le pauvre, il sait tirer parti de l'éternité d'une olive.


René Char


 Commentaires [0]  


L'oeuvre pure [19 - Jun - 08 @ 23:13]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
L'oeuvre pure implique la diminution élocutoire du poète qui cède l'initiative aux mots par le heurt de leur inégalité mobilisée; ils s'allument de reflets réciproques comme une virtuelle traînée de feux sur des pierreries, remplaçant la respiration perceptible en l'ancien souffle ou la direction personnelle enthousiaste de la phrase.


Stéphane Mallarmé



 Commentaires [0]  


Poésie [18 - Jun - 08 @ 11:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
...Cette langue sera de l'âme pour l'âme, remuant tout, parfums, sons, couleurs, de la pensée accrochant la pensée et tirant.


Arthur Rimbaud
in " Lettre à Izambard "


 Commentaires [0]  


Invraisemblances et hyperboles [17 - Jun - 08 @ 00:05]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Marchands d'histoires - marchands de vent, enjoliveurs ou débineurs, hâbleurs, craqueurs, gausseurs, archi-menteurs, langue ferrée à glace et visage impassible - causeurs et bavardins, faiseurs de châteaux en Espagne, amuseurs à la moutarde et décrasseurs de rêves - grands vernisseurs de faits, enjoliveurs de roses et écraseurs de crottes, tous les arrache-dents et les barons de Crac, les charlatans, les attrapeurs, fanfaronnards, goureurs, farceurs, colleurs, forgeurs, enjôleurs, les chevaucheurs de monts et merveilles - les conteurs à dormir debout, sous de faux-planchers, sous de fausses couleurs, poètes passant par le nième degré de fièvre pour en revenir à zéro, petits poètes généreux donnant à boire aux grands poètes dénués. Et ce qu'ils veulent nous faire prendre pour argent comptant provoque effrontément la vérité qui a si souvent tant de mal à sortir de son puits.


Paul Eluard
in " Les Sentiers et les Routes de la Poésie "


 Commentaires [0]  


Ode du désespéré [16 - Jun - 08 @ 13:34]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
La mort est aujourd'hui devant moi
Comme pour l'invalide la santé
Comme quitter sa chambre après la maladie

La mort est aujourd'hui devant moi
Comme l'odeur de la myrrhe
Comme s'asseoir sur la toile un jour de vent

La mort est aujourd'hui devant moi
Comme l'odeur du lotus
Comme s'asseoir à la rive de l'ivresse

La mort est aujourd'hui devant moi
Comme la fin de la pluie
Comme le retour d'un homme à la maison
Après une campagne outre-mer

La mort est aujourd'hui devant moi
Comme lorsque le ciel se découvre
Comme le désir d'un homme de revoir sa maison
Après des années sans nombre de captivité...

Poème égyptien, l'un des plus anciens que l'on connaisse.
XXème siècle avant J.C.



 Commentaires [0]  


Prière et poésie [15 - Jun - 08 @ 12:05]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
L'homme qui prie est avant tout un homme qui s'exprime, qui s'adresse à la divinité, qui est relié par le verbe aux puissances cosmiques. Ainsi l'attitude de l'homme en prière est-elle nécessairement une attitude prise à l'égard du langage. Ce langage dès lors a deux fonctions: celle de la requête et celle de l'adoration. Le désir humain et la célébration de l'Être jouent donc un rôle constant dans la prière. C'est alors qu'une certaine coïncidence de nature et de fonction se fait jour entre la prière et la poésie. Le poète (sans préjuger de ses propres convictions religieuses) comme l'homme en prière est un homme qui se livre, s'abandonne au langage, qui lui confie sa part de rêves et de désirs en même temps qu'il provoque l'assomption verbale du Réel.


Pierre Seghers
in " Avant-propos du Livre d'or de la Prière, par Alfonso M. Di Nola


 Commentaires [0]  


Atome [14 - Jun - 08 @ 09:25]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Il n'est point, non plus, divisible puisqu'il est tout, entier, homogène,
Car il n'y a point, ici un plus qui romprait sa continuité,
Ni là, un moins : mais tout est plein d'être.
Ainsi tout est continu : être se presse contre être...


Parménide
Traduction d'Auguste Dies


 Commentaires [0]  


Flatterie au poison Kazama [13 - Jun - 08 @ 13:05]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le poison fait tourner la tête.
L’entrave empêche de partir.
Si on a lancé la flèche,
et si la flèche frappe juste,
c’est comme la mouche du cheval:
la mouche qui a piqué un cheval,
piquera un autre cheval.
La flèche est pareille à la femme enceinte:
elle aime la viande.
Même si la flèche ne perce pas le flanc, on meurt.
Si elle perce un peu, on meurt. Si elle entre bien, on meurt. Si elle touche à peine en retombant, on meurt. Si ce n’est pas mon sang, n’importe quel sang tue-le, je te le donne! C’est le feu que j’allume, c’est le feu que je prends. L’ombre est brûlante. le soleil est brûlant. Poison, plus fort que le fusil, plus fort que le tonnerre, plus fort que le feu, n’importe qui, tue-le! Je te le donne si ce n’est pas mon sang.

Chant Haoussa du Niger


 Commentaires [0]  


Mythe et Parole [12 - Jun - 08 @ 23:45]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le mythe raconte une histoire sacrée; il relate un évènement qui a lieu dans le temps primordial, le temps fabuleux des "commencements". Autrement dit, le mythe raconte comment, grâce aux exploits des Êtres surnaturels, une réalité est venue à l'existence, que ce soit la réalité totale, le Cosmos, ou seulement un fragment: une île, une espèce végétale, un comportement humain, une institution...Dans la plupart des cas, il ne suffit pas de connaître le mythe de l'origine, il faut le réciter.


Mircea Eliade
in " Aspects du Mythe "


Mabboul, le Déluge

 Commentaires [0]  


Taaroa [11 - Jun - 08 @ 23:00]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Taaroa est la clarté,
Taaroa est le centre,
Taaroa est le germe
Taaroa est la base
Taaroa est l'incorruptible
Taaroa est le fort
Qui créa l'univers,
L'univers est grand et sacré
Qui n'est que la coquille de Taaroa
C'est lui qui l'anime, qui en fait l'harmonie...


Récit de la création du monde par le dieu Taaroa (Tahiti), la Parole


 Commentaires [0]  


Pourquoi nous émouvoir... [10 - Jun - 08 @ 14:09]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Pourquoi nous émouvoir d'un paysage d'oiseaux
D'une alouette sonnant les matines du soir
Simplement d'une abeille cognant sur la vitre
Si déjà la rumeur ne réveille l'écho
D'une autre nostalgie plus vaste que l'oubli
Et nous qui sommes fous d'irréel de mystère
Pourquoi nous éblouir seulement d'une pomme
Toute ronde vêtue de clarté coutumière
Comme si par le charme ultime d'un regard
L'intemporel devait s'enraciner ici
A l'ombre d'un seul jour au ciel d'un seul pays.


Christian Bachelin


 Commentaires [0]  


Anéantissement [8 - Jun - 08 @ 18:02]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
"La vision de la Vérité est désunion.
L'union consiste à s'anéantir de soi-même et de la Présence Divine."

Cheikh Al Alawi


 Commentaires [0]  


Le grand cheval [7 - Jun - 08 @ 18:37]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...Un dieu me fuit que j'avais inventé
un grand cheval me fixe dans un rêve
un ciel de honte incendie la beauté...


Guy Chambelland
in " Limonaire de la belle amour "


 Commentaires [0]  


L'oiseau [6 - Jun - 08 @ 23:15]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 
L'oiseau au ventre orange
qui chantait dans l'après-midi
mourra
-- de je ne sais quelle mort d'oiseau --
créant un nouveau silence palpable
dissemblable
mais proche de celui des pins et
si élémentaire encore
qu'on le dessinerait aisément sur le sable
si l'écume quotidienne
n'emportait pas toute chose vers la mort.


Franck Venaille


 Commentaires [0]  


J'ai mal... [5 - Jun - 08 @ 23:32]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
J'ai mal de t'avoir quitté, mal de vivre, pays de mûriers, de vignes, de ruisseaux secrets, semblances de Dieu, ma vallée heureuse. Morte j'irai à ta recherche, dans un sac de pauvre, un peu de terre et d'eau, le pain de tes promesses. Et l'on dira: cette femme au loin, il n'y a d'ombre nulle part pour elle.


Laurice Schehadé
in " Le Batelier du vent "


 Commentaires [0]  


Cataclysme [4 - Jun - 08 @ 12:39]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Une erreur de soleil est sur la ville
Tout le ciel a fixé l'éblouissement
Dans un film arrêté j'avance et sur la pierre mes pieds brûlent
De chaque mur l'or mat rayonne la ville a couleur de désert...
...
Une erreur immobile est sur la terre
Stupéfaction sans paupière, debout !
S'est repliée la douce nuit les herbages du songe
Et sur un geste, un pas,
Le feu immense s'est ouvert, le vide insoutenable !

Claire Laffay
in " Dédales "


 Commentaires [0]  


Capucine [1 - Jun - 08 @ 17:50]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
La capucine du silence
ouvre le feu

mais dans la main en friche
une grenouille saute

c'est un savon

sur la poitrine folle


Odile Caradec
in " A vélo, Immortels ! "


 Commentaires [0]  


Tentation [31 - May - 08 @ 19:29]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
en dépit des oiseaux
je me surprends
à remuer des arbres dans la nuit

je déplace des forêts
j'échange des feuillages

il me pousse soudain
des branches bleues
et des fleurs hors de la tête

je m'éveille une pomme aux lèvres

l'aube a tenté sa chance
je parle et dieu sourit


Anne Berger
in " La loi blanche "


 Commentaires [0]  


Voici les mots [30 - May - 08 @ 00:00]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Voici les mots
L'âme et le sang
Rien n'arrache le nom

Ce rouge essentiel
Où brûle
par syllabes
la vie

Qu'il soit lu


Janine Mitaud
in " Danger "


 Commentaires [0]  


Présent [29 - May - 08 @ 13:49]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Ecoute
J'atteins de nouveau l'instant nul où l'avant et l'après s'anéantissent,
Foudroyés
Des grains de mimosas m'éclaboussent dans l'ombre
Je n'ai rien à t'apprendre
Je ne dure pas
Je ne perpétue que le défi de chaque seconde
Ne dis rien
Le présent est ce plaisir absolu de n'avoir pas de lendemain
Précédé de rien
Suivi de rien
Total


Colette Gibelin
in " Le Paroxysme seul "


 Commentaires [0]  


Elle [28 - May - 08 @ 14:37]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Tu as les yeux ouverts. Lignes crispées de l'iris effilé, brillant reflet sur le noir de pupille, et les débris de rêve en lisière de larme.

Acérée, rayon d'eau crépitante au roc brisé des rives, danse heurtée dans l'obscur de tes nerfs.

Brûlée, au creux de la cellule, au profond alvéole du fer que ronge la lumière, épars de chaleur brune.

L'ombre malaise du geste sur ta peau, surface de lueur au recels de brumage. Ecume


François Lajuzan
in " Bruissement éployé de pétale " - 1982


 Commentaires [0]  


Le baiser [27 - May - 08 @ 18:01]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Le baiser ne prendra plus la nuit ses allées cavalières: il s'en retournera sans bruit au silence des lèvres - le mourir, la ténèbre saisis contre l'absence.


Vera Feyder
in " Passionnaire "


 Commentaires [0]  


Nuit rouge [26 - May - 08 @ 23:44]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Un jour de cratère en corolle
la mort s'ouvrira la fleur préférée du soleil
tu croiras vivre une vie plus vive
quand tes mains paumes renversées prendront les fruits de l'air
tout sera heureux sur ton visage
la musique s'envolera le sable mouvant la lumière
comme jamais
et les dernières paroles
le dernier mot de tendresse
enveloppant d'un frémissement qui ne cessera plus celui
qui lentement se pétrifie
s'éloigne à reculons vers la falaise immobile
ce sera tout ensemble la mer et le plus haut sommet
la poésie prendra l'horizon
d'un seul coup de filet
comme les carrelets balancés sur les rivières du Vietnam
terre pacifiée

mais la nuit est rouge et tu ne peux pas mourir


Françoise Han
in " L'Espace ouvert "


 Commentaires [0]  


Attente [25 - May - 08 @ 11:55]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
On enferme les fous dans un jardin de planches
On pique les chiens ivres
Asile de vieillards il reste pour mourir
Une chaise une tasse de tilleul sur la table
Et ce juste recul qui donne au temps vécu
Sa profondeur étrange aux odeurs leur saveur
Inexplicable et chaude

Une anguille se glisse dans les herbes du couchant
L'été fulgure entre les pierres
L'horizon se couvre de colombes occultes.


Christian Bachelin


 Commentaires [0]  


L'avertisseur [24 - May - 08 @ 17:10]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Tout homme digne de ce nom
A dans le coeur un Serpent jaune,
Installé comme sur un trône,
Qui, s'il dit : "Je veux ! " répond : " Non ! "

Plonge tes yeux dans les yeux fixes
Des Satyresses ou des Nixes,
La Dent dit : " Pense à ton devoir ! ",

Fais des enfants, plante des arbres,
Polis des vers, sculpte des marbres,
La dent dit : " Vivras-tu ce soir ? ",

Quoi qu'il ébauche ou qu'il espère,
L'homme ne vit pas un moment
Sans subir l'avertissement
De l'insupportable Vipère.


Charles Baudelaire
in " Les Fleurs du Mal "


 Commentaires [0]  


Marine [23 - May - 08 @ 12:27]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Les chars d'argent et de cuivre -
Les proues d'acier et d'argent -
Battent l'écume, -
Soulèvent les souches des ronces.
Les courants de la lande,
Et les ornières immenses du reflux,
Filent circulairement vers l'est,
Vers les piliers de la forêt,-
Vers les fûts de la jetée,
Dont l'angle est heurté par des tourbillons de lumière.


Arthur Rimbaud


 Commentaires [0]  


Ombre et abîme [22 - May - 08 @ 13:54]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
L'ombre et l'abîme ont un mystère
Que nul mortel ne pénétra;
C'est Dieu qui leur dit de se taire,
Jusqu'au jour où tout parlera.


Victor Hugo


 Commentaires [0]  


Langueur [21 - May - 08 @ 13:58]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Atroces fleurs qu'on appellerait cœurs et sœurs, damas damnant de langueur...


Arthur Rimbaud
in "Métroplolitain "


 Commentaires [0]  


Apparition [20 - May - 08 @ 11:32]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
La lune s'attristait. Des séraphins en pleurs
Rêvant, l'archet au doigt, dans le calme des fleurs
Vaporeuses, tiraient de mourantes violes
De blancs sanglots glissant sur l'azur des corolles.


Mallarmé


Tableau de Dante Gabriel Rossetti

 Commentaires [1]  


Tristesse aux flots de pierre. [19 - May - 08 @ 11:44]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Tristesse aux flots de pierre.

Des lames poignardent des lames
Des vitres cassent des vitres
Des lampes éteignent des lampes

Tant de liens brisés.
La flèche et la blessure
L'oeil et la lumière
L'ascension et la tête.

Invisible dans le silence.


Paul Eluard
in " Seconde Nature "


 Commentaires [0]  


Spectre de poisson soluble [18 - May - 08 @ 17:41]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" Le poème redevient soluble dans la poésie, son orient fragile et changeant nous parle sans cesse d'une eau-mère, d'un plasma poétique dont la pulsation l'irrigue et auquel continue de l'unir une vivante consanguinité. Le diamant mallarméen cède la place à la perle des mers. "


Julien Gracq
in " Préférences " - A propos du "Poisson soluble" d'André Breton


 Commentaires [0]  


Gazelles [17 - May - 08 @ 14:14]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Les gazelles ont caressé leur mémoire
Il en sort tout un équipage
avec de grandes dames sans yeux
un beau visage découvert
une voiture dont les oreilles écoutent écoutent et meurent d'ennui
L'ennui cultivé en des serres inestimables
se développe en capitaine de forbans
J'en suis.

Benjamin Péret
Portrait d'André Breton in " Le Grand Jeu " - 1928


 Commentaires [0]  


Epitaphe [16 - May - 08 @ 13:28]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Vous tous qui haïssez que la déesse change
Que sur la terre Dieu groupe autrement ses anges
Vieux coqs inattentifs au silence de l'œuf,
Sachez que pour Cocteau rien n'était assez neuf.
Il aimait le soleil parce qu'il sera terre,
Sa muse fut une onde, une électricité;
Des poètes pareils n'ont pas droit de cité,
Pourtant Dieu les oblige à ne jamais se taire,
Et semble avoir besoin de leur complicité.


Jean Cocteau
in " Faire-part "


 Commentaires [0]  


Le bel oiseau... [15 - May - 08 @ 15:17]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" Les bancs des boulevards extérieurs s'infléchissent avec le temps sous l'étreinte des lianes qui s'étoilent tout bas de beaux yeux et de lèvres. Alors qu'ils nous paraissent libres continuent autour d'eux à voleter et fondre les unes sur les autres ces fleurs ardentes. Elles sont pour nous traduire en termes concrets l'adage des mythographes qui veut que l'attraction universelle soit une qualité de l'espace et l'attraction charnelle la fille de cette qualité mais oublie par trop de spécifier que c'est ici à la fille, pour le bal, de parer la mère. Il suffit d'un souffle pour libérer ces myriades d'aigrettes porteuses d'akènes. Entre leur essor et leur retombée selon la courbe sans fin du désir s'inscrivent en harmonie tous les signes qu'englobe la partition céleste."


André Breton
Illustration de la Constellation N° 20 de Juan Miro


Constellation N° 20: Le bel oiseau déchiffrant l'inconnu au couple d'amoureux

 Commentaires [0]  


Prière masaï... [14 - May - 08 @ 16:07]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Nuages des montagnes couvertes de neige, arrachez
Les flétrissures du peuple.
Lui qui attend que les cieux soient rouges, arrache
Les flétrissures du peuple.


Prière des femmes Masaï pendant l'absence des guerriers
A leur retour du combat, lorsqu'ils ont remporté la victoire, les guerriers entonnent des chants rituels après avoir peint le côté droit de leur corps en rouge et le côté gauche en blanc.


 Commentaires [0]  


La création du monde [13 - May - 08 @ 14:12]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Mebeghe N'Kwa Sokome M'Bongue seul homme en quatre esprits.
Mebeghe, esprit de l'eau, la gauche, la femme; c'est lui qui détient la pluie, le froid, la nuit et la mort.
N'Kwa, esprit du feu, la droite, l'homme; c'est lui qui détient le soleil, la chaleur, le jour et la souffrance.
Sokome, esprit de la sagesse, le centre, la vérité; c'est lui qui détient la pensée, la parole, l'adresse et l'amour.
M'Bongwe, esprit du vent, la vie; c'est lui qui détient les nuages et la voile, la lumière et la vie éternelle.


Préambule du rite bwiti-fang du Gabon


Statue Fang Byeri d'Homme à quatre têtes

 Commentaires [0]  


Les quatre sens de l'écriture [12 - May - 08 @ 15:20]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
La lettre enseigne les faits,
L'allégorie ce qu'il faut croire,
La morale ce qu'il faut faire,
L'anagogie ce vers quoi il faut tendre.


Nicolas de Lyre ----- XVème siècle


Vézelay. - . Les quatre fleuves du Paradis.

 Commentaires [0]  


Apathéia [11 - May - 08 @ 14:49]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
" L'
apathéia, c'est le but. Alors l'homme est comme Dieu. Il n'y a plus en lui de mauvaises pensées, il n'est plus l'esclave d'aucune passion, il est devenu amour, sans émotions, sans désir : il est."
Cet être silencieux est vaste comme un ciel sans nuage et sans vent :
" Un nuage ne peut se former sans un souffle de vent; de même une passion ne peut naître sans un mouvement de pensée."

Michel Jourdan / Jacques Vigne
in " Marcher, méditer "
Citations de Jean-Yves Leloup et de Marc l'Ascète


 Commentaires [0]  


Les mains sur les yeux [10 - May - 08 @ 18:18]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Plus c'était un baiser
Moins les mains sur les yeux
Les halos de lumière
Aux lèvres de l'horizon
Et des tourbillons de sang
Qui se livraient au silence.


Paul Eluard
in " Premièrement " (L'amour la poésie)


 Commentaires [0]  


Souvenir [9 - May - 08 @ 16:46]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige !
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige...
Tout souvenir en moi luit comme un ostensoir !


Charles Baudelaire
in " Harmonie du soir "


 Commentaires [0]  


Cherchant [6 - May - 08 @ 17:50]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Ne retournent à l'Eternité que ceux qui l'ont cherchée sur terre.


Khalil Gibran


 Commentaires [0]  


Dieu, les étoiles et l'homme [5 - May - 08 @ 14:38]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Au temps où Dieu créa toutes choses
Il créa le soleil.
Et le soleil naît, meurt et revient.
Il créa la lune.
Et la lune naît, meurt et revient.
Il créa les étoiles.
Et les étoiles naissent, meurent et reviennent.
Il créa l'homme.
Et l'homme naît, meurt et ne revient plus.


Chant dinka


 Commentaires [0]  


Initiation [5 - May - 08 @ 00:06]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Tu n'es pas le fils de la nuit,
De la nuit profonde et perfide,
Noire comme la suie de ta case enfumée,
Tu n'es pas le fils de la nuit.
Tu es le fils du jour éclatant et clair.
Le fils de la terre rouge et généreuse,
La terre où germent les fruits savoureux...
Tu es le fils du jour éclatant et clair.
Non, tu n'es pas le fils de la nuit.


Chant d'initiation chez les Pygmées du Gabon


 Commentaires [0]  


Devata [3 - May - 08 @ 12:31]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Vous pouvez vous fermer, mes yeux, car cet être charmant ne sortira plus un instant de ma pensée...


Stèle de Phnom Sandak
CAMBODGE


 Commentaires [0]  


Pique ! [2 - May - 08 @ 11:59]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
” Le poing tue le hérisson, mais la main n’ose pas.”


Proverbe Peul


 Commentaires [0]  


Les deux éternités [1 - May - 08 @ 12:37]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Celui qui observe ce qui est entre la première éternité et la deuxième éternité apporte la preuve de l'Unicité. Celui qui ferme les yeux sur l'éternité d'avant et l'éternité d'après a vu ce qui est entre elles et suscite l'adoration. Celui qui ne s'intéresse ni à ce qui est entre les deux éternités ni à leurs deux versants, celui-là s'agrippe à la poignée de la Vérité.


Hussein ibn Mansour Al Hallâj
in " Le Livre de la Parole "


 Commentaires [0]  


La Voix [30 - Apr - 08 @ 14:34]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Ce n'était pas seulement de pierre que la grande voix était pétrie mais à quantité noble et égale d'eau et de vent, de bois rouge et de ces légers fils de lin pâle que l'on nomme aussi paille de lune et qui incisent le coeur des cavaliers fous qui se hasardent là-haut, près, trop près de la demeure de nos pères.
En son établissement elle était la grande voix, comme un ballant d'ocre sur la frange d'une aube neuve qui ne pourrait totalement, encore, se séparer de la nuit.
D'où son halètement, ce certain cognement que l'on dit être de coeur et qui ne pouvait bien être que de cailloux roulant et s'empêtrant de vent et d'eau.
D'où aussi ce suintement de mesure dans l'aigre du silence comme de plume à l'aile du condor raclant un tiers d'espace et les autres de temps...


Jean Thiercelin
in " Lettre à un ami indien "


 Commentaires [0]  


La rose et la cétoine.. [29 - Apr - 08 @ 00:06]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
J'ai dit cétoine parce que la cétoine est cet insecte d'or vert qui gît au coeur de la rose, parce que j'ai porté un jour l'orvet au poing, la main refermée sur tous les vents alizés, rose des vents et mort d'or, l'escarboucle aux rayons verts sur fond mordoré de l'orvet, de l'or vert de l'amour d'or.
J'ai dit cétoine parce que si l'on pose comme prémisse que ce mot sert à désigner à la fois ta présence et ton absence rutilantes, l'insecte luxueux est le coeur même de la fleur qu'il dévore, le sexe même de la rose au centre de laquelle il gît. Ainsi la cétoine est la pierre de l'anneau de Gygès, gage de notre parfaite invisibilité dans l'amour.
Au coeur de la rose pourpre, notre mort d'or vert...repose, foudroyée.


Claude Tarnaud


 Commentaires [0]  


Absente [28 - Apr - 08 @ 14:23]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Vous pouvez toujours tenter de me nommer mais, autant être franche, vous ne pourrez jamais me nommer, car je suis absente au sommet de l'absence. Toi qui me connais le mieux, tu ne sais rien de moi; non pas que je dissimule, mais tout me dissimule. Je suis de la vulgarité pénétrante des fleuves qui ne connaissent pas les fétus qu'on leur jette, qui ne savent pas la saveur mâle des galets qu'ils roulent en eux. Ils sont sourds et aveugles, sans bras et sans jambes; ils sont muets, même.


Danielle Sarréra
in " L'Ostiaque "


 Commentaires [0]  


La maison des oiseaux [27 - Apr - 08 @ 17:24]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Le mot oiseau n'a rien de décourageant et cependant il y a des oiseaux qui ne volent pas.
..........................
Comme un oiseau de verre j'ai rencontré une femme très nue.
..........................
Plumage est plus loin qu'on ne croit fleur de peau est très mystérieuse.
..........................
Tant de chemins et tant de fourmilières et puis ta voix comme les gouttes d'eau sur l'aile d'un oiseau.


Jehan Mayoux
in " Au crible de la nuit "


 Commentaires [0]  


Fragment ininterrompu... [26 - Apr - 08 @ 15:59]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
éclat reflet échappé du miroir
point invisible à part le temps
sans parcours
sans jaillissement
comme sans rayonnement

reflet noir en plein miroir
infini noir en plein miroir
reflet levé projeté d'éclats

le lieu-point ébloui par le miroir
en un lieu instantané où il faut pénétrer
un lieu mouvant extrêmement proche et
lointain à la fois

un point de convergence obscure
d'une incroyable fulgurance

de l'univers et de l'esprit infinis
de l'infini extérieur à l'espace interne...


Roger Méyère
in " Double poésie d'elle-même "


 Commentaires [0]  


Au voisinage des tableaux de Jacques Hérold... [25 - Apr - 08 @ 11:22]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
L'oeil humain est un soleil à l'image du monde. A la ligne d'horizon du sommeil, tiré d'un trait comme une flèche du coma de l'arc en ciel, droit au coeur des choses sensibles, ton regard perce le jour qui point dans la nuit des temps.
Les bords du tableau fondent et s'enchaînent au coeur de mon dernier instant: le présent.
Au point du jour et de la suie, ton regard s'arrête et tu demeures entre les eaux. La pluie siège et tu es au demeurant - mais tu fais corps avec la mer et tes yeux passent entre les perles, tes yeux restent comme deux gouttes d'eau...


Stanislas Rodanski 1948


Portrait de Léon Veintraub par Jacques Hérold

 Commentaires [0]  


Mais vous naïfs animaux... [24 - Apr - 08 @ 13:21]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
C'est spontanément que vous survolez
du haut de la conscience extérieure...
Vous n'imitez la mort qu'en vous y mirant
et demeurez longtemps semblables
à votre premier rendez-vous avec elle
Aussi est-ce de très loin
que vous vous regardez résister à l'invisible
comme ces nappes d'eau
toujours à l'horizon d'elles-mêmes
qui ne se souviennent que de leur transparence
Et sans doute connaissez-vous
à travers le Chaos l'exact chemin
qui serpente à la limite des deux mondes
de l'illusoire dont vous gardez l'empreinte
au spectacle libre et agile que vous donne la mort...


René Nelli
in " Point de langage "


 Commentaires [0]  


Cheval marin... [23 - Apr - 08 @ 14:24]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Perdue dans les couleurs de l'Atlantide qui se fondent l'une l'autre, illimitables. Poissons de velours, poissons d'organdi aux crocs de dentelle, poissons de taffetas pailleté, poissons de soie, de plumes, poissons-chats, poissons aux flancs laqués, aux yeux de cristal de roche, poissons de cuir desséché avec leurs yeux de groseilles - des yeux pareils au blanc d'un œuf. Fleurs palpitantes sur leur tige comme cœurs de mer. Pas un qui sente son propre poids, et ce cheval marin se mouvant telle une plume...
....................
Je me réveillai à l'aube, jetée sur un rocher - squelette d'un navire étranglé par sa propre voilure.

Anaïs Nin
in " La demeure de l'inceste "


 Commentaires [0]  


L'oeil [22 - Apr - 08 @ 16:00]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
L'œil seul est spatial. Les autres sens sont temporels.


Novalis


 Commentaires [0]  


Inventaire des étoiles [21 - Apr - 08 @ 14:38]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Je connais des étoiles qui ouvrent des sillons sinueux autour d'une solitude étale
des étoiles qui planent comme la mouette au-dessus d'un océan d'amertume
des étoiles qui glissent sur la soie de soirs de fête jusqu'à la brisure du miroir
des étoiles qui reviennent après une longue absence prendre leur place au coeur du brasier
des étoiles qui emportent le malheur au loin pour l'ensevelir dans des charniers obscurs...
.....
je connais aussi une étoile saignante
dans son étau bleu
dont les reflets de douleur m'éclaboussent
chaque fois que le jour meurt.


Roland Giguère


 Commentaires [0]  


Puissances futures [20 - Apr - 08 @ 16:38]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Le gréement de la nuitée bruissante
Crève la voûte des lenteurs...


Elie-Charles Flamand


 Commentaires [0]  


Partir [19 - Apr - 08 @ 11:27]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Partir.
Comme il y a des hommes-hyènes et des hommes-
panthères, je serais un homme-juif
un homme-cafre
un homme-hindou-de-Calcutta
un homme-de-Harlem-qui-ne-vote-pas

l'homme-famine, l'homme-insulte, l'homme-torture
on pouvait à n'importe quel moment le saisir le rouer
de coups, le tuer - parfaitement le tuer - sans avoir
de compte à rendre à personne sans avoir d'excuses à présenter à personne
un homme-juif
un homme-pogrom
un chiot
un mendigot

mais est-ce qu'on tue le Remords, beau comme la
face de stupeur d'une dame anglaise qui trouverait
dans sa soupière un crâne de Hottentot?


Aimé Césaire
Extrait de " Cahier d'un retour au pays natal "


 Commentaires [0]  


Le Coeur-Espace [19 - Apr - 08 @ 10:34]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...Je ne me souviens plus du nom de ces étoiles lasses dans le ciel.
Depuis longtemps pour moi les cieux coupeurs de têtes sont morts.
Le vent m'apporte cette nuit un bruit de pas sur des plages,
Avènement obscur d'un dernier feu.
-- Des ruines du rivage est monté le froid, et dans les miroirs
La terre déforme le visage glacé que les femmes tendent au bout des piques de plein vent.
...............
Je ne me souviens plus,
Et le jardin pourtant au fond de l'année s'ouvre encore,
Les grilles ne savent plus crier.
Je n'ai pas oublié le terrible silence des jardins.

Yves Bonnefoy
in " Anti-Platon "


 Commentaires [0]  


Orphée aux Enfers [18 - Apr - 08 @ 16:48]
   Sujet posté dans le thème: POE

 J'ai marché toute la nuit. Des armées de moi-même ont marché. Des colonnes de basalte ont traversé les soleils mourants. Les chemins de la nuit se sont refermés comme des livres.
..............
Les questions marchaient en se tenant par la main, comme des aveugles.
Les questions marchaient sur le bord étroit de la nuit.
..............
Un berger traversa la ville avec son troupeau. Un berger au manteau de verdure et de silence.


Maurice Blanchard
in " La Hauteur des murs "


 Commentaires [0]  


Caresse [17 - Apr - 08 @ 15:16]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Je me suis prise à caresser
la mer qui hume les orages.


Paul Eluard


 Commentaires [0]  


...Se couche à l'ouest [15 - Apr - 08 @ 14:41]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Tes mains de morte
Marie sans nom
Joins-les aux nôtres
Que j'en sente encore la chaleur
Comme d'une lampe voilée par l'éclat de sa propre lumière

Car nous sommes exilés comme toi
Loin de notre réalité visible
Et invisible
Qui s'ouvre comme une châtaigne sur la braise
Pour s'envoler
Au premier souffle du printemps

Tandis que tu redescends
Pensivement
L'escalier qui conduit à l'illusoire chemin de ronde...


Jean Louis Bédouin - 1968-


 Commentaires [0]  


Ô Tout... [14 - Apr - 08 @ 14:31]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Ô tout de mon tout - ô mon ouïe, ô ma vue,
Ô ma totalité, ma composition et mes parts !
Ô Tout de mon tout - tout de toutes choses, énigme équivoque,
C'est le tout de Ton tout que j'obscurcis en voulant T'exprimer !
Ô Toi, à qui mon esprit s'était suspendu, déjà mourant d'extase...


Al Hallâj


 Commentaires [0]  


Ars poetica [13 - Apr - 08 @ 15:01]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...Un poème doit être sans mots
Comme le vol des oiseaux.
Un poème doit être immobile dans le temps
Lorsque monte la lune,
Et laisser, lorsque la lune délivre
Brindille à brindille les arbres enchevêtrés dans la nuit,
Laisser, lorsque la lune abandonne derrière l'hiver,
Souvenir à souvenir l'esprit.
Un poème doit être immobile dans le temps
Lorsque la lune monte...


Archibald MacLeish


 Commentaires [0]  


Comme naissent les feuilles... [12 - Apr - 08 @ 11:07]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" Magnanime, fils de Tydée, pourquoi me demander quelle est ma naissance ? Comme naissent les feuilles, ainsi font les hommes. Les feuilles, tour à tour, c'est le vent qui les épand sur le sol, et la forêt verdoyante qui les fait naître, quand se lèvent les jours du printemps. Ainsi les hommes : une génération naît à l'instant même où une autre s'efface. "


Homère
in " L'Iliade " - Livre VI - Réplique de Glaucos à Diomède.


 Commentaires [0]  


L'arbre du ciel [11 - Apr - 08 @ 10:20]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Pour l'ornement de qui les bouches
Des roses s'ouvrent sur un discours langoureux;
Et de la grâce de qui les arbres du ciel
Apprennent leur blanche stature...


Kenneth Patchen


 Commentaires [0]  


La Sibylle de Cumes [10 - Apr - 08 @ 20:05]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Tu verras la prêtresse inspirée qui, sous sa roche profonde, chante les destinées et qui sur des feuilles d'arbres inscrit des lettres et des mots. Tous les vers prophétiques que la vierge a tracés sur ces feuilles sont disposés en ordre et restent enfermés dans son antre. Ils y demeurent immobiles, et l'ordre n'en est jamais troublé. Mais que la porte s'ouvre et que du seuil un souffle d'air chasse et disperse cette légère frondaison, elle les laisse voltiger dans sa caverne et ne se soucie point de les reprendre, de les ranger, d'en réunir les vers épars.


Virgile
in " Enéide " - Livre III - Hellenus à Enée.


Peinture de Michel Angelo datant de 1510
"La Justice, la Vierge, revient demeure avec nous et le règne de Saturne est restauré. Le premier-né du nouvel âge est déjà sur le chemin qui mène des hauts cieux jusqu'ici-bas."
Prédiction de la Sibylle de Cumes

 Commentaires [0]  


Océan [9 - Apr - 08 @ 00:08]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Sur ce rivage vieux, le vulgaire océan
Roule sans bruit, sans bruit, tel un oiseau sans poids
Qui sur son nid va se poser, mais jamais ne se pose.
Aile après aile se déploie sans jamais être une aile
Et serres sur la grève sans arrêt grattent le galet, le galet futile,
Le galet en rumeur qu'enfin entraînent les eaux...


Wallace Stevens


 Commentaires [0]  


Nature [8 - Apr - 08 @ 14:26]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Et jusqu'à l'infini, les herbes rigides ou languissantes dans les champs,
Et dessous les fourmis brunes dans leurs petites murailles
Et la croûte moussue où se cache le ver, les pierres amoncelées, la molène et la morelle en grappes.


Walt Whitman

in " Specimen Days "


 Commentaires [0]  


L'enfant [7 - Apr - 08 @ 00:09]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Si l'enfant est souvent artiste, il n'est pas
un artiste. Car son talent le possède, et lui ne le possède pas.

André Malraux
in " Les voix du silence "


 Commentaires [0]  


Conseil à un voyageur [6 - Apr - 08 @ 11:23]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...De bas en haut, contemple l'air trompeur;
C'est qu'à tes pieds le lac est plat; son miroir
Ne peut te faire mal, et cependant
Les oiseaux dans le ciel tracent, là-haut,
Les cercles de l'immense solitude.


Howard Moss


 Commentaires [0]  


Jeu de barres [5 - Apr - 08 @ 14:19]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...........................
Que firent les petits enfants
la dernière fois qu'on crucifia le Christ ?
Ils se cachèrent tous sous une guirlande de mûrier
et ne cessèrent de se surveiller.
C'est qu'ils jouaient au jeu de barres,
et comme face à face les camps s'épiaient,
ceci seul importait vraiment :
qui serait pris, qui pourrait prendre les autres
avant que fût sombre le soir,
avant que fût sombre la terre, et sombre l'air.


Daniel G. Hoffman
in " Incubus "


 Commentaires [0]  


Arbre [4 - Apr - 08 @ 22:00]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Je marche d'un pas lent sur les hautes murailles de défense et je regarde fixement
Les fondations d'une maison ou cet endroit
Dont l'arbre, comme un doigt couvert de suie, s'élève en naissant de la terre.


