Ptah Ptah
logo

Le vipereau [10 - Apr - 09 @ 12:08]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Il glisse contre la mousse du caillou comme le jour cligne à travers le volet. Une goutte d'eau pourrait le coiffer, deux brindilles le revêtir. Ame en peine d'un bout de terre et d'un carré de buis, il en est, en même temps, la dent maudite et déclive. Son vis-à-vis, son adversaire, c'est le petit matin qui, après avoir tâté la courtepointe et avoir souri à la main du dormeur, lâche sa fourche et file au plafond de la chambre. Le soleil, second venu, l'embellit d'une lèvre friande.
Le vipereau restera froid jusqu'à la mort nombreuse, car, n'étant d'aucune paroisse, il est meurtrier devant toutes. "

René Char
in " Commune présence "


 Commentaires [0]  


Nous [9 - Apr - 09 @ 00:44]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« Nous le chant silencieusement passe en nous c’est lui que nous entendons ensemble et qui nous déplace d’un lieu à un autre lieu ce chant est notre voyage. »


Henri Meschonnic



Uriel est venu le prendre par la main...

 Commentaires [0]  


Ecriture [24 - Mar - 09 @ 14:25]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Écrire, c'est entrer en contact avec quelque chose de très lointain. A partir du moment où le moi ne commande plus, où la pensée consciente n'est plus seule à diriger l'écriture, le langage semble libérer une énergie qui doit être à la fois celle de sa matière même, une matière chargée de siècles de culture et d'histoire, et celle du corps, donc de l'inconscient qui, soudain, prend la parole. Vous touchez alors à quelque chose qui, tout en étant le présent même, est chargé d'un passé immémorial, comme la crête d'une lame de fond. Vous ne dominez plus votre langage, comme on dit, c'est lui qui vous domine. Toute distance s'évanouit. Or, plus vous entrez dans le langage, plus vous vous tenez au plus près de lui, plus il s'ouvre, plus il se creuse d'une profondeur infinie. Et c'est elle qui s'entend à travers votre voix.


Jacques Ancet
in " Chutes "


 Commentaires [0]  


Clarté [19 - Mar - 09 @ 12:25]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"La clarté ne nait pas de ce que l'on imagine le clair mais lorsque
l'on prend conscience de l'obscur."

Carl Jung


 Commentaires [0]  


Emotions [17 - Mar - 09 @ 11:37]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Sans émotions il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l'apathie en mouvement."

Carl Jung


 Commentaires [0]  


naissance [10 - Mar - 09 @ 12:01]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Combien naître nous scinde ! Empêtré d'un miroitement de papillons, j'affronte de mon étincelante pâleur le ciel.


Jean Grosjean


 Commentaires [0]  


Désir [19 - Feb - 09 @ 17:35]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Dans le retirement du corps gît le désir. Ton cri s'use dans le cri. Il y a des bûchers intérieurs, des bouches séchées au grand feu, des bras tisons qui ne peuvent enlacer la parole sans la brûler. Peine perdue de la passion. Tu sais que tu ne sauras jamais rien, coupée en deux, le ciel la terre, et l'ange au milieu, - inatteignable.

Le corps voyage dans le visible, il pressent la révélation au-dehors. Il existe magnifiquement. Sa vérité t'éblouit : Milliers de signes par tous les pores. Apprendras-tu à les lire ?

Sylvie Fabre G
in " Corps subtil "



 Commentaires [1]  


neige [18 - Feb - 09 @ 21:20]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"L’ouvert ouvre sur le vide d’un espace blanc. La neige est la meilleure image d’un retour à l’uni, la paix, le silence de ce matin d’enfance, le jardin croulant sous son manteau immaculé : « L’aube muette dans sa plume … »


Saint-John Perse


 Commentaires [0]  


Noir [19 - Jan - 09 @ 15:21]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Ce noir, travaille-le
à l'empêtre à la pâte
tisonne-le dans l'être,
chauffe-le à blanc,
qu'il te dénude,
assèche peut-être,
il te rendra la vue...


Charles Dobzynski


 Commentaires [0]  


Mon piano [12 - Jan - 09 @ 14:34]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
J’approche. Il est prêt.
Je souffre. Il fait le chant.
J’apporte l’obsession, la gêne, l’oppression :
Il fait le chant
J’apporte la situation sans remède, le vain déploiement des efforts, le ratage de tout avec la mesquinerie, les précautions emportées par le vent, par le feu, par le feu, par le feu surtout :
Il fait le chant.
J’apporte l’inondation de sang, le braiment des ânes contre la paix, les camps, le travail forcé, la misère, les emprisonnés de la famille, les choses à demi, les amours à demi, les élans à demi et moins qu’à demi, les vaches maigres, les hôpitaux, les interrogatoires de police, les lents mourants dans les bleds perdu, les amers vivants, les foutus, ceux qui dérivent avec moi sur la banquise folle :
Il fait le chant.