William Butler Yeats


 Commentaires [0]  


La vision [3 - Apr - 08 @ 18:40]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Oui, il était là, son tableau. Il était là, avec tous ses verts et ses bleus, ses zébrures perpendiculaires et latérales, son effort pour réaliser quelque chose. On l'accrochera au mur d'une mansarde, songea-t-elle, il sera détruit, mais qu'importe, se dit-elle, reprenant son pinceau. Elle regarda les marches, elles étaient vides; elle regarda sa toile, elle devenait confuse. Avec une intensité soudaine comme si, l'espace d'une seconde, elle l'apercevait avec clarté, elle traça un trait là, au centre. C'était fait; c'était fini. Oui, songea-t-elle, reposant son pinceau avec une lassitude extrême, j'ai eu ma vision.


Virginia Woolf
in " La promenade au phare "


 Commentaires [0]  


Le personnage de l'amour quête de ce qui fut perdu. [2 - Apr - 08 @ 13:50]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Vois comme ces étoiles marchent au ciel appuyées sur leur bâton
De vieille lumière; avec quelle simplicité cet azur
Porte l'éternité dans la calme grotte de Dieu, où César
Et Socrate, comme deux primitives peintures sur un mur
Regardent, de leurs yeux niais, l'univers où nous sommes.
...........................
Doucement comme le sommeil d'une fleur, amour,
Le vent herbeux avance sur la prairie émue de la nuit:
Vois comme les grands yeux en bois de la forêt
Regardent l'architecture de notre innocence.
..............................
T'es-tu demandé pourquoi toutes les fenêtres étaient brisées au ciel ?
As-tu vu les sans-gîte dans la main de Dieu, tombe ouverte ?
Veux-tu apprendre aux alouettes la sotte musique de la guerre ?
...........................

Kenneth Patchen


 Commentaires [0]  


Le calumet [1 - Apr - 08 @ 14:16]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Quand on bourre un calumet, tout l'espace (représenté par les offrandes aux Pouvoirs des Six Directions) et toutes les choses (représentées par les grains de tabac) sont comprimés en un seul point (le fourneau ou coeur du calumet), en sorte que le calumet contient, ou
est réellement, l'univers.
Mais étant l'univers, le calumet est aussi l'homme, et celui qui bourre un calumet doit s'identifier à ce dernier, établissant ainsi non seulement le centre de l'univers, mais encore son propre centre; il se "dilate" au point que les six directions de l'espace ont, en fait, leur origine en lui-même. C'est par cette "dilatation" qu'un homme cesse d'être une partie, un fragment, et devient totalité, ou sainteté; il fait éclater l'illusion d'un état d'isolement.


Elan Noir Chef Sioux Oglala - 1863-1950


 Commentaires [0]  


M'imaginant dans la mort... [31 - Mar - 08 @ 23:50]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
M'imaginant dans la mort,
Mes tendres filaments
De fil se sont mués en air,
Et voilà toute ma conscience
(Comme un monde de pierres et de rocs,
Mon grand corps lourd exhale cependant
Une bien violente atmosphère
Qui est l'insaisissable rupture de l'air)...
...
Voilà que j'étais l'air, l'air,
Et que je pressais contre l'oeil et la joue
Les aveugles gonds de l'éternité,
Qui font grincer le monde entier.


Richard Eberhart


 Commentaires [0]  


Dessin [30 - Mar - 08 @ 16:04]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le dessin dépourvu d'inhibition constitue le premier enregistrement de l'idée intérieure. En lui, pour la première fois, la réalité subjective et la réalité objective sont saisies. C'est pourquoi rien ne peut remplacer le dessin.
Il contient en général la structure architecturale qui décrit comment l'espace à trois dimensions est exploité à fond, aussi bien que le schéma géométrique, la mise en place des formes, la valeur des couleurs...
Au milieu d'un travail fatigant, j'éprouve parfois pendant de courts moments un grand bonheur, qui me touche comme une vague. Je devine peut-être, alors, que ce que je fais a une signification et un but... Au milieu du chaos des faits sans suite et profondément absurdes, au milieu d'un océan d'instruments et de pouvoirs spécialisés, je suis capable d'exprimer une vérité... qui ne peut pas être exprimée d'autre façon.


Henry Koerner


 Commentaires [0]  


L'esprit [29 - Mar - 08 @ 14:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
S'il cessait d'être incarné, il perdrait du même coup son individualité, ses rapports avec le temps et l'espace, sa faculté d'expression et sa vision particulière de la nature et de l'histoire : en vérité, s'il cessait d'être incarné, il cesserait tout simplement d'être. Le destin de tout esprit est d'exister à l'intérieur d'un corps particulier, à une période déterminée. Mais de par sa nature et sa fonction, il lui faut, de l'intérieur de ce monde limité, communiquer avec la vie et l'univers en général.


George Santayana
in " L'Univers, mon hôte "


 Commentaires [0]  


S'ils parlaient... [29 - Mar - 08 @ 00:08]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Les animaux ne sauront pas,
Ne comprendraient pas, resteraient indifférents
Devant tous leurs noms, dans nos livres,
Devant toutes leurs images.

Quels noms? Ils n'en connaissent pas le son;
Dans leur silence ils n'ont pas songé à la chose.
On ne les a pas prévenus qu'ils sont vivants;
Ils ne savent pas qui les a mis là.

Tout simplement ils sont. Comme nous sommes;
Ils nous le diraient, s'ils pouvaient parler;
Nous les écouterions peut-être, et l'univers
Serait incréé d'un seul coup.


Mark van Doren


 Commentaires [0]  


Etoiles [27 - Mar - 08 @ 17:41]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Les blanches, les silencieuses étoiles
Mènent leur tournoyant anneau,
Et se penchent du haut du ciel noir
Pour écouter le chant du monde-cygne...


Thomas Merton
Poème : 1939


 Commentaires [0]  


Si nous savions... [26 - Mar - 08 @ 23:10]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Si nous savions faire ce que les blancs oiseaux
font
du fil affûté de leur aile raide trancher les franges du vent,
le réduire en poussière comme s'effondre la lancée des vagues
écrasées sur les rocs, criant leur clameur:
" Oh, moi, si ça vous amuse, ça ne me gêne pas", presque avec le sourire,
tandis que les légères spirales de fumée d'incessantes cheminées
montant se suspendre à un nuage qui est blanc
peuvent explicitement se payer le luxe d'être
savantes exquisément.....


Marsden Hartley (1877-1943)


MARSDEN HARTLEY
Birds of the Bagaduce, 1939

 Commentaires [0]  


Tremblement [25 - Mar - 08 @ 15:14]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Le sol tremble
Comme je suis sur le point d'entrer.
Le coeur me manque
Comme je suis sur le point d'entrer
Dans la hutte de l'esprit.


Chant indien Mide


 Commentaires [0]  


Quelques notes.. [25 - Mar - 08 @ 00:07]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Pour créer un tout, celui qui travaille à ses parties doit avoir ses propres parties, arrangées séparément, disposées de telle manière qu'elles soient mobiles (et bien qu'elles ne puissent être interverties, il faut qu'on ait le sentiment qu'elles le peuvent); avoir ses lignes de connexion, ses vivantes artères de connexion. Et il y aura des points de convergence, des points qui accrochent sans relâche, sans erreur, le regard. De ces points organisés en eux-mêmes. Oui, il y aura de grandes et de petites parties, interdépendantes, donnant toutes le sentiment d'un mouvement possible.


John Marin

Maine Islands (1922)

 Commentaires [0]  


Poésie [23 - Mar - 08 @ 13:25]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
La poésie est une langue à part alors que les peuples s'imaginent qu'elle est une certaine manière d'employer la leur. Langue sublime, morte et vivante, équilibre instable entre ce que nous croyons savoir et ce que nous savons ne pas savoir. Et si vous me demandez en cette grave minute à quoi sert la poésie, je vous dirai que si j'étais capable de vous répondre, je ressemblerais à une plante qui se mêle d'horticulture.


Jean Cocteau
in " Court métrage "


 Commentaires [1]  


Faustine [22 - Mar - 08 @ 10:59]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
La plus frappante particularité de l'onde en question résidait de prime abord dans son éclat prodigieux; la moindre goutte brillait de façon aveuglante et, même dans la pénombre, étincelait d'un feu qui lui semblait propre... Dès que l'astre luisait, l'ensemble se parait d'une irradiation presque insoutenable....


Raymond Roussel
in " Locus Solus "


 Commentaires [0]  


La sixième heure [21 - Mar - 08 @ 17:36]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" Quel calme s'empare de l'homme à la sixième heure !
La connaissance se lève comme un soleil, même pour le plus aveugle."


Franz Kafka
in " La Métamorphose "


 Commentaires [0]  


Âme [20 - Mar - 08 @ 13:44]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« Votre âme est un paysage choisi. »


Paul Verlaine
in " Fêtes galantes " - Clair de lune


 Commentaires [0]  


Silence [19 - Mar - 08 @ 23:07]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...J'assume
Une manière d'existence cristalline,
Dans cette immensité translucide, ici même,
A présent ou jamais,
Il faut que la forme de l'être humain
En sa géométrie,
Sa cristallographie,
Son astronomie, soit visible.
Le bien et le mal de ma propre histoire
Défilent devant moi. Je peux les voir
Et les peser. D'abord ils passent
Avec les autres événements personnels,
Les sensations et les désirs.
A la fin il ne reste rien
Que le savoir, lui-même un grand cristal
Qui enveloppe le cristal
Sans limites de l'air,
Du roc, de l'eau. Les deux cristaux
Sont d'un parfait
Silence. On ne peut rien
En dire. Rien du tout.


Kenneth Rexroth
in " Le temps est la grâce de l'éternité "


 Commentaires [0]  


Le chant délirant du fou [18 - Mar - 08 @ 11:58]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Souvent, je l'entendais comme en rêve
Lointain, solitaire et doux
Comme la complainte, le chant funèbre
De la raison morte et perdue.
Pour m'enivrer de ses accords, je fuyais
A pas muets dans le silence
Avant que le dieu du jour se levant
Ne frappe à l'orient les collines.
L'air retenait son souffle; et les arbres immobiles
Semblaient des anges accablés de douleur.
Les larmes dont ils étaient gonflés tombaient en gouttes de rosée
Sur la terre à l'écoute.


Abraham Lincoln


 Commentaires [0]  


Tout-tenant [16 - Mar - 08 @ 16:08]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...Je crois qu'au commencement était bien la folie
S'expliquer avec un miroir
superpositions-mirages

Debout mon ange, je me nécessite un silence déformant
Celui-là même qui subsiste avant tout instant de fracas

On est foutu mon corps -- pourquoi my asservir
finir seulement la dimension manquante
comme quelqu'un assujetti au rien

il fait sombre en ce pays de lumière --
Le vent de Tout-tenant...


Claude Noël
in " Déraisonances "


 Commentaires [0]  


Un corps inaudible [15 - Mar - 08 @ 16:48]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
(les maisons dans le grand parc - îles couleurs claires, toutes si claires, blanches ocres ou roses, leurs façades criblées par les avancées du ciel - posent au bord du soleil, poussées par le flux des herbes hautes
à mots éculés traînent les promenades soliloques de la veille qui descendent les allées d'un sourire bonjour
et le ciel du matin tôt n'a plus lieu d'incidence; il ne se passe aucune journée depuis l'éveil des cils jusqu'au coucher médicamenteux...


d.manz'ie
in " Déraisonnances "


 Commentaires [0]  


Perméabilité mentale [14 - Mar - 08 @ 18:17]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Accroche ton esprit au souffle du vent.
Qu'il te souffle, qu'il te souffle, comme une poignée de graines,
Une poignée de feuilles en automne! Souffle, souffle!
Peu importe où ni pour quelle raison,
Pour la vie ou pour la mort. Suis le vent,
Tourne et retourne, assieds-toi dans un arbre, quitte-le,
Descends un fleuve, habillé de rouge, pour que la truite
Te regarde, sans repos, sans but, étincelant!
Rien ne sied mieux à l'âme que la métamorphose.

Conrad Aiken
in " Preludes for Memnon "


 Commentaires [0]  


Ombres [13 - Mar - 08 @ 13:41]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Je me suis environné d'ombres qui m'égarent, car elles singent les réalités de la vie. Elles m'ont attiré à l'écart des chemins fréquentés et m'ont laissé dans une étrange solitude; une solitude au milieu des hommes dont aucun n'éprouve les mêmes désirs que moi, dont aucun ne pense ni ne sent comme moi.
Ce sont les contes qui ont fait tout cela. Peut-être que lorsqu'ils seront en cendres, je me retrouverai tel que j'étais avant de leur donner l'être...


Nathaniel Hawthorne
in " Le Démon du Manuscrit "


 Commentaires [0]  


Le vieux chaos. [12 - Mar - 08 @ 18:20]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
J'ai vu moi-même et Dieu.
J'ai vu les ruines où vit le Seigneur:
Sans forme et vaste, l'épave éparpillée du monde;
La tristesse insondée, la misère sans fond.
J'ai entendu des pleurs, mais aussi de la joie.
J'ai vu des ruines, mais aussi des fleurs.
J'ai vu la haine, mais aussi l'amour.
Et ainsi je me suis vu moi-même.


Conrad Aiken
in " Preludes for Memnon " - 1931-


 Commentaires [0]  


Chant d'une vieille femme dans le froid [11 - Mar - 08 @ 18:02]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Pas un mot, pas un mot.
La neige tombe.
Et le vent souffle comme en arrière.


Chant indien Papago


 Commentaires [0]  


Conversation d'Ulysse avec Tirésias [10 - Mar - 08 @ 23:47]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Et puis nous sommes descendus jusqu'au navire,
Avons poussé la quille vers les brisants, droit sur la mer des dieux, et
Dressé le mât et mis la voile sur ce navire basané,
Embarqué des brebis, et nos corps aussi
Lourds de larmes, et les vents en poupe
Nous ont poussés vers le large, toutes voiles gonflées,
Ruse de Circé, la déesse casquée d'une savante coiffure.


Homère
in " Odyssée " - XIème Livre -
Traduction par Ezra Pound du texte latin établi en 1530
par Andreas Divus Justinopolitanus.


 Commentaires [0]  


Chant de la Danse du Bison [8 - Mar - 08 @ 15:30]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Il a dit, Irréel se dresse le bison,
Ce sont là ses paroles.
Irréel le bison se dresse,
Irréel il se dresse dans le grand espace.
Irréel il se dresse.


Chant indien Pawnee


 Commentaires [0]  


Adieux à un ami [7 - Mar - 08 @ 23:10]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Montagnes bleues au nord des murailles,
Fleuve blanc qui serpente près d'elles;
Il faut nous séparer ici
Et traverser mille lieues d'herbe morte.

Esprit comme un gros nuage flottant,
Coucher de soleil comme la séparation de vieux amis
Courbés sur leurs mains jointes à distance.
Nos chevaux hennissent l'un pour l'autre
au moment du départ.


Ezra Pound


 Commentaires [0]  


Un moment de vision [6 - Mar - 08 @ 18:03]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Arrêter pour un temps les mains occupées aux œuvres pratiques de la terre, obliger des hommes absorbés par la vue lointaine de succès matériels à contempler un moment autour d'eux une vision de forme, de couleurs, de lumière et d'ombre; les faire s'arrêter, l'espace d'un regard, d'un soupir, d'un sourire, tel est le but, difficile et fuyant, et qui n'est donné qu'à bien peu d'entre nous d'atteindre. Mais quelquefois, par l'effet de la grâce et du mérite, même cette tâche-là peut être accomplie. Et lorsqu'elle est accomplie, - ô merveille! - toute la vérité de la vie s'y trouve: un moment de vision, un soupir, un sourire et le retour à un éternel repos.


Joseph Conrad
in " Le Nègre du Narcisse "


 Commentaires [0]  


[5 - Mar - 08 @ 22:40]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Tout le monde veut comprendre la peinture. Pourquoi n'essaie-t-on pas de comprendre le chant des oiseaux ? Pourquoi aime-t-on une nuit, une fleur, tout ce qui entoure l'homme, sans chercher à les comprendre ? Tandis que pour la peinture on veut comprendre.
Qu'on comprenne surtout que l'artiste œuvre par nécessité...


Pablo Picasso
in " Conversations avec Picasso " par Christian Zervos (1935)


Flashlight: Femme

 Commentaires [0]  


Pureté [4 - Mar - 08 @ 11:58]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Je n'oublierai jamais le merveilleux calme qui planait sur la terre et l'eau. L'eau profonde et diaphane reposait au pied de la falaise toute chaude de soleil, comme une grande vasque de verre et tandis que la quille de notre bateau creusait son sillon, j'attendais presque le bruit du verre fendu et se brisant en mille morceaux... Et combien la couleur et le son ressortaient dans l'air limpide ! Les rochers couleur de mousse se reflétaient sans la moindre fêlure dans l'eau cristalline d'une teinte sombre... Je n'ai jamais rien vu qui rappelât une certaine pureté se trouvant dans l'air de Cragthorpe, cette légèreté, cet éclat, cette crudité qui permet à chaque élément du paysage d'affirmer sa réalité propre. La vue se présente toujours plus ou moins comme un tableau auquel manquerait une dernière opération, celle qui ramène tout à l'unité.


Henry James
in " A Landscape Painter "- 1866 -



Tableau de Fitz Hugh Lane (1804-1865) Ecole Luministe

 Commentaires [0]  


Le pont [2 - Mar - 08 @ 19:13]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Nous cherchons toujours à jeter un pont entre ce qui est et ce qui devrait être; et par là donnons naissance à un état de contradiction et de conflit où se perdent toutes nos énergies.


Krishnamurti


 Commentaires [0]  


Ce beau soir... [1 - Mar - 08 @ 10:55]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Oui, même si l'humanité est détruite, si notre race est anéantie comme Sodome, il suffit qu'il y ait ce beau soir sur la terre et les arbres illuminés...
Ce qui l'anime est tout entier ici et ne peut jamais se perdre. Après tout, qu'est-ce que l'humanité sinon une expansion de l'incompréhensible ?


D.H. Lawrence


 Commentaires [0]  


Théophanie [29 - Feb - 08 @ 14:13]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Au matin, une lune apparut dans le ciel,
elle descendit du ciel et jeta sur moi un regard:
comme un faucon qui saisit un oiseau lors de la chasse,
cette lune me ravit et m'emporta en haut des cieux.
Quand je me regardai moi-même, je ne me vis plus,
car dans cette lune mon corps, par grâce, était devenu pareil à l'âme...


Rûmi


 Commentaires [0]  


La ronde sous la cloche [28 - Feb - 08 @ 15:18]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Douze magiciens dansaient une ronde sous la grosse cloche de Saint-Jean.
Ils évoquèrent l'orage l'un après l'autre, et du fond de mon lit je comptai avec épouvante douze voix qui traversèrent processionnellement les ténèbres.....

Aloysius BERTRAND


 Commentaires [0]  


Rêve d'un papillon [27 - Feb - 08 @ 18:50]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Rêve d'un papillon hivernal.
Une goutte de neige fondue

Dans le Karakoram.

Kakio Tomizawa (1902 ~ 1962)


 Commentaires [0]  


Je te l'ai dit... [26 - Feb - 08 @ 14:14]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Je te l'ai dit pour les nuages
Je te l'ai dit pour l'arbre de la mer
Pour chaque vague pour les oiseaux dans les feuilles
Pour les cailloux du bruit
Pour les mains familières
Pour l'oeil qui devient visage ou paysage
Et le sommeil lui rend le ciel de sa couleur
Pour toute la nuit bue
Pour la grille des routes
Pour la fenêtre ouverte pour un front découvert
Je te l'ai dit pour tes pensées pour tes paroles
Toute caresse toute confiance se survivent.

Paul Eluard


 Commentaires [0]  


Devenir [24 - Feb - 08 @ 15:36]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Du temple de feu
Emerge tourmentée la vie
Un arbre



 Commentaires [0]  


Sillons [23 - Feb - 08 @ 13:22]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Le grave laboureur fait ses sillons et règle
La page où s'écrira le poème des blés...


Victor Hugo


 Commentaires [0]  


Gouttes [22 - Feb - 08 @ 16:25]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Au jour de chrysanthème
Je secoue et peigne mes cheveux mouillés

Des gouttes se laissent tomber.

Hisajo Sugita (1890 ~ 1946)


 Commentaires [0]  


Vibrations [21 - Feb - 08 @ 23:16]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
L'espace a fait bourdonner
Les ailes fines de la libellule.

Sekitei Hara (1889 ~ 1951)


 Commentaires [0]  


Larmes [21 - Feb - 08 @ 00:58]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Le printemps passe.
Les oiseaux crient

Les yeux des poissons portent des larmes.

Basho Matsuo (1644 ~ 1694)


 Commentaires [0]  


Vaisseaux intergalactiques [19 - Feb - 08 @ 17:46]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Le grand vapeur du vent approche.
Il vient du fond de l'univers,
Comme ça.

Il transporte toutes sortes de guérisseurs mystiques,
Et les docteurs et les fées
Des villes étranges de l'espace.
De puissants guérisseurs approchent...

Chant vaudou



Détails de "La Crucifixion" - 1350

 Commentaires [1]  


Le cygne des ténèbres [18 - Feb - 08 @ 23:17]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Quand sur notre terre où se joue
Le blanc flocon flottant sans bruit
La mort, spectre vierge, secoue
Ses ailes pâles dans la nuit.

Quand nous glaçant jusqu'aux vertèbres,
Nous jetant la neige en rêvant,
Ce sombre cygne des ténèbres
Laisse tomber sa plume au vent...


Victor Hugo
in " Les Contemplations ".


 Commentaires [0]  


Fusion [17 - Feb - 08 @ 22:37]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le Lakota était empli de compassion et d'amour pour la nature. Il aimait la terre et toutes les choses de la terre, et son attachement grandissait avec l'âge. Les vieillards étaient - littéralement - épris du sol et ne s'asseyaient ni ne se reposaient à même la terre sans le sentiment de s'approcher des forces maternelles. La terre était douce sous la peau et ils aimaient à ôter leurs mocassins et à marcher pieds nus sur la terre sacrée. Leurs tipis s'élevaient sur cette terre dont leurs autels étaient faits.
L'oiseau qui volait dans les airs venait s'y reposer et la terre portait, sans défaillance, tout ce qui vivait et poussait. Le sol apaisait, fortifiait, lavait et guérissait.
C'est pourquoi les vieux Indiens se tenaient à même le sol plutôt que de rester séparés des forces de la vie. S'asseoir ou s'allonger ainsi leur permettait de penser plus profondément, de sentir plus vivement; ils contemplaient alors avec une plus grande clarté les mystères de la vie et ils se sentaient plus proches de toutes les forces vivantes qui les entouraient.


Luther Standing Bear
In " Pieds nus sur la Terre sacrée "


Last Horse

 Commentaires [0]  


Le feu [16 - Feb - 08 @ 18:29]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Le feu brûle les herbes
Et vient nous lécher.
Un enfant le relèche.

Koi Nagata (1900 ~ 1997)


 Commentaires [0]  


Obsidienne [15 - Feb - 08 @ 15:41]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Quel beau spectacle mais quel beau spectacle
A proscrire. Sa visibilité parfaite
Me rendrait aveugle.

Des chrysalides de mes yeux
Naîtra mon sosie ténébreux
Parlant à contre-jour soupçonnant devinant
Il comble le réel
Et je soumets le monde dans un miroir noir
Et j'imagine ma puissance
Il fallait n'avoir rien commencé rien fini
J'efface mon image je souffle ses halos
Toutes les illusions de la mémoire
Tous les rapports ardents du silence et des rêves
Tous les chemins vivants tous les hasards sensibles
Je suis au coeur du temps et je cerne l'espace.


Paul Eluard
in " Défense de savoir "


 Commentaires [1]  


Analogie [14 - Feb - 08 @ 16:43]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Que deux termes forment seuls une belle composition, cela n'est pas possible sans un troisième. Car il faut qu'entre eux il y ait un lien qui les rapproche tous les deux. Or, de toutes les liaisons, la plus belle est celle qui se donne à elle-même et aux termes qu'elle unit l'unité la plus complète. Et celà, c'est la proportion, l'analogie qui, naturellement, la réalise de la façon la plus belle.


Platon


 Commentaires [0]  


La Jérusalem Céleste [13 - Feb - 08 @ 15:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Il faut qu'en nous s'accomplissent spirituellement les rites dont ces murailles ont été l'objet matériellement. Ce que les évêques ont fait dans cet édifice, c'est ce que Jésus-Christ, le Pontife des biens futurs, opère chaque jour en nous de façon invisible... Nous entrerons dans la maison que la main de l'homme n'a pas élevée, dans l'éternelle demeure des cieux. Elle se bâtit avec des pierres vivantes, qui sont les anges et les hommes.


Saint Bernard


 Commentaires [0]  


Nuit Rhénane [12 - Feb - 08 @ 18:36]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Mon verre est plein d'un vin trembleur comme une flamme
Ecoutez la chanson lente d'un batelier
Qui raconte avoir vu sous la lune sept femmes
Tordre leurs cheveux verts et longs jusqu'à leurs pieds

Debout chantez plus haut en dansant une ronde
Que je n'entende plus le chant du batelier
Et mettez près de moi toutes les filles blondes
Au regard immobile aux nattes repliées

Le Rhin le Rhin est ivre où les vignes se mirent
Tout l'or des nuits tombe en tremblant s'y refléter
La voix chante toujurs à en râle-mourir
Ces fées aux cheveux verts qui incantent l'été

Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.


Apollinaire
in " Alcools " -Rhénanes.


 Commentaires [0]  


Limites [11 - Feb - 08 @ 23:47]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« Dieu n’est pas la limite de l’homme, mais la limite de l’homme est divine. Autrement dit, l’homme est divin dans l’expérience de ses limites. »


Georges Bataille
in " Le coupable "


 Commentaires [0]  


Simplicité [10 - Feb - 08 @ 16:56]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Par le symbole, les mondes communiquent entre eux. Il nous permet de passer d'un plan à l'autre, en constatant que la même unité règne partout et toujours. A sa naissance, l'homme reçoit les semences de toutes les vies possibles. A lui de choisir celle qu'il développera en lui. Il peut demeurer un végétal, un animal; il peut rester l'homme nu prisonnier des feuillages, comme on le voit sur de nombreux chapiteaux.
Mais ce n'est pas là sa véritable vocation. Comme le souhaitait le Moyen Age, l'homme se doit de faire disparaître l'écran opaque qui le sépare de la lumière divine. S'il le désire, il a la possibilité de devenir transparent, de ne plus croire à l'existence d'un monde matériel qui constituerait une barrière infranchissable entre le visible et l'invisible. C'est notre manière de voir les choses qui constitue cette barrière; en entrant dans la cathédrale, en nous plaçant au centre de nous-mêmes, nous nous mettons en accord avec quelque chose qui nous dépasse. Nous avons le sentiment juste de franchir une frontière, de devenir authentique.
L'homme qui, sur un chapiteau de Vezelay, tient devant lui un globe transparent qui lui permet de contempler le dangereux basilic sans danger, a atteint la transparence indispensable pour voir toutes choses telles qu'elles sont. Cet état spirituel correspond à ce que de nombreuses traditions nomment la simplicité, qui n'est pas à confondre avec une quelconque naïveté. L'homme simple est celui qui a réalisé l'unité avec lui-même et avec le monde extérieur. IL est"simple en esprit", "pauvre en esprit", parce que son désir de percevoir la Sagesse lui donne la possibilité de la découvrir en toutes choses.


Christian Jacq
in " Le message des constructeurs de cathédrales "


 Commentaires [0]  


Déracinement [9 - Feb - 08 @ 15:41]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
La création poétique est d’abord une violence faite au langage. Son premier acte est de déraciner les mots. Le poète les soustrait à leurs connexions et à leurs emplois habituels.


Octavio Paz
in " L’Arc et la Lyre "


 Commentaires [1]  


Bleu [8 - Feb - 08 @ 14:52]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
La lumière bleue est ma lumière, et la lumière blanche, celle de la Mère. Lorsque la conscience supérieure universalisée commence à descendre dans l'âdhâra, il est tout à fait naturel de voir cette lumière bleue.
C'est la conscience supérieure au-delà du mental, la conscience d'où viennent la paix, la force, la lumière, etc...
Le lotus blanc est la conscience de la Mère, le lotus rouge, ma conscience où brille toujours la lumière de la Connaissance et de la Vérité.
Le bleu est la couleur du mental supérieur. Le lotus bleu l'éclosion de ce mental supérieur dans votre conscience.


Sri Aurobindo
in " Lettres bengalies "


 Commentaires [0]  


Petite [7 - Feb - 08 @ 13:15]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
A moitié petite,
La petite
Montée sur un banc.

Paul Eluard
in " Pour vivre ici "- onze haï-kaïs (1920)


 Commentaires [0]  


L'assommoir [5 - Feb - 08 @ 17:23]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Dans mon tableau de Café de nuit, j’ai cherché à exprimer que le café est un endroit où l’on peut se ruiner, devenir fou, commettre des crimes. Enfin j’ai cherché par des contrastes de rose tendre et de rouge sang et lie-de-vin, de doux vert Louis XV, et Véronèse, contrastant avec les verts-jaunes et les verts-blancs durs, tout cela dans une atmosphère de fournaise infernale, de soufre pâle, à exprimer comme la puissance des ténèbres d’un assommoir.
Et toutefois sous une apparence de gaieté japonaise et la bonhomie du Tartarin…

Van Gogh
in " Lettre du 8 septembre 1888 "


Détail du tableau "Café de nuit"

 Commentaires [0]  


Scission [4 - Feb - 08 @ 13:13]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 

Un bougeoir sur une chaise, un fauteuil de paille verte tressée,
Un livre sur le fauteuil,
Et voilà le drame éclairé.
Qui va entrer ?
Sera-ce Gauguin ou un autre fantôme ?
Le bougeoir allumé sur le fauteuil de paille indique, paraît-il, la ligne de démarcation lumineuse qui sépare les deux individualités antagonistes de Van Gogh et de Gauguin.
L’objet esthétique de leur dispute n’offrirait, si on le racontait, pas grand intérêt peut-être, mais il devait indiquer entre les deux natures de Van Gogh et de Gauguin une scission humaine de fond.
Je crois que Gauguin pensait que l’artiste doit rechercher le symbole, le mythe, agrandir les choses de la vie jusqu’au mythe,
alors que Van Gogh pensait qu’il faut savoir déduire le mythe des choses les plus terre-à-terre de la vie.
En quoi je pense, moi, qu’il avait foutrement raison.
Car la réalité est terriblement supérieure à toute histoire, à toute fable, à toute divinité, à toute surréalité.
Il suffit d’avoir le génie de savoir l’interpréter.
Ce qu’aucun peintre avant le pauvre Van Gogh n’avait fait,
ce qu’aucun peintre ne fera plus après lui,
car je crois que cette fois-ci,
aujourd’hui même,
maintenant,
en ce mois de février 1947,
c’est la réalité même,
le mythe de la réalité même, la réalité mythique elle-même, qui est en train de s’incorporer.
Ainsi, nul depuis Van Gogh n’aura su remuer la grande cymbale, le timbre supra-humain, perpétuellement supra-humain suivant l’ordre refoulé duquel les objets de la vie réelle sonnent,
lorsqu’on a su avoir l’oreille assez ouverte pour comprendre la levée de leur mascaret.
C’est ainsi que la lumière du bougeoir sonne, que la lumière du bougeoir allumé sur le fauteuil de paille verte sonne comme la respiration d’un corps aimant devant le corps d’un malade endormi.
Elle sonne comme une étrange critique, un profond et surprenant jugement dont il semble bien que Van Gogh puisse nous permettre de présumer la sentence plus tard, beaucoup plus tard, au jour où la lumière violette du fauteuil de paille aura achevé de submerger le tableau.
Et on ne peut pas ne pas remarquer cette coupure de lumière lilas qui mange les barreaux du grand fauteuil torve, du vieux fauteuil écarquillé de paille verte, bien qu’on ne puisse pas tout de suite la remarquer.
Car le foyer en est comme placé ailleurs et sa source étrangement obscure, comme un secret dont le seul Van Gogh aurait, sur lui-même, gardé la clef.

Antonin Artaud
in " Van Gogh, le suicidé de la société "


 Commentaires [0]  


Elle est [2 - Feb - 08 @ 15:51]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Elle est -- mais elle n'est qu'à minuit quand tous les oiseaux blancs ont refermé leurs ailes sur l'ignorance des ténèbres, quand la soeur de myriades de perles a caché ses deux mains dans sa chevelure morte, quand le triomphateur se plaît à sangloter, las de ses dévotions à la curiosité, mâle et brillante armure de luxure. Elle est si douce qu'elle a transformé mon coeur. J'avais peur des grandes ombres qui tissent les tapis du jeu et les toilettes, j'avais peur des contorsions du soleil le soir, des incassables branches qui purifient les fenêtres de tous les confessionnaux où des femmes endormies nous attendent.
O buste de mémoire, erreur de forme, lignes absentes, flamme éteinte dans mes yeux clos, je suis devant ta grâce comme un enfant dans l'eau, comme un bouquet dans un grand bois. Nocturne, l'univers se meut dans ta chaleur et les villes d'hiver ont des gestes de rue plus délicats que l'aubépine, plus saisissants que l'heure. La terre au loin se brise en sourires immobiles, le ciel enveloppe la vie : un nouvel astre de l'amour se lève de partout -- fini, il n'y a plus de preuve de la nuit.


Paul Eluard
in " Capitale de la douleur "- Nouveaux poèmes


 Commentaires [0]  


Mélusine [1 - Feb - 08 @ 18:38]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Mélusine au dessous du buste se dore de tous les reflets du soleil sur le feuillage d'automne. Les serpents de ses jambes dansent en mesure au tambourin, les poissons de ses jambes plongent et leurs têtes reparaissent ailleurs comme suspendues aux paroles de ce saint qui les prêchait dans les myosotis, les oiseaux de ses jambes relèvent sur elle le filet aérien. Mélusine à demi reprise par la vie panique, Mélusine aux attaches inférieures de pierrailles ou d'herbes aquatiques ou de duvet de nid, c'est elle que j'invoque, je ne vois qu'elle qui puisse rédimer cette époque sauvage...


André Breton
in " Arcane 17 "


 Commentaires [0]  


Au fond du coeur [31 - Jan - 08 @ 17:38]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Au fond de notre coeur, un beau jour, le beau jour de tes yeux continue. Les champs, l'été, les bois, le fleuve. Fleuve seul animant l'apparence des cimes. Notre amour c'est l'amour de la vie, le mépris de la mort. A même la lumière contredite, souffrante, sans croissance ni fin, un jour sur terre, plus clair en plein terre que les roses mortelles dans les sources de midi.

Au fond de notre coeur, tes yeux dépassent tous les ciels, leur coeur de nuit. Flèches de joie, ils tuent le temps, ils tuent l'espoir et le regret, ils tuent l'absence.

La vie, seulement la vie, la forme humaine autour de tes yeux clairs.

Paul Eluard
in " Donner à voir " -1939


 Commentaires [0]  


L'herbe [30 - Jan - 08 @ 00:20]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Quand l'herbe poussera au-dessus de ma sépulture,
Que ce soit là le signal pour m'oublier tout à fait.
La Nature ne se souvient jamais, et c'est en cela qu'elle est belle.
Et si vous ressentez le besoin maladif d' "interpréter" l'herbe verte sur ma sépulture,
Dîtes que c'est moi qui continue à verdoyer et à être naturel.


Fernando Pessoa
in " Poèmes désassemblés"


 Commentaires [0]  


Liberté [28 - Jan - 08 @ 18:51]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 
Vous serez libres en vérité non pas lorsque vos jours seront sans un souci et vos nuits sans un désir et sans une peine, mais plutôt lorsque ces choses enserreront votre vie et que vous vous élèverez au-dessus d'elles nus et sans entraves.


Kahlil Gibran


 Commentaires [0]  


Empathie [27 - Jan - 08 @ 16:30]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 
J'ai bien passé des heures de ma vie à regarder pousser l'herbe ou à contempler la sérénité des grosses pierres au clair de lune.
Je m'identifiais tellement au mode d'existence de ces choses tranquilles, prétendues inertes, que j'arrivais à participer à leur calme béatitude.


Georges Sand


 Commentaires [0]  


Le Feu [26 - Jan - 08 @ 18:58]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Un jour, nous aurons maîtrisé les vagues, les marées et la pesanteur, nous exploiterons l'énergie de l'amour.
Alors, pour la seconde fois dans l'histoire du monde, l'homme aura découvert le feu.


Pierre Teilhard de Chardin


 Commentaires [0]  


L'espoir [25 - Jan - 08 @ 15:52]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
L'espoir porte un costume de plumes, se perche dans l'âme et inlassablement chante un air sans paroles; mais c'est dans la tempête que son chant est le plus doux.


Emily Dickinson (1830-1886)


Espoir 2 de Gustav Klimt

 Commentaires [0]  


Fraternité [24 - Jan - 08 @ 18:29]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Quand vraiment nous souviendrons-nous que nous sommes tous unis les uns aux autres, que nous sommes tous les membres d'un seul corps ?
Tant que l'esprit d'amour pour autrui, quelle que soit sa race, la couleur de sa peau ou ses croyances, ne remplira pas le monde, faisant de la fraternité humaine une réalité dans nos vies et dans nos actes, tant que tous les hommes ne se sentiront pas responsables du bien-être de tous les autres, la justice sociale ne pourra pas exister.


Helen Keller


Bayanihan de Carlos "Botong" Francisco

 Commentaires [0]  


Vous êtes... [23 - Jan - 08 @ 18:16]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Vous êtes tout ce qui est, vos pensées, votre vie, vos rêves sont vrais.
Vous êtes tout ce que vous choisissez d'être.
Vous êtes sans limites comme l'univers sans fin.


Shad Helmstetter



Samy Thiebault
http://samythiebault.free.fr/

 Commentaires [0]  


Sol Invictus [22 - Jan - 08 @ 17:43]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Dans la profondeur de l'hiver, j'ai finalement appris qu'il y avait en moi un soleil invincible.

Albert Camus


 Commentaires [0]  


Ad'dahma [21 - Jan - 08 @ 18:43]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
..L'Ecrasante...Elevée graduellement vers le promontoire abrupt qui surplombe la contrée des Hauts Plateaux couverts de forêts, au sol et au sous-sol en émoi depuis les prospections romaines et les convois de blé acheminés par les Gênois pour finir impayés dans les silos du Directoire, Constantine était implantée dans son site monumental, dont elle se détachait encore par ses lumières pâlissantes, serrées comme des guêpes prêtes à décoller des alvéoles du rocher sans attendre l'ordre solaire qui téléguide leur vol ausitôt dissipé,- insoupçonnable promontoire en son repaire végétal, nid de guêpes désertique et grouillant, enfoui dans la structure du terrain, avec ses tuiles, ses catacombes, son aqueduc, ses loges, ses gradins, son ombre d'amphithéâtre de toutes parts ouvert et barricadé,- le roc, l'énorme roc trois fois éventré par le torrent infatigable qui s'enfonçait en battements sonores, creusant obstinément le triple enfer de sa force perdue, hors de son lit toujours défait, sans assez de longévité pour parvenir à son sépulcre de blocs bouleversés : cimetière en déroute où le torrent n'était jamais venu rendre l'âme, ranimé bien plus haut en cascades inextinguibles, sombrées à flanc d'entonnoir, seules visibles des deux ponts jetés sur le Koudia, du ravin où l'oued n'était plus qu'un bruit de chute répercuté dans la succession des gouffres, bruit d'eaux sauvages que ne contenait nulle chaudière et nul bassin, bruissement sourd sans fin, sans origine, couvrant le grondement acharné de la machine dont la vitesse décroissait cependant, traversant des restes de verdure, prairies encore interdites au cheptel, irradiées sous la légère croûte de gel, fourrés de figuiers nus et difformes, de caroubiers, de ceps en désuétude, d'orangeraies rectilignes, détachements de grenadiers, d'acacias, de noyers, ravines de néfliers et de chênes jusqu'aux approches du chaos brumeux et massif,- le roc, sa solitude assiégée par la broussaille, l'énorme roc et l'hiver finissant dans ses replis âpres et irrités...Sidi Mabrouk..


Kateb Yacine
in " Nedjma "


 Commentaires [2]  


L'état de présence [20 - Jan - 08 @ 13:12]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
...Quant à ce professeur dont tu m'as parlé et qui ne trouve pas l'état de présence *, dis lui qu'il ne regarde ni vers le passé ni vers l'avenir, qu'il soit le " fils de l'instant ", et qu'il prenne la mort pour cible de ses yeux; alors il le trouvera, si Dieu le veut.


* La conscience de la Présence divine ( hudhûr).

Sheikh Al Arabi Ad-Darqawi
in " Lettres d'un maître soufi "


 Commentaires [0]  


Fumées [19 - Jan - 08 @ 14:19]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 ...tandis que tous deux, silencieux, immobiles, regardaient s'élever lentement la fumée de leurs pipes. Le nuage tantôt se défaisait dans un souffle de vent, tantôt demeurait en suspens entre eux; et la réponse tenait dans ce nuage. Quand le souffle emportait la fumée, Marco pensait aux vapeurs qui couvrent l'étendue marine ou les chaînes de montagnes, et qui, lorsqu'elles s'éclaircissent, laissent un air sec, diaphane, révélant des villes lointaines. C'était au-delà de l'écran d'humeurs volatiles que son regard voulait atteindre: la forme des choses se distingue mieux de très loin.
Ou bien, le nuage s'arrêtant à peine sorti des lèvres, dense, presque immobile, renvoyait à une vision d'un autre genre: les exhalaisons qui stagnent par-dessus les toits des métropoles, l'opaque fumée qui ne se défait pas, la chape pourrie qui pèse sur les rues bitumeuses. Ce ne sont pas brumes fragiles de mémoire ni sécheresse transparente, mais la suie des vies brûlées formant croûte sur les villes, l'éponge gonflée de matière vivante qui ne circule plus, l'engorgement du passé, du présent et de l'avenir qui bloque des existences calcifiées dans une illusion de mouvement: c'est ce que tu trouvais au terme du voyage.


Italo Calvino
In " Les villes invisibles "


 Commentaires [0]  


Réintégration [18 - Jan - 08 @ 18:58]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Je suis moi-même l’éternité quand j’abandonne le temps et que je résume moi-même en Dieu, et Dieu en moi.


Angelus Silesius
in " Le Voyageur Chérubinique "


 Commentaires [0]  


Tenter d'épeler (pour son propre plaisir: nourriture d'opprobre) le nom de ce rapace attendri [17 - Jan - 08 @ 14:25]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Tu t'empares du feu
et c'est ton nom qui se consume

La parole nomade s'installe soudain dans le paysage
qui te ressemble si peu

Des vestiges de combats à la veille de l'exil
annulent l'espace de tes désirs
et percent les syllabes de la douleur fraîche,
la douleur de la mort mal épointée....


Iaroslav Serpan
in " Le prédit, l'indit, le médit -LE DIT QUAND MÊME-"


Peinture d'Iaroslav Serpan

 Commentaires [0]  


Ombre de neige [16 - Jan - 08 @ 18:57]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Ombre de neige,
Coeur blanc, sang pauvre, coeur d'enfant.
Le jour.
Il y a toujours le jour du soleil et le jour des
nuages.
Le ciel, bras ouverts, bon accueil
Au ciel.

Paul Eluard
in " Les Nécessités de la vie et les conséquences des rêves "


 Commentaires [1]  


L'Ouvert [15 - Jan - 08 @ 12:12]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
De tous ses yeux la créature voit l'Ouvert.
Seuls nos yeux sont comme retournés et posés autour d'elle
tels des pièges pour encercler sa libre issue.
Ce qui est au-dehors nous ne le connaissons que par les yeux de l'animal.
Car dès l'enfance on nous retourne et nous contraint à voir l'envers,
les apparences, non l'ouvert, qui dans la vue de l'animal est si profond.
Libre de mort.
Nous qui ne voyons qu'elle,
alors que l'animal libre est toujours au-delà de sa fin:
il va vers Dieu; et quand il marche,
c'est dans l'éternité, comme coule une source.
Mais nous autres, jamais nous n'avons un seul jour le pur espace
devant nous, où les fleurs s'ouvrent à l'infini.
Toujours le monde, jamais le Nulle part sans le Non,
la pureté insurveillée que l'on respire,
que l'on sait infinie et jamais ne désire.
Il arrive qu'enfant l'on s'y perde en silence,
on vous secoue. Ou tel mourant devient cela.
Car tout près de la mort on ne voit plus la mort
mais au-delà, avec le grand regard de l'animal, peut-être.
Les amants, n'était l'autre qui masque la vue,
en sont tout proches et s'étonnent...
Il se fait comme par mégarde, pour chacun,
une ouverture derrière l'autre... Mais l'autre,
on ne peut le franchir, et il redevient monde.
Toujours tournés vers le créé nous ne voyons en lui
que le reflet de cette liberté par nous-mêmes assombri.
A moins qu'un animal, muet, levant les yeux, calmement nous transperce.
Ce qu'on nomme destin, c'est cela: être en face,
rien d'autre que cela, et à jamais en face.
S'il y avait chez l'animal plein d'assurance
qui vient à nous dans l'autre sens une conscience analogue à la nôtre,
il nous ferait alors rebrousser chemin et le suivre.
Mais son être est pour lui infini, sans frein,
sans un regard sur son état, pur, aussi pur que sa vision.
Car là où nous voyons l'avenir, il voit tout
et se voit dans le Tout, et guéri pour toujours.

Rainer Maria Rilke
Huitième Élégie de Duino


 Commentaires [1]  


Les Ténèbres [14 - Jan - 08 @ 17:28]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
La rose de marbre immense et blanche était seule sur la place déserte où les ombres se prolongeaient à l'infini. Et la rose de marbre seule sous le soleil et les étoiles était la reine de la Solitude. Et sans parfum la rose de marbre sur sa tige rigide au sommet du piédestal de granit ruisselait de tous les flots du ciel. La lune s'arrêtait pensive en son coeur glacial et les déesses des jardins les déesses de marbre à ses pétales venaient éprouver leurs seins froids.


Robert Desnos
in " Corps et biens (1930) "


 Commentaires [0]  


La Poésie...suite [12 - Jan - 08 @ 00:22]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
La vraie poésie ne veut rien dire, elle ne fait que révéler les possibles.

Jim Morrison
in " Wilderness "


 Commentaires [1]  


La Poésie....suite [11 - Jan - 08 @ 17:21]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
...Les écrivains qui ont recours à leurs doigts pour savoir s'ils ont leur compte de pieds ne sont pas des poètes: ce sont des dactylographes. Le vers est musique; le vers sans musique est littérature. Le poème en prose c'est de la prose poétique. Le vers libre n'est plus le vers puisque le propre du vers est de n'être point libre. La syntaxe du vers est une syntaxe harmonique - toutes licences comprises. Il n'y a point de fautes d'harmonie en art; il n'y a que des fautes de goût. L'harmonie peut s'apprendre à l'école. Le goût est le sourire de l'âme; il y a des âmes qui ont un vilain rictus, c'est ce qui fait le mauvais goût. Le Concerto de Bela Bartok vaut celui de Beethoven. Qu'importe si l'alexandrin de Bartok a les pieds mal chaussés, puisqu'il nous traîne dans les étoiles! La Lumière d'où qu'elle vienne EST la Lumière...

...La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. Toute poésie destinée à n'être que lue et enfermée dans sa typographie n'est pas finie; elle ne prend son sexe qu'avec la corde vocale tout comme le violon prend le sien avec l'archet qui le touche. Il faut que l'oeil écoute le chant de l'imprimerie, il faut qu'il en soit de la poésie lue comme de la lecture des sous-titres sur une bande filmée: le vers écrit ne doit être que la version originale d'une photographie, d'un tableau, d'une sculpture.

Léo Ferré
in " Préface de "Poète... vos papiers!", 1956 "


 Commentaires [1]  


Réalité [10 - Jan - 08 @ 17:07]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
La poésie est ce qu'il y a de plus réel;
c'est ce qui n'est complètement vrai que dans un autre monde.

Charles Baudelaire
in " Puisque réalisme il y a "


 Commentaires [1]  


Le Signe [9 - Jan - 08 @ 17:28]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le signe incontestable du grand poète, c'est l'inconscience prophétique, la troublante faculté de proférer par-dessus les hommes et le temps, des paroles inouïes dont il ignore lui-même la portée.

Léon Bloy


 Commentaires [1]  


La Poésie [8 - Jan - 08 @ 17:16]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...La poésie n'est pas la tempête, pas plus que le cyclone. C'est un fleuve majestueux et fertile.
Ce n'est qu'en admettant la nuit physiquement, qu'on est parvenu à la faire moralement. Ô nuits d'Young ! vous m'avez causé beaucoup de migraines !
On ne rêve que lorsque l'on dort. Ce sont des mots comme celui de rêve, néant de la vie, passage terrestre, la préposition peut-être, le trépied désordonné, qui ont infiltré dans vos âmes cette poésie moite des langueurs, pareille à de la pourriture. Passer des mots aux idées, il n'y a qu'un pas.
Les perturbations, les anxiétés, les dépravations, la mort, les exceptions dans l'ordre physique ou moral, l'esprit de négation, les abrutissements, les hallucinations servies par la volonté, les tourments, la destruction, les renversements, les larmes, les insatiabilités, les asservissements, les imaginations creusantes, les romans, ce qui est inattendu, ce qu'il ne faut pas faire, les singularités chimiques de vautour mystérieux qui guette la charogne de quelque illusion morte, les expériences précoces et avortées, les obscurités à carapace de punaise, la monomanie terrible de l'orgueil, l'inoculation des stupeurs profondes, les oraisons funèbres, les envies, les trahisons, les tyrannies, les impiétés, les irritations, les acrimonies, les incartades agressives, la démence, le spleen, les épouvantements raisonnés, les inquiétudes étranges, que le lecteur préférerait ne pas éprouver, les grimaces, les névroses, les filières sanglantes, par lesquelles on fait passer la logique aux abois, les exagérations, l'absence de sincérité, les scies, les platitudes, le sombre, le lugubre, les enfantements pires que les meurtres, les passions, le clan des romanciers de cours d'assises, les tragédies, les odes, les mélodrames, les extrêmes présentés à perpétuité, la raison impunément sifflée, les odeurs de poule mouillée, les affadissements, les grenouilles, les poulpes, les requins, le simoun des déserts, ce qui est somnambule, louche, nocturne, somnifère, noctambule, visqueux, phoque parlant, équivoque, poitrinaire, spasmodique, aphrodisiaque, anémique, borgne, hermaphrodite, bâtard, albinos, pédéraste, phénomène d'aquarium et femme à barbe, les heures soûles du découragement taciturne, les fantaisies, les âcretés, les monstres, les syllogismes démoralisateurs, les ordures, ce qui ne réfléchit pas comme l'enfant, la désolation, ce mancenillier intellectuel, les chancres parfumés, les cuisses aux camélias, la culpabilité d'un écrivain qui roule sur la pente du néant et se méprise lui-même avec des cris joyeux, les remords, les hypocrisies, les perspectives vagues qui vous broient dans leurs engrenages imperceptibles, les crachats sérieux sur les axiomes sacrés, la vermine et ses chatouillements insinuants, les préfaces insensées, comme celles de Cromwell, de Mlle de Maupin et de Dumas fils, les caducités, les impuissances, les blasphèmes, les asphyxies, les étouffements, les rages - devant ces charniers immondes, que je rougis de nommer, il est temps de réagir enfin contre ce qui nous choque et nous courbe si souverainement...

Isidore Ducasse, comte de Lautréamont


 Commentaires [0]  


Au bord du silence... [7 - Jan - 08 @ 00:04]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
La robe de la nuit enveloppe mon âme…
Les heures de la nuit sont filles de la peur…
Pâle, j'écoute au bord du silence béant.

Albert Samain
in " Le Chariot d'Or "


 Commentaires [1]  


La Poésie [6 - Jan - 08 @ 10:31]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Et ce fut à cet âge... La poésie
vint me chercher. Je ne sais pas, je ne sais d'où elle surgit, de l'hiver ou du fleuve.
Je ne sais ni comment ni quand,
non, ce n'étaient pas des voix, ce n'étaient pas
des mots, ni le silence :
d'une rue elle me hélait,
des branches de la nuit,
soudain parmi les autres,
parmi des feux violents
ou dans le retour solitaire,
sans visage elle était là
et me touchait.
Je ne savais que dire, ma bouche
ne savait pas
nommer,
mes yeux étaient aveugles,
et quelque chose cognait dans mon âme,
fièvre ou ailes perdues,
je me formai seul peu à peu,
déchiffrant
cette brûlure,
et j'écrivis la première ligne confuse,
confuse, sans corps, pure
ânerie,
pur savoir
de celui-là qui ne sait rien,
et je vis tout à coup
le ciel
égrené
et ouvert,
des planètes,
des plantations vibrantes,
l'ombre perforée,
criblée
de flèches, de feu et de fleurs,
la nuit qui roule et qui écrase, l'univers.
Et moi, infime créature,
grisé par le grand vide
constellé,
à l'instar, à l'image
du mystère,
je me sentis pure partie
de l'abîme,
je roulai avec les étoiles,
mon coeur se dénoua dans le vent.

Pablo Neruda
in " Mémorial de l'île Noire, 1964 "

 Commentaires [0]  


Le poète [5 - Jan - 08 @ 16:26]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
" Il faut effacer le reflet de la personnalité pour que l'inspiration bondisse à tout jamais du miroir. Laissez les influences jouer librement, inventez ce qui a déjà été inventé, ce qui est hors de doute, ce qui est incroyable, donnez à la spontanéité sa valeur pure. Soyez celui à qui l'on parle et qui est entendu. Une seule vision, variée à l'infini.

Le poète est celui qui inspire bien plus que celui qui est inspiré. "

Paul Éluard
in " Ralentir travaux, 1930


 Commentaires [0]  


de profundis... [4 - Jan - 08 @ 16:29]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Notre science est un résumé froid et limité
Qui coupe en formule le tout vivant.
Elle a un cerveau et une tête, mais pas d’âme :
Elle voit toutes choses dans un relief taillé de l’extérieur.
Mais comment peut-on connaître le monde sans ses profondeurs ?
Le visible a ses racines dans le non-vu
Et chaque invisible cache sa signification
Dans un invisible et un non-dévoilé encore plus profond.

Sri Aurobindo


 Commentaires [0]  


La mer incréée [3 - Jan - 08 @ 12:10]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
" Je me plonge seul dans la mer incréée de la pure divinité."


Angelus Silesius
In " Le Voyageur Chérubinique "




 Commentaires [0]  


Le Croissant [2 - Jan - 08 @ 16:13]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
…Le soir tomberait peu à peu; l'horizon serait fermé de collines harmonieuses; et lentement le Croissant apparaîtrait sur quelque scène de mélancolie éternelle: adieu, solitude, découragement, fin de songe…


Albert Samain
In " Aux Flancs du Vase "


 Commentaires [1]  


Mortefontaine [1 - Jan - 08 @ 02:45]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Après mes excursions, j'invite la nature à venir passer quelques jours chez moi; c'est alors que commence ma folie; le pinceau à la main, je cherche des noisettes dans les bois de mon atelier, j'y entends chanter les oiseaux, les arbres frissonner sous le vent, j'y vois couler ruisseaux et rivières chargés de mille reflets du ciel et de la terre, le soleil se couche et se lève chez moi.


Camille Corot
In " Souvenir de Mortefontaine "


 Commentaires [0]  


Extrêmement [31 - Dec - 07 @ 14:20]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Extrêmement se perdre aux bornes de soi-même
Grâce au fil qui nous fut donné
Aboutira peu loin mais c'est le seul extrême
Permis par un monde borné.
Si dans sa propre nuit le voyageur s'enfonce
Il n'en peut atteindre le bout.
UN sphinx garde la porte et ne donne réponse
Autre que ses yeux de hibou.

Jean Cocteau

In " Clair-Obscur "


 Commentaires [0]  


Bruges [30 - Dec - 07 @ 13:50]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
O ville d'exemplaire et stricte piété !
Les sombres maisons
- Même dans leurs vitres rien ne s'azure -
Ont l'air d'une communauté
En oraison,
A genoux dans l'eau qui se moire;
Et les reflets des murs sont des cassures
De robe noire...

Georges Rodenbach
In " Le Règne du silence "


 Commentaires [0]  


Attente [29 - Dec - 07 @ 12:17]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
je connaissais l'attente
le glaïeul éclatant du désir
et sa racine noire
et sa noire fenaison
la statue qui vous brûle
puis tombe de l'odeur comme d'un piédestal
et n'est plus qu'un peu d'os
dans son linge de peau chaude...

Alain Borne


 Commentaires [0]  


Quête [28 - Dec - 07 @ 16:26]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
A pied il m'a fallu traverser le système solaire
Avant de trouver le premier fil de ma robe rouge.
Je m'imagine pure.
Quelque part dans l'espace pend mon coeur,
Des étincelles en ruissellent, secouant l'air,
Jusqu'à d'autres cœurs illimités.

Edith Södergran


 Commentaires [0]  


Une odeur de silence... [27 - Dec - 07 @ 18:11]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
"La maison remplissait le ciel. Le volet filtrait son or pâli. - J'attendais, derrière le tremblement. Peut-être que ce n'était plus de l'effroi, de l'attente : une sorte de paisible certitude. J'ai entendu le bruit clair de la fenêtre, le cliquetis du crochet. - Les volets se sont ouverts sans bruit. - Le temps n'allait pas très vite. Le visage au centre, était le même que cinq ans plus tôt - ou cinquante ou cent mille - et je me suis demandé comment j'avais pu en douter".


Pierre Bergounioux
In " La Maison Rose "


 Commentaires [0]  


Réintégration [26 - Dec - 07 @ 12:33]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
" Il n'y a pas de différence entre la naissance éternelle, la réintégration et la découverte de la Pierre philosophale. Tout étant sorti de l'éternité, tout doit y retourner d'une même façon."


Jacob Böhme
In " De Signatura Rerum "


 Commentaires [0]  


Le moment [25 - Dec - 07 @ 11:07]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Heureux le moment où nous serons assis dans le palais,
Toi et moi,
Avec deux formes et deux visages, mais une seule âme, Toi et moi.

Rûmî


 Commentaires [0]  


Naissance [24 - Dec - 07 @ 16:20]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
" Quand le Christ serait né mille fois à Bethléem, s’il ne naît pas en toi, tu es perdu pour l’éternité ".


Angelus Silesius
in " Le Voyageur Chérubinique "


 Commentaires [0]  


Arbres [23 - Dec - 07 @ 23:57]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Arbres
Tendues les mains qui griffent les nuages
Tombent de noirs oiseaux

La boue monte

Les feuilles s'agitent plus haut encore

Les branches me traversent se perdent dans les dernières ramures du sang
Elles parlent autour de mes doigts

La respiration du jour se fait ici

Le matin le crépuscule je les appelle ici

Je les couvre d'enfance

Je broie les écorces

Ici le temps se mesure à la tranche d'un chêne abattu

Et les reflets du ciel dans les ornières froides

Enracinent ton image dans mon ventre.

Georges Jean
in " Les mots du ressac "


 Commentaires [0]  


Ciel [22 - Dec - 07 @ 21:36]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Au cœur des mots
Toujours les mêmes fleurs
Vous me parlez d'abeilles
De rameaux
De sève de cigales
Et du matin que vous avez dans l'âme
Et vous fermez les yeux
Sur les secrets de pleine ivresse
L'hiver
Vous le savez
Blanchit le soleil même

Essayez donc
De renverser le ciel sur votre table.


Serge Brindeau
in " Rivière de tout bois "


 Commentaires [1]  


Orkney [21 - Dec - 07 @ 18:10]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
un scapulaire de mer
entre les îles : lisse, luisant
comme un os mince

Frances Horovitz
in " Collected Poems "


 Commentaires [0]  


dans les abîmes [20 - Dec - 07 @ 14:02]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 
Pareil à l'enfant sur le seuil de la Nuit, dans l'effroi des abîmes, dans la brûlure du fouet da la fausse parole, dans la sidération de la Perte, dans la violence de l'injustice, tu te tiens.
Pareil au blessé qui vacille au bord extrême de la conscience, tu te tiens, Job, en équilibre entre le Bien et le Mal.
Et si tu tombais, quelle main se tendrait pour te rattraper ou te guider vers la nouvelle lumière?
Le méchant ne peut menacer l'inatteignable.
Il n'est qu'un reflet fugace à peine aperçu sur la surface de l'Origine.
Job, ne crains pas, ne doute pas : tu traverses l'épreuve, tu es vivant - regarde: le méchant n'est qu'un masque de sa propre illusion.
Tu te tiens en équilibre sur le seuil des abîmes, entre le Bien sans désir et le Désir sans loi. Face à la tempête du Mal.
Le méchant ne peut entamer l'inatteignable.
Nous renaîtrons de la poussière. Nous nous relèverons. De nul tombeau. De nulle plainte. Soulevés par une Force inconnue, nous survolerons les espaces et les abîmes de la Perte.
Et nous connaîtrons notre matin ultime et premier. Et nous verrons la chair unique se fondre dans le regard éternel.

Alain Suied
in " la revue improbable - n° 26 "



Le Blog à voir d'Alain Suied :
http://poesiefr.rmc.fr/

 Commentaires [2]  


Tàijitû [19 - Dec - 07 @ 19:31]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Au delà du bien faire et du mal faire existe un espace. C'est là que je te rencontrerai.


Rûmî


 Commentaires [3]  


Grain de nuit [18 - Dec - 07 @ 16:36]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Tu peux sonder la nuit qui nous entoure.
Tu peux foncer sur cette nuit... Tu n'en sortiras pas.
Adam et Ève, qu'il a dû être atroce, votre premier baiser,
Puisque vous nous avez créés désespérés!

Omar Khayyâm
in " Rubayat - quatrain CXX "




 Commentaires [1]  


Aristote et la fleur [16 - Dec - 07 @ 12:11]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Qui a raison, la fleur imaginant Dieu comme un parfum, ou Aristote concevant Dieu qui se pense éternellement ? Aristote et la fleur font la même démarche: l'un divinise sa pensée, l'autre ses effluves. Tous deux ont raison, car Dieu est Tout, et chaque partie de la création n'ouvre sur Lui qu'un minuscule angle de vue.


Cheikh Ahmed Al-Alawi


 Commentaires [0]  


Coeur blanc [15 - Dec - 07 @ 18:08]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Le livre du soufi n'est pas composé d'encre et de lettres ; il n'est rien d'autre qu'un coeur blanc comme neige.


Rûmî


 Commentaires [0]  


Au-delà... [14 - Dec - 07 @ 15:26]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
" L'au-delà de la vie rejoint l'au-delà de la mort : une même eau, un même feu, un même désert."

Edmond Jabès
in " Le livre des questions "


 Commentaires [0]  


Le coeur du poète [13 - Dec - 07 @ 14:25]
   Sujet posté dans le thème: POE

 

Toute la terre
dans un éclat de siècles,
de racines mises à nu
et serrées dans l'amour,
à grands pas
s'approche du poète.
Et les murs,
le rempart qui sommeille
abattu sur lui-même,
tous
mêlés d'oiseaux, de patience
ou de larmes,
la poitrine rouge
à cause des peines,
tournent leurs yeux de pluie
du côté de son coeur.

Claude Saguet
in " Étincelles d'ombre "


Jim Morrison

 Commentaires [0]  


Grain de nuit [12 - Dec - 07 @ 14:42]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
un grain de nuit
et la porte ne peut se clore
le pivot de la veille grince
sur nous le temps se courbe
un grain de sommeil
allaite la nuit

Gil Pressnitzer


 Commentaires [0]  


Le Vent de l'Âme [11 - Dec - 07 @ 17:36]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Je sens sur mon visage le doux vent de l'âme et ses fraîcheurs. Ami, que ne partages-tu cette douce sensation ? Tu es là, insensible aux volutes nacrées, aux arabesques invisibles, aux parfums enroulés dans les passages du vent. Parfois, on voit le vent sans le sentir, parfois on le sent sans le voir. Parfois aussi, on ne le voit pas ni ne le sent, mais il est là, frémissant doucement dans un pli de lumière...


Arif al-Zeituni


 Commentaires [1]  


Repentir [10 - Dec - 07 @ 23:28]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"L'homme ordinaire se repent de ses péchés :
Les élus se repentent de leur négligence."

Dhu'l-Nun Misri


 Commentaires [1]  


Eternité [9 - Dec - 07 @ 12:05]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" Homme, si tu veux exprimer l’essence de l’Éternité, il te faut d’abord renoncer au langage."


Angélus Silesius
in " Le Voyageur Chérubinique "


 Commentaires [1]  


Poésie [8 - Dec - 07 @ 21:58]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Toute poésie est un voile étendu sur la pointe de quelques mots. Ces mots-là brillent comme des étoiles. C'est à cause d'eux qu'une poésie existe..."



Alexandre Blok
in " Lettre du 21 décembre 1906 "


 Commentaires [1]  


Mots [7 - Dec - 07 @ 16:28]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
"Les mots sont des fenêtres, des portes entrouvertes dans l’espace ; je les devine à la pression de nos paumes sur elles, aux empreintes qu’elles y ont laissées".


Edmond Jabès
in " Le livre des questions "


 Commentaires [0]  


Se taire... [6 - Dec - 07 @ 20:48]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Obscur chuchotement du vent
Dans les moissons
La victime est préparée à la souffrance
Les racines sont silencieuses
Mais les épis
Connaissent beaucoup de langues maternelles -
Et le sel de la mer
Pleure dans le lointain
La pierre est une existence de feu
Et les éléments arrachent leurs chaînes
Pour s’unifier
Quand des nuages l’écriture des esprits
S’en vont prendre les figures d’origine
Secret aux frontières de la mort
« Pose le doigt sur ta bouche :
se taire se taire se taire »…

Nelly Sachs
in " Dans les demeures de la mort "


Van Gogh - Champ de blé aux corbeaux

 Commentaires [0]  


Gouttes [5 - Dec - 07 @ 13:36]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Va-et-vient lumineux
Ressac de la fatigue
Goutte à goutte le temps creuse ta pierre nue
Poitrine ravinée par l'acier des minutes
Et la main dans le dos qui pousse à l'inconnu

Pierre Reverdy


 Commentaires [1]  


Toitures [4 - Dec - 07 @ 14:23]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
« Faire entrer l'univers sur la feuille,
De la strophe épouser les contours.
Je voudrais, imitant la sculpture
Des buissons et des souches, dresser
Sur la page une mer de toitures,
L'univers et la ville enneigée. »

Boris Pasternak
(Après la tempête de neige)


 Commentaires [0]  


Le pont [3 - Dec - 07 @ 12:27]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Je viens du monde encore sans nom
qui donne naissance au poème
Regarde,
je n'ai plus ni voix ni visage :
seule une rumeur d'oiseaux
sur laquelle tu te penches.
Je voudrais être un pont
entre cette vie et l'autre ;
ou ce chien sans couleur
qui joue avec mes rêves
au premier cri de l'aube
Regarde,
je suis fait d'ombres,
blessé de villes impénétrables,
mais je m'élance dans l'heure vive
entraînant l'horizon déjà sous le soleil.

Claude Saguet
in " l’œil déserté "


Claude Saguet. autoportrait sur pellicule

 Commentaires [0]  


Dehors [2 - Dec - 07 @ 11:12]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"La poésie chuchote le lieu. Mais l'arbre aussi. L'insecte. Le caillou. Le nuage. L'eau. Le feu. L'abeille et le pollen. Tous chuchotent les uns dans les autres et continuent de pleurer, de se croire seuls, séparés, abandonnés, jusqu'au moment où le lieu à nouveau les traverse, puis se traverse lui-même. Genèse et apocalypse se sourient. Dehors les chiens, les sorciers, les impurs, les assassins, les idolâtres et celui qui s'est plu, un jour, à créer le Ciel et la Terre! Dehors celui qui dedans se tait puis tout à coup s'exclame et parle à notre place par notre bouche. Dehors celui qui se trompe pour aimer l'homme dans son erreur et toute présence dans son envers. Dehors enfin tout le dedans et sa Toute Splendeur de vacuité."


Dominique Sampiero
in " Celui qui dit les mots avec sa bouche "


 Commentaires [0]  


Murmure [1 - Dec - 07 @ 14:16]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" Nous n'appelons, nous n'invoquons, n'attendons jamais que nous-mêmes dont nous sommes séparés par le cri ou le murmure que nous émettons en nous approchant. "


Richard Millet
in " Le sentiment de la langue "


 Commentaires [3]  


Contresens [30 - Nov - 07 @ 14:37]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Lorsque nombres et figures ne seront plus
La clef de toutes créatures,
Lorsque tous ceux qui s'embrassent et chantent
En sauront plus que les savants profonds,
Lorsque le monde reprendra sa liberté
Et reviendra au monde se donner,
Lorsqu'en une clarté pure et sereine alors
Ombre et lumière de nouveau s'épouseront,
Et lorsque dans les contes et les poésies
On apprendra l'histoire des cosmogonies,
C'est là que s'enfuira devant un mot secret
Le contresens entier de la réalité.

Novalis


 Commentaires [0]  


Un jour... [29 - Nov - 07 @ 00:01]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
« Ce sera comme dans cette vie. Le même jardin,
profond, profond, touffu, obscur. Et vers midi
Des gens se réjouiront d’être là
qui ne sont jamais connus et qui savent
Les uns et les autres que ceci: qu’il faudra s’habiller
comme pour une fête et aller dans la nuit
des disparus, tout seul, sans amour et sans lampe.
ce sera tout à fait comme dans cette vie... »

Oscar Vladislas de Lubicz Milosz


 Commentaires [0]  


Nuit [28 - Nov - 07 @ 13:50]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
« L ‘univers dort
l’oreille énorme posée
sur sa patte nuitée d’étoiles »

Vladimir Maïakovski
in " Le nuage en Pantalon "


 Commentaires [0]  


Aube [27 - Nov - 07 @ 13:54]
   Sujet posté dans le thème: POE

 

L’aube va chasser le silence
Rassemblant ses oiseaux de feutre,
Maintenant la ville apparaît
- Et voici demain qui commence
entre deux nuits et leurs secrets.
L’aube va chasser le silence.

André Hardellet
in " Le Luisant et la Sorgue "


 Commentaires [0]  


Alchimie [26 - Nov - 07 @ 19:47]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Ni l'équerre ni le compas
n'ont pu mesurer
un arbre ...

Claude Esteban


 Commentaires [0]  


Misère [25 - Nov - 07 @ 00:03]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
A quelle extrémité de misère faut-il se trouver acculé pour que, sur les mains, le visage, les yeux, les gestes, le corps sublimé, l'âme, évidemment se voie, comme issue de tous les membres, eux-mêmes évanouis ?


R. Guariento ( mort en 1378 )


 Commentaires [0]  


Sous le sol [24 - Nov - 07 @ 13:28]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Le jour ne revient pas, dites-vous, mais
seulement sa blessure, le sang
que laisse le soleil quand il s’effondre
au loin
tous les corps oubliés
veulent savoir si quelque chose existe
sous le sol, qui les rassemble, une parcelle
de substance ou rien
que l’ombre, immobile comme
un caillou
peut-être que l’espoir
n’est qu’une entaille dans la chair
une étincelle sans futur
dans la mémoire
ne dites pas, quand vous partez, que c’est
le jour qui meurt.

Claude Esteban


 Commentaires [0]  


Le lieu [23 - Nov - 07 @ 14:16]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
"Nous regardons le monde et nous voyons l'arbre, la maison, la source,... Mais avant le langage, il y a une sorte de continuité entre l'arbre, la maison et la source : c'est le continu du monde, le fait que les choses existent là en même temps. Cette simultanéité des éléments composant notre univers et qui existe avant le langage, on peut le nommer "le lieu". Or, dans "le lieu", nous sommes impliqués, nous faisons totalité avec lui.
Et la poésie recherche précisément cela : elle est la nostalgie de cette expérience originelle du tout et de l'unité avec le monde".


Yves Bonnefoy


 Commentaires [1]  


La source de l'écho [22 - Nov - 07 @ 00:36]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
il y a
noir et noué
un pays
qui conduit jusqu’à l’écho
multiplie l’homme
comme le diamant
la nuit

Marie Bauthias


 Commentaires [0]  


Keats [21 - Nov - 07 @ 14:24]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Ici repose celui dont le nom était écrit dans l'eau


épitaphe de John Keats


 Commentaires [0]  


Traversée [20 - Nov - 07 @ 22:45]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
"Mourir peut-être ne sera que cela,
tourner doucement, corps,
le profil de ton visage dans les miroirs
du côté le plus pur de l'ombre."

José Angel Valente


 Commentaires [0]  


Brouillard [17 - Nov - 07 @ 23:12]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Parfois on reconnaît la présence d'un mort.
Il n'a ni mains ni visage. Il est ce brouillard
Qui enveloppe doucement les maisons, les objets, les visiteurs
Réunis là. Il est peut-être cette lumière qui filtre de la chambre à côté.

Ni signes. Ni voix. Mais un espoir indéfini.
Qui annonce un monde meilleur. Cette présence
D'un mort bienveillant comme un nom qu'on voudrait dire
Mais qu'on a oublié. Ou comme une écriture secrète
qu'on ne sait plus faire réapparaître.

Non, il n'a que faire de nos sens. Invisible? Visible?
Mais il nous oblige à parler bas. Il nous approche
Les uns des autres. « N'ayez pas peur ». Il se tient là
Avec cette bonté immense dont il voudrait nous faire part.

Au lieu de l'oreille qui entend voudrais-tu être la chose entendue
Et au lieu de l'œil qui voit, ce contour qui est vu?
Non pas le sens, mais l'arôme. Non pas
La bouche, mais ce goût amer ou doux, ce goût d'herbes…

Ilarie Voronca
in " La poésie commune "


 Commentaires [0]  


Nous [17 - Nov - 07 @ 13:33]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Nous sommes cet éphémère,
cette neige nocturne tendue
entre l'inconnaissable du ciel
et la terre des morts.
Le feu. Nous cherchons le feu
lorsque l'eau seule conviendrait à nos nervures!
Et toute cette blancheur vue
à la lampe de notre orgueil,
sans joie, sans leçon préalable de ténèbres,
est un mal qui nous pousse au désert...

Jean-Luc Aribaud
in " Une brûlure sur la joue "


 Commentaires [0]  


imperceptible [16 - Nov - 07 @ 12:06]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
C'est là. Ça n'a pas d'images.
C'est un souffle dans les heures,
un instant comme arrêté,
on ne sait pas, presque rien.
Un vide sous les visages,
sous les gestes quelque chose
qui vacille : ombre ou mémoire.
Un silence qu'on écoute
avec toujours ce qui parle
sans un mot, ce qui se tait.