Henri Michaux
in " Passages "


 Commentaires [1]  


des riens... [10 - Jan - 09 @ 14:55]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
La poésie construite avec peu de matière, avec des feuilles, avec des grains de sable, avec de l’air, avec des riens...


Joseph Joubert


 Commentaires [0]  


Les trois cercles [9 - Jan - 09 @ 14:29]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
J'aurai vu. J'aurai saisi, à force, les trois cercles : le commun, le propre et celui de l'arcane. J'aurai su le désir et le vide.
Parfois, trop proche de comprendre, j'aurai baisé les lèvres de l'abîme.
Quelques chances m'auront sauvé. Il me faudra beaucoup d'esprit, à la dernière passe, pour rire de l'infime chemin parcouru.

Franck André Jamme
in " Par les trous du manteau de l'apparence é


 Commentaires [0]  


Crépuscule [8 - Jan - 09 @ 23:30]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Crépuscule, comme vous êtes doux et tendre ! Les lueurs roses qui traînent encore à l'horizon comme l'agonie du jour sous l'oppression victorieuse de sa nuit, les feux des candélabres qui font des taches d'un rouge opaque sur les dernières gloires du couchant, les lourdes draperies qu'une main invisible attire des profondeur de l'Orient, imitent tous les sentiments compliqués qui luttent dans le cœur de l'homme aux heures solennelles de la vie.


Charles Baudelaire
in " Le Spleen de Paris, petits poèmes en prose "


 Commentaires [0]  


Tantôt [31 - Dec - 08 @ 13:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Où il y a l'attente, longtemps, et sans retour, où il y a dire, et puis ne plus pouvoir dire, où il y a écouter et puis ne plus pouvoir écouter, où il y a regard et puis tenter de regarder encore, et sans retour. C'est un chant, et malgré la douleur, il n'y a rien d'orphique, c'est un chant sans retour. Chaque mot creuse, là où il est pour un instant, là où il est, même dans l'absence.


Jacques Ancet
in " Rien n'avait changé mais rien n'était plus comme avant "


 Commentaires [127]  


Les couloirs du Rêve [30 - Dec - 08 @ 23:34]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
C'est par ici, par les couloirs magiques de la nuit que reviennent vivants les morts bien-aimés, la grand-mère de Proust ou mon père, les villes perdues, Oran, Osnabrück, plus belles que jamais dans la distance où le rêve les retient, c'est ici que les aveugles luttent en s'échangeant, es-tu moi? es-tu mon frère? Ici même c'est l'autre monde, on y est sans effort, en fermant les portes des yeux. Ici, chez le Rêve, la mort devient ce qu'elle est : une séparation seulement presque interminable, interrompue par des retrouvailles brèves et extatiques, dans une rame de métro ou dans un train. Les voix s'échappent du silence. Ici même c'est l'autre musique. Écoutez ! Sommes-nous dehors? Sommes-nous dedans? Vous rêvez. Continuez à vous laisser rêver. Il n'y aura pas de fin.


Hélène Cixous


 Commentaires [0]  


Bruges la morte... [29 - Dec - 08 @ 18:14]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Ces quais de Bruges, combien, dans ma pensive jeunesse, je les ai suivis, confessés, aimés, - avec des coins que j'étais seul à connaître, à consoler, avec des maisons dont les vitres mortes me regardaient !

Et, dans la prison des quais de pierre, l'eau stagnante des canaux où ne passent plus de navires, ni de barques, où rien ne se reflète que l'immobilité des pignons dont les arches décalquées ont l'air d'escaliers de crêpe qui conduisent jusqu'au fond. Et sur les eaux inanimées, des balcons en surplomb, des rampes de bois, des grilles de jardins incultes, des portes mystérieuses, toute une enfilade de choses confuses et déjetées qui sont accroupies au bord de l'eau, avec des airs de mendier, sous des haillons de feuillage et de lierre qui s'effilochent...

Georges Rodenbach


 Commentaires [36426]  


Le chat [25 - Dec - 08 @ 18:02]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Demain, hier n’ont plus de sens face au chat immobile.
La corneille crie toujours, comme s’il ne l’entendait pas.
Seule frémit la pointe de ses oreilles.
Couché dans l’ombre, il est l’image du présent. Il vibre.
Il vibre entre deux éclats : on y est, on n’y est pas.
On y entre, on est perdu.