Jacques Ancet
in " L'Imperceptible "


 Commentaires [0]  


mémoire de sable [15 - Nov - 07 @ 11:01]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" Le livre est le peu de sable fin pris, un jour, au désert et restitué quelques pas plus loin."


Edmond Jabès


 Commentaires [0]  


Ephémère [14 - Nov - 07 @ 19:39]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...l'éphémère, comment peut-il désespérer
alors que le vent est son chemin...

Adonis
in " Mémoire du vent "


 Commentaires [0]  


L'Eant [13 - Nov - 07 @ 14:03]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Pleurez, Laris,
Pleurez avec moi,
Pleurez l'exigence et la bonté,
Pleurez celui que vous aimiez,
Le père, le grand frère,
Le chef spirituel de la tribu,
Pleurez le juste qui s'éloigne,
Qui porta dans sa chair
Le poids de vos souffrances.
Pleurez, mais espérez,
Car en quittant le temps
Il abandonne en nous
Sa part d'éternité.



Pierre M'Vouama

 Commentaires [0]  


Effilochure [12 - Nov - 07 @ 13:21]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Pierre fracturée
Friable
Enfouie

Efflilochure du rien
Traces possible
Il faut l'usure pour raviver des lueurs

Ce que nous voyons se défait, se désaccorde
On avance vers l'effacement, l'oubli
L'uniformité d'une terre appelée à disparaître

Roger Gonnet
in " Vol naissant "


 Commentaires [0]  


Vous aimerez... [10 - Nov - 07 @ 15:09]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Huit années après sa genèse, Gianni Joseph revisite avec le temps de la maturité l’un de ses premiers solos, né de son parcours riche de rencontres avec différents chorégraphes et de la nécessité d’une mise à distance de ces expériences.
Tel un derviche, il s’enivre du mouvement, des "slows motions" et cherche en son centre ses propres points d’ancrages et de mutation.
Comme un deuxième souffle, Hors saison devient un solo pour un Homme qui se fraye un passage dans chaque état de l’existence.
A chaque état, une gamme de couleurs : noirs capiteux, blancs cuisants, rouges divins…
A chaque état une gamme de gestes : de la puissance d’une simple présence à la décharge d’énergie, de la désarticulation à la restructuration, du cercle des volutes à l’élévation.
Lumières, claires de lunes au "passant" des nuages et ambiances de transe sonores nous confondent dans un quotidien de saisons perturbées.
L’obscurité se fond avec la lumière, l’ombre avec son sujet, la mort avec la vie.

A la fois ode à la force de l’humanité et à la puissance terrienne de l’Homme, plainte sur la difficulté d’exister, entre bourreau et victime, Hors saison trouve son ultime issue dans un aria qui chante
la joie d’être un Homme entre terre et ciel.

In site de la Compagnie Gianni Joseph



Photo Patrick André
http://www.ciegiannijoseph.com/

 Commentaires [1]  


Désir [10 - Nov - 07 @ 11:44]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Arracher au parfum
L’invisibilité d’une fleur.
.................................................
Toucher à la solitude du dehors
Comme on entre au miroir.
.................................................
Sentir naître les larmes
Sous astreinte d’infini.
.................................................
Laisser les alibis en ruine
Se détacher des yeux.
.................................................
Se laisser balbutier
Par un mot juste ouvert.
.................................................

Dominique Sorrente
Extraits de " Rituel du métal "
Trente distiques autour du mot "Désir"


 Commentaires [0]  


Réintégration [9 - Nov - 07 @ 18:55]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Ce sont des mots
Qui se délivrent des objets
Et les découvrent nus
Las d’habiller la terre
Ils ont senti l’âpre contact des sables
Qu’un simple courant d’air soulève
Ils ont sorti de leur refuge
Les images cachées
L’aube découvre une autre terre

Paul Pugnaud
in " C'était hier et c'est demain "


Sculpture de Jonathan Borofsky

 Commentaires [0]  


Âme [8 - Nov - 07 @ 13:06]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
L’âme a deux yeux : l’un regarde le temps, l’autre se lève vers l’éternité.


Angélus Silesius
in " Le Voyageur Chérubinique "

 Commentaires [0]  


Eloge de l'autre [6 - Nov - 07 @ 16:38]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Celui qui marche d’un pas lent dans la rue de l’exil
C’est toi
C’est moi
Regarde-le bien, ce n’est qu’un homme
Qu’importe le temps, la ressemblance, le sourire au bout des larmes
l’étranger a toujours un ciel froissé au fond des yeux
Aucun arbre arraché
Ne donne l’ombre qu’il faut
Ni le fruit qu’on attend
La solitude n’est pas un métier
Ni un déjeuner sur l’herbe
Une coquetterie de bohémiens
Demander l’asile est une offense
Une blessure avalée avec l’espoir qu’un jour
On s’étonnera d’être heureux ici ou là-bas.

Tahar Ben Jelloun


 Commentaires [0]  


Ressuscité [5 - Nov - 07 @ 14:21]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Celui qui était mort
que nous avons ressuscité,
et à qui nous avons remis une lumière
pour se diriger parmi les hommes,
est-il semblable à celui qui est dans les ténèbres d'où il ne sortira pas ?

(Coran VI, 122)


 Commentaires [0]  


Le Tout est Un [4 - Nov - 07 @ 12:51]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
« Notre verre était la pleine lune. Lui, il est un soleil , un croissant le fait circuler. Que d'étoiles resplendissent quand il est mélangé.
On a fait une distinction , mais le tout est un, nos esprits sont le vin et nos corps la vigne. »

Omar Ibn AI Fâridh
in " AL KHAMRIYA "


 Commentaires [0]  


Rêves [3 - Nov - 07 @ 15:03]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Le moulin et le peuplier
rêvent ensemble
et parlent de l’eau qui passe

Michel Cosem
in "Haïkus "


 Commentaires [1]  


le trou rouge au côté droit... [2 - Nov - 07 @ 13:16]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...Y’avait trois goutt’s de sang
Qui faisaient comm’un’fleur
Comm’un p’tit coqu’licot, Mon âme !
Un tout p’tit coqu’licot.

Raymond Asso
in chanson " Comme un p’tit coquelicot " -1951


 Commentaires [2]  


mémoire [31 - Oct - 07 @ 17:11]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Toute pierre détient dans son grain
La mémoire pulvérisée d'une source

Elaine Audet
in " L'essence des jours "


 Commentaires [0]  


errances [30 - Oct - 07 @ 11:57]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Qui je fus est extérieur à moi. Si je me souviens,
Je vois; et voir, c'est être un autre. Mon passé,
Je ne m'en ressouviens que par vision.
Cela même que j'ai senti m'est transparent.
L'âme ancienne est d'un autre; et ce que je me sens
Est arrivé aujourd'hui au relais.
Qui saurait connaître, entre tant d'errances
Dans les façons de se sentir, la forme exacte
Qu'il a tel qu'en lui-même ?


Fernando Pessoa
in " Poèmes Païens "


 Commentaires [0]  


Androgyne [29 - Oct - 07 @ 19:32]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« Je rêve d’un monde androgyne, chacun son sexe, bien entendu, je parle de l’androgynie de l’esprit et des cœurs, chacun en l’autre se reconnaîtrait, l’étranger deviendrait familier, comme il arrive quand une mère porte son enfant, en elle il y a l’Autre, mais pour elle, c’est le soi. »


Madeleine Gagnon
, in " Les femmes et la Guerre ".


 Commentaires [2]  


Parties de l'être [28 - Oct - 07 @ 12:43]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Au cours de la sâdhanâ, il arrive que l'on se trouve dans un état où l'on perçoit en soi, semble-t-il, deux êtres indépendants : l'un, concentré sur la vie intérieure, calme, pur, vivant dans l'expérience et la vision de la vérité divine, ou identifié à elle, l'autre occupé de détails de la vie extérieure. Plus tard, une unité fondée sur le Divin s'établit entre les deux : ce monde au-delà et le monde extérieur ne font plus qu'un.


Sri Aurobindo
in " Lettres Bengalies "


 Commentaires [0]  


Horizon [27 - Oct - 07 @ 18:35]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Le ciel descend, il vient, le voilà terre ; quand donc la terre s’élèvera-t-elle, quand deviendra-t-elle ciel ?


Angelus Silesius
in " Le Voyageur Chérubinique "


d'après un tableau de Macha Chmakoff

 Commentaires [0]  


Germination [26 - Oct - 07 @ 10:29]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Les milliers de mots
qui mûrissent en silence
attestent
que le silence n'est pas vide.

Alain Boudet
in " Bribes du sud "


 Commentaires [1]  


Intervalle [25 - Oct - 07 @ 23:57]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...Ce n'est pas le but qui compte ni la source

L'intervalle
Seul fonde l'intervalle seul
Délaisse l'initiale et la finale

Va déborde tout ce qui est
A l'une et l'autre bornes
Excède l'intervalle même
Ni au-delà ni entre ni sur en aucun
Aucun lieu ne se pourra jamais dessiner
L'espace vide où plonge le regard
Sous la paupière de chair
L'aveuglement voulu vacant.


Benoit Conort
in " Main de Nuit "


 Commentaires [0]  


Au poète [25 - Oct - 07 @ 11:19]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Le voici sur son île
avec ses paroles
comme devant
une barque en morceaux...

Jacques Goorma
in " A "


 Commentaires [0]  


Vertige [23 - Oct - 07 @ 11:26]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Les objets se sont endormis, tu parles
dans leur sommeil, ils tombent
sans retour dans la parole.
Tu écoutes en eux d’obscures clameurs,
des confidences, des énigmes, des colères.
Avec les mots commence le monde
tu es dans le vertige immobile des choses
fixant l’horizon indécis du Temps.

Lionel Ray
in " Comme un château défait "


 Commentaires [0]  


L'enfant, l'oiseau [22 - Oct - 07 @ 00:09]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Un enfant assis sur les ruines
ne pleure plus.
Il tient l'oiseau tué par balle
perdue.
Au ciel, il y avait bien plus de balles
que d'oiseaux.

Yves Heurté
in " Dans la gueule d'ombres "


 Commentaires [3]  


L'aveugle [20 - Oct - 07 @ 11:35]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
- Est-ce que vraiment, disait-elle, la terre est aussi belle que le racontent les oiseaux ? Pourquoi ne le dit-on pas davantage ? Pourquoi, vous, ne me le dîtes-vous pas ? Est-ce par crainte de me peiner en songeant que je ne puis la voir ? Vous auriez tort. J'écoute si bien les oiseaux; je crois que je comprends tout ce qu'ils disent.
- Ceux qui peuvent y voir ne les entendent pas si bien que toi, ma Gertrude, lui dis-je en espérant la consoler.
- Pourquoi les autres animaux ne chantent-ils pas ? reprit-elle.
Parfois ses questions me surprenaient et je demeurais un instant perplexe, car elle me forçait de réfléchir à ce que jusqu'alors j'avais accepté sans m'en étonner. C'est ainsi que je considérai, pour la première fois, que, plus l'animal est attaché de près à la terre et plus il est pesant, plus il est triste. C'est ce que je tâchai de lui faire comprendre; et je lui parlai de l'écureuil et de ses jeux.
Elle me demanda alors si les oiseaux étaient les seuls animaux qui volaient.
- Il y a aussi les papillons, lui dis-je.
- Est-ce qu'ils chantent ?
- Ils ont une autre façon de raconter leur joie,repris-je. Elle est inscrite en couleurs sur leurs ailes... Et je lui décrivis la bigarrure des papillons.


André Gide
in " La symphonie pastorale "


 Commentaires [0]  


lambeaux d'éternité [19 - Oct - 07 @ 15:31]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
... Dire comment ça fuit le monde. Sous quelles poussées, ça bascule. Toujours du même côté.
Larges plages de sable comme ruines de montagne. Larges bandes blanches comme ruines d’un ciel nuageux et sans vent. Eternité chue en lambeaux déchirés. Et la ravageuse aligne son mouvement interminable depuis le fond de rien. Fil jamais rompu du loin qui s’en vient et se retient, derrière les vagues qui le portent, le défont, en gardent les franges d’écume où le soleil se prend.

Alain Freixe
in " Derniers restes "


 Commentaires [0]  


Ils pensent... [18 - Oct - 07 @ 19:19]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Ils pensent :

nous ne disparaissons pas

nous continuons par notre absence

nous sommes passés dans la complication des autres

nous ne quittons notre monde que pour entrer dans le leur

nos vies leur mangent le ventre

nous devenons de la chair

ils vivent par nous

Ludovic Degroote
in " Pensées des morts "


 Commentaires [0]  


Demain [17 - Oct - 07 @ 17:24]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...C’est l’heure où les destinées
Se mêlent aux étoiles filantes
Et s’épuisent toutes les forces vitales,
Confondant dans le sang et la cendre
Les héros et les martyrs.
Porteurs de laves et de moissons,
Nous irons dans les marais et les forêts, les mers
Et les volcans, apporter les offrandes et les chants.
Nous suivrons les chuchotements des ténèbres
Et les gémissements des ombres
Jusqu’où la racine terrestre s’accouple
Avec les corps célestes
Dans l’écho des mystères lointains.
Nous irons au-delà des Dieux,
Au-delà des chimères, ranimer les esprits
De tous nos morts déracinés.
Nous irons, implacables et dévoués,
Brandissant la foudre comme une étincelle
Dans la nuit de nos souffrances aigües
Apporter la controverse et les contredits.
Nous irons, sous la pression des vents de l’histoire,
Libérer toutes les consciences
Trop longtemps assujetties.
Les racines de l’arbre à palabres
Finiront par absorber les pluies
En même temps que nos espoirs
Mêlés à l’alchimie des passions.

Kama Sywor Kamanda
in " Le Songe des origines "


 Commentaires [1]  


Quotidienneté [16 - Oct - 07 @ 13:53]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Un monde qui ne s'indigne plus de rien est un monde que la dignité n'intéresse plus.


Bertrand Vergely


Enfant de Tananarive récupérant des déchets

 Commentaires [7]  


Cendres [15 - Oct - 07 @ 13:59]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Ferme tes yeux;
car, sinon,
ton visage,
calciné comme la lave du volcan,
tombera en cendres
sur le creux de ma main.

Lautréamont
in " Les chants de Maldoror " - Chant troisième -


 Commentaires [0]  


(dés)agrégation [14 - Oct - 07 @ 11:16]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Les Grecs ne se représentent pas correctement la naissance et la mort : rien ne se crée, rien ne se perd, mais tout se mélange et se dissocie à partir de ce qui est. Ainsi appellerait-on correctement agrégation la naissance et désagrégation la mort."


Anaxagore
in " Physique"- Livre premier.


 Commentaires [1]  


Changer [12 - Oct - 07 @ 15:15]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Vous devez être le changement que vous souhaitez voir dans le monde.


Gandhi


 Commentaires [3]  


Coeur qui bat... [11 - Oct - 07 @ 12:44]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Quand la perdrix est touchée
elle ne crie pas
Son corps devient souche et fougère
pour sauver son coeur
qui bat encore...

Françoise Bujold


 Commentaires [2]  


Silence [10 - Oct - 07 @ 18:35]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Laisser échapper le mot
le regarder glisser sous la pluie
Il ramène la foudre
ou juste un peu de silence.


Anne Marielle Wilwerth
in " L'île tutoyée "


 Commentaires [0]  


Tourbillon [9 - Oct - 07 @ 19:02]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
De temps en temps, la réalité se déplie devant toi, va n'importe où, dans toutes les directions, jusqu'au bout des gris et des rouges appuyés les uns contre les autres, petites nostalgies de la langue, en carrés, en rectangles, qui tournoient, portées par un souffle dont l'ocre, à l'improviste, rapproche la terre et les anges; dissonante, la réalité, jusqu'à la périphérie de la confidence ou du vide pendant que la nuit monte très haut. Il faudra sans doute que, patiemment, tu continues à regarder "passer le ciel".


Denise Desautels
in " Tout ce bleu "


 Commentaires [0]  


Comme une âme... [7 - Oct - 07 @ 12:36]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
« Isolée une grande demeure ici rigide de silence
de symétrie, d'ordre, d'intolérance.
Mais d'elle une fumée s'échappe, légère, vive, qui ne sera pas rattrapée. »

Henri Michaux
in " A distance "


 Commentaires [0]  


L'homme-Soleil [6 - Oct - 07 @ 23:34]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Je dois moi-même être soleil, je dois avec mes rayons peindre la mer sans couleur de toute la divinité.


Angelus Silesius
in " Le Voyageur Chérubinique"


 Commentaires [0]  


Le suspens [5 - Oct - 07 @ 10:41]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Est sublime ce qui retombe
moins vite que nous, les pesants

Sublime la chose, l’être,
qui retient un instant sa chute

Le dégravir le ralenti le frein du périr
l’escalier dans le ciel
la fontaine romaine
le feu d’artifice
Le thrène populaire...

Michel Deguy


 Commentaires [0]  


New York [4 - Oct - 07 @ 10:27]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Ca s'étire : les longues jambes jusqu'à l'océan, les bras vers le ciel. Un corps, une ville, une étrange composition totalement imaginée par l'homme blanc. Le peau-rouge lui vendit pour vingt-cinq dollars cette boue, ces collines, ce fleuve. Etrange transaction si l'on sait que pour un indien la terre ne nous appartient pas. Seulement prêtée le temps d'une vie et ainsi de génération en génération. L'homme noir, ce fut une autre histoire. Le vent se glisse entre les tours, avec fracas. Il raconte : New-York is black, New-York is red, New-York is yellow."


Jeanine Baude
in " Le Chant de Manhattan "


 Commentaires [0]  


Noli me tangere [3 - Oct - 07 @ 00:20]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Mont sacré où bruissent chaque nuit
Les murmures des dieux
Souffles humides étranges
Des âmes frémissantes
Ne me retenez pas
Je viens à vous en mesurant mes pas
Offrande de ma chair en paiement de ma vie
Pour faire ensemble Connaissance
Pour nous apprivoiser les uns aux autres
Ne me retenez pas anges de l'invisible
Prenez un peu de ma force
Et donnez- la à ceux qui n'en n'ont pas
Donnez-leur la beauté
Et le don que vous m'avez donné
D'être parcelle de lumière
Ne me retenez pas
Je reviendrai demain…


 Commentaires [0]  


Noël quotidien [30 - Sep - 07 @ 23:41]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Les langoustes, cambrées, se montrent fort lascives,
Proches des cornichons vautrés dans le pâté.
Livides, les boudins ont le ventre éclaté.
Morts, dorés, les canards dégorgent leurs olives.

La dinde se dandine sur un lit d'endives
Et de marrons. Ecoutez le vin glouglouter,
Imitant le dindon ; le sapin clignoter ;
Et le cri citronné, muet, des huîtres vives.

On dévore avec dévotion les tranches fines
Du Jésus, le foie gras divin dans sa terrine,
Et de la moelle onctueuse avec un peu de sel.

Seuls, gelés, dans la rue, des gosses se partagent
Un festin d'huile rance où trois sardines nagent.
Que pourrais-je ajouter ? Ah oui! Joyeux Noël!

Christian Poslaniec


photo empruntée au site sur les droits de l'enfant
http://www.droitsenfant.com/

 Commentaires [1]  


Voile solaire [29 - Sep - 07 @ 23:56]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
La voile
Est un soleil
Nervures
Élytres déployés
Les bras du peuplier
S’élèvent vers l’enclave
Au bout du monde
Un homme dit je t’aime
À l’aube qu’il étreint.

Serge Brindeau
in " C'était hier et c'est demain "


 Commentaires [2]  


Lamentation [28 - Sep - 07 @ 23:12]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...Le tilleul fleurit doucement
et son bois incline sa ramure,
mais l'homme ferme sa bouche
et l'angoisse l'étreint,
en gestes inutiles
à moins qu'un poète
ne dise pour les autres le cri
et la prière qui modifie
le chant sauvage
de l'épervier qui siffle,
ou le soupir affaibli des hulottes,
la nuit, la mort
des enfants martyrisés.

Chante si tu le peux et verse quelques larmes,
les anges emporteront cette rumeur
jusqu'aux astres où résident les âmes voyageuses
pour composer la lamentation qui demeure.

Dans la chair du tendre tilleul
palpite le sommeil du monde.


René Ferriot


 Commentaires [0]  


Simulacre [27 - Sep - 07 @ 19:24]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le simulacre implique de grandes dimensions, des profondeurs et des distances que l'observateur ne peut pas dominer. C'est parce qu'il ne les domine pas qu'il éprouve une impression de ressemblance. Le simulacre inclut en soi le point de vue différentiel; l'observateur fait partie du simulacre lui-même, qui se transforme et se déforme avec son point de vue…


Gilles Deleuze
in " Logique du Sens "


Pastel de Julian Beever
http://users.skynet.be/J.Beever/pave.htm

 Commentaires [0]  


Luminosité [26 - Sep - 07 @ 00:08]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Et si tu parviens, après avoir abandonné ton corps, dans le libre éther,
tu seras dieu immortel, incorruptible, et à jamais affranchi de la mort.


" Pythagore "( attribué à )
in " Les Vers d'Or "

...Après sa purification, il est devenu, autant qu'il le pouvait, ce que sont toujours les êtres qui jamais ne tombent par nature dans la génération; il s'est uni par l'intelligence à ce Tout, et il s'est élevé jusqu'auprès de Dieu même. Mais, parce que cet homme a un corps lumineux qui lui est par nature attaché, il a besoin d'un lieu où il puisse, comme il l'a recherché, habiter comme un astre. Or le lieu qui convient à un corps de cette sorte est celui qui s'étend immédiatement au-dessous de la lune, car ce lieu se situe au-dessus de celui qu'occupent les corps périssables, et au-dessous de l'espace qu'habitent les êtres célestes. Les Pythagoriciens l'appellent l'éther libre : éther, comme un corps immatériel et éternel; libre, comme exempt et pur des passions et des troubles provenant de la matière.

Hiéroclès
in " Commentaires sur les Vers d'Or



 Commentaires [1]  


Dissolution [25 - Sep - 07 @ 10:44]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Mourir, qu'est-ce d'autre que se tenir nu sous le vent et se dissoudre dans le soleil ?
Et qu'est-ce que cesser de respirer, sinon libérer son souffle des courants qui l'agitent pour lui permettre de s'élever, se dilater et, délivré de toute contrainte, rechercher Dieu ?

Ce n'est que lorsque vous boirez à la rivière du silence que vous pourrez chanter.
Quand vous aurez atteint le sommet de la montagne, vous commencerez votre ascension.
Et quand la terre revendiquera vos membres, c'est alors que véritablement vous danserez.


Khalil Gibran
in " Le Prophète "



 Commentaires [0]  


Le chemin [24 - Sep - 07 @ 09:55]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
" Mes enfants, continuez de chercher le secret de l'homme; continuez l'Afrique. Des fleurs oubliées du passé, faisons le parterre sublime d'un monde nouveau, tel est le but final de la raison initiatique ".


Boubou Hama
in "Le double d'hier rencontre demain "





 Commentaires [3]  


Douleur, ombre de la Beauté [23 - Sep - 07 @ 08:57]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
mille collines s'estompent dans la nuit
la blancheur d'une fumerole s'y dissout
ne pleure pas mon fils
le soleil se lèvera bientôt pour toi
nous descendrons jusqu'à la rivière
et oublierons le froid la faim notre misère
je te raconterai la bonté de ton père
sa force et son désir de vie
je te dirai l'amour et la beauté
la chaleur et le frémissement des fleurs
demain mon fils demain demain...



 Commentaires [3]  


Passage [20 - Sep - 07 @ 23:37]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Si la vie n'est qu'un passage, sur ce passage au moins semons des fleurs.


Montaigne


composition de Mireille
collage fibres de noix de coco

 Commentaires [1]  


Silence [19 - Sep - 07 @ 23:31]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
"Entrer en forêt tropicale, ce n’est pas simplement franchir une limite. C’est se glisser dans son silence, laisser venir à soi ses différents sons, ses formes. Se laisser envahir jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de frontière. Plus d’intérieur, plus d’extérieur, une seule forme : palpitante, vibrante, odorante."


Nora Herman
in " Forêt de poche "


 Commentaires [0]  


Je suis [18 - Sep - 07 @ 23:58]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Regarde la blancheur des voiles
l'océan qui mugit et le soleil couchant
tends la main à l'enfant qui quémande
souviens-toi des rires et des pleurs partagés
des prés des bois et des étangs
marche d'un pas sûr et lent
emplis-toi du bruit du monde
des saveurs de la fraîcheur de l'eau
de la douceur d'un grain de peau
puis le jour venu entre dans la caverne sombre
ferme les yeux vois poindre en toi la lumière
de chaque particule mémorisée
fusion du bois de l'eau et des couleurs
des senteurs et des sons
de la chaleur plaisir désir et don
de ton être unifié réuni
en un éclair intense
tu es enfin je suis


 Commentaires [0]  


Oubli [18 - Sep - 07 @ 00:18]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Chaque fois que tu oublies, c'est la mort que tu te rappelles en oubliant.


Maurice Blanchot
in " L'attente, l'oubli "


 Commentaires [0]  


Réintégration [16 - Sep - 07 @ 23:32]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
« Maintenant il n’est aucune barrière entre la Vérité et moi,
Ou aucune nécessité de démonstration,
Ou une preuve de la révélation,
Maintenant, éblouissante dans son entier, la lueur de la Vérité,
Vacillant, moins de lumière. »

Al-Hallaj
dernières paroles avant sa mise mort...


 Commentaires [0]  


Site rond [15 - Sep - 07 @ 15:17]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
…Le citron est seul dans l’immensité indifférente de l’univers fruité d’où il a émergé par hasard. Il est nécessaire d’être pleinement inconscient de ce que l’on en dit. Quel bonheur que de le voir comme lorsqu’on est saoul, avec son système nerveux, des épaules et des pieds…


Henry Chiparlart
Si vous aimez le dadaïsme, la pataphysique, le situationnisme...allez faire un tour sur son site !
http://henrychiparlart.com/


 Commentaires [0]  


Comme une flamme... [14 - Sep - 07 @ 23:32]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Comme une étoile, une hallucination, la flamme d'une lampe, une illusion, une goutte de rosée, une bulle d'eau, un éclair, un nuage : regardez ainsi le monde des phénomènes.


Sentence de Bouddha


 Commentaires [0]  


Rêve [13 - Sep - 07 @ 21:53]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
La plupart des hommes sont endormis dans l’antichambre de la vie et ils rêvent qu’ils sont en train de vivre.


Idris Shah


 Commentaires [0]  


Ephémère [12 - Sep - 07 @ 17:55]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Celui qui a été ne peut plus désormais ne pas avoir été : désormais ce fait mystérieux et profondément obscur d'avoir été est son viatique pour l'éternité."


Vladimir Jankélévitch


 Commentaires [0]  


La jeune fille de Budapest [12 - Sep - 07 @ 00:03]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Dans la brume tiède
d'une haleine de jeune fille,
j'ai pris place
Je me suis retiré,
je n'ai pas quitté ma place.
Ses bras ne pèsent rien.
On les rencontre comme l'eau.
Ce qui est fané
disparaît devant elle.
Il ne reste que ses yeux.
Longues belles herbes,
longues belles fleurs
croissaient dans notre champ.
Obstacle si léger sur ma poitrine,
comme tu t'appuies maintenant.
Tu t'appuies tellement,
maintenant que tu n'es plus.

Henri Michaux


 Commentaires [0]  


Hic et nunc [11 - Sep - 07 @ 14:50]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Point immobile en moi
Et la roue lentement
Efface le chemin





 Commentaires [0]  


TRACES TRESSEES [9 - Sep - 07 @ 23:25]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Voilà le sentier ai-je dit Et le sentier
M'a suivi comme sorti de moi Sachant
Que tous les croisements et fuseaux
Modèlent nos sens les sillons de la peau
Maillée de méridiens Trajets troués
D'une secrète acupuncture Notre passé
Est cette mosaïque de nos pas L'air
Morcelé limaille des gestes et des mots
Des tiges blanches dorment dans les noires
La terre est recomposée par les nervures
Sur la paume de la main et les deux pôles
De l'esprit vingt quatre images par seconde
Le film de la mémoire se poursuit Voilà
Ce qui se trame en nous Ce qui chemine
En notre corps lorsque l'obscurité reflue
Notre langue est bifide et notre regard
Sans cesse se divise en deux hémisphères
Qui se partagent le visible et l'invisible.

Ligne des yeux jointes
Pour ne plus être
Qu'un visage recommencé.

Charles Dobzynski


 Commentaires [0]  


Conversion [8 - Sep - 07 @ 23:51]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Devant l'éclair -
sublime est celui
qui ne sait rien !

Bashô


 Commentaires [0]  


L'étoile flamboyante [7 - Sep - 07 @ 23:21]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Vous ne m'avez rien dit sur l'étoile flamboyante...

R.- Cette étoile est l'emblème des grands mystères que contient la philosophie surnaturelle, et elle est une nouvelle preuve de l'aveuglement et de l'ignorance des maçons modernes; car elle doit être terminée par sept pointes, ou sept angles, et vous ne la voyez jamais représentée dans aucune loge qu'à 3, 5 ou 6. D'ailleurs ces pauvres enfants de la veuve n'y ont jamais découvert d'autre mérite que celui de contenir dans le milieu la lettre G, qu'ils ont spirituellement expliqué par le mot de géométrie.
Tel est le fruit de cent ans de réflexion et la merveilleuse interprétation que leur a suggéré leur brillant génie. Les sept pointes ou les sept angles sont la représentation des sept anges qui environnent le trône de la divinité, et la lettre G est la première du nom sacré du grand Dieu appelé Géhova ou Jehova, Adonaï, etc.

D.-Accordez-moi, je vous supplie, une connaissance plus profonde sur ces sept anges primitifs.

R.-Ces sept anges sont les êtres intermédiaires entre nous et la divinité: ce sont les sept planètes ou, pour mieux dire, ils dirigent et gouvernent les sept planètes. Comme ils ont une influence particulière et déterminée sur chacun des régimes nécessaires pour perfectionner la première matière, l'existence de ces sept anges supérieurs est aussi véritable qu'il l'est, que l'homme a le pouvoir de dominer sur ces mêmes êtres...

Rituel de Cagliostro
in " Catéchisme d'apprenti de la Loge Egyptienne "


 Commentaires [0]  


Le magicien du temps [6 - Sep - 07 @ 12:40]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 

77. J’ai placé dix témoins autour de ma tombe, dix émissaires uraniens, un pour chacun des dix baktuns. De ceux-ci je suis le onzième. Celui qui voudrait être le onzième dans la succession finale des rois du Mexique devra me prendre pour onzième, et alors tout ira bien.

78. J’ai placé six messagers sur ma pierre parlante de la prophétie, trois au-dessus, les messagers Seigneur Bouddha, Mahomet et Christ, et trois au-dessous, Padmasambhava, Quetzacoatl et saint Jean de Patmos. De ceux-ci je suis le septième.


79. Je suis Pacal Votan, témoin spécial du temps, messager du Télektonon, instrument du septième ange, et déclare encore et encore : « Tout est nombre. Dieu est un nombre. Dieu est en tout. »



 Commentaires [2]  


Que la lumière soit avec vous... [13 - Jul - 07 @ 01:06]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Quelques instants d'absence...
Une porte du temps s'ouvre à moi et je profite du sommeil des gardiens pour la franchir. Promis ! Je vous ramènerai début septembre des brassées de mots, de parfums, de couleurs...
Que la chaleur de vos coeurs embrase l'horizon.

G.H.


 Commentaires [2]  


L'espoir [13 - Jul - 07 @ 00:43]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Le jour ne revient pas, dites-vous, mais
seulement sa blessure, le sang
que laisse le soleil quand il s’effondre
au loin

tous les corps oubliés
veulent savoir si quelque chose existe
sous le sol, qui les rassemble, une parcelle
de substance ou rien
que l’ombre, immobile comme
un caillou

peut-être que l’espoir
n’est qu’une entaille dans la chair
une étincelle sans futur
dans la mémoire

ne dites pas, quand vous partez, que c’est
le jour qui meurt.

Claude Esteban
in " L'espoir, anthologie poétique "


 Commentaires [0]  


OUI [12 - Jul - 07 @ 10:52]
   Sujet posté dans le thème: POE

 

Serait-ce non, le mot murmuré, petite traînée
sur l'étendue pourtant éclatante de la présence
non, ma vie épie derrière la fenêtre son exact
contraire, elle pose par terre le silence et l'attente
pour serrer contre son coeur la patiente beauté
de ce qui vient, ô neige de printemps, les arbres
plaquent blanc espoir au carreau de la nuit, tout
compte, le pommier, la colline et sa porte céleste
même les étoiles brillent de je ne sais quel éclat
parsemant autrement la carte du ciel, brisant
toute clôture pour consentir : non, j'entends oui.

Sylvie Fabre G


 Commentaires [0]  


Rien ne se perd... [11 - Jul - 07 @ 00:02]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Rien ne se perd de ce que glane l’enfance
surtout ce qui paraît avoir disparu
à l’angle du regard, au coin d’une rue,
dans les profondeurs sinueuses de la mémoire.
Rien ne s’obscurcit vraiment même dans le noir.
Et le jeu demeure en toi l’identité possible
du bouffon, du clown conscient de l’état du monde.
Rien ne s’obscurcit sur le visage vieilli
pas même ce qui s’insinue dans les creux et les rides.

Daniel Leduc


 Commentaires [0]  


Les rêves déchirés [10 - Jul - 07 @ 00:01]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Ceux qu’on exile aux confins
Qu’a-t-on fait de leur vie
Qu’a-t-on fait de leur mémoire
Qu’a-t-on fait de cet espoir
Qui brûlait dans le trajet de leurs veines ?

Quel désespoir quelle inguérissable blessure
Les hommes ont-ils inscrits dans leur chair
Pour qu’ils se taisent ainsi
Et que se taise en eux aussi obstinément
L’écho sans fin de leur rêves déchirés ?

Bernard Mazo


 Commentaires [0]  


L'espoir [9 - Jul - 07 @ 14:19]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Je ne dis pas : Il est trop tard,
Nous avons laissé se mourir la terre,
Elle ne portera plus
Les fruits de la lumière
Et ses graines de vie.
Je dis : Le ciel demeure
Ouvert au soleil, aux étoiles,
Tous les arbres n’ont pas péri,
Les feux brûlent aussi de joie.
Je ne dis pas : Il fait si noir
Que les hommes ne peuvent plus voir
Le visage de ceux qu’ils aiment,
Ils ont oublié le silence
Mais ne savent plus se parler.
Je dis : Chaque aube tient promesse,
Elle te rend ce que la nuit
Avait effacé pour toujours,
Les fleurs, l’espoir, le goût du vent
Sur les plages bleues du matin.
Je ne dis pas : Les sources sont taries.
Je dis que rien jamais n’est perdu,
C’est à toi de creuser plus profond
Pour que l’eau pure à nouveau jaillisse.

Pierre Gabriel
in " C'était hier et c'est demain "


 Commentaires [0]  


Les pierres... [7 - Jul - 07 @ 18:32]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
les pierres
non plus que nous
n'ont pas le temps les pierres nous font
des signes même
quand nous ne les comprenons plus
peut-être seulement alors
elles commencent à nous dire
ce dont nous ne connaissons
pas encore les mots
pas plus que nous
elles portent les inscriptions
que nous ne savons plus lire
mais l'écrit les tient en nous
de leur oubli se déchiffre
une autre mémoire une autre
langue

Henri Meschonnic
in " Combien de noms "


 Commentaires [0]  


Dame Blanche [7 - Jul - 07 @ 00:51]
   Sujet posté dans le thème: POE

  … était-ce vous ? était-ce moi ? cette musique personnelle,
Une vague si fraîche ! les heures légères, le frémissement
Crépusculaire, il aurait suffit d’un pont pour l’ailleurs,
Et ce fut vous. ce qui s’appelle Silence dans un parc :
Entendez-vous, écoutez-vous ces pas secrets, ces petits pas
De passereaux ? cœur profond ! voici la clé, la nôtre,
L’énigme de votre bouche et dans un pli obscur du ciel
Avec inscription d’étoiles, ces prénoms changeants, le mien,
Le vôtre, les merveilleux automnes, les paroles volatiles,
Tant de poussières éblouies ! ô dame d’outre-monde !
Cette sorte infinie d’épuisement heureux dans l’autrefois
Des grottes et des plages. vous, furtive entre les pierres, à demi
Cachée dans le château des voix, écoutant seule cette langue
Intérieure. et moi, purifié bientôt peut-être parmi les cendres,
Cœur profond ! cœur indéchirable…

Lionel Ray



 Commentaires [0]  


Tombeau de Mallarmé [6 - Jul - 07 @ 18:48]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
sentir éclater en nuit
le vide immense produit par ce qui serait sa vie
ô s'il mourait
jamais...
......................................................

l'esprit pur DIS-TU
trône en nous - survivants
ET SUR LUI le temps pivote et se refait...

Bernard Chambaz


 Commentaires [0]  


Paroles [5 - Jul - 07 @ 19:34]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
L'ancêtre a tiré de ses cheveux un oiseau de l'avenir
, prenez patience, touchez la peau des arbres avec toute la paume à plat, la paume franche, la douleur se blottit dans le ventre sans le griffer, c'est un peu votre enfant à tous, cette douleur, c'est ce que dit l'oiseau et je répète ce qu'il dit en envoyant la fumée de ma pipe dans le ciel.
La plaine sent si bon encore ce matin, et le guerrier s'étire, puis ils se sont parlé avec son cheval. (Guerrier qui a du regard de cheval pour la maison!)
L'oiseau brillant à la si belle gorge s'est blotti à nouveau dans la très vieille chevelure, la fumée a rejoint un nuage qui stagnait en forme de couronne, c'est le jour pour la pensée, elle est juste, elle est pleine de ce soleil, que laisserez-vous à la terre ?

Cette pensée, ma pipe d'os de cerf, une couronne d'herbes tressées pour ne pas oublier le nuage.

C'est un peu notre enfant à tous, cette douleur.

Hélène Sanguinetti


 Commentaires [0]  


Indifférence [4 - Jul - 07 @ 15:00]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
... Tu
trébuches, chuchotant
« aucune charrue ne s'arrête pour l'homme qui meurt »...

Eric Ferrari


 Commentaires [0]  


Les Portes du Temps [3 - Jul - 07 @ 14:26]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
une brume éphémère se dissout dans les interstices du temps,
humecte l'invisible
et sèche toute trace
sur ta peau qui perlait
impalpable poussière rouge
douce comme un regard
caresse mousse duveteuse
derrière le miroir
en un aethyr jumeau
ton souvenir mouillé se mêle aux cendres noires
du devenir.


 Commentaires [0]  


Haïku [29 - Jun - 07 @ 00:03]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Un peu d’encre bleue
Encore
Pour colorer le temps

Michel Cosem
in "Haïkus "

 Commentaires [0]  


Souvenir [28 - Jun - 07 @ 12:05]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Sous l’effet de cette inflation d’expériences qui l’a nourrie et déformée, la vie d’un humain parvenu à l’âge adulte réagit spontanément à n’importe quoi, tout lui faisant penser à tout, chaque image en réveillant une autre, chaque pressentiment ressuscitant une intuition passée, chaque passant rappelant quelqu’un. C’est ainsi que chaque seconde de vacuité s’emplit instantanément d’une foule de gens et de choses dont la présence est d’autant plus prégnante qu’elle demeure invisible. Une multitude oppressante déteint sur tout ce qui se voit et tend progressivement à se laisser dissoudre. Rien ne peut durer dans sa réalité propre, aussitôt tiré vers un avenir tout encombré de passé. L’instant que je crois vivre n’est déjà plus que de la mémoire en suspens ; son existence véritable est différée jusqu’au moment de sa résurrection sous forme et statut de souvenir.
Gare de Lyon, le 8 juin 1994.

Gil Jouanard
in " C'est la vie "



 Commentaires [0]  


Naufragés du vent [27 - Jun - 07 @ 23:21]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Naufragés du vent, là sur la dune,
tenant assemblée dans le soir,
et dont on ne sait s'ils sont hommes ou oiseaux
tant leurs voix se mêlent aux souvenirs
et tant les souvenirs épousent les légendes...

Michel Monnereau


 Commentaires [2]  


Impressions [26 - Jun - 07 @ 17:53]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...(Par endroits on croit saisir la trame, l'effiloché qui donne le pur refus des sommets) chambre où l'humide prolifère dans les phrases, et nos vêtements dont la pliure impeccable est faite en souvenir des disparus...

Eric Ferrari


 Commentaires [0]  


L'étrangère [25 - Jun - 07 @ 20:04]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
En robe azurée

l'étrangère

mendie

sa part d'invisible

Yves Broussard
in " Pauvreté essentielle "


 Commentaires [0]  


effacement [24 - Jun - 07 @ 11:28]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Pierre fracturée
Friable
Enfouie

Efflilochure du rien
Traces possible
Il faut l'usure pour raviver des lueurs

Ce que nous voyons se défait, se désaccorde
On avance vers l'effacement, l'oubli
L'uniformité d'une terre appelée à disparaitre.


Roger Gonnet
in " Vol naissant "


 Commentaires [2]  


Etre Poète... [23 - Jun - 07 @ 12:07]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Etre Poète
c'est percer une fenêtre
quand le mur n'en a pas.

Guénane Cade


 Commentaires [0]  


Silence [22 - Jun - 07 @ 14:58]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
A gorge déployée je me gave de silence.


Jean-Pascal Dubost
Extrait de " Vers "


 Commentaires [0]  


Enigme [21 - Jun - 07 @ 12:07]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Ce que tu ne comprends pas
se mêle au sommeil des enfants,
au secret lourd et pur
des germinations….

Dans la chair du tendre tilleul
palpite le sommeil du monde.

René Ferriot


 Commentaires [1]  


Sève [20 - Jun - 07 @ 00:33]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
"La poésie est sève pure,
le poème, déchirure"

Henri Thomas


 Commentaires [0]  


L'arrivée du printemps [18 - Jun - 07 @ 15:26]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Wang Wei assis
sous un pin torsadé
au bord du torrent
nuque percée
d'un rayon de soleil
dessine en l'air le signe
de toutes les joies connues
à la première feuille
qu'il sent poindre
dans son dos

Roland Reutenauer
in " Avant longtemps "


 Commentaires [0]  


Lyre [17 - Jun - 07 @ 10:33]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Il faut quelquefois pousser les passants, s'extraire
de la foule, de la rumeur du monde, sans bien savoir
s'il y a mieux à faire vraiment que plonger ici-bas,
s'indigner, s'en tenir au journal, à la bataille utile
après tout contre les mots mis à l'envers,
ou le glaive aberrant : ces larmes
du moins sont vraies, et ne suffisent
pourtant pas. On va glanant
d'autres chagrins plus haut que les pavés, plus loin
que la pauvre terre à notre hauteur. On cherche
d'autres drames dans le jour jaune, on ne sait trop
quelle énigme dans du cristal : si le ciel pleure,
ce que cachent sous leur voilage les tentures des nuées.
Malgré tout ce qu'on peut en dire,
le refus répété du mystère, le clair déni,
maintenant ne suffit pas, la chair humaine semble
le cadre de la lyre - les cordes sont là-bas.

Olivier Barbarant
in " Essais de voix malgré le vent "


 Commentaires [0]  


Caresse [15 - Jun - 07 @ 21:00]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...Ainsi se décide l'impossible
comme une caresse

Entre le monde et l'amour
le lien est d'eau qui tremble...

Jean-Pierre Siméon
in " Fresque peinte sur un mur obscur "


 Commentaires [0]  


Pureté [12 - Jun - 07 @ 12:54]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Depuis presque des siècles je suis cet homme encadré par une fenêtre
et dont le regard croit se confondre avec la vérité.
Il la prend contre lui,
s'étonne de n'y trouver nul parfum de plus qu'au jour.
Le ciel est d'une simplicité telle
qu'il détruit les embruns de colère,
n'admet d'autre majesté
que celle de flamber sur les têtes et les noms qui peuplent la terre.

Jean-Luc Steinmetz
in " Aujourd'hui de nouveau "


 Commentaires [0]  


Gnose [9 - Jun - 07 @ 23:05]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
...Et j'appelai: "Connaissance" mais elle ne répondit pas.
Et je vis que toute chose m'avait abandonné, et que tout être créé m'avait fui, je restais seul. Alors l'acte vint à moi et je vis en lui une imagination secrète et cette partie secrète était ce qui restait; et rien ne fut de secours que la Miséricorde de mon Seigneur.

Il me dit: Où est ta connaissance?
et je vis le Feu.

Il me dit: Où est ta gnose?
et je vis le Feu.

Et il me dévoila Ses Gnoses d'Unicité et le Feu s'éteignit.
Et il me dit: "je suis ton ami" et je fus affermi.
Et il me dit: "Je suis ta Gnose" et je parlai. Et il me dit: "je suis Celui que tu cherches" et je sortis".

Al Niffari
in " Kitab al Mawaqif " - Le Livre des Stations


 Commentaires [0]  


La lettre [9 - Jun - 07 @ 15:09]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
Telle une lettre dédoublée:
Nous-mêmes lors des adieux, à force d'étreinte et d'enlacement.
Deux personnes nous sommes:
Les regards n'en voient qu'une.
Corps fondu et lumière:
N'était mon gémissement, elle ne m'aurait pas vu !

Ibn 'Arabi
in " urjman al Ashwaq " - L'interprète des désirs



 Commentaires [0]  


Plaisir [8 - Jun - 07 @ 17:33]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Il y a du plaisir
à vaincre les falaises.
Mais nul n’atteint le ciel
qu’en grimpant dans sa tête.

Charles Minetti
in " Patiences à Cavillore "



 Commentaires [0]  


Envers [7 - Jun - 07 @ 12:22]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Déchiré, le papier forme encore des lettres.
....................................................................
Quelque chose à la place de tout.
....................................................................
Tu te substitues à toi-même.
....................................................................
Livre ouvert de tes yeux.
....................................................................
Seul un désert peut refléter ce miroir brisé des étoiles.
......................................................................................
L'eau comme une page aussitôt froissée qu'écrite.

Dominique Grandmont
Extraits de " L'envers d'écrire "


 Commentaires [0]  


Projection [6 - Jun - 07 @ 13:51]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Je ne souffre qu'une
Main
Me touche
Mon être
Est pétri de la glaise
Qui t'a fait

Siham Bouhlal
in " Poèmes bleus "


 Commentaires [0]  


Le Moi [4 - Jun - 07 @ 19:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Si tu n’as pas vu le diable, regarde ton propre moi.


Roûmi


 Commentaires [0]  


Buée de buée [3 - Jun - 07 @ 00:37]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Me dissoudre dans l'air
Et là comme l'oiseau pour son premier envol
Hésiter un instant
Regarder sans le voir le là-bas du demain
Imaginer ensuite l'au-delà de l'humain
Où je déverserai les poussières de rêves
Glanés au gré des tourbillons du temps
Puis m'en aller un soir vers l'espoir d'un levant
Chargé de souvenirs de sons et de parfums
De bruissement de soies de rires de cristal
Et me poser enfin comme une feuille morte
Sur une immense plage vide
Et m'y fondre y enfouir la somme de mes songes
Préparer ta venue nid brindilles d'absence
Attendre et égrener sable d'éternité
Engendrant ta présence.


 Commentaires [0]  


Solitude [2 - Jun - 07 @ 18:15]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
La solitude est un jardin sans fleur où l'âme se dessèche, les fleurs qui y poussent n'y ont pas de parfum.


Marc Levy


 Commentaires [1]  


Pharaon [1 - Jun - 07 @ 13:14]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
L'homme ramène vers le centre ce qui s'écarte du tas et se hisse jusqu'au sommet.
Dans ce cas, il ne doute pas qu'il soit le seul à être sorti du tas et piétine les autres afin qu'ils ne puissent le suivre.
C'est ainsi que l'homme crée la pyramide.
Il entasse et commande.
La Pyramide est une mauvaise machine, c'est normal, c'est un tas.
La base semble s'écarter du sommet, s'étale, s'échappe alors que le sommet reste immobile car il ne peut la poursuivre sous peine de s'effondrer lui-même.

Alain Wexler
extrait de " Noeuds " in " Le Dé Bleu "



Ô, combien de nos Grands Maîtres...

 Commentaires [0]  


L'oiseau des planètes [31 - May - 07 @ 19:05]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
L'espace d'une nuit
Je fus arbre je fus nuage
Entre le cri et l'espoir
L'espace d'une parole
Je fus éclair lumière écrite
Seul je fus l'oiseau des planètes
Pèlerin d'un songe d'innocence.

Jean-Claude Walter
in " Récits du temps qui brûle "


 Commentaires [0]  


Justice [30 - May - 07 @ 15:24]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
C'est seulement dans la mesure où l'homme épris de vérité nourrit également la volonté inconditionnelle d'être juste, qu'il y a quelque chose de grand dans cette soif de vérité que l'on glorifie partout si inconsidérément.


Nietzsche
in " La Seconde Considération inactuelle "


 Commentaires [0]  


Silence [29 - May - 07 @ 14:52]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" Mais j'imagine le silence de certaines âmes comme d'immenses lieux d'asile. Les pauvres pécheurs, à bout de forces, y entrent à tâtons, s'y endorment, et repartent consolés sans garder aucun souvenir du grand temple invisible où ils ont déposé un moment leur fardeau. "


Georges Bernanos
in " Journal d'un curé de campagne "

 Commentaires [0]  


Itinerrance [28 - May - 07 @ 00:11]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
13- Ta marche porte ton âge. Discret. Les herbes jamais tu ne les avais foulées. Comme cela. Humées non plus. A ce point du parcours tout est devenu simple. La campagne assourdit l’air. Pour feutrer tes pas. Quelques ombres suivent encore ta silhouette. Avancent dans ta trace. Serais-tu devenu maître. Toi le fragile. L’incertain. L’inaccompli.


Jean-Claude Villain
in " Treize Stations "


 Commentaires [0]  


Effet du temps [27 - May - 07 @ 09:54]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« Un jour, je ne sais pas pourquoi,
Mais sait-on jamais pourquoi,
Je suis devenu un arbre. »


Georges Ribemont-Dessaignes

in " Le règne végétal "


 Commentaires [2]  


Pluriels [26 - May - 07 @ 23:41]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Le pluriel existe au dehors du singulier, pluriel les cheveux pleins de vent et dispersé sur la terre entière, tout le monde le sait. Mais le pluriel existe aussi dans le singulier, cependant là il se cache, il n'a d'ordinaire pas le droit d'exister. Je ne connais pas encore les lois par lesquelles on fait coïncider deux pluriels d'ordres aussi différents, j'entrevois à peine la loi de dispersion des feuillages intérieurs.


Emmanuelle Pireyre
in " Mes vêtements ne sont pas des draps de lit "


 Commentaires [0]  


La vie rosée... [25 - May - 07 @ 18:53]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Je cherche ce qui n’existe pas. Je chante ce qui n’a pas de nom.
J’ai une grande réserve de soleils levants.
Terre de la très douce étrangeté à soi.
Cette pluie nous fait une respiration plus douce, le soleil lui-même coule vers les prés.
L’eau coule, bouche ouverte.
Au singulier, il y a tout le pouvoir du mot.
Front, à petits coups répétés, pour franchir l’appartenance.
La vie cristalline, la vie rosée, où s’appuie la patience.
La vie comme un peu d’eau guérie, échappée du réel.
Sous la neige aux petits yeux brillants, se rassemblent les fous.

Maurice Audejean
in " C'était hier et c'est demain "


 Commentaires [0]  


La dernière lettre du père [24 - May - 07 @ 20:51]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
"J'ai toujours su que la vie n'existe pas. L'horizon, l'avenir, le réveil ne sont que par ma volonté de les dire. Je ne regrette rien : j'ai voulu vous donner le goût de la marche. Pour vous tenter j'ai dessiné un soleil là-bas et je vous promettais, chaque fois qu'un jour mourait, de vous en donner un autre à la place. Le soleil, les forêts qui enfeuillent l'extrêmité du monde, je les ai découpés à la taille de vos yeux, pour que vous les trouviez à votre éveil. Chaque matin j'ai levé le soleil pour vous, j'ai tenu le monde à bout d'oeil. Aujourd'hui je suis fatigué. Il se peut qu'en mon absence vous cessiez de marcher. Mais le soleil n'est pas à moi, ni la lune, ni les rêves. Tout à l'heure, la terre va tourner autour de mon dernier rêve de voir le réel. Votre réel reste à être rêvé. je ne vous laisse que la trace du mien. Racontez-vous votre vie. Seul ce qu'on se raconte est immortel.
Et surtout, ne me réveillez pas."


Hélène Cixous
in " Le Prénom de Dieu "


 Commentaires [0]  


Que fait Gandhi ? [23 - May - 07 @ 23:24]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Les anciens systèmes de yoga n'ont pu harmoniser ni unifier la vie matérielle et la vie spirituelle; ils ont rejeté le monde, le considérant comme une illusion (mâyâ ), ou un jeu transitoire, ce qui a entraîné, par suite d'un déclin de sa force de vie, la dégénérescence de l'Inde.
"Ces peuples périraient si je n'accomplissais les oeuvres ", dit la Gîtâ.
Et " ces peuples " de l'Inde sont réellement tombés en décadence. Quelques sannyâsîs, quelques sâdhus renonçant au monde atteignent bien la réalisation et la libération; quelques bhakta dansent dans une extase d'amour, ne pouvant contenir le flot de la félicité, mais pendant ce temps une race tout entière, amorphe et abêtie, est plongée dans une profonde inertie; peut-on appeler cela une réalisation spirituelle ?


Sri Aurobindo
in " Lettre à Bârin "- avril 1920


 Commentaires [0]  


Enoch [23 - May - 07 @ 00:36]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 "...Soyez tous un seul homme, vous serez également saints. Soyez tous une même loi, vous serez tous forts. Soyez tous sous la même règle de vie, que je vous ai prescrite, et vous serez éternellement mineurs spirituels invincibles. telle est la volonté du Père et de son Saint Esprit sur son fils. Soyez tous fils de Tout-puissant ici-bas, et vous saurez que celui que vous avez nommé Enoch est l'esprit du Père qui est en haut."
A peine Enoch eut-il fini de parler et béni les neuf disciples, qu'une nuée enflammée descendit du ciel et l'enleva rapidement pour porter cet esprit saint à sa destination...


in " Traité de la réintégration des êtres " de
Martinès de Pasqually


 Commentaires [1]  


Soupir [20 - May - 07 @ 16:11]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Mon âme vers ton front où rêve, ô calme soeur,
Un automne jonché de taches de rousseur,
Et vers le ciel errant de ton oeil angélique,
Monte, comme dans un jardin mélancolique,
Fidèle, un blanc jet d'eau soupire vers l'Azur!
- Vers l'Azur attendri d'octobre pâle et pur
Qui mire aux grands bassins sa langueur infinie,
Et laisse sur l'eau morte où la fauve agonie
Des feuilles erre au vent et creuse un froid sillon,
Se trainer le soleil jaune d'un long rayon.

Stéphane Mallarmé


 Commentaires [0]  


Inactant [19 - May - 07 @ 14:37]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Aujourd’hui je n’ai rien fait.
Mais beaucoup de choses se sont faites en moi.
Des oiseaux qui n’existent pas
ont trouvé leur nid.
Des ombres qui peut-être existent
ont rencontré leurs corps.
Des paroles qui existent
ont recouvré leur silence.
Ne rien faire
sauve parfois l’équilibre du monde,
en obtenant que quelque chose aussi pèse
sur le plateau vide de la balance.

Robert Juarroz
in " treizième poésie verticale "


 Commentaires [1]  


Substantifique... [18 - May - 07 @ 17:03]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
“Il faut entrer dans la poésie comme dans un prolongement de l’être, pas comme dans un jeu.”

Christian Hubin
in " La Forêt en fragments"


 Commentaires [0]  


Silence [17 - May - 07 @ 19:53]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
C'est en hiver que la musique a son plus grand prestige, elle plait surtout le soir, d'accord avec les silences, pour plaire à l'imagination qu'elle éveille ; c'est l'art nocturne, l'art du rêve, mais le tableau vient du soleil.

Odilon Redon


 Commentaires [0]  


Regard [16 - May - 07 @ 14:57]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le grand courage, c'est encore de tenir les yeux ouverts sur la lumière comme sur la mort.


Albert Camus


 Commentaires [0]  


Les corbeaux [16 - May - 07 @ 00:18]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Seigneur, quand froide est la prairie,
Quand dans les hameaux abattus,
Les longs angélus se sont tus...
Sur la nature défleurie
Faites s'abattre des grands cieux
Les chers corbeaux délicieux...

Arthur Rimbaud


 Commentaires [0]  


Paroles [14 - May - 07 @ 18:31]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Prenez ces paroles, qu'elles ne soient pas une graine perdue! Couvez mes paroles, faites-les croitre, faites-les parler! Mais que leur dirai-je ensuite? Je n'ai qu'un mot à dire, un mot simple comme la foudre. Un mot qui me gonfle le coeur, un mot qui me monte à la gorge, un mot qui tourne dans ma tête comme un lion en cage. Ce n'est pas une parole de paix. Ce n'est pas une parole facile à entendre. Mais elle doit mener à la paix, mais elle doit rendre toute chose facile à entendre, pourvu qu'on la prenne comme la terre reçoit la graine et la nourrit en la tuant. Quand je serai pourri, dans quelques jours, que de ma pourriture sorte un arbre à paroles. Non pas des paroles de paix, non pas des paroles faciles à entendre, mais des paroles de vérité...

René Daumal
in " Les dernières paroles du Poète "


 Commentaires [0]  


Ombre illusoire [14 - May - 07 @ 00:48]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« Puisque toute chose est une ombre illusoire, il est naturel que nous recherchions dans notre propre être, la vérité. Ainsi dès lors que nous reconnaissons que le monde entier ne se compose que de fausses illusions et qu’il se trouve être ‘l’ombre des ombres’, alors il ne reste, en vérité qu’une seule chose dont nous ne pouvons douter le moins du monde ; notre propre moi, c'est-à-dire notre conscience. »


Riza Tevfik
Franc Maçon, Grand Maître du Grand Orient de l’Empire Ottoman au début du XXème siècle


 Commentaires [0]  


Las de l'amer repos... [13 - May - 07 @ 09:47]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...Une ligne d'azur mince et pâle serait
Un lac, parmi le ciel de porcelaine nue,
Un clair croissant perdu par une blanche nue
Trempe sa corne calme en la glace des eaux,
Non loin de trois grands cils d'émeraude, roseaux.

Stéphane Mallarmé


 Commentaires [0]  


Avenir [11 - May - 07 @ 13:30]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Nous appelons notre avenir l'ombre de lui-même que notre passé projette devant nous...

Marcel Proust


 Commentaires [0]  


Larme [10 - May - 07 @ 14:39]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Elle commença à pleurer, de cette manière qui est une manière magnifique, un secret de quelques-uns, ils pleurent seulement avec les yeux, comme des verres remplis à ras bord de tristesse, et impassibles, pendant que cette goutte de trop finit par avoir raison d'eux et glisser par-dessus bord, suivie de milliers d'autres, et ils restent là immobiles, pendant que s'écoule sur eux leur menue défaite.


Alessandro Baricco
in " Châteaux de la colère "


 Commentaires [0]  


Amour [9 - May - 07 @ 18:32]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Je ne suis pas sûr que l'on soit mieux armé qu'un autre pour apprendre à vivre. Et vivre, à mon sens, n'est rien d'autre qu'aimer ou apprendre à aimer. Rien d'autre. Ceux qui renoncent, semble-t-il, se rassurent parfois en se forgeant ailleurs d'autres règles, d'autres rites ou ces rides qui protègent et qui les rendent un temps si sérieux. Mais la mort venue, c'est l'amour donné partagé qui pèsera. Pour soi seul, dans son cœur. Tout le reste aura disparu, envolé, foutaise et vanité.


Émeric de Monteynard
in " Le petit homme qui brûlait "


 Commentaires [0]  


mémoire... [8 - May - 07 @ 18:57]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Il avait parfois le sentiment vif de ces joints mal étanches de sa vie où la coulée du temps un moment semblait fuir et où, rameutées l’une à l’autre par un même éclairage sans âge, le va-et-vient des seules images revenait battre comme une porte.

Julien Gracq
in " La Presqu'île "


 Commentaires [0]  


MAI 68.....suite... [6 - May - 07 @ 14:38]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
La violence inassouvie cherche et finit toujours par trouver une victime de rechange.


René Girard


 Commentaires [0]  


MAI 68 [5 - May - 07 @ 15:42]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 On "liquide" …et l'on s'en va !...


Rêve d'un liquidateur-et-s'en-valeur


Mais nul ne peut reprendre la part d'héritage de l'autre
nul ne peut gommer les souvenirs d'autrui.

Je suis


Nous sommes


Ils sont


Et nous nous souviendrons...

 Commentaires [0]  


Eblouissante... [4 - May - 07 @ 16:57]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
« Maintenant il n’est aucune barrière entre la Vérité et moi,
Ou aucune nécessité de démonstration,
Ou une preuve de la révélation,
Maintenant, éblouissante dans son entier, la lueur de la Vérité,
Vacillant, moins de lumière. »

Al-Hallaj
Paroles prononcées avant de mourir


Lorsque le Corps de Gloire se fond dans la Lumière,
il ne voit plus la Lumière, il devient Lumière.
A-t-il conscience qu'au plus profond de lui, Soleil cosmogonique,
germe déjà la Pierre Noire de Lune ?

 Commentaires [0]  


Attente [3 - May - 07 @ 15:25]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...J'attends - comme le font derrière la fenêtre
Le vieil arbre sans geste et le pinson muet...
Une goutte d'eau pure, un peu de vent, qui sait ?
Qu'attendent-ils ? Nous l'attendrons ensemble.
Le soleil leur a dit qu'il reviendrait, peut-être...

Sabine Sicaud (1913-1928 )
in " Douleur, je vous déteste "


 Commentaires [0]  


Incertitude [2 - May - 07 @ 18:39]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
L'incertitude de Dieu est pareille au flux et au reflux de la mer. Elle engendre la parole par laquelle l'homme proclame sa certitude.

Jabès
in "Le livre des questions"


 Commentaires [0]  


Grand arbre [27 - Apr - 07 @ 00:31]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...grand arbre
il fait froid
et c’est la vanité du vent
morte l’abeille
sa pensée nous fait ruche
les mots
les mots déjà
butinent dans la gorge

grand arbre
blanc debout
nos feuilles sont dedans
et la mort qui nous lèche
est seule bouche du savoir.

Bernard Noël
in " La face de Silence "


 Commentaires [0]  


naturel [24 - Apr - 07 @ 19:28]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Quand l'herbe poussera au-dessus de ma sépulture,
Que ce soit là le signal pour m'oublier tout à fait.
La Nature ne se souvient jamais, et c'est en cela qu'elle est belle.
Et si vous ressentez le besoin maladif d' "interpréter" l'herbe verte sur ma sépulture,
Dites que c'est moi qui continue à verdoyer et à être naturel.


Fernando Pessoa
in "Poèmes Payens"


OSIRIS Végétant

 Commentaires [0]  


AU FER ROUGE [22 - Apr - 07 @ 23:17]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Le regard qui jettera sur mes épaules
Le filet indéchiffrable de la nuit
Sera comme une pluie d'éclipse
Il descendra lentement de son cadre solaire
Mes bras autour de son cou.

in " Ralentir travaux " de René Char, Paul Éluard et André Breton.


 Commentaires [1]  


La Vague [20 - Apr - 07 @ 21:53]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le monde ne parle pas, songea-t-il, mais, à certaines minutes, on dirait qu’une vague se soulève du dedans et vient battre tout près, éperdue, amoureuse, contre sa transparence, comme l’âme monte quelquefois au bord des lèvres...


Julien Gracq
in " La Presqu'île "


 Commentaires [0]  


SOAHC [19 - Apr - 07 @ 16:07]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
L’abime n’admet pas l’ordre,
le désordre non plus.
Et nous savons que tout est un abime.

Pourtant,
le jeu de la feuille et du vent
s’achève toujours à l’endroit le plus exact.
Et aucune feuille ne souille
le lieu où elle tombe.

Il se peut qu’une feuille ordonne
ou peut-être désordonne
une autre face de l’univers.

Roberto Juarroz


 Commentaires [0]  


transformation [18 - Apr - 07 @ 15:25]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« L’existence est rare.
Nous sommes constamment,
mais nous n’existons que quelquefois,
lorsqu’un véritable évènement nous transforme ».

Henri Maldiney



 Commentaires [0]  


Fusion [17 - Apr - 07 @ 09:24]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ... Je veux que nous rêvions ensemble. Si certains vivent ensemble, pourquoi d’autres ne rêveraient-ils pas ensemble ? Y a-t-il une différence certaine entre le rêve et la vie ?
(...)
Je ferai pour moi un rêve, et ce rêve sera une histoire. Je me mettrai à raconter cette histoire à haute voix, et vous l’écouterez et la rêverez avec moi. (...) Ce sera comme un chant que nous chanterions ensemble pour le sens, et chacune toute seule avec sa voix. Dites-moi qu’il peut en être ainsi pour que je puisse rêver l’histoire qui aura lieu.

Fernando Pessoa
in "Salomé "


Une pensée pour Khate qui vient de nous précéder au pays des millions de petits poissons de toutes les couleurs...

 Commentaires [0]  


L'Oeil [14 - Apr - 07 @ 16:12]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
L'oeil dans lequel je vois Dieu est le même dans lequel Dieu me voit. Mon oeil et l'oeil de Dieu sont un seul et même oeil, une seule et même vision, une seule et même connaissance, un seul et même amour.


Maître Eckhart
in " Traités et sermons"


 Commentaires [0]  


Le Caché [13 - Apr - 07 @ 12:20]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
« Je ne suis pas de ce monde, ni de l’autre, ni du paradis, ni de l’enfer,
Je ne suis ni d’Adam, ni d’Eve, ni de l’éden, ni de rizwan,
Ma place est d’être sans place, ma trace d’être sans trace ;
Ce n’est ni le corps ni l’âme, car j’appartiens à l’âme du Bien-Aimé.
J’ai renoncé à la dualité, j’ai vu que les deux mondes sont un ;
Un seul je cherche, Un seul je sais, Un seul je vois, Un seul j’appelle.
Il est le Premier, Il est le Dernier, Il est le Manifeste, Il est le Caché. »

Rûmi


 Commentaires [1]  


ARCANA ARCANORUM...Suite... [12 - Apr - 07 @ 18:05]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 Les articles sur les rituels de l'OOAPMM concernant
les 96, 97, 98 et 99èmes degrés
sont enfin disponibles dans la catégorie " Téléchargements " de ce blogue.
Pour celui du 96ème, il est téléchargeable directement.
Quant à celui des 97 au 99èmes degrés, il vous faudra cliquer sur le fichier ALIRE et vous rendre à la page qu'il vous indiquera.
Bonne lecture...
Vous pouvez envoyer vos remarques, vos commentaires ou des compléments d'information à l'adresse ci-dessous:
coeurdeptah@tele2.fr

Nous publierons tous les commentaires qui enrichiront nos travaux.
La relation d'un entretien que nous avons eu avec Hiramash constituera très prochainement notre premier essai.
http://hiramash.site.voila.fr/trans.html


 Commentaires [1]  


L'issue [11 - Apr - 07 @ 12:21]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 "J'ai commencé par le profane, et voici qu'au soir de ma vie, tout naturellement je termine par le divin. Au cours de ma carrière j'ai bataillé, je me suis heurté contre des forces qui semblaient vouloir m'arrêter. Un jour je me suis trouvé devant l'issue tant désirée. Ce n'est pas moi qui l'ai découverte, qui ai réalisé mon état d'âme, il me semble qu'une idée, qu'un idéal se sont imposés à moi."

Henri Matisse

 Commentaires [1]  


Intériorité [9 - Apr - 07 @ 15:03]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"J’étais autrefois bien nerveux. Me voici sur une nouvelle voie : Je mets une pomme sur ma table. Puis je me mets dans cette pomme. Quelle tranquillité !"


Henri Michaux
in " Magie ", Lointain intérieur


 Commentaires [0]  


Résurrection [7 - Apr - 07 @ 22:55]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
A chaque pas mourir à moi
Pour renaître avec l'autre
Autre je, autre moi, autre Lui
Miroir reflétant Sa Lumière

Les yeux ouverts j'y vois ma mort
Non pas en face à face
Mais moi en elle et elle en moi

Il unit en moi Lumière et Ténèbres
Et Ma lumière pénètre en Lui.



 Commentaires [2]  


Les yeux d'Elsa... [6 - Apr - 07 @ 18:38]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...
Donne-moi tes mains que mon cœur s'y forme
S'y taise le monde au moins un moment
Donne-moi tes mains que mon âme y dorme
Que mon âme y dorme éternellement.

Louis Aragon


 Commentaires [2]  


A propos des Arcana... [4 - Apr - 07 @ 15:17]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 Les six jours de silence sur ce blog ont été consacrés à la rédaction de nouveaux articles sur les Arcana Arcanorum.
Vous pourrez les consulter dans quelques jours dans la rubrique Franc-Maçonnerie des Téléchargements.



 Commentaires [2]  


La lettre [4 - Apr - 07 @ 15:05]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Dans une des régions
les plus raffinées de l'esprit
où je campais au pied de la lettre
à une altitude de nul pied
plane un petit nombre
d'idées très particulières
qu'il eût été dommage de ne pas saisir
au vol de mes distractions

Ghérasim Luca.
in " Paralipomènes "


 Commentaires [0]  


Roulis [28 - Mar - 07 @ 14:12]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...commeunroulisunmouvementenroulé demots comme une vague de langue ourlée puis son déferlement qui claque alors là oui la peur de voir venir tout autant que le muet le rien le blanc pur de l’écume ou mousse de mots comme produit vaisselle autant impossible à former poème alors rien que la peur de ne pas pouvoir se sortir entier des mots et de ce qui les a fait surgir ça oui comme s’il n’y avait pas de maitrise face à cette force lâchée poète ou pas habitué ou non à voir craquer ces digues de langue et savoir ou pas les colmater c’est à peu près ça comme un déluge sans sens dans lequel on est pris et se noie dans un fracas de syllabes que l’on ne guide plus mais il tourne un fouillis d’images en vrac une lame de fond de tête un tourbillon de vase où se mêlent clair et sombre réussites et ratages des années le tout d’une vie brassée d’un coup laissant à nu l’os dessous quand ça cesse et qu’on reste muet comme épuisé de rien mais là encore après à respirer...

Antoine Emaz
Extrait de "Os"


 Commentaires [0]  


Expression [25 - Mar - 07 @ 16:24]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 « Je crois que j’ai deviné quelque chose de l’âme du plus grand des hommes et peut-être que périssent tous ceux qui le devinent. »

Nietzsche



Dans l'écriture, la syntaxe, fondatrice de tout sens, est essentiellement la pesée du muscle - du méta-muscle, dirait Réquichot : c'est au moment où il pèse (fût-ce avec la plus grande légèreté ) que le peintre devient intelligent; sans ce poids qui avance (ce que l'on appelle "tracer" ), le trait pictural (ou graphique) reste bête (le trait bête est celui que l'on fait pour ressembler ou celui que l'on fait pour ne pas ressembler : par exemple, la ligne qu'on ondule pour qu'elle ne ressemble pas à une simple droite). Ce qui fait l'écriture, en définitive, ce n'est pas le signe (abstraction analytique), mais, bien plus paradoxalement, la cursivité du discontinu (ce qui est répété est forcément discontinu). Faites un rond : vous produisez un signe; mais translatez-le, votre main restant posée à même la surface réceptrice: vous engendrez une écriture: l'écriture, c'est la main qui pèse et avance ou traîne, toujours dans le même sens, la main qui laboure en somme (d'où la métaphore rurale qui désigne l'écriture boustrophédon d'après le va-et-vient des boeufs le long du champ).

Roland Barthes
in " Réquichot et son corps "

 Commentaires [1]  


Le Sultan [24 - Mar - 07 @ 16:03]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
« L’existence de chaque chose, c’est ton propre être,
Ce qui te voit le mieux, c’est ton propre œil,
C’est ta propre parole qui gouverne cette matière,
Ton corps est un Trône, le Sultan est en toi. »

Riza Tevfik
Franc Maçon, ancien Grand Maître du Grand Orient de l’Empire Ottoman


 Commentaires [0]  


Parousie [23 - Mar - 07 @ 10:05]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 « Je suis mort minéral, et suis devenu plante
Je suis mort plante, et je me suis relevé animal,
Je suis mort animal, et suis devenu homme.
Pourquoi craindrais-je ? Quand j’ai été amoindri en mourant ?
Pourtant, je mourrai encore une fois, comme homme, pour planer
Avec les Anges bienheureux ; mais même après l’état d’ange
Il faudra que je passe au-delà. Tout périt, sauf Dieu.
Quand j’aurai sacrifié mon âme-ange,
Je deviendrai ce que nul esprit, jamais, n’a conçu.
Ô, laissez-moi ne pas exister ! Car la Non-existence prochaine :
« Nous retournerons en Lui ».

Roûmi


 Commentaires [0]  


Plénitude [21 - Mar - 07 @ 22:55]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
« L’état le plus élevé, c’est d’être effacé de l’effacement. »


Al-Ghazali


 Commentaires [1]  


Visions [21 - Mar - 07 @ 00:24]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 « Je suis Celui que j’aime, et Celui que j’aime est Moi.
Nous sommes deux esprits qui demeurent dans un corps,
Si vous me voyez, c’est Lui que vous verrez,
Et si c’est Lui que vous voyez, vous nous verrez tous les deux. »

Al- Hallaj


Hildegarde de Bingen transcrivant l'une de ses visions

Entre la colonne blanche, cachée par la bure du moine qui assistait Hildegarde lors de ses visions, et la colonne rouge, où semble se deviner la transparence d'un Upsilon, elle transcrit sur une tablette de cire une parole de feu qui surgit de son ciel.
Telle un Schin renversé dont l'une des extrémités ressemble à une main qui lui soutiendrait la tête, une main fermée, Yod ancien.
Mais quelles sont les lettres représentées par la tablette de cire et le repose-pieds ? Un Mem ? Un Schin émergeant du sol ?
Le regard se perd au-delà du sens apparent et la vision qui surgit est celle d'une cavale dont les yeux seraient la tête d'Hildegarde et celle du moine, et dont le mufle serait la tablette de cire.
Cavale ? N'en ai-je point trop dit ?
...Si vous me voyez, c’est Lui que vous verrez.