Jacques Ancet
in " Diptyque avec une ombre "


 Commentaires [0]  


Paroi [20 - Dec - 08 @ 14:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Nulle brèche sur la paroi du jour. Nulle fenêtre d’osmose où commencer l’amour… Dehors est un ovale intact, impérissable œuf de plomb décomposé sur nos sols. Et il y a la surface intérieure, paysage rentré sous nos arches de sang. La mer et la montagne s’évaporaient lentement dans la brume. Devant pesait le vase sans périple du temps.
Si la jeunesse était le chemin sous la peau de cette veine qui revient, évasifs, d’un doigt parmi nos spirales sanguines, nous réinventerions le jour, et ses fêtes rétractiles sous l’arbre du dedans.

Gabrielle Althen
in " Noria "


 Commentaires [0]  


L'infini, en nous... [19 - Dec - 08 @ 18:54]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
L’infini, en nous, n’est-ce pas la langue, en ses combinatoires et ses virtualités, telle qu’à travers elle nous nous tenons face au fini et y décelons de l’infini : un en-deçà, un au-delà, un avers, une opacité et un inconnaissable. A la fois réponse infinie de la langue au réel infini et sollicitation par la langue même de cette infinité.


Jean-Michel Maulpoix
in " Le poète perplexe "


 Commentaires [0]  


Dôme [18 - Dec - 08 @ 23:33]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Un chemin mène à l’horizon merveilleusement teint de collines. Le pays rayonne sous l’ornière. Je vois des lampes bleues et noires, ce sont des pierres qu’un feu bouge, le soir, quand le pas creuse encore l’avenue. Et je sais la rumeur qui augmente le ciel, j’entends le chant patient de l’éveillé; et l’invisible entre deux pierres, le long d’un vent est un visage. Ce qui vient, vient brisé, et le pas tente un pas de rêve, brûlé comme le nôtre, ouvrant l’abîme nuitamment, dans la passion de l’éternel.


Béatrice Douvre
in " Le Temps franchi "


 Commentaires [0]  


La lumière d'une chandelle [2 - Dec - 08 @ 13:45]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Il semble que les miroirs, avec leur puissance d’illusion, plus que tout autre objet, nous donnent l’idée du temps, autant dire celle d’une profonde immobilité, d’un chemin que nous sentons clos quoiqu’il soit infini, sous nos yeux. Nous regardons la flamme, et
nous ne pensons pas qu’elle n’est plus celle que nous avons regardée un instant auparavant.

Leonardo Sinisgalli
in " Horror vacui "
les mots en italiques sont de Léonard de Vinci


 Commentaires [0]  


Se Taire... [5 - Nov - 08 @ 10:53]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Homme, si tu veux exprimer l’essence de l’Éternité, il te faut d’abord renoncer au langage.


Angelus Silesius
in " Le Voyageur Chérubinique "


 Commentaires [0]  


Le fond du jardin [27 - Oct - 08 @ 22:15]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Le bout du monde et le fond du jardin contiennent la même quantité de merveilles."


Christian Bobin


 Commentaires [0]  


Lecture [25 - Oct - 08 @ 12:07]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Lire un livre sous un arbre en double le plaisir. On ne sait plus si on tourne les pages ou si on feuillette l'arbre."


Jean Chalon
in " Journal d'Espagne "


 Commentaires [0]  


La Cérémonie [24 - Oct - 08 @ 15:35]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« Il expliquait pourquoi l'eau devait « sourire », c'est à dire être frémissante. Ses bulles ressemblaient alors à des yeux de poisson, ou à des perles de cristal qui glissent dans une fontaine, ou à des vagues jaillissantes. Il parla du choix de la théière, en terre cuite, de préférence, afin que le dépôt tannique formé au cours des années exalte les saveurs des infusions. Il dit que la théière avait une mémoire et un être harmonique. Il dit aussi que le choix d'une bonne eau était primordial, que celle-ci devait jaillir de la montagne sur des rochers sans mousse ni végétation, qu'il était inutile de remuer le thé, et que les gouttes versées par inadvertance sur la nappe ne signifiaient nullement que le geste était malheureux, bien au contraire : « Ces gouttes sont la part de la terre, la part qui lui revient. »


Gérard de Cortanze
in " Assam "


 Commentaires [0]  