 Commentaires [0]  


Aube [19 - Mar - 07 @ 19:01]
   Sujet posté dans le thème: POE

 C'est presque l'invisible qui luit
au-dessus de la pente ailée ;
il reste un peu d'une claire nuit
à ce jour en argent mêlée.

Vois, la lumière ne pèse point
sur ces obéissants contours
et, là-bas, ces hameaux, d'être loin,
quelqu'un les console toujours.

Rainer Maria RILKE
in " Les quatrains valaisans "


 Commentaires [0]  


Planètes [16 - Mar - 07 @ 16:40]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Un cercle planétaire est composé de six principales étoiles égales en grandeur, en vertu et en puissance, lesquelles reçoivent l'ordre d'action, de mouvement et d'opération, par l'étoile supérieure qui est au centre des six composant le cercle planétaire. Dans les intervalles de ces étoiles, il y a une infinité d'autres corps que nous appelons : signes ordinaires planétaires, nommés vulgairement : petites étoiles. Ces signes suivent, dans leur arrangement, le même ordre qui règne parmi les étoiles du cercle planétaire; c'est à dire qu'ils sont joints sept à sept. Chacun de ces signes a sept vertus adhérentes aux principales étoiles du cercle planétaire, et en outre, chacun de ces signes a encore en soi sept autres vertus, ce qui les rend susceptibles d'être multipliés par leur propre nombre de figures et de vertus qui est sept fois sept, dont le produit est 49=13=4.
C'est par ce nombre que vous apprendrez à connaître que les corps planétaires supérieurs, majeurs et inférieurs sont réellement constitués en vie spirituelle divine et en vie corporelle passive, ainsi que tous les corps permanents dans le cercle universel, le tout avec distinction. Les irraisonnables ont la vie et l'instinct passifs, et les raisonnables ont le même instinct, et en outre la vie spirituelle impassive.


Martinès de Pasqually
in " Traité de la réintégration des êtres"


 Commentaires [0]  


Art poétique (extrait) [15 - Mar - 07 @ 00:35]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...Unir ce qui s'oppose
Rassembler sans répit.
Savoir qu'une main cause
Au centre de l'esprit,
Que nous lui devons l'être
Le gîte et le couvert
La forme des fenêtres
Et les mots de nos vers.

Être une artère étanche
Du silence au papier,
Capter la lippée franche
Du fer et des osiers.

Avancer sans lumière
Au long des corridors
Dans la ruelle amère
Où s'arme notre mort.
Donner son coeur, ses lèvres
A qui n'atendait rien;
Déraciner la fièvre
Remplacer l'eau du puits
Les oranges , la fève
Le pain qui n'est pas cuit.

Marcher tout son voyage
En mendiant son feu,
Renverser les barrages
Sans hargne, comme un jeu.

Délimiter la terre
Pour mesurer son nom.
Obtenir son pardon
De vivre; et puis se taire.


Luc Bérimont
in " Le Grand Viager "


MATTA 1959
Un soleil à qui sait réunir

 Commentaires [3]  


Marges [12 - Mar - 07 @ 18:15]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Aligner des mots
sur le rebord de la vie
en guettant s'ils remonteront quelque secret
qui donnerait un sens précaire aux choses
comme on pêchait des vermicelles alphabétiques
dans des soupes sans appétance
avant de tracer des quatre dents de la fourchette
des routes dans la purée
qui ne menaient à rien
en essayant de se figurer le bonheur.


Christian Dorrière

 Commentaires [4]  


Un air de pensée... [11 - Mar - 07 @ 19:33]
   Sujet posté dans le thème: GAL

  Monsieur,

On éprouve parfois, comment dirais-je, une sorte de pudeur illusoire et fondamentalement négative à prononcer votre nom ou tout simplement vos initiales.
Donnez-moi plutôt votre nombre, votre pénombre…
Mais quelles sont, au juste, vos qualités ?
L’homme doit arriver à voir l’air dans ce qu’il pense.

Ghérasim Luca
in " Levée d'écrou "


 Commentaires [0]  


A-L-Z [8 - Mar - 07 @ 11:47]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Sur une feuille vide et lisse
Les lieux, les noms, tous les indices,

Même les dates disparaissent.
Mon âme est née, où donc est-ce ?

Toute maison m'est étrangère,
Pour moi tous les temples sont vides,

Tout m'est égal, me désespère,
Sauf le sorbier d'un sol aride...

Marina Tsvetaeva


 Commentaires [0]  


Rhum des fougères [6 - Mar - 07 @ 15:01]
   Sujet posté dans le thème: POE

 De sous les fougères et leurs belles fillettes ai-je la perspective du Brésil?

Ni bois pour construction, ni stères d'allumettes : des espèces de feuilles entassées par terre qu'un vieux rhum mouille..

En pousse, des tiges à pulsations brèves, des vierges prodiges sans tuteurs : une vaste saoulerie de palmes ayant perdu tout contrôle qui cachent deux tiers chacune du ciel.


Francis Ponge
in " Le parti pris des choses "


 Commentaires [0]  


L'Ethiopienne [5 - Mar - 07 @ 23:41]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...Puisque reverdissent nos jambes pour la danse de la moisson
Je sais qu'elle viendra la Très Bonne Nouvelle
Au solstice de Juin, comme dans l'an de la défaite et dans l'an de l'espoir.
La précèdent de longs mirages de dromadaires, graves des essences de sa beauté.
La voilà l'Ethiopienne, fauve comme l'or mûr incorruptible comme l'or
Douce d'olive, bleu souriante de son visage fin souriante dans sa prestance
Vêtue de vert et de nuage. Parée du pentagramme.


Léopold Sédar Senghor
in " Ethiopiques "


 Commentaires [0]  


Paris pendant la Guerre [4 - Mar - 07 @ 17:10]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Les bêtes qui descendent des faubourgs en feu,
Les oiseaux qui secouent leurs plumes meurtrières,
Les terribles ciels jaunes, les nuages tout nus
Ont, en toute saison, fêté cette statue.

Elle est belle, statue vivante de l’amour.
O neige de midi, soleil sur tous les ventres,
O flammes du sommeil sur un visage d’ange
Et sur toutes les nuits et sur tous les visages.

Silence. Le silence éclatant de ses rêves
Caresse l’horizon. Ses rêves sont les nôtres
Et les mains de désir qu’elle impose à son glaive
Enivrent d’ouragans le monde délivré.

Paul Eluard
in "Capitale de la Douleur"


 Commentaires [0]  


Ombre [2 - Mar - 07 @ 22:27]
   Sujet posté dans le thème: POE

  Je n’écris que pour mon ombre projetée par la lampe sur le mur ; il faut que je me fasse comprendre d’elle.

Sadegh Hedayat


 Commentaires [0]  


S'échapper... [2 - Mar - 07 @ 01:10]
   Sujet posté dans le thème: GAL

  La vie n’a pas de vérité intrinsèque. Pas plus qu’elle n’a de vérité extrinsèque. Elle n’a pas de vérité, un point c’est tout.
Combien de fois le désir sensuel qui frémit dans nos nerfs tremblants n’est-il qu’une atroce soif de repos, de paix, d’oubli ?
S’échapper vers l’obscurité, vers l’eau qui coule à flots, vers des villes étrangères et lointaines, au long de grandes routes mystérieuses. S’échapper vers des cathédrales médiévales, vers des bibliothèques byzantines, vers des cloitres du Haut Moyen Âge. S’échapper vers n’importe quel royaume des elfes, un pays de vapeur et de brume où le soleil est moins puissant et la lune plus puissante que chez nous, un pays où les voix humaines parlent comme dans une transe, un pays où le rivage étouffe le murmure des flots...

John Cowper Powys


 Commentaires [1]  


Arbres [27 - Feb - 07 @ 13:18]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Écoute-les croître. Permets au silence
de leur livrer passage comme à une prophétie :
N’aie crainte, nous existons et pouvons nous hausser
de la terre à la lumière. Laisse-nous être et entends : toi aussi tu es sonore,
cymbale qui retentit, bronze qui résonne, oui,
mais une forme détachée de l’amour et du don.
Tout ne contient-il pas le fil d’un projet
cherchant réalité ? Les choses ne s’accomplissent-elles pas
grâce au ferment qui les rend possibles ?

Amparo Amorós
in " Arbres en la musique "


 Commentaires [1]  


In/out [26 - Feb - 07 @ 14:03]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...ce qui se cache dans le pain est
un pain qui ne cesse d’être
“c’e de santo tra le mani”.

Sers-toi du mot pain
tel qu’il était auparavant, vierge
et enfantin comme le Parthénon.

Que reste-t-il ?

Être oiseau couleur de vigne,
rien d’autre.

Un signe me précède et révèle
l’effondrement de la matière.

“N’être rien qu’un éveil”,

dit Valente au seuil
de son départ.

Israël Eliraz
Abeilles/Obstacles


 Commentaires [0]  


La Face [24 - Feb - 07 @ 15:03]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Les choses rêvées n'ont que ce côté-ci… On ne peut voir l'autre côté.On ne peut pas tourner autour… L'ennui, avec les choses de la vie, c'est qu'on peut aller les regarder de tous les côtés. Les choses rêvées n'ont que ce côté-ci que nous puissions voir…
Elles n'ont qu'une seule face, comme nos âmes.

Fernando Pessoa
In " Le livre de l'intranquillité"


BACON

 Commentaires [0]  


Sarah [22 - Feb - 07 @ 11:44]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Sarah lisait la Bible
sans y chercher un Dieu.

Côté : Ils ont planté une porte, grande ouverte sur les vents, en plein dans une savane de roche. Et ils s'y rassemblent pour fumer des vessies de requin desséchées au soleil.

Sarah parlait aux vents.

Côté : Les femmes, certains soirs, se mettent à murmurer, juste pour souligner l'immense silence des hommes. Elles possèdent le mystère du murmure.

Sarah parlait aux vents.

Côté : L'autel reste vide. Pas un ne le regarde. Sauf quand un de ces oiseaux qu'ils refusent de nommer, vient s'y protéger d'un coup de vent, ou d'une pluie phosphorescente dégringolée du Nord.

Sarah voyait toutes choses
avec exaltation.

Côté : Ils apprennent aux enfants le sens de la marche. On ne marche pas pour se déplacer, aller, explorer, conquérir: on marche pour s'installer en soi, et pour approfondir.

Sarah allait sans cesse et allait loin
en une libre fixité...

Patrick Chamoiseau
in "Biblique des derniers gestes"


 Commentaires [0]  


Cri [21 - Feb - 07 @ 13:07]
   Sujet posté dans le thème: POE

 «Cri au monde poussé du plus haut morne et que le monde n’entendit, submergé là en vague douceâtre où la mer englue l’homme ; – Et c’est à cette absence ce silence et ce rentrement que je noue dans la gorge mon langage, qui ainsi débute par un manque : Et mon langage, raide et obscur ou vivant ou crispé, est ce manque d’abord, ensuite volonté de muer le cri en parole devant la mer.»

Edouard Glissant
in " L'Intention Poétique "

 Commentaires [0]  


e//v [20 - Feb - 07 @ 13:12]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Entre la table et le vide
Il y a une ligne qui est la table et le vide
Où peut à peine cheminer le poème

Robert Juarroz


 Commentaires [1]  


Le Rien [19 - Feb - 07 @ 16:46]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 La véritable connaissance, c'est de savoir chaque jour que l'on n'apprendra, en fin de compte, rien; car le Rien est aussi connaissance étant l'envers du Tout, comme l'air est l'envers de l'aile.

Edmond Jabès
in "Le livre des questions"


 Commentaires [0]  


Dormante [18 - Feb - 07 @ 12:06]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Et la chanson de l'eau
Reste chose éternelle...
Toute chanson
est une eau dormante
de l'amour.
Tout astre brillant
une eau dormante
du temps.
Un noeud
du temps.
Et tout soupir
une eau dormante
du cri.


Federico Garcia Lorca


 Commentaires [2]  


Sensation [16 - Feb - 07 @ 13:06]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l'herbe menue :
Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l'amour infini me montera dans l'âme,
Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la nature, heureux comme avec une femme.

Arthur Rimbaud



 Commentaires [1]  


Magie cérémonielle [13 - Feb - 07 @ 15:26]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Les occultistes seraient assurément peu disposés à admettre que cette "magie cérémonielle", la seule qu'ils connaissent et qu'ils essaient de pratiquer, n'est qu'une magie dégénérée, et pourtant c'est ainsi; et même, sans vouloir aucunement l'assimiler à la sorcellerie, nous pourrions dire qu'elle est encore plus dégénérée que celle-ci à certains égards, quoique d'une autre façon. Expliquons-nous plus nettement là-dessus: le sorcier accomplit certains rites et prononce certaines formules, généralement sans en comprendre le sens, mais en se contentant de répéter aussi exactement que possible ce qui lui a été enseigné par ceux qui les lui ont transmis...
Et ces rites et ces formules, qui ne sont le plus souvent que des restes plus ou moins défigurés de choses très anciennes, et qui ne s'accompagnent certes d'aucune cérémonie, n'en ont pas moins, dans bien des cas, une efficacité certaine...
Par contre, l'occultiste qui fait de la "magie cérémonielle" n'en obtient généralement aucun résultat sérieux, quelque soin qu'il apporte à se conformer à une multitude de prescriptions minutieuses et compliquées, que d'ailleurs il n'a apprises que par l'étude des livres, et non point par le fait d'une transmission quelconque; il se peut qu'il arrive parfois à s'illusionner, mais c'est là une tout autre affaire; et l'on pourrait dire qu'il y a, entre les pratiques du sorcier et les siennes, la même différence qu'entre une chose vivante, fût-elle dans un état de décrépitude, et une chose morte....


René Guénon
in "Aperçus sur l'initiation"


Le sorcier de la grotte des Trois Frères

 Commentaires [1]  


Crépuscule [12 - Feb - 07 @ 16:04]
   Sujet posté dans le thème: POE

 O nuit ! ô rafraichissantes ténèbres ! vous êtes pour moi le signal d'une fête intérieure, vous êtes la délivrance d'une angoisse ! Dans la solitude des plaines, dans les labyrinthes pierreux d'une capitale, scintillement des étoiles, explosion des lanternes, vous êtes le feu d'artifice de la déesse Liberté !
Crépuscule, comme vous êtes doux et tendre ! Les lueurs roses qui trainent encore à l'horizon comme l'agonie du jour sous l'oppression victorieuse de sa nuit, les feux des candélabres qui font des taches d'un rouge opaque sur les dernières gloires du couchant, les lourdes draperies qu'une main invisible attire des profondeurs de l'Orient, imitent tous les sentiments compliqués qui luttent dans le coeur de l'homme aux heures solennelles de la vie.
On dirait encore une de ces robes étranges de danseuses, où une gaze transparente et sombre laisse entrevoir les splendeurs amorties d'une jupe éclatante, comme sous le noir présent transperce le délicieux passé; et les étoiles vacillantes d'or et d'argent, dont elle est semée, représentent ces feux de la fantaisie qui ne s'allument bien que sous le deuil profond de la Nuit.

Baudelaire


 Commentaires [0]  


Un objet difficile à ramasser [10 - Feb - 07 @ 23:57]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 Il y a fort longtemps, j'ai vu, dans un catalogue d'attrapes pour noces et banquets: "Objet difficile à ramasser". J'ignore quel est cet objet et comment il se présente, mais j'aime qu'il existe et rêver dessus.
Une oeuvre doit être un "objet difficile à ramasser". Elle doit se défendre contre les attouchements vulgaires, les tripotages qui la ternissent et qui la déforment. Il faut ne pas savoir par quel bout la prendre, ce qui gêne les critiques, les agace, les pousse à l'insulte, mais préserve sa fraîcheur. Moins elle est comprise, moins vite elle ouvre ses pétales et moins vite elle se fane. Une oeuvre doit prendre contact, fût-ce par malentendu, et cacher ses richesses qui se livreront peu à peu et à la longue. Une oeuvre qui ne garde pas de secret et se donne trop vite, risque fort de s'éteindre et de ne laisser d'elle qu'une tige morte....


Jean Cocteau


 Commentaires [1]  


Vous avez dit censure ? [9 - Feb - 07 @ 14:57]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 1° La censure est l'art de découvrir dans les oeuvres littéraires ou dramatiques, les intentions malveillantes;
2° L'idéal est d'y découvrir les intentions, même quand l'écrivain ne les a pas eues;
3° Un censeur capable doit à première vue, déterrer dans le mot "ophicléide" une injure à la morale publique;
4° La devise du censeur est "coupons, coupons, il en restera toujours trop";
5° Le censeur doit être persuadé que chaque mot d'un ouvrage contient une allusion perfide. Quand il parviendra à découvrir l'allusion, il coupera la phrase. Quand il ne la découvrira pas, il la coupera aussi, attendu que les allusions les mieux dissimulées sont les plus dangereuses...


André Gill
(Créateur du personnage d'Anastasie)
in " Journal satirique "L'Eclipse" - 19 juillet 1874


 Commentaires [2]  


Lumière [9 - Feb - 07 @ 12:59]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Je me suis occupé hier soir d'un terrain boisé un peu en pente couvert de feuilles de hêtres vermoulues et sèches. Le sol était d'un rouge-brun tantôt plus clair et tantôt plus sombre, à cause, plus encore, des ombres portées des arbres qui y jetaient des lignes, tantôt plus faibles, tantôt plus fortes, à moitié effacées.
Il s'agissait, et j'ai constaté que c'était fort difficile, d'obtenir la profondeur du coloris, l'énorme force et la fermeté de ce terrain, et pourtant ce n'est qu'en peignant que je me suis rendu seulement compte combien il y avait encore de clarté dans cette obscurité. Il s'agit de conserver la clarté, et de conserver en même temps l'ardeur et la profondeur de cette teinte riche.
Car on ne peut imaginer un tapis aussi admirable, que ce rouge-brun profond dans l'ardeur d'un soleil de crépuscule d'automne tempéré par les branches.
De ce sol surgissent de jeunes hêtres, qui prennent de la lumière d'un côté, y sont d'un vert étincelant, et le côté ombré de ces troncs est d'un vert noir chaud et puissant.
Derrière ces petits troncs, derrière ce sol brun-rouge il y a un ciel, très fin, bleu-gris, chaud, presque pas bleu, étincelant. Et en-dessous il y a un bord nébuleux de verdure et une résille de petits troncs et de fleurs jaunâtres. Quelques figures de chercheurs de bois y errent comme des masses sombres d'ombres mystérieuses...
Je te décris la nature...
J'ai bien eu de la peine à la peindre...
J'ai été frappé de voir combien ces petits troncs tiennent solidement dans le sol. Je les ai commencés au pinceau, mais à cause du sol déjà empâté - un coup de pinceau fondait comme rien, c'est alors que, pinçant le tube, j'en ai fait sortir les racines et les troncs - et je les ai quelque peu remodelés avec le pinceau...
Dans un certain sens, je suis content de ne pas avoir appris à peindre. Peut-être que j'aurais appris à laisser passer inaperçus des effets de ce genre...
Je ne sais moi-même comment je le peins...
mais pourtant je vois dans mon oeuvre un écho de ce qui m'a frappé, je vois que la nature m'a raconté quelque chose, m'a parlé, et que je l'ai noté en sténographie...


Vincent Van Gogh
in " Lettres de Vincent Van Gogh à son frère Théo "


 Commentaires [0]  


La rose de Redon [7 - Feb - 07 @ 18:12]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 En contemplant chaque toile de Maître Odilon, je voyais bien que cette rose était ardente comme l'été, piquante comme l'amour, docile comme un baiser... Mais, dis-je, il y avait encore un charme impossible à saisir, une interrogation formulée d'elle-même à ces couleurs si simplement, si enfantinement, si crûment posées que c'était de leur seule juxtaposition que naissait la subtilité, l'adresse et l'innombrable nuance.
Oui... Mais cette réponse ?
Ah ! sans doute était-elle le secret de Maître Odilon Redon. Et lui ne semblait pas s'apercevoir de mon trouble, et rêvait, son parasol sous l'aile...
Lorsque soudain...
Lorsque soudain, je fus pris de stupeur, voyant s'ouvrir les sombres lèvres d'une rose. Et avant que je ne l'eusse interrogée :
- Tu cherches le secret de son génie ? demanda-t-elle.
Et j'inclinai la tête.
- Je l'ignore et lui-même l'ignore, dit-elle.
Puis elle se tut.


Francis Jammes
in " Odilon Redon, botaniste "



La rose a tort; je sais ce que je fais.

Odilon Redon

 Commentaires [0]  


Entre rêve et matière [4 - Feb - 07 @ 18:10]
   Sujet posté dans le thème: POE

 " Fautrier, lui, nous peint une boîte comme si le concept de boîte n'existait pas encore; et plutôt qu'un objet, un débat entre rêve et matière, un tâtonnement vers "la boîte" dans la zone d'incertitude où se frôlent le possible et le réel... L'artiste a la sensation continuelle que les choses pourraient être autrement...

A. Berne-Joffroy
in " Les Objets de J. Fautrier "



 Commentaires [0]  


Isola [4 - Feb - 07 @ 17:17]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Il descendit sur une plage où le soir
Etait toujours celui d'anciennes forêts,
Et s'avança,
Et ce fut une rumeur d'ailes qui le rappela
Détachée du déchirant
Battement de coeur de l'eau torride...


Ungaretti


 Commentaires [0]  


Attente [3 - Feb - 07 @ 15:39]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Le front aux vitres comme font les veilleurs de chagrin
Ciel dont j'ai dépassé la nuit
Plaines toutes petites dans mes mains ouvertes
Dans leur double horizon inerte indifférent
Le front aux vitres comme font les veilleurs de chagrin

Je te cherche par delà l'attente
Je te cherche par delà moi-même
Et je ne sais plus tant je t'aime
Lequel de nous deux est absent.


Paul Eluard


 Commentaires [0]  


La vision de l'Univers d'Einstein [2 - Feb - 07 @ 14:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Tout ce qui pour chacun de nous constitue le passé, le présent et l'avenir, est donné en bloc et tout l'ensemble des évènements, pour nous successifs, dont est formée l'existence d'une particule matérielle, est représenté par une ligne, la ligne d'Univers de la particule...Chaque observateur, au fur et à mesure que son temps propre s'écoule, découvre, pour ainsi dire, de nouvelles tranches de l'espace-temps qui lui apparaissent comme les aspects successifs du monde matériel, bien qu'en réalité l'ensemble des évènements constituant l'espace-temps préexistent à cette connaissance.

Louis de Broglie


in " L'Oeuvre scientifique d'Albert Einstein "




 Commentaires [3]  


Le buveur [31 - Jan - 07 @ 23:58]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...Qu’il fasse un voyage
Aux bras d’un nuage,
Et laissez-le, s’il lui plaît,
Boire à mes ruisseaux de lait !...

Marceline Desbordes Valmore


 Commentaires [0]  


Reflet [31 - Jan - 07 @ 15:52]
   Sujet posté dans le thème: POE

 L'écrit n'est pas un miroir. Ecrire, c'est affronter un visage inconnu.

Edmond Jabès
( in " Le petit livre de la subversion hors de soupçon " )


 Commentaires [0]  


Le mot [30 - Jan - 07 @ 12:47]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...Cette ruine à présent où la lune marche seule
Éclairant l’araignée en sa toile et la rose
J’y fus auparavant, j’aimai chaque pierre sombre ;
S’il y en eut aucune, des ombres je fus l’une.
L'oreille comme à une conque, ce jour-là, je perçus
Dans l’invisible tout massivement délettré,
Un mot unique et vrai mais non d’éternité,
Arraché aux étranges mutations de l’âme ...

Malcolm Lowry


 Commentaires [0]  


Retour [28 - Jan - 07 @ 09:21]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Retour à tout ou retour à rien
Entre rien et rien
une palpitation
incandescente
Une fraction de lumière
s'échappe

Dire jusqu'au bout quelque chose qui s'échappe, insaisissable...


Jean-Marie Gibbal
in "Tambours d'eau"



 Commentaires [1]  


Redondance [24 - Jan - 07 @ 10:21]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 

Prenons une mosaïque byzantine. Voilà un type de communication classiquement redondante, qui se prête tout particulièrement à une analyse en termes d'information. Chaque petit cube de la mosaïque peut être considéré comme une unité d'information, un "bit"; la totalité de l'information est donnée par la somme de ces unités.
Or les rapports qui s'établissent entre les divers éléments d'une mosaïque traditionnelle (disons: le "Cortège de l'impératrice Théodora", à Saint-Vital de Ravenne) ne sont nullement le fait du hasard. Ils sont réglés par des lois de probabilité précises. Il existe, en premier lieu, une convention figurative, en vertu de laquelle l'oeuvre doit reproduire le corps humain et la nature. Cette convention implicite, basée sur nos schèmes perceptifs, entraîne l'oeil à réunir les cubes de mosaïque suivant le contour des corps; les limites des corps sont d'ailleurs caractérisées par leur unité chromatique. Les cubes ne se bornent pas à "suggérer" la présence d'un corps: par leur distribution hautement redondante, par une série de répétitions en chaînes, ils "insistent" sur les contours sans que subsiste aucune possibilité d'équivoque. Si un signal noir représente la pupille, une série d'autres signaux convenablement disposés réitère le message en indiquant les sourcils et les paupières; il est désormais permis d'identifier l'oeil sans ambiguïté. Ajoutons encore la représentation, symétrique, de "deux" yeux: autre élément de redondance. Car, après tout, un peintre moderne se contente parfois d'un oeil pour suggérer - avec succès - un visage vu de face.
Dans notre mosaïque les yeux vont toujours par deux, parce que certaines conventions figuratives y sont suivies à la lettre: conventions qui constituent, en termes d'information, des lois de probabilité à l'intérieur du système donné. Tout cela nous place devant un message figuratif chargé d'une signification univoque, et d'un taux d'information limité.


Umberto Eco
in "L'Oeuvre Ouverte"




 Commentaires [2]  


Adam et Eve [21 - Jan - 07 @ 17:19]
   Sujet posté dans le thème: POE

 "A tous ceux que démange l'envie de dire que ce langage est sans pensée, je conseille la visite dangereuse du jardin zoologique."

Picabia


 Commentaires [2]  


Sens [19 - Jan - 07 @ 18:21]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 ...Donne du sens à ta parole,
donne-lui de l'ombre...


Paul Celan


 Commentaires [1]  


Le puits [18 - Jan - 07 @ 17:00]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Etre.
Et rien de plus.
Jusqu'à ce que se forme un puits en-dessous.

Ne pas être.
Et rien de plus.
Jusqu'à ce que se forme un puits au-dessus.

Ensuite,
entre ces deux puits,
le vent s'arrêtera un instant.


Roberto Juarroz


 Commentaires [0]  


Mains [17 - Jan - 07 @ 23:29]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ... Nous sommes jaloux de nos mains lorsqu’elles écrivent
Jaloux de nos mains,
Car elles trahissent nos désirs...

Akl Awit
Poète libanais

 Commentaires [4]  


Désert [17 - Jan - 07 @ 12:51]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Le désert, c'est le vide avec sa poussière. Au coeur de cet univers pulvérisé, dans son absence intolérable, seul le vide conserve sa présence ; non plus comme vide, mais comme respiration du ciel et du sable.

Edmond Jabès


 Commentaires [1]  


ZAOUM [16 - Jan - 07 @ 14:54]
   Sujet posté dans le thème: POE

 "La patrie de la création, c'est le futur. C'est de là que soufflent les vents des dieux du verbe".

Vélimir Khlebnikov
in " Zanguezi & autres poèmes "


 Commentaires [2]  


Faim [14 - Jan - 07 @ 18:04]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Si j'ai du goût, ce n'est guère
Que pour la terre et les pierres.
Je déjeune toujours d'air,
De roc, de charbons, de fer.

Mes faims tournez, paissez, faims,
Le pré des sons.
Attirez le gai venin
Des liserons.

Mangez les cailloux qu'on brise,
Les vieilles pierres d'églises;
Les galets des vieux déluges,
Pains semés dans les vallées grises.

Arthur Rimbaud


 Commentaires [0]  


Le rêve [13 - Jan - 07 @ 18:30]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Voici ce dont je voudrais que vous vous souveniez lorsque mon souvenir sera évoqué:
Ce qui paraît en vous le plus faible et le plus désemparé est le plus fort et le plus déterminé,
N'est-ce pas votre souffle qui a dressé et fortifié votre ossature ?
Et n'est-ce pas un rêve qu'aucun de vous ne se rappelle avoir rêvé qui a bâti votre ville et tout ce qu'elle contient ?
Si vous pouviez voir les marées de ce souffle, vous ne verriez plus rien d'autre.
Et si vous pouviez entendre le murmure de ce rêve, vous n'entendriez plus d'autre son.
Mais vous ne voyez ni n'entendez, et il est bien qu'il en soit ainsi.
Le voile qui obscurcit vos yeux sera levé par les mains qui l'ont tissé,
L'argile qui emplit vos oreilles sera percée par les doigts qui l'ont pétrie.
Et vous verrez,
Et vous entendrez.
Vous ne regretterez pas toutefois d'avoir connu la cécité, ni d'avoir été sourds.
Car en ce jour vous prendrez connaissance des desseins cachés derrière toute chose,
Et vous bénirez les ténèbres comme vous béniriez la lumière.


Khalil Gibran
in "Le Prophète"


 Commentaires [0]  


Lumière [12 - Jan - 07 @ 15:39]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Lumière qui vas toujours
devant, je te prendrai
par la main, ce sera soudain
plus simple, les choses
et les gens, les mots qui durcissaient
sous la langue, tout
sera transparent pour nous, lumière
qui n’a pas de lieu, voilà que tu t’arrêtes
et que mon mal
s’arrête aussi et que tu m’attends.

Claude Esteban


 Commentaires [0]  


Je sais leur Nom [9 - Jan - 07 @ 11:17]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Salut, dieu grand, Seigneur de Vérité et de Justice,
Maître puissant ! Voici que j'arrive devant toi !
Laisse-moi donc contempler ta rayonnante beauté !
Je sais ton Nom magique et ceux de quarante deux divinités
Qui dans la vaste Salle de Vérité-Justice t'entourent
Le jour où l'on fait le compte des péchés devant Osiris;
Le sang des pécheurs leur sert de nourriture.
Ton Nom est :" Le-Seigneur-de-l'Ordre-de-l'Univers-
Dont-les-deux-Yeux-sont-les-deux-déesses-soeurs".
Voici que j'apporte dans mon Coeur la Vérité et la Justice,
Car j'en ai arraché tout le Mal...


Sortie vers la Lumière du Jour .Livre des Morts égyptien
( in "La Confession Négative I" )


 Commentaires [2]  


Les gardiens du seuil [7 - Jan - 07 @ 15:27]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Pour amener le mort à la vue pénétrante, on l'appelle par son nom disant:
" Noble fils, écoute sans distraction...
......................................................................................
Noble fils, la lumière aux quatre couleurs des quatre éléments sublimés se lève pour toi...
......................................................................................
Ô noble fils, autour des divinités Père-Mère des cinq familles t'apparaissent maintenant les terrifiants gardiens du seuil...
......................................................................................
Ces quarante deux déités qui sont la manifestation du Corps de Jouissance des Bouddhas surgissent de ton coeur comme l'expression de ton esprit à l'état pur. C'est pourquoi, reconnais-les.
Ô noble fils, les royaumes célestes n'ont pas d'existence localisée mais ne sont finalement que les divisions cardinales et le centre de ton coeur d'où ils sortent pour t'apparaître. Les corps de ces déités ne proviennent pas non plus d'un autre lieu. Ils sont de toute éternité le déploiement des potentialités de ta propre connaissance. C'est pourquoi reconnais-les donc pour ce qu'ils sont."

Bardo-Thödol
in " Instruction pour la vue pénétrante pendant le second état intermédiaire ".


 Commentaires [3]  


A Gala [6 - Jan - 07 @ 00:34]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Viens, monte. Bientôt les plumes les plus légères, scaphandrier de l'air, te tiendront par le cou.
La terre ne porte que le nécessaire et tes oiseaux de belle espèce, sourire. Aux lieux de ta tristesse, comme une ombre derrière l'amour, le paysage couvre tout.
Viens vite, cours. Et ton corps va plus vite que tes pensées, mais rien, entends-tu? rien, ne peut te dépasser.


Paul Eluard
in "Les Nécessités de la vie"


 Commentaires [0]  


Le combat avec l'ange [3 - Jan - 07 @ 23:19]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...Viens danser contre moi. Je veux te sentir humer te toucher ma belle mémoire.
Le grand vent claquait les portes là-haut dans ma tête. Refusant la raison. Nager dans les eaux infestées. Nu. Vouloir le combat.
Serviteur d'une reine. Me noyer avec sa traîne. Renaître avec le sourire d'un ange. La blonde. Oasis. Elle m'aime. Comme un diamant. Je suis derviche. Affamé. Depuis toujours. Ne jamais croire être aimé. Foutu biberon.
Ma femme est une jeune femme. La vérité ne vieillit pas.
Cette femme-là mérite une symphonie. Elle en veut pas.
Je veux chanter la vie. Partir sur les routes. Aller à la rencontre de la différence. Afin de grandir une fois pour toutes. N'avoir plus honte d'avoir oublié. Lointaine lumière de solitude.
Loin des écrans de télévision. Quitter sa peau d'orgueilleux. Être fier. Debout. Parler aux âmes. Tenir conseil. Tendre la main. Essayer de comprendre.
Laisse le balancier de la pirogue faire le boulot. La douleur finit par tuer l'amer. Elle laisse l'humain comme une épure. Débarrassé. Lavé des corruptions intimes.
Dans le fond des bars. Faut se tenir chaud. Mon frère.


Richard Bohringer
in "L'ultime conviction du désir"


 Commentaires [1]  


Pierre de foudre [1 - Jan - 07 @ 15:21]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Perceval, si les hommes se retournaient seulement une bonne fois, ils verraient se dresser derrière eux autant de Sodomes et de Gomorrhes levées de chacun de leurs pas et capables de les changer en statues de sel. C’est là ce que Montsalvage contemple, et c’est pourquoi tu trouves qu’il y fait nuit en plein jour. Tu as vu dans tes voyages de ces rochers qui gardent les pistes de bêtes fabuleuses qu’on ne voit plus nulle part. Ils étaient boue pour recevoir l’empreinte — ils se sont faits pierre pour la garder… Perceval ! quelque chose a passé ici il y a longtemps, dont Montsalvage a gardé l’empreinte, et rien n’a pu l’effacer, car Montsalvage est un lieu clos, car le temps et la vie n’y trouvent plus de prise, car Montsalvage pétrifie – et c’est ce qui fait de moi pour les passants une pierre de foudre au bord de la route, un fantôme en plein soleil, une tête de Méduse qui te fascine et que tu n’oublieras plus jamais de regarder, Perceval, parce que tu m'as vu, parce que ce que j’ai fait tu pourrais le faire, et tu l’as désiré dans ton cœur, et que tu sais maintenant que je te ressemble.


Julien Gracq
in "Le Roi Pêcheur"


 Commentaires [1]  


Gnose [31 - Dec - 06 @ 21:42]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Le dragon redoutable ne l'emporte pas sur le serpent lové dans l'herbe.

Proverbe chinois


 Commentaires [1]  


L'oeuf cosmique [30 - Dec - 06 @ 15:21]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 SOIS UNE ÉTOILE
QUI LAISSERA DERRIÈRE ELLE
UN IMPÉRISSABLE SILLAGE DE LUMIÈRE …


------------------PTLNQNSC-------------------

Que cette année 2007 vous apporte la Paix…
et nous aide tous à devenir
des hommes et des femmes de Paix.


 Commentaires [0]  


Divination [29 - Dec - 06 @ 15:29]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Ces vieux toits
quatre fois
résignés

Ce hameau
sans fenêtre
sous les feuilles

C’est ton cœur
quatre fois
racorni

Ta sagesse
hermétique
ô tortue !

Francis Ponge


 Commentaires [0]  


Survivance [26 - Dec - 06 @ 21:45]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 ...Chaque parcelle de cette terre est sacrée pour mon peuple. Chaque aiguille de pin luisant, chaque rive sableuse, chaque lambeau de brume dans les bois sombres, chaque clairière et chaque bourdonnement d'insecte est sacré dans le souvenir et l'expérience de mon peuple. La sève qui coule dans les arbres transporte les souvenirs de l'homme rouge.

Les morts des hommes blancs oublient le pays de leur naissance lorsqu'ils vont se promener parmi les étoiles. Nos morts n'oublient jamais cette terre magnifique, car elle est la mère de l'homme rouge. Nous sommes une partie de la terre, et elle fait partie de nous. Les fleurs parfumées sont nos sœurs; le cerf, le cheval, le grand aigle, ce sont nos frères. Les crêtes rocheuses, les sucs dans les prés, la chaleur du poney, et l'homme - tous appartiennent à la même famille.
...
Cette eau scintillante qui coule dans les ruisseaux et les rivières n'est pas seulement de l'eau mais le sang de nos ancêtres. Si nous vous vendons de la terre, vous devez vous rappeler qu'elle est sacrée et que chaque reflet spectral dans l'eau claire des lacs parle d'événements et de souvenirs de la vie de mon peuple. Le murmure de l'eau est la voix du père de mon père.


Extraits de la Déclaration de Chief Seattle à Grover Cleveland - 1854


 Commentaires [0]  


UNS [21 - Dec - 06 @ 22:08]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Sache que le monde tout entier est miroir,
dans chaque atome se trouvent cent soleils flamboyants.
Si tu fends le coeur d'une seule goutte d'eau,
il en émerge cent purs océans.
Si tu examines chaque grain de poussière,
mille Adam peuvent y être découverts...
Un univers est caché dans une graine de millet;
tout est rassemblé dans le point du présent...
De chaque point de ce cercle
sont tirées des milliers de formes.
Chaque point, dans sa rotation en cercle,
est tantôt un cercle,
tantôt une circonférence qui tourne.


Mahmûd Shabestari
Iran- XIVeme siècle


 Commentaires [2]  


Le vieil homme [18 - Dec - 06 @ 15:56]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Ayant bu des mers entières, nous restons étonnés que nos lèvres soient encore aussi sèches que des plages, et toujours cherchons la mer pour les y tremper, sans voir que nos lèvres sont les plages et que nous sommes la mer.

Attâr
Poète mystique persan


 Commentaires [2]  


Miserere [16 - Dec - 06 @ 00:40]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Mon coeur
est devenu capable
de prendre toutes les formes;
Il est
pâturages
pour les gazelles
et
couvent pour le moine,
temple pour les idoles
et Kaaba pour le pélerin.
Il est les tables de la Torah
et
le Livre du Coran.
Il professe la religion de l'amour
quel que soit le lieu
vers lequel
se dirigent ses caravanes.
Et l'amour
est
ma loi
et l'amour
est
ma foi.


Ibn'Arabî
( 1165-1240)


ROUAULT

 Commentaires [0]  


Pour vivre ici [14 - Dec - 06 @ 22:11]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Je fis un feu, l'azur m'ayant abandonné,
Un feu pour être son ami,
Un feu pour m'introduire dans la nuit d'hiver,
Un feu pour vivre mieux.

Je lui donnai ce que le jour m'avait donné:
Les forêts, les buissons, les champs de blé, les vignes,
Les nids et leurs oiseaux, les maisons et leurs clés,
Les insectes, les fleurs, les fourrures, les fêtes.

Je vécus au seul bruit des flammes crépitantes,
Au seul parfum de leur chaleur;
J'étais comme un bateau coulant dans l'eau fermée,
Comme un mort je n'avais qu'un unique élément.


Paul Eluard


 Commentaires [3]  


Tigres charmants [13 - Dec - 06 @ 23:44]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Tigres charmants
qui allumez la belladone
bêtes fleuries de soies
écartez de nous le péril
qui est d'exister mal
en n'étant pas

votre regard doit y suffire
implorante bulle d'iris
yeux noirs dont votre robe est saturée

têtes désemparées
naviguant sur la mer des cages
de quels silex bleus de désirs
ne l'avez-vous pas payée notre liberté d'être un homme


Marianne van Hirtum
(in " Les Insolites" - 1956)


 Commentaires [0]  


Unicité [12 - Dec - 06 @ 18:22]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Celui qui observe ce qui est entre la première éternité et la deuxième éternité apporte la preuve de l'Unicité. Celui qui ferme les yeux sur l'éternité d'avant et l'éternité d'après a vu ce qui est entre elles et suscite l'adoration. Celui qui ne s'intéresse ni à ce qui est entre les deux éternités ni à leurs deux versants, celui-là s'agrippe à la poignée de la Vérité.

Hussein ibn Mansour Al Hallâj


 Commentaires [2]  


choses en lumière [9 - Dec - 06 @ 13:47]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Il existe un moment où tu es là à réfléchir. Des choses prennent un peu de la lumière, comme les pages, pour être visibles. Les choses visibles se baladent, depuis longtemps ; elles tombent en cascades. Elles se reposent. Elles ont pris un peu de lumière, depuis se promènent, il existe un moment où tu es là à réfléchir au milieu des choses qui, d’avoir pris un peu de lumière, sont visibles. Elles tombaient en été. Elles traversent l’hiver, elles pleuvent, elles continuent à pleuvoir. Elles sont comme de petites images. Il existe un moment où tu penses aux petites images qui se baladent sans tristesse. Il existe un moment où tu es, les images autour, en train de penser les choses ont un sens, et tu te promènes.

Christophe Tarkos
(in "Processe" )


 Commentaires [0]  


Mouvance [6 - Dec - 06 @ 15:10]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
La vie ne dispense pas seulement de beaux et merveilleux souvenirs. Je la vois comme la surface de l'eau d'un fleuve qui monte et qui descend selon la marée, et qui change d'aspect suivant les intempéries.


Ly Thu Ho (in " Printemps inachevé " )


 Commentaires [3]  


Le Surmoi [5 - Dec - 06 @ 13:54]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 "Il a l'air d'avoir bon caractère, pensa Alice; pourtant il avait de très longues griffes et beaucoup de dents, et elle estima qu'il valait mieux le traiter avec respect."

Lewis Carroll


 Commentaires [0]  


Renaissance [3 - Dec - 06 @ 11:48]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 " Les Egyptiens sont les premiers à avoir énoncé cette doctrine que l'âme de l'homme est immortelle; que, lorsque le corps périt, elle entre dans un autre animal qui, à son tour, est naissant; qu'après avoir parcouru tous les êtres de la terre, de la mer et de l'air, elle entre de nouveau dans le corps d'un homme naissant; que ce circuit s'accomplit pour elle en trois mille ans. Il est des Grecs qui, ceux-ci plus tôt, ceux-là plus tard, ont professé cette doctrine comme si elle leur appartenait en propre; je sais leurs noms, je ne les écris pas."

Hérodote II-123



« Âne. Ne sois pas aussi fier, Micco, et souviens-toi que ton Pythagore enseigne qu’il ne faut rien mépriser de ce qui se trouve au sein de la nature. Bien que j’aie à présent la forme d’un âne, j’ai pu, ou je pourrai bientôt me trouver sous la forme d’un grand homme ; et toi, bien que tu sois un homme, tu as pu, ou tu pourras bientôt être un grand âne, si le juge opportun celui qui dispense les aptitudes, attribue les places et dispose des âmes qui transmigrent ».

Giordano Bruno (in " La Cabale du cheval pégaséen " )

 Commentaires [3]  


Guide pour une défunte [1 - Dec - 06 @ 15:42]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Tu trouveras, à la gauche des demeures d'Hadès, une source et, se dressant auprès, un cyprès blanc. De cette source ne t'approche pas trop près. Mais tu en trouveras une autre, qui vient du lac de Mémoire, et qui laisse couler une eau fraîche. Des gardiens se trouvent devant elle. Dis:"Je suis enfant de la terre et du ciel étoilé, mais ma race est céleste, vous le savez, vous aussi. Mais je suis desséchée de soif et je me meurs. Ah! donnez-moi vite de l'eau fraîche qui coule du lac de Mémoire." Et ils te donneront à boire de l'eau de la source divine, et ensuite, avec les autres héros, tu régneras.

Lamelle d'or de Pételia - IVème siècle A.C.


 Commentaires [0]  


Olympia [28 - Nov - 06 @ 17:08]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 C'est toujours par ce qu'elle contient de vérité qu'une oeuvre nouvelle choque ses contemporains.
C'est toujours et seulement pour ce qu'elle aura contenu de vérité que cette oeuvre est appelée à subsister dans l'avenir.


Henri Bataille
(in " Préface de La marche Nuptiale " )



Seul Emile Zola, âgé de 26 ans et encore inconnu du public, osa prendre dans l'Evénement Gaulois, sous le pseudonyme de M. Claude, la défense de Manet, dont l'Olympia avait déchaîné l'opinion.
Brune rousse d'une laideur accomplie, face stupide, peau cadavérique, chat ébouriffé qui semble venir du sabbat de Callot...Blanc, noir rouge et vert qui font un vacarme affreux sur cette toile...Ton des chairs sale, modèle nul, ombres qui s'indiquent par des rais de cirage plus ou moins larges...odalisque au ventre jaune, ignoble...telles étaient les critiques de ses accusateurs.

Peu de temps après l'ouverture du salon, le tableau fut suspendu très haut au-dessus de la porte de la dernière salle, ce qui n'empêcha pas les curieux d'affluer "comme à la Morgue".
La série des articles de Zola fut interrompue.



 Commentaires [0]  


Vous avez dit Bizarre ? [26 - Nov - 06 @ 15:25]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 ...Le beau est toujours bizarre. je ne veux pas dire qu'il soit volontairement, froidement bizarre, car dans ce cas il serait un monstre sorti des rails de la vie. Je dis qu'il contient un peu de bizarrerie, de bizarrerie naïve, non voulue, inconsciente, et que c'est cette bizarrerie qui le fait être particulièrement le Beau. C'est son immatriculation, sa caractéristique. Renversez la proposition, et tâchez de concevoir un beau banal !

Charles Baudelaire


 Commentaires [0]  


La misère de Kant [24 - Nov - 06 @ 15:16]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Je sais bien pourquoi j'ai pensé à la misère de Kant un jour, à Naples, en voyant danser au fond d'une barque, une fille qui riait en battant des mains. La lumière et toute la mer dansaient et riaient avec elle, leur immense complicité l'environnait d'illuminations et de rumeurs. Cette seconde de sa vie et de la mienne avait raison pour l'éternité contre tout ce que la pensée avait accumulé et accumulera au cours des siècles de favorable ou de défavorable à l'esprit qui nous traversait.

Elie Faure
( in " La Langue universelle " )


 Commentaires [0]  


De la certitude [23 - Nov - 06 @ 13:55]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 207. " C'est un coup du sort étrange : tous les hommes dont on a ouvert le crâne avaient un cerveau !"

Ludwig Wittgenstein


 Commentaires [1]  


Apprendre à voir... [22 - Nov - 06 @ 19:26]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 La plupart des gens y voient par l'intellect bien plus souvent que par les yeux. Au lieu d'espaces colorés, ils prennent connaissance de concepts. Une forme cubique, blanchâtre, en hauteur, et trouée de reflets de vitres est immédiatement la Maison ! Idée complexe, accord de qualités abstraites. S'ils se déplacent, le mouvement des files de fenêtres, la translation des surfaces qui défigure continûment leur sensation, leur échappent, car le concept ne change pas. Ils perçoivent plutôt selon un lexique que d'après leur rétine, ils approchent si mal les objets, ils connaissent si vaguement les plaisirs et les souffrances d'y voir, qu'ils ont inventé les "beaux sites". Ils ignorent le reste. Mais là, ils se régalent d'un concept qui fourmille de mots...

Paul Valéry
( in "Variétés, tome I: Méthode de Léonard de Vinci" )


 Commentaires [0]  


béatitude [21 - Nov - 06 @ 21:14]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 J'ai passé bien des heures de ma vie à regarder pousser l'herbe ou à contempler la sérénité des grosses pierres au clair de lune.
Je m'identifiais tellement au mode d'existence de ces choses tranquilles, prétendues inertes, que j'arrivais à participer à leur calme béatitude...


Georges Sand


 Commentaires [0]  


lâcher-prise [20 - Nov - 06 @ 13:54]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Le “lâcher prise “ rend l’homme capable de Dieu. Mais lâcher Dieu même est un “lâcher prise” que peu d’hommes saisissent.

Angelus Silesius


 Commentaires [0]  


La Nuit [17 - Nov - 06 @ 19:23]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...Sa main laisse glisser les constellations
le sable fabuleux des mondes solitaires
la poussière de Dieu et de sa création
la semence de feu qui féconde la terre...

Claude Roy


 Commentaires [0]  


Les pollueurs [16 - Nov - 06 @ 10:42]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Il y avait des graines terribles sur la planète du petit prince... c'étaient les graines de baobabs. Le sol de la planète en était infesté. Or un baobab, si l'on s'y prend trop tard, on ne peut jamais plus s'en débarrasser. Il encombre toute la planète. Il la perfore de ses racines. Et si la planète est trop petite, et si les baobabs sont trop nombreux, ils la font éclater...

Antoine de Saint-Exupéry
( in "Le Petit Prince" )


 Commentaires [0]  


Emma [15 - Nov - 06 @ 00:10]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 ...Au fond de son âme, cependant, elle attendait un événement. Comme les matelots en détresse, elle promenait sur la solitude de sa vie des yeux désespérés, cherchant au loin quelque voile blanche dans les brumes de l'horizon.

Gustave Flaubert
( in "Madame Bovary" )


 Commentaires [0]  


L'équilibriste [13 - Nov - 06 @ 22:34]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Je vais de rêve en rêve sur le fil de l‘oubli
Je suis celui ou celle que l’on croit reconnaître
Au détour d’un chemin à l’angle d’une rue
Je suis odeur saveur d’un temps que l’on croyait perdu
Je garde les pensées tout comme un oiselier
Sous mes filets de lin
Parfois l’une s’envole en brisant une maille
Et muse je deviens pour me faire pardonner
Inspir ou dièze en l’azur de son coeur


 Commentaires [0]  


L'arbre [12 - Nov - 06 @ 23:39]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Au-dehors l'arbre est là et c'est bon qu'il soit là,
Signe constant des choses qui plongent dans l'argile.

Il est vert, il est grand, il a des bras puissants.

Ses feuilles comme des mains d'enfant qui dort
S'émeuvent et clignent.

Eugène Guillevic


 Commentaires [0]  


Mots clés [11 - Nov - 06 @ 23:41]
   Sujet posté dans le thème: POE

 La poésie doit être faite par tous. Non par un. Toutes les tours d'ivoire seront démolies, toutes les paroles seront sacrées et l'homme s'étant enfin accordé à la réalité qui est sienne, n'aura plus qu'à fermer les yeux pour que s'ouvrent les portes du merveilleux.

Paul Éluard


 Commentaires [0]  


VOYNICH [11 - Nov - 06 @ 15:16]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 On devrait fonder une chaire pour l'enseignement ...



...de la lecture entre les lignes.

Léon Bloy
(Exégèse des lieux communs)

 Commentaires [0]  


Pour la liberté [10 - Nov - 06 @ 00:04]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Laissez chanter
l’eau qui chante
Laissez courir
l’eau qui court
Laissez vivre
l’eau qui vit
l’eau qui bondit
l’eau qui jaillit
Laissez dormir
l’eau qui dort
Laissez mourir
l’eau qui meurt.

Philippe Soupault


 Commentaires [0]  


Flammes [9 - Nov - 06 @ 10:15]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Approchez vos mains de la flamme
jusqu' à voir le feu au travers
avec ses courants et ses lames
et ses sirènes aux yeux verts
jusqu'à voir les grands fonds du feu
avec leurs poissons de sommeil
et les longs navires sans yeux
leurs équipages de soleil
et leur forêt d'algues de paille
qui flambe et brille au fond du feu
prisonniers des mains et des mailles
au tremblant filet de vos yeux.

Claude Roy


 Commentaires [0]  


Rêve [6 - Nov - 06 @ 10:17]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Ah ! que de merveilles scintillent
Lorsque danse une goutte d'eau !
Un ange parfois joue aux billes,
Une étoile tombe au ruisseau.
On ne sait jamais quel manteau
De fée courant dans les jonquilles
On peut coudre avec une aiguille
En rêvant derrière un carreau.

Maurice Carême


 Commentaires [0]  


SUPRÊME ESSENCE [3 - Nov - 06 @ 21:56]
   Sujet posté dans le thème: POE

 C’est moi
Le commencement
C’est moi
La fin
L’humain et tout ce qui n’est pas humain
C’est moi
La lettre écarlate de l’équilibre des forces
C’est moi
Qui viendrai fermer la dernière porte
Sur ce qui aurait dû être l’Amour
Et tu t’obstines à me chercher hors de toi
Là où je ne puis être
Je suis toi en toi l’unité incréée.


Nyunai


 Commentaires [0]  


Feu [2 - Nov - 06 @ 23:08]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 
« Feu que les hommes regardent dans la nuit, dans la nuit profonde,
Feu qui brûles et ne chauffes pas, qui brilles et ne brûles pas.
Feu qui voles sans corps, sans cœur, qui ne connais case ni foyer,
Feu transparent des palmes, un homme sans peur t’invoque.
Feu des sorciers, ton père est où ? Ta mère est où ? Qui t’a nourri ?
Tu es ton père, tu es ta mère, tu passes et ne laisses traces.
Le bois sec ne t’engendre, tu n’as pas les cendres pour filles, tu meurs et ne meurs pas.
L’âme errante se transforme en toi, et nul ne le sait.
Feu des sorciers, Esprit des eaux inférieures, Esprit des airs supérieurs,
Fulgore qui brilles, luciole qui illumines le marais,
Oiseau sans ailes, matière sans corps,
Esprit de la Force du Feu,
Ecoute ma voix : un homme sans peur t’invoque »

Poème Bantou
(traduit par Léopold Sedar Senghor)

 Commentaires [1]  


Signature [1 - Nov - 06 @ 16:08]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Chaque esprit est un oeil capable de pénétrer la matrice de laquelle il est issu.

Jacob Boehme


 Commentaires [0]  


Lucidité [31 - Oct - 06 @ 13:51]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil.

René Char


 Commentaires [1]  


Au-delà [29 - Oct - 06 @ 22:39]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Où se tient mon séjour ?
Où moi et toi ne sommes.
Où est ma fin ultime à quoi je dois atteindre ?
Où l'on n'en trouve point. Où dois-je tendre alors ?
Jusque dans un désert, au-delà de Dieu même.

Angelus Silesius


 Commentaires [0]  


AMOR [28 - Oct - 06 @ 23:48]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Il est plus facile d'élever un temple que d'y faire descendre l'objet du culte.

Samuel Beckett



 Commentaires [0]  


Espérance [28 - Oct - 06 @ 11:22]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 ...qui n’a pas vu la route à l’aube, entre ses deux rangées d’arbres, toute fraîche, toute vivante, ne sait pas ce que c’est que l’espérance.

Georges Bernanos




 Commentaires [0]  


Ales d'or [27 - Oct - 06 @ 17:05]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...Aux carrefours, porte ouverte, les bars
Étains, cuivres, miroirs hagards,
Dressoirs d'ébène et flacons fols
D'où fuit l'alcool
Et sa lueur vers les trottoirs.
Et des pintes qui tout à coup rayonnent,
Sur le comptoir, en pyramide de couronnes ;
Et des gens soûls, debout,
Dont les larges langues lappent, sans phrases,
Les ales d'or et le whisky couleur topaze...

Émile Verhaeren
in " Les Usines" )


 Commentaires [0]  


Réalité [25 - Oct - 06 @ 18:03]
   Sujet posté dans le thème: POE

 La poésie est ce qu'il y a de plus réel, c'est ce qui n'est complètement vrai que dans un autre monde.

Charles Baudelaire
( in "Puisque réalisme il y a" )


 Commentaires [0]  


Beauté [24 - Oct - 06 @ 00:02]
   Sujet posté dans le thème: POE

 C’est de souffrance et de bonté
Que sera faite la beauté
Plus parfaite que n’était celle
Qui venait des proportions
Il neige et je brûle et je tremble...

Guillaume Apollinaire


 Commentaires [0]  


Tam-tam de nuit [22 - Oct - 06 @ 23:51]
   Sujet posté dans le thème: POE

 train d'okapis facile aux pleurs la rivière aux doigts charnus fouille dans le cheveu des pierres mille lunes miroirs tournants mille morsures de diamants mille langues sans oraison fièvre entrelacs d'archet caché à la remorque des mains de pierre chatouillant l'ombre des songes plongés aux simulacres de la mer

Aimé Césaire


 Commentaires [0]  


Le Terme [22 - Oct - 06 @ 15:17]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...Sonneries électriques des gares chants des moissonneuses
Traîneau d'un boucher régiment des rues sans nombre
Cavalerie des ponts nuits livides de l'alcool
Les villes que j'ai vues vivaient comme des folles

Te souviens-tu des banlieues et du troupeau plaintif des paysages

Les cyprès projetaient sous la lune leurs ombres
J'écoutais cette nuit au déclin de l'été
Un oiseau langoureux et toujours irrité
Et le bruit éternel d'un fleuve large et sombre

Mais tandis que mourants roulaient vers l'estuaire
Tous les regards tous les regards de tous les yeux
Les bords étaient déserts herbus silencieux
Et la montagne à l'autre rive était très claire...

Guillaume Apollinaire
( in "Le Voyageur" )


 Commentaires [0]  


Instants d'éternité [20 - Oct - 06 @ 14:15]
   Sujet posté dans le thème: POE

 L’indicible saveur du thé vert céladon,
Mince filet d’ambre brûlant, dense, délicieuse jouissance,
Trop transparente la poésie d’eau légère.
*
Rester éveillé sous la fastueuse épaisseur du temps cru,
Ecouter les cascades des pétunias distiller la fraîcheur,
Une femme au miroir rivalise d’élégance avec l’aube.
*
Dans le vaporeux tulle de l’air, la grâce liquide de cette tête
Fleurie d’ipomées. Une voix de vierge sans tache ni empressement,
Eté opulent, ouvre les hautes cérémonies des sacrifices !

Athanase Vantchev de Thracy


 Commentaires [2]  


Talent [17 - Oct - 06 @ 18:40]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Quand je regarde un visage ou des plis d'étoffe, je les dessine de tête, sans une faute. Je trouve l'enchaînement des lignes. Mais hélas, il n'en est plus de même lorsque je dessine sur le papier. Sur le papier, qu'on écrive ou qu'on dessine, on n' a que la moitié de son talent, c'est un supplice. Du reste, je deviens de plus en plus craintif dans le travail. Jadis je me jetais la tête la première. Je n'avais peur de rien.

Jean Cocteau
( Extrait du Journal 42-45 )


 Commentaires [0]  


Arc-en-ciel [15 - Oct - 06 @ 23:07]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Marche sur un chemin d'arc-en-ciel,
avance sur un chemin de chanson,
et tout ce qui t'entoure sera beauté.
On vient à bout de tous les nuages,
sur un chemin d'arc-en-ciel.


Chant navajo


 Commentaires [0]  


L'Art [14 - Oct - 06 @ 00:10]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 " L'art s'est situé dans la même sphère que la religion et la philosophie pour ne plus être qu'une manière d'exprimer et de porter à la conscience le divin, les intérêts les plus profonds de l'homme, les vérités de l'esprit les plus vastes....L'art a cette destination en commun avec la religion et la philosophie, mais de telle sorte cependant qu'il présente de façon sensible même ce qui est le plus élevé et qu'il le rapproche ainsi du mode de manifestation qui est propre à la nature, aux sens et à la sensation."

Hegel
( in " Vorlesung über die Aesthetik" )


Le tableau est de Nicléane

 Commentaires [0]  


Savoir [13 - Oct - 06 @ 00:06]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...J’ai appris que tout le monde veut vivre au sommet de la montagne, sans savoir que le véritable bonheur réside dans la manière de l’escalader...

Gabriel Garcia Marquez
( in "Lettre d'un mourant" )


 Commentaires [0]  


Mots-valises [11 - Oct - 06 @ 19:10]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 ...Au lieu de séparer les consonnes et de les rendre prononçables, on dirait que la voyelle réduite au signe mou rend les consonnes indissociables en les mouillant, les laisse illisibles et même imprononçables, mais en fait autant de cris actifs dans un souffle continu. Les cris ensemble sont soudés dans le souffle, comme les consonnes dans le signe qui mouille, comme les poissons dans la masse de la mer, ou les os dans le sang pour le corps sans organes. Signe de feu aussi bien, onde "qui hésite entre le gaz et l'eau", disait Artaud : les cris sont autant de crépitements dans le souffle.
Quand Antonin Artaud dit dans son Jabberwocky : "Jusque là où la rourghe est à rouarghe à rangmbde et rangmbde à rouarghambde", il s'agit d'activer, d'insuffler, de mouiller ou de faire flamber le mot pour qu'il devienne l'action d'un corps sans parties, au lieu de la passion d'un organisme morcelé. Il s'agit de faire du mot un consolidé de consonnes, un indécomposable de consonnes, avec des signes mous. Dans ce langage on peut toujours trouver des équivalents de mots-valises. Pour le "rourghe" et "rouarghe", Artaud lui-même indique ruée, roue, route, règle, route à régler (on y joindra le Rouergue, pays de Rodez où Artaud se trouvait)....


Gilles Deleuze
(in "Logique du sens" )


 Commentaires [1]  


Recherche de la Vérité [9 - Oct - 06 @ 23:43]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 "...Il faut découvrir la source de l'erreur, sans quoi le fait d'entendre la vérité ne nous sert de rien. Elle ne peut pas pénétrer lorsque quelque chose d'autre prend sa place.
Pour convaincre quelqu'un de la vérité, il ne suffit pas de constater la vérité, mais il faut trouver le chemin qui mène de l'erreur à la vérité ".


Wittgenstein


 Commentaires [0]  


Emerveillement [8 - Oct - 06 @ 23:59]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Il s'émerveillait de voir que les chats avaient la peau percée de deux trous, précisément à la place des yeux.

Georg-Christoph Lichtenberg (1742-1799)


 Commentaires [0]  


La Tour des désirs [7 - Oct - 06 @ 17:15]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...Adieu, gens d'Orphalèse.
Ce jour a pris fin.
Il se referme sur nous tel le nénuphar sur son lendemain.
Ce qui nous a été donné ici, nous le garderons.
Et si cela ne suffit pas, il nous faudra à nouveau nous réunir et, ensemble, tendre nos mains vers le Donateur.
N'oubliez pas que je vous reviendrai.
Encore un peu, et ma nostalgie rassemblera poussière et écume pour un autre corps.
Encore un peu, le temps d'une pause sur le vent, et une autre femme m'enfantera.
Je vous dis adieu, ainsi qu'à la jeunesse passée auprès de vous.
Hier seulement, en rêve nous nous sommes rencontrés.
Vous avez chanté pour moi dans ma solitude, et de vos désirs j'ai bâti une tour dans le ciel...


Khalil Gibran
( in " Le Prophète " )


 Commentaires [0]  


Méditation [6 - Oct - 06 @ 14:55]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Quand le rêve et la veille ne se distinguent plus,
La méditation atteint à la perfection.


Milarepa


 Commentaires [0]  


Sagesse [2 - Oct - 06 @ 12:11]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
"Elle a atteint de tels rivages, ma science,
Qu'elle m'a convaincu de mon ignorance !"

Abu-Shakur Balkhi,


 Commentaires [0]  


Devil and gnosis [28 - Sep - 06 @ 13:36]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 ... Père, envoyez-moi;
Portant les Sceaux, je descendrai;
À travers les Âges je me mouvrai,
Je révélerai tous les mystères,
Et je montrerai toutes les formes de Dieu,
Et j'expliquerai les secrets du chemin saint,
Dont le Nom est Gnosis."

Hymne Sacré Naasène



 Commentaires [0]  


Regard [27 - Sep - 06 @ 23:43]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Tu as contemplé le voyage du corps jusqu'à la terre
Contemple le voyage de l'âme de la terre jusqu'au cosmos
Si tu me cherches
Saisis l'herbe !
Assieds-toi avec les arbres !

Fereydoun Moshiri


 Commentaires [0]  


absorption [27 - Sep - 06 @ 00:14]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
...Viens, le soleil te parle en lumières sublimes ;
Dans sa flamme implacable absorbe-toi sans fin ;
Et retourne à pas lents vers les cités infimes,
Le coeur trempé sept fois dans le néant divin...

Leconte De Lisle
( in "Poèmes Antiques" )


 Commentaires [0]  


Saba [25 - Sep - 06 @ 15:04]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...J'ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies,
Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs,
La circulation des sèves inouïes
Et l'éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs !..

Arthur Rimbaud
(in " Le Bateau Ivre" )


 Commentaires [0]  


Savoir le ciel [23 - Sep - 06 @ 23:36]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...Mer au bord du néant
Qui se mêle au néant
Pour mieux savoir le ciel
Les plages des rochers
Pour mieux les recevoir...


Guillevic


 Commentaires [0]  


Renaissance [22 - Sep - 06 @ 22:56]
   Sujet posté dans le thème: POE

 N’attendre plus rien que l’instant qui vient
voir s’effacer l’hier et le lendemain
se sentir glisser au bord d’un trou noir
où les pensées tombent comme des cailloux
en eau profonde et sombre
à la recherche de mots perdus
d’amours éteintes et d’icônes de dieux…
ô visages engloutis
réentendre une fois le son de votre voix
le bruit du temps
le souffle chaud d’un murmure à l’oreille…
Rien qu’une main sur mon épaule
celle d’un inconnu brisant l’indifférence
et me réanimant…

Les ormes de Samarie refleuriront demain.





 Commentaires [0]  


Les Fenêtres [21 - Sep - 06 @ 17:10]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n'est pas d'objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant qu'une fenêtre éclairée d'une chandelle. Ce qu'on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie, rêve la vie, souffre la vie.
Par delà des vagues de toits, j'aperçois une femme mûre, ridée déjà, pauvre, toujours penchée sur quelque chose, et qui ne sort jamais. Avec son visage, avec son vêtement, avec presque rien, j'ai refait l'histoire de cette femme, ou plutôt sa légende, et quelquefois je me la raconte à moi-même en pleurant.
Si c'eût été un pauvre vieux homme, j'aurais refait la sienne tout aussi aisément.
Et je me couche, fier d'avoir vécu et souffert dans d'autres que moi-même.
Peut-être me direz-vous: «Es-tu sûr que cette légende soit la vraie?» Qu'importe ce que peut être la réalité placée hors de moi, si elle m'a aidé à vivre, à sentir que je suis et ce que je suis?

Baudelaire


 Commentaires [0]  


Aime ! [20 - Sep - 06 @ 14:59]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 "Tu n'es pas moins qu'une particule, ne t'abaisse pas, aime !"

Hafiz


 Commentaires [0]  


Révolution [18 - Sep - 06 @ 14:07]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 "Liez une veine, vous avez la maladie ; entravez un fleuve, vous avez l'inondation ; barrez l'avenir, vous avez les révolutions ! "

Victor Hugo


 Commentaires [0]  


Sirène [16 - Sep - 06 @ 00:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 « La vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil. »

Friedrich Nietzsche


 Commentaires [0]  


Pensée poisson [14 - Sep - 06 @ 20:16]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
"Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction"

Francis Picabia


 Commentaires [0]  


Icare [13 - Sep - 06 @ 23:00]
   Sujet posté dans le thème: POE

 
Garde l'envol dans ta mémoire,
L'oiseau est périssable !

Frough Farrokhzad


 Commentaires [0]  


A l'Un, les Autres [11 - Sep - 06 @ 14:52]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Part de l’Un, pars de là
Donne moi le la
Le la de l’alun
Le la de l’alios
O clerc de la lune
Mon âme pierre-eau
Scelle d’en haut le sel d’en bas
En bas noirs résille d’or
Se corporise en gloire.




 Commentaires [0]  


Nocturne [9 - Sep - 06 @ 20:05]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...Rien n'émane du noir, ni vol, ni vent, ni voix,
Sauf lorsqu'au loin des bois, par soudaines saccades,
Un ruisseau turbulent roule sur les gravois :
L'écho s'émeut alors de l'éclat des cascades...

Stuart Merril


 Commentaires [0]  


Moisson [8 - Sep - 06 @ 14:26]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Je sème un grain qui pourra un jour produire une moisson...

Voltaire
Traité sur la Tolérance (1763).


 Commentaires [0]  


Inconnu [6 - Sep - 06 @ 18:16]
   Sujet posté dans le thème: POE

 « Cet Inconnu que je traverse, cet Inconnu, là, sous la veste, a pourtant quelque chose de moi. Rivage perdu, loin des banquises, des plages au sable qui dérive, je l’ai parcouru bien des fois.. Je vais dans l’ombre de mon ombre, on ne se quitte pas, on sombre, si proche, pourtant, prends garde à toi… ».

jacques Favart


 Commentaires [0]  


Beams [5 - Sep - 06 @ 00:37]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Elle voulut aller sur les flots de la mer,
Et comme un vent bénin soufflait une embellie,
Nous nous prêtâmes tous à sa belle folie,
Et nous voilà marchant par le chemin amer.

Le soleil luisait haut dans le ciel calme et lisse,
Et dans ses cheveux blonds c'étaient des rayons d'or,
Si bien que nous suivions son pas plus calme encor
Que le déroulement des vagues, ô délice!

Des oiseaux blancs volaient alentour mollement
Et des voiles au loin s'inclinaient toutes blanches.
Parfois de grands varechs filaient en longues branches
Nos pieds glissaient d'un pur et large mouvement.

Elle se retourna, doucement inquiète
De ne nous croire pas pleinement rassurés,
Mais nous voyant joyeux d'être ses préférés,
Elle reprit sa route et portait haut la tête.

Verlaine


 Commentaires [0]  


Eternité [2 - Sep - 06 @ 22:42]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...Elle est retrouvée!
-Quoi? - l'Éternité.
C'est la mer mêlée
Au soleil...

Arthur Rimbaud


 Commentaires [0]  


Réalité [1 - Sep - 06 @ 19:25]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Trois sortent d’Un, Un est dans Trois. Un est au milieu de Deux et Deux embrasse celui du milieu et celui du milieu embrasse le monde.

Zohar (I, 32b)


 Commentaires [0]  


Main [30 - Aug - 06 @ 22:56]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Ses purs ongles très haut dédiant leur onyx,
L'Angoisse, ce minuit, soutient, lampadophore,
Main rêve vespéral brûlé par le Phénix
Que ne recueille pas de cinéraire amphore
Sur les crédences, au salon vide : nul ptyx,
Aboli bibelot d'inanité sonore,
(Car le Maître est allé puiser des pleurs au Styx
Avec ce seul objet dont le Néant s'honore).
Mais proche la croisée au nord vacante, un or
Agonise selon peut-être le décor
Des licornes ruant du feu contre une nixe,
Elle, défunte nue en le miroir, encor
Que, dans l'oubli fermé par le cadre, se fixe
De scintillations sitôt le septuor.


Mallarmé


 Commentaires [0]  


Salomé [29 - Aug - 06 @ 23:16]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...Avec ses vêtements ondoyants et nacrés,
Même quand elle marche on croirait qu'elle danse,
Comme ces longs serpents que les jongleurs sacrés
Au bout de leurs bâtons agitent en cadence...

Charles Baudelaire


 Commentaires [0]  


Faucon d'Or [28 - Aug - 06 @ 23:11]
   Sujet posté dans le thème: POE

 ...Voici que de son Corps Glorieux
Horus habille mes membres.
Et, mon Ame communiant à son Ame,
Je vois ce qui advient à l'intérieur de lui.
Quand je prononce les Paroles consacrées
Devant le Portail flamboyant du Soleil,
Il vibre et il résonne, faisant écho...


Livre des Morts des anciens Egyptiens
(Chapitre LXXVIII)


 Commentaires [0]  


Ishtar [28 - Aug - 06 @ 00:11]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 ...Les gardes qui font la ronde par la ville
M'ont rencontrée
Ils m'ont frappée, ils m'ont blessée
Ils ont arraché mon voile, les gardes de nos murailles....


Cantique des Cantiques ( V. 7 )


Ishtar franchissant, nue, la septième porte des Enfers

"Pourquoi gardien m'ôtes-tu cette parure"
"Entrez madame, ce sont les ordres de la reine des Enfers."

 Commentaires [0]  


Nature [26 - Aug - 06 @ 22:45]
   Sujet posté dans le thème: POE

 « Apprends du monde verdoyant où est ta place… »

Ezra Pound
( Cantos, LXXXI )


« learn of the green world what can be thy place »

 Commentaires [0]  


Education [19 - Aug - 06 @ 17:03]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Eduquer ce n'est pas remplir un vase, c'est allumer un feu.

William Butler Yeats


 Commentaires [0]  


Trinité [17 - Aug - 06 @ 21:21]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 "Lorsque je parle de Dieu, vous devez vous sentir baigner dans une seule lumière et dans trois lumières"

Saint Grégoire de Naziance


 Commentaires [0]  


Cercle de lumière [15 - Aug - 06 @ 15:37]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Il a tracé un cercle à la surface des eaux, au point de division de la lumière et des ténèbres.

Livre de Job (XXVI, 10)


 Commentaires [0]  


Temps [14 - Aug - 06 @ 14:16]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 « Le temps et l'espace vivent et prospèrent aux dépens l'un de l'autre. Quand le premier s'accroît, le second diminue et réciproquement. Tout corps se prolonge dans le temps aussi bien que dans l'espace ; sa tête baigne dans la durée, ses pieds plongent dans l'étendue. L'espace est du présent visible. Le temps est de l'espace qui s'ébranle et devient avenir ou passé.
L'espace, c'est du temps étendu, du temps horizontal ; le temps, c'est de l'espace à pic, de l'espace vertical.
L'espace c'est du temps qui dure ; le temps, de l'espace qui fuit... On pourrait dire que l'espace est le temps de notre corps et le temps l'espace de notre esprit... Presque toujours l'espace est limité par le temps, et le temps est entouré d'espace. Ils confondent leurs frontières et s'évanouissent dans le même inconnu. L'espace existe nécessairement dans le temps ; et, d'autre part, où se tiendrait le temps s'il n'avait pas l'espace ?... Faute de mieux, nous considérons le temps comme le mouvement de l'espace et l'espace comme le repos du temps. En réalité, le temps est aussi immobile que son frère. Nous le représentons comme un fleuve qui coule sans cesse, venant on ne sait d'où, allant on ne sait où. En vérité il n'a jamais bougé ; ce n'est pas lui qui coule, c'est nous qui nous écoulons. »

Maurice Maeterlinck


 Commentaires [0]  


Poussière [12 - Aug - 06 @ 12:24]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 ... qu’il soit aussi minuscule qu’un grain de poussières ou aussi énorme qu’une montagne, quel que soit l’objet, il n’est pas séparé de la réalité ultime. En fait il contient l’immense totalité de la réalité.

Thich Nhat Hanh


 Commentaires [0]  


Thunderbirds [11 - Aug - 06 @ 00:06]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 "Mon fils a vu un arbre merveilleux. Les oiseaux-tonnerres vont et viennent sur cet arbre, faisant une trainée de feu qui laisse derrière elle quatre sentiers d'herbe brûlée; ceux-ci s'étirent vers les quatre vents. Quand les oiseaux-tonnerres se posent sur cet arbre, il éclate en flammes et le feu monte au sommet. L'arbre brûle, mais nul ne peut voir le feu, sauf durant la nuit."

Hehaka Sapa


 Commentaires [0]  


Mnémosyne [9 - Aug - 06 @ 16:45]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 « De Mémoire voici le cadeau. Quand tu seras sur le point de mourir, en allant vers les maisons bien construites d'Hadès, tu verras sur la droite une fontaine près de laquelle se dresse un cyprès blanc. Quand elles descendent là, les âmes des morts se rafraîchissent. De cette fontaine ne va surtout pas t'approcher. Mais plus avant tu trouveras, s'échappant du lac de Mémoire, de l'eau fraîche et courante. Des gardiens se tiennent devant et ils te demanderont avec sagesse pourquoi tu explores les ténèbres du funeste Hadès.
Dis : « Je suis fils de la lourde (Terre) et du ciel étoilé, je suis desséché de soif et je meurs ; mais donnez-moi vite de l'eau fraîche qui coule du lac de Mémoire. »
Alors ils auront pitié de toi, eux qui sont sous l'autorité du roi souterrain, et ils t'accorderont de boire l'eau du lac de Mémoire. Et alors tu pourras aller sur la route des « innombrables », celle sur laquelle les autres mystes et bacchants marchent pleins de gloire ».


Gravé sur une tablette à Hipponion


 Commentaires [0]  


Vertu [9 - Aug - 06 @ 00:01]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 « La méchanceté, on peut aller en masse s’en emparer, et sans peine : la route qui y mène est plane, elle loge tout près de nous.
Mais devant la vertu, les dieux ont placé la sueur… »


Hésiode


 Commentaires [0]  


Arcana Arcanorum ? [7 - Aug - 06 @ 19:05]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 La découverte d'un ancien rituel , qui serait selon le texte le 33ème degré du Grand Ordre Égyptien du Grand Orient de France, nous a amenés à en faire une lecture approfondie.
Vous en trouverez l'analyse dans la rubrique "Téléchargement" au chapitre "Franc-maçonnerie".



 Commentaires [2]  


Orphée [7 - Aug - 06 @ 17:52]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 « Les âmes des morts ont encore, une fois mortes, quelques sentiments qui les portent à s'intéresser aux affaires humaines »

Platon, ( in " Les Lois . livre XI, 827 a" )


 Commentaires [0]  


Sham [3 - Aug - 06 @ 17:06]
   Sujet posté dans le thème: POE

 " Ô Sham Tabrîzî ! Tu es le soleil caché dans le nuage des lettres.
Quand ton soleil s'est levé, se sont effacées les paroles."


Eva de Vitray-Meyerovitch,
Marie-Pierre Chevrier
( in " Le Chant du soleil de Rûmî " )


 Commentaires [0]  


Ouragan [1 - Aug - 06 @ 18:44]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 « Mais que mettrez-vous donc dans vos œuvres, par ce temps d’ouragan public, marins de salon qui voulez descendre du vaisseau pour aller faire flanelle dans une île tranquille ? Que devient la théorie du document humain cloué saignant sur le papier ? »

Jules VALLES

( in "Ingrats" )


 Commentaires [0]  


Orphique [30 - Jul - 06 @ 20:06]
   Sujet posté dans le thème: POE

  « C'est moi la Musique, qui par ses doux accents, sait apaiser les coeurs troublés, et qui, d'une noble colère ou d'amour, peut enflammer les coeurs les plus glacés.
Chantant aux sons de ma cithare d'or, j'ai coutume de flatter l'oreille des mortels, et j'incite ainsi l'âme à désirer plus ardemment entendre les harmonies de la lyre céleste. »

Alessandro Striggio
auteur du livret de l'Orfeo


 Commentaires [0]  


Combustion [27 - Jul - 06 @ 10:17]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 " ...Comme le vent du Sud, comme l'éclatante lumière du Midi qui caractérise la pleine connaissance des choses et la communion active avec Dieu, je viens vers le Nord, vers la brume et le froid, abandonnant partout à mon passage quelques parcelles de moi, me dépensant, me diminuant à chaque station, mais vous laissant un peu de clarté, un peu de chaleur, un peu de force, jusqu'à ce que je sois enfin arrêté et fixé définitivement au terme de ma carrière, à l'heure où la rose fleurira sur la croix. Je suis Cagliostro. "

Cagliostro


 Commentaires [0]  


Feu [24 - Jul - 06 @ 16:47]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 " Le soufi est un corps mort, un cœur ravi, une âme brûlée. "

Abûl-Hasan Kharaqânî (963-1033)


 Commentaires [0]  


Iniquité [22 - Jul - 06 @ 14:30]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 "J'ai créé les quatre vents, pour que tout homme puisse respirer comme son frère ; les grandes eaux, pour que le pauvre puisse en user comme le fait son seigneur ; j'ai créé tout homme pareil à son frère ; j'ai défendu que les hommes commettent l'iniquité. Mais leurs coeurs ont défait ce que ma parole avait prescrit."

Parole de Râ (Texte de sarcophage, XIIe dynastie, vers 1900 av J-C.)


 Commentaires [0]  


empreinte [22 - Jul - 06 @ 00:13]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 « Lorsque, sur le sable du fleuve inconnu, nous avons relevé la trace d'un pas étrange, nous avons cherché à l'identifier au moyen de théories compliquées et à définir l'être auquel il appartenait. Or voici qu'après avoir étudié minutieusement cette empreinte, nous constatons qu'elle est celle de notre propre pied. »

Eddington


 Commentaires [0]  


Le ruisseau [19 - Jul - 06 @ 17:32]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Bien que vous soyez tous captifs dans le voile
Sortez de ce voile, vous êtes tous des princes
Cette Eau de la vie dit à tous les êtres :
" Mourez tous au bord de notre ruisseau"

Rûmî


 Commentaires [0]  


Silence [18 - Jul - 06 @ 19:57]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 ..." Je suis sortie du monde grâce à un autre monde ;
une représentation s’est effacée
grâce à une représentation plus haute.
Désormais je vais vers le Repos
Où le temps se repose dans l’Eternité du temps.
Je vais au Silence. »
Après avoir dit cela, Marie se tut. "

Evangile de Marie


 Commentaires [0]  


Prière [16 - Jul - 06 @ 10:17]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Pour le théurge, la Prière n'est pas seulement un exercice labial plus ou moins prolongé. La Prière est la mise en oeuvre des puissances cérébrales vivantes qui doivent avoir été créées par l'exercice de la charité physique, morale ou intellectuelle et par la soumission aux épreuves. Toute peine, tout travail, toute souffrance est un acquis que la Prière va diriger sur le faible ou le désespéré. C'est alors que l'Invisible fait alliance avec un représentant sur la Terre et le guide pas à pas. Il devient un illuminé.

PAPUS ( in " Traité Elémentaire de Science Occulte " )


 Commentaires [0]  


Arcane ou palindrome ? [13 - Jul - 06 @ 22:13]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 En giro torte sol ciclos et rotor igne



Je suis cette roue mue par le feu, dont la torsion fait virer les sphères

 Commentaires [2]  


Libération [11 - Jul - 06 @ 16:36]
   Sujet posté dans le thème: POE

 La raison est la chaîne
Des marcheurs, ô mon fils
Libère toi d'elle, la voie
Est visible, ô mon fils!
La raison est la chaîne
Le coeur est le trompeur
Et la vie est le voile
Le chemin est caché
De ces trois, ô mon fils!


RUMI (in " La Connaissance et le Secret " )


 Commentaires [0]  


Persévérance [9 - Jul - 06 @ 10:02]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 " Savoir ce contre quoi on ne peut rien et l'accepter comme sa destinée, voilà la vertu suprême. "

TCHOUANG-TSEU


 Commentaires [0]  


L'idole [8 - Jul - 06 @ 19:28]
   Sujet posté dans le thème: ESO

  " Je ne suis pas moi-même, tu n'es pas toi, tu n'es pas moi.
Et cependant, je suis moi, tu es toi et tu es moi.
L'état où tu m'as mis est tel, ô idole de Khotan, que je ne sais si je suis toi, ou si tu es moi. "


Rûmi. .(in "ROUBÂ'YÂT" )


 Commentaires [1]  


Vent [7 - Jul - 06 @ 20:47]
   Sujet posté dans le thème: POE

 "Je ne sais pas si c'est le vent qui me chevauche ou moi qui chevauche le vent."

Lie-Tseu .(in " Traité du Vide Parfait " )


 Commentaires [2]  


Renaissance [6 - Jul - 06 @ 00:40]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 " Du ventre de la mort j'appelle au secours : tu entends ma voix.
Tu m'as jeté dans le gouffre au coeur des océans où le courant m'encercle; toutes tes vagues et tes larmes déferlent sur moi.
Si bien que je me dis : je suis chassé de devant tes yeux. Mais pourtant je continue à regarder vers ton temple saint. Les eaux m'enserrent jusqu'à m'asphyxier tandis que les flots de l'abîme m'encerclent;...mais de la fosse tu me feras remonter vivant ".

Jonas


 Commentaires [0]  


Réflexion [3 - Jul - 06 @ 17:11]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 ...Comme en vous contemplant dans le miroir :
la forme et le reflet se regardent.
Vous n'êtes pas le reflet
mais le reflet est vous...


Hokyo Zan Mai



"Celui qui regarde dans un miroir ne regarde pas les ombres, mais seulement ce qu'elles laissent apercevoir, en comprenant la réalité au travers des apparences fictives".

Zozime le Panapolitain

 Commentaires [0]  


L'unique esprit [2 - Jul - 06 @ 19:45]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Le monde spirituel est un unique esprit qui se tient,
comme inondé de lumière, derrière le monde concret.
Lorsqu'une créature vient à l'existence, en elle il resplendit comme à travers une fenêtre.
Il dépend du genre et de la taille de la fenêtre que plus ou moins de lumière pénètre le monde.

Aziz Nasafi .( in "Les enfants de Verseau" )


 Commentaires [0]  


Le secret de l'union [1 - Jul - 06 @ 23:59]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 " Il n'est pas donné à tous les pèlerins qui parcourent la voie d'accéder aux réalités du Tawhîd, car le secret de l'union constitue le vêtement de la condition divine dont l'âme de l'âme se trouve revêtue. Tant que l'Unique n'est pas compris dans l'Unique, le pèlerin ne peut atteindre la source de l'union. "

Rûzbehân de Shîraz ( in " Le Traité de l'Esprit Saint " )


 Commentaires [0]  


Alchimie [1 - Jul - 06 @ 19:21]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 " J'ai rencontré Dieu en fréquentant les ânes. "

Abûl-Hasan Kharaqânî (963-1033)


 Commentaires [0]  


L'arbre ancien [30 - Jun - 06 @ 21:28]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 " Rien n'a jamais été dit, rien ne pourra être jamais atteint. Il n'y a pas de bouche, pas d'oreille, pas de sagesse, pas de salut. Binez cette terre sans relâche ! Celui qui a compris, qu'il jette sa houe au loin, qu'il joigne les mains et salue l'arbre ancien ! Sa sagesse est insondable. "

Nan Shan


 Commentaires [1]  


Pélerin [29 - Jun - 06 @ 15:31]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
" O Derviche! Le pèlerin sur la première voie est celui qui, chaque jour, découvre et retient une chose qu'il ignorait. Le pèlerin sur la seconde est celui qui, chaque jour, oublie une chose de ce qu'il savait. Sur le premier chemin, le devoir est, chaque jour, de noircir un morceau de la page blanche. Sur le second, tout l'emploi du temps est, chaque jour, de blanchir une partie du coeur noirci. "


Azizoddin Nasafi. .( in "Le Livre de l'Homme Parfait" )


 Commentaires [0]  


Intériorité [27 - Jun - 06 @ 12:11]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 « Intériorise-toi dans ton moi, frère ; cherche réellement l’heure silencieuse. Comprend que ton moi est de la même substance que la vérité, la substance de la divinité ».

Oswald Wirth .(in « Les Mystères de l’Art Royal » )


 Commentaires [0]  


L'Oeil Divin [26 - Jun - 06 @ 11:25]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 « L’œil divin, appelé chez les Egyptiens, comme signe déterminatif, OUADZA, symbolise « ce qui alimente le feu sacré ou l’intelligence dans l’homme », c'est-à-dire , Osiris ».

Frithjof Schuon .(in « L’œil du Cœur » )

L’œil des « perceptions universelles » que les gnostiques (Arifun) appellent « l’œil de la certitude » (Ain al-yaquin), ou « l’œil du cœur », est " la plus intime enceinte dans laquelle coule la source de l’immortalité ", et " qui boit de cette eau n’aura jamais soif."
Qui possède cet œil est le seigneur de sa propre existence, c’est un véritable maître car il n’a plus besoin d’expert ; car avec « l’œil de la certitude », il peut voir le sentier ouvert devant lui, tout au long du rayon de lumière qui connecte la lune de son cœur avec le soleil de l’Esprit.

Albanashar Al-Wali


 Commentaires [0]  


Univers [25 - Jun - 06 @ 12:43]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 " Non-être est le miroir : l'univers est le reflet, et l'homme est la personnalité cachée en lui, comme l'oeil est le reflet.
Tu es l'oeil de la réflexion, alors que Dieu est la lumière de l'oeil; à travers cet oeil, l'oeil de Dieu se contemple lui-même."


Gulshan-i-Raz


 Commentaires [0]  


Initiation [24 - Jun - 06 @ 17:45]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 "Ainsi parle le Saint, le Vrai, celui qui détient la clef de David : s'il l'ouvre, nul ne fermera, et s'il ferme, nul n'ouvrira.
Je connais ta conduite : voici, j'ai ouvert devant toi une porte que nul ne peut fermer, et, disposant pourtant de peu de puissance, tu as gardé ma parole sans renier mon nom."


Jean .(in "L'Apocalypse" - 3.7,8 )


 Commentaires [0]  


Vision [24 - Jun - 06 @ 00:35]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 " Seul l'esprit voit et comprend, car en dehors de lui, tout dans l'homme est sourd et aveugle."

Pythagore


 Commentaires [0]  


Dévoilement [22 - Jun - 06 @ 11:32]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 " Je ne peux pas faire comprendre à qui s'efforce de ne pas comprendre. Si je lui ai dévoilé le coin d'un problème et qu'il n'a pas vu les trois autres, je renonce à lui enseigner."

Kong-Tzeu


 Commentaires [0]  


Luisance [21 - Jun - 06 @ 15:58]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 " Ceux qui auront possédé la Divine Connaissance luiront de tout l'éclat des cieux. Mais ceux qui l'auront enseignée aux hommes selon les voies de la justice luiront comme des Etoiles dans toute l'Eternité..."

Le Zohar


 Commentaires [0]  


Les yeux de l'esprit [20 - Jun - 06 @ 22:48]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 " Je t'en supplie, regarde avec les yeux de l'esprit l'arbrisseau contenu dans la graine de blé en relation à toutes circonstances, pour que tu puisses planter " l'arbre des philosophes". "

Instructio de Arbore


 Commentaires [0]  


Khnumetanum Hatshepsout [15 - Jun - 06 @ 22:33]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Fille d’Amon et d’Ahmosé
Mi dieu mi reine
Pétrie des mains de Khnoum
Parcelle de lumière
Plus belle et plus brillante même
Qu’aucun dieu ne le fut
Tu pleures Neferure
Enserrant en tes bras
Son corps sans vie si frêle
Toi qui reconstruisis ce qui avait été détruit
Et rendis parfait ce qui était incomplet
Tu mesures en silence
L’espace de douleur qui sépare
Le corps et l’âme de ton sang.



 Commentaires [0]  


poussière [15 - Jun - 06 @ 10:08]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 
" Qu'est-ce que la matière ?
Durera-t-elle toujours ? "
Le Maître répondit :
" Tout ce qui est né, tout ce qui est créé,
tous les éléments de la nature
sont imbriqués et unis entre eux.
Tout ce qui est composé sera décomposé ;
tout reviendra à ses racines ;
la matière retournera aux origines de la matière.

(in " Evangile de Marie " )


 Commentaires [0]  


Feu [13 - Jun - 06 @ 15:26]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Si le feu brûlait ma maison, qu'emporterais-je ?
J'aimerais emporter le feu...


Jean Cocteau ( in " Clair-Obscur" )


 Commentaires [0]  


Mysticisme [27 - May - 06 @ 21:43]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 "Il est difficile de faire sentir de quoi il s'agit dans l'expérience mystique sans avoir l'air de donner une métaphore de la folie."

Philippe Sollers .( in "La lettre volée de l'évangile" )


 Commentaires [1]  


Image [26 - May - 06 @ 11:32]
   Sujet posté dans le thème: ESO

  "Je viens à la rencontre de mon image, et mon image vient à ma rencontre.
Elle me parle affectueusement et m'embrasse, à mon retour de captivité."


in « Ginza Rba »
( cité par Henri-Charles Puech, "En quête de la gnose" )


 Commentaires [0]  


Rose [24 - May - 06 @ 14:26]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 J'étais arrêté sur une haute montagne, lorsque je vois un homme d'une haute taille et un autre fort court. Ensuite j'entends une voix comme celle du tonnerre. Je m'approche donc de plus près pour écouter, alors il me parla de cette manière:
"Je suis le même que vous, et vous êtes le même que moi; et en quelque endroit que vous soyez, j'y suis, et je suis dispersé par toutes choses. Et de quelque endroit que vous voudrez, vous me cueillez. Or en me cueillant, vous vous cueillez vous-même".


Evangile d'Eve


 Commentaires [0]  


Fenêtre [23 - May - 06 @ 00:30]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Fenêtre, toi, ô mesure d'attente,
tant de fois remplie,
quand une vie se verse et s'impatiente
vers une autre vie.

Toi qui sépares et qui attires,
changeante comme la mer, -
glace, soudain, où notre figure se mire
mêlée à ce qu'on voit à travers;

échantillon d'une liberté compromise
par la présence du sort;
prise par laquelle parmi nous s'égalise
le grand trop du dehors.


Rilke
( in " Vergers" -1924/1925 )


 Commentaires [0]  


Eternité [22 - May - 06 @ 10:50]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 "L'âme n'est pas l'autre du corps. Car si tu dis que l'âme est coupée du corps, tu redoubles le corps. Et tu reproduis le corps en ce qu'il connaît le malheur : la reproduction. Si l'Ame est le Double, c'est de ne pas redoubler. Ainsi chercheras-tu l'Ame le long d'une Procession, aussi longue que celle de la Chair qui la jouxte, en est séparée d'un point d'une absolue hostilité ; non de haine, entends bien, maïs d'hostilité. Comme l'histoire du corps embarrassé de la chair est le temps, l'histoire de l'Ame se nomme l'éternité. Car c'est le temps qui s'éternise et non l'éternité. Tu ne peux rien dire : ni qu'elle produit l'instant, ni la durée ; en elle rien ne manque, bien que rien ne la satisfasse, rien ne peut lui donner l'occasion du manque et du plein. L'éternité n'est point pour nous ce dont le temps est l'image mobile. En effet, nous ne pourrions en retour empêcher qu'elle soit l'image fixe du temps. L'éternité excède le temps. Mais est-ce bien une image adéquate de l'éternité ? C'est trop peu dire encore, si l'excès va dans le sens, le long de la procession, de ce qui est excédé. L'éternité jouxte le temps comme un Principe s'oppose à l'autre Principe, et cette séparation à son tour se sépare d'elle-même indéfiniment."

Christian Jambet
.( in "Apologie de Platon" )


 Commentaires [0]  


Le feu de l'amour [20 - May - 06 @ 16:33]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 La fibre la plus coriace doit s'amollir dans le feu de l'amour. Si elle ne fond pas, c'est que le feu n'est pas assez fort.

Gandhi ( in " Le jeune Inde " )


 Commentaires [0]  


La Lumière sortant par soy-mesme des Ténèbres [19 - May - 06 @ 15:03]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 " La Nature qui se plaît dans ses propres nombres est satisfaite du nombre mystérieux de sept, surtout dans les choses qui dépendent du globe lunaire, la Lune nous faisant voir sensiblement un nombre infini d'altérations et de vicissitudes dans ce nombre septénaire. C'est par ce nombre magique que la Nature, et tout ce qui en dépend est secrètement gouverné. Mais ce mystère naturel est caché aux esprits grossiers qui ne peuvent rien voir que par les yeux du corps, qui se contentent de cela et ne cherchent rien davantage. Ce nombre septénaire est un des grands secrets des philosophes, et quiconque sçaura par luy comprendre l'Ordre de l'Univers, sçaura un mystère qui bien loin de devoir être révélé, doit au contraire être enseveli dans un profond silence."

Texte d'un adepte (resté anonyme) des Vieux de la Montagne. XIème ou XIIème siècle .
Traduit en 1725 par Bruno de Lansac


 Commentaires [0]  


Pour une foi herméneutique... [17 - May - 06 @ 14:53]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Ai-je la foi ? De cela, je ne puis avoir aucune certitude immédiate; car la foi est précisément cette oscillation dialectique qui, dans le tremblement et la crainte, ne désespère pourtant jamais. Elle est ce souci infini au sujet de soi-même, ce souci de savoir si on a la foi; et c'est ce souci qui est la foi.

Kierkegaard


 Commentaires [0]  


Parole [16 - May - 06 @ 19:20]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 ...Parler à quelqu'un, c'est accepter de ne pas l'introduire dans le système des choses ou des êtres à connaître; c'est le reconnaître inconnu et l'accueillir étranger, sans l'obliger à rompre sa différence. En ce sens, la parole est la terre promise où l'exil s'accomplit en séjour, puisqu'il ne s'agit plus d'être chez soi, mais toujours au-dehors, en un mouvement où l'étranger se délivre sans se renoncer.

Maurice Blanchot .in " L'entretien infini " )


 Commentaires [0]  


Acte Sacré [14 - May - 06 @ 15:19]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 ...la puissance de l'acte sacré réside précisément dans la conjonction du mythe qui énonce l'histoire et du rite qui la reproduit.

Emile Benveniste .( in " Deucalion n°2-1947 " )


 Commentaires [0]  


Nature [14 - May - 06 @ 10:29]
   Sujet posté dans le thème: POE

 " La nature, qui sur l'invisible met le masque du visible, n'est qu'une apparence corrigée par une transparence."

Victor Hugo


 Commentaires [0]  


Le combat [12 - May - 06 @ 12:13]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 " Être, pour l'homme, c'est être en train d'être."

Marc-Alain Ouaknin .(in " Concerto pour quatre consonnes sans voyelles " )


 Commentaires [0]  


Un visage d'homme... [11 - May - 06 @ 18:28]
   Sujet posté dans le thème: POE

 …Et pourtant, non !
je n'étais pas un homme comme vous.
Vous n'êtes pas nés sur les routes,
personne n'a jeté à l'égout vos petits
comme des chats encore sans yeux,
vous n'avez pas erré de cité en cité
traqués par les polices,
vous n'avez pas connu les désastres à l'aube,
les wagons de bestiaux
et le sanglot amer de 1'humiliation,
accusés d'un délit que vous n'avez pas fait,
d'un meurtre dont il manque encore le cadavre,
changeant de nom et de visage,
pour ne pas emporter un nom qu'on a hué
un visage qui avait servi à tout le monde
de crachoir !
…Mais quand vous foulerez ce bouquet d'orties
qui avait été moi, dans un autre siècle,
en une histoire qui vous sera périmée,
souvenez-vous seulement que j'étais innocent
et que, tout comme vous, mortels de ce jour-là,
j'avais eu, moi aussi, un visage marqué
par la colère, par la pitié et la joie,
un visage d'homme, tout simplement !

Benjamin Fondane (1898-1944) .( L'Exode, 1942)


Peinture de David Olère (1902-1985)

 Commentaires [0]  


Abolition [10 - May - 06 @ 17:39]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Vous déclarerez sainte cette cinquantième année et proclamerez l'affranchissement de tous les habitants du pays. Ce sera pour vous un jubilé : chacun de vous rentrera dans son patrimoine, chacun de vous retournera dans son clan.

(LEV. XXV.10)


 Commentaires [1]  


Le Fardeau léger [9 - May - 06 @ 12:37]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 " Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai. Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez soulagement pour vos âmes. Oui, mon joug est aisé et mon fardeau léger."

(Matthieu 11. 28-30)


 Commentaires [0]  


Ombres [8 - May - 06 @ 10:33]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Notre ombre n'éteint pas le feu.

Paul Eluard


 Commentaires [0]  


Feux [5 - May - 06 @ 19:55]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Enfer chrétien, du feu. Enfer païen, du feu. Enfer mahométan, du feu. Enfer hindou, des flammes. A en croire les religions, Dieu est né rôtisseur...

Victor Hugo .( in "Choses vues" )


 Commentaires [0]  


Trinité [5 - May - 06 @ 11:20]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 " Tous les dieux sont trois : Amon, Rê, Ptah.
Ils n'ont pas d'égaux.
Son nom est caché en Amon, il est Rê devant, son corps est Ptah.
Leurs cités demeurent à jamais : Thèbes, Héliopolis, Memphis, pour l'éternité. "


. (HYMNE À AMON DE LEYDE -1300 AVANT J.C.)


 Commentaires [0]  


Le Juste [3 - May - 06 @ 17:49]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 Le juste n’est pas celui qui ne tombe pas, tout le monde tombe. Le juste est celui qui se relève !

Rabbi Nahman


 Commentaires [0]  


La mère du Soleil [2 - May - 06 @ 00:26]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 ...
Elle dit alors à ses enfant "Allons, dressons-nous en ce lieu, qui est devenu un sol sur lequel nous pouvons nous tenir, afin de repousser notre lassitude. Puis nous naviguerons vers ce lieu sacré, Esna-Saïs, cette terre au coeur du Noun, cette butte d'agrément, où nous résiderons." Elle étendit donc un sol au coeur du Noun, et lui donna le nom de "Haute Terre".
Les dieux dirent alors à la Grande Puissante : Ô toi qui nous as mis au monde, toi de qui nous sommes issus, fais que nous connaissions ce qui n'a pas encore pris naissance, car, vois, la butte est isolée et nous ignorons ce qui doit venir à l'existence." Neith répondit "Je vais vous faire connaître ce qui doit apparaître. Evoquons encore quatre propos bénéfiques, rendons clair ce qui est dans nos corps, prononçons à haute voix ce qui est sur nos lèvres, ainsi aujourd'hui même nous aurons connaissance de tout." Ils firent tout ce qu'elle avait dit, et la huitième heure arriva en un court instant.

Temple d'Esna - IIème siècle


 Commentaires [0]  


Attente [26 - Apr - 06 @ 18:00]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Mes Anges
Milieu de l’après-midi, tout près de moi pendant que je lis j’entends les mésanges battre des ailes sous mon toit et je les trouve bien nommées. Leurs plumes qui frappent l’air on dirait quand je fais vibrer mes tympans toute seule, ça donne une sensation d’envol et ça libère, de même que pour elles j’imagine quand elles battent des ailes comme ça dans leur nid, moi je suis dans ma rose, toute en tympans-pétales pour recueillir l’amour qui me fait sentir bon.
« Seules les femmes, les mères, dit Erri de Luca, savent ce qu’est le verbe attendre…


Alina Reyes .( Blog "À MAINS NUES" )
http://amainsnues.hautetfort.com/


 Commentaires [0]  


Étranges sont les voies nocturnes de l'homme [25 - Apr - 06 @ 17:46]
   Sujet posté dans le thème: POE

 En terre obscure repose l'étranger saint,
Il ôta de sa bouche tendre la plainte, le dieu,
Quand en pleine force il s'effondra.
Fleur bleue
Son chant survit dans la maison nocturne des douleurs.

Georg Trakl (1887-1914) .Epitaphe


 Commentaires [0]  


"LA POÉSIE DOIT AVOIR POUR BUT LA VÉRITÉ PRATIQUE" [24 - Apr - 06 @ 18:38]
   Sujet posté dans le thème: POE

 À mes amis exigeants

Si je vous dis que le soleil dans la forêt
Est comme un ventre qui se donne dans un lit
Vous me croyez vous approuvez tous mes désirs

Si je vous dis que le cristal d’un jour de pluie
Sonne toujours dans la paresse de l’amour
Vous me croyez vous allongez le temps d’aimer

Si je vous dis que sur les branches de mon lit
Fait son nid un oiseau qui ne dit jamais oui
Vous me croyez vous partagez mon inquiétude

Si je vous dis que dans le golfe d’une source
Tourne la clé d’un fleuve entr’ouvrant la verdure
Vous me croyez encore plus vous comprenez

Mais si je chante sans détours ma rue entière
Et mon pays entier comme une rue sans fin
Vous ne me croyez plus vous allez au désert

Car vous marchez sans but sans savoir que les hommes
Ont besoin d’être unis d’espérer de lutter
Pour expliquer le monde et pour le transformer

D’un seul pas de mon coeur je vous entraînerai
Je suis sans forces j’ai vécu je vis encore
Mais je m’étonne de parler pour vous ravir

Quand je voudrais vous libérer pour vous confondre
Aussi bien avec l’algue et le jonc de l’aurore
Qu’avec nos frères qui construisent leur lumière

Paul Eluard.


 Commentaires [0]  


Naissance [22 - Apr - 06 @ 17:04]
   Sujet posté dans le thème: POE

 Ecoutez !
Un grand trouble, un vertige, un enivrement subit, une lourdeur étrange, un magnétisme lointain, une attraction douce et terrible, une incantation des Astres, un mot d'ordre, un cri de sphère en sphère, des adieux déchirants à la vie Supérieure, aux bien-aimés, une prière, une cérémonie solennelle, aux rites funèbres, une dernière étreinte, un dernier baiser, un serment de se souvenir et de revenir, un Génie aux pieds ailés qui prend l'immortelle et l'entraîne vers les Gouffres, l'Immensité d'en haut qui se ferme, celle d'en bas qui s'ouvre avec fracas, l'Océan tumultueux des Générations, Abîmes d'Âmes gagnant ou quittant la cime ou le fond de l'atmosphère d'un autre Astre, bataille électrique des passions et des instincts de la Terre.... puis... quoi donc ?


Saint Yves d'Alveydres


 Commentaires [0]  


Prière [20 - Apr - 06 @ 23:21]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 Selon Proclus, " la prière n'est pas une invocation aux dieux pour en obtenir des faveurs; elle est pure de toute espérance; c'est l'élan de l'âme vertueuse vers le divin, source de toute perfection. Ce qui procède des dieux, tout en s'en distinguant, n'en est pas tout à fait séparé. En vertu de l'affinité qui l'unit encore à son principe, il tend à y revenir, et l'acte d'amour et d'intelligence qui le porte vers un Dieu est la prière.
L'essence de la prière c'est une conversion de l'âme vers la divinité; son effet immédiat, une plus grande vertu; son terme suprême, l'absorption en Dieu.
Les hommes se trompent étrangement; ils s'imaginent que Dieu se retire d'eux ou qu'il s'en rapproche, et que la force de la prière est de l'attirer et de le faire descendre à eux. Dieu est toujours et partout présent; il est intime à nos âmes, ou plutôt nos âmes sont en lui.
Lorsque nous croyons qu'il se rapproche de nous, c'est nous qui, par la vertu, l'amour et la prière nous rapprochons de lui, en nous unissant plus intimement à sa pure essence par la partie de notre être qui lui ressemble. Dieu ne descend pas vers l'âme : c'est l'âme qui se relève jusqu'à lui. "


Jacques Denis
( in "Histoire des idées et des théories morales de l'antiquité" )



 Commentaires [0]  


Soleil [20 - Apr - 06 @ 10:45]
   Sujet posté dans le thème: ESO

  Sept astres errants circulent dans les routes de l'Olympe, et avec eux est filée l'éternité. La Lune qui brille la nuit, le lugubre Kronos, le doux Soleil, la Paphienne, protectrice de l'hymen, le courageux Arès, le fécond Hermès, et Zeus, principe de la naissance, source de la nature. Les mêmes ont reçu en partage la race humaine, et il y a en nous la Lune, Zeus, Arès, Aphrodite, Kronos, le Soleil, Hermès. Aussi tirons-nous du fluide éthéré les larmes, le rire, la colère, la parole, la génération, le sommeil, le désir. Les larmes c'est Kronos, Zeus la génération, Hermès la parole, Arès le courage, la Lune le sommeil, Kythérée le désir, le Soleil le rire, car c'est lui qui égaie la pensée humaine et le monde infini.

Stobée .( in "Hermès Trismégiste" )


 Commentaires [0]  


Esthétique [17 - Apr - 06 @ 15:50]
   Sujet posté dans le thème: POE

 «...la musique, les états de bonheur, la mythologie, les visages travaillés par le temps, certains crépuscules et certains endroits, veulent nous dire quelque chose, ou bien ont dit quelque chose que nous n'aurions pas dû perdre, ou vont dire quelque chose; cette imminence d'une révélation qui ne se produit pas est, peut-être, le fait esthétique.»

Jorge Luis Borges


 Commentaires [0]  


Serapis [16 - Apr - 06 @ 01:11]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 ...Or, la tête du lion figure le temps présent, qui, placé entre le passé et l'avenir, jouit d'une force énergique par le fait de son action actuelle. Le temps passé est figuré par la tête du loup, parce que le souvenir des choses passées est enlevé et dévoré. La tête caressante du chien désigne les événements futurs à l'égard desquels l'espérance nous flatte, bien qu'incertaine à qui cependant le temps obéirait-il, si ce n'est à celui qui en est l'auteur? Le calathus qui surmonte la tête de la statue figure la hauteur du soleil et la puissance de sa capacité, qui est telle que tous les éléments terrestres reviennent en lui, enlevés par la force de la chaleur qui émane de son sein...

Macrobe .(Les Saturnales, Livre I. Chapitre XX)


 Commentaires [0]  


Sacrifice [14 - Apr - 06 @ 00:51]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 « Aux sages il dit :
Un agneau remplace un homme.
Il donne l’agneau en échange de sa vie,
La tête de l’agneau, il la donne pour celle de l’homme… »

Fragment suméro-assyrien .(Bibliothèque d’Assurbanipal)


 Commentaires [0]  


L'oeuf du monde [13 - Apr - 06 @ 16:15]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 " Là-bas, c'est à dire sans doute à l'horizon, où ciel et mer se touchent l'un l'autre, il y a entre les deux hémisphères de l'oeuf du monde une fente étroite par laquelle on peut sortir pour parvenir sur "le dos du ciel" et où a lieu... l'union avec Brahman."

Paul Deussen .(in "La Philosophie des Upanishads"


 Commentaires [0]  


L'arbre de vie [12 - Apr - 06 @ 23:23]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 "Que fut le bois, que fut l'arbre
Avec lesquels terre et ciel furent formés ?
Sages, que votre esprit cherche à comprendre."


(Rig Veda - 10, 81, 4)


 Commentaires [0]  


Âme [11 - Apr - 06 @ 17:08]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 « Pour ce qui est de l’âme, il la plaça au centre du monde, puis l’étendit à travers toutes ses parties et même en dehors, de sorte que le corps en fût enveloppé ; cercle entraîné dans une rotation circulaire, c’est là comme il établit le ciel ; rien qu’un seul solitaire capable en vertu de son excellence d’être en union de soi à soi sans avoir besoin de rien d’autre, objet de connaissance et d’amitié pour soi-même, à en être comblé ! C’est par tous ces moyens qu’il le fit naître dieu bienheureux. »

Platon .( Timée )


 Commentaires [0]  


Le Bois [10 - Apr - 06 @ 18:04]
   Sujet posté dans le thème: ESO

 " Je sais que je fus suspendu à l'arbre agité par le vent
Durant neuf nuits,
Blessé par le javelot, consacré à Odin,
Moi-même à moi-même."


( in "Hávamál " — L'ode du Très-Haut )


 Commentaires [0]  


l'Homme sphérique [9 - Apr - 06 @ 20:21]
   Sujet posté dans le thème: GLERC

 " Ma langue est sans parole et ce qui se passe en moi, certes mon esprit le voit bien, mais ne l'explique pas. Il contemple l'invisible dépourvu de toute forme, absolument simple, non composé et infini en grandeur. Car il ne contemple nul commencement et ne voit nulle fin, il n'a conscience absolument d'aucun milieu et ne sait pas comment il pourrait exprimer ce qu'il voit.
C'est un tout, je crois, qui apparaît non avec l'être même, mais au contraire par une participation. Car c'est avec du feu qu'on allume du feu, et l'on reçoit le feu tout entier; celui-ci cependant reste non diminué et non divisé comme auparavant. Et pourtant ce qui se communique se sépare du premier; et il s'en va comme quelque chose de corporel dans plusieurs flambeaux. Or celui-là est quelque chose de spirituel, incommensurable, indivisible et inépuisable. Car il ne se divise pas en se donnant à un grand nombre, mais subsiste indivisé et il est en moi, et il s'épanouit en moi, dans mon pauvre coeur comme un soleil ou un disque solaire, semblable à la lumière, car c'est une lumière ".


Syméon .(970-1040) .(in " Chant d'amour à Dieu " )



 Commentaires [0]