Le vrai [12 - Oct - 08 @ 23:41]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Et maintenant, allez au vrai qui est maîtrise de soi, d'abord, inscrit dans le chiffre de l'homme et de la femme: sept. Je vous renvoie à ce chiffre pour sept ans de réflexion et d'expérience matérielle au contact concret des choses et des êtres. C'est la seule condition qui vous ferme encore la route large et lumineuse de la sagesse d'où l'on domine son destin.
Je suis l'ombre éternelle de Ndebi. Je brasse tout l'univers, dans chaque matière, dans chaque être, en chacun de vous, dans chaque conscience humaine, pour le seconder dans son effort de libération de la chair et des sollicitations morbides qui assaillent l'âme profonde de la création dans son ascension vers la vérité, c'est à dire vers la liberté vraie que vous devez conserver par l'observation de rites millénaires stricts.
Je suis, en vous, cet autre moi-même. Courage, initiés ! La lumière est devant vous.

Boubou Hama
in " Le double d'hier rencontre demain "


 Commentaires [0]  


Paysage [9 - Oct - 08 @ 23:43]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Des cheveux tombent
Aussi en arrière.
Ah, grand paysage!


Koi Nagata (1900 ~ 1997)


 Commentaires [0]  


Visible [8 - Oct - 08 @ 14:48]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« L'art ne reproduit pas le visible ; il rend plutôt visible. »


Paul Klee
in " The Inward Vision "


 Commentaires [0]  


Perception [7 - Oct - 08 @ 13:49]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Pour ma part, quand je pénètre le plus intimement dans ce que j'appelle "moi", je bute toujours sur une perception particulière ou sur une autre, de chaud ou de froid, de lumière ou d'ombre, d'amour ou de haine, de douleur ou de plaisir. Je ne peux jamais me saisir, "moi", en aucun moment sans une perception et je ne peux rien observer que la perception.


David Hume
in " Traité de la nature humaine "


 Commentaires [0]  


Les portes du merveilleux [3 - Oct - 08 @ 13:33]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Toutes les tours d'ivoire seront démolies, toutes les paroles seront sacrées et l'homme s'étant enfin accordé à la réalité qui est sienne n'aura plus qu'à fermer les yeux pour que s'ouvrent les portes du merveilleux.


Paul Eluard


 Commentaires [0]  


L'Evidence poétique [1 - Oct - 08 @ 14:06]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Depuis plus de cent ans, les poètes sont descendus des sommets sur lesquels ils se croyaient; ils sont allés dans les rues, ils ont insulté leurs maîtres, ils n'ont plus de dieux, ils osent embrasser la beauté et l'amour sur la bouche, ils ont appris les chants de révolte de la foule malheureuse et sans se rebuter essaient de lui apprendre les leurs.


Paul Eluard
In " Donner à voir "


 Commentaires [0]  


Espérance, justice et poésie. [30 - Sep - 08 @ 22:52]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Dans le cachot elle se fait révolte; à la fenêtre de l'hôpital elle est ardente espérance de guérison; dans la mansarde déchirée et malpropre, elle se pare comme une fée de luxe et d'élégance; non seulement elle constate, mais elle répare, partout elle se fait négation de l'iniquité. Va donc à l'avenir en chantant, poète providentiel. Les chants sont le décalque des espérances et des convictions populaires.


Charles Baudelaire


 Commentaires [0]  


Noeud [29 - Sep - 08 @ 20:04]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Celui qui entre par hasard dans la demeure d'un poète
Ne sait pas que les meubles ont pouvoir sur lui
Que chaque nœud du bois renferme davantage
De cris d'oiseaux que tout le coeur de la forêt.


René-Guy Cadou
n " Hélène ou le règne végétal "


 Commentaires [2]  


Les images du poète... [28 - Sep - 08 @ 15:48]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Les images du poète sont faites d'un objet à oublier et d'un objet à se souvenir. Il projette avec ennui ses prophéties dans le passé. Tout ce qu'il crée disparaît avec l'homme qu'il était hier. Demain, il connaîtra du nouveau.


Paul Eluard
in " Donner à voir "


 Commentaires [0]  


JeToi [27 - Sep - 08 @ 14:52]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
On se plaint quelquefois des poètes qui disent moi. Parlez-nous de nous, leur crie-t-on. Hélas, quand je vous parle de moi, je vous parle de vous. Comment ne le sentez-vous pas ?
Ah, insensé qui crois que je ne suis pas toi !


Victor Hugo
in " Contemplations "


 Commentaires [0]  


Le bon poète [26 - Sep - 08 @ 21:28]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Un bon poète n'a pas pour fonction de ressentir l'état poétique, ceci est une affaire privée, il a pour fonction de le créer chez les autres.


Paul Valéry


 Commentaires [0]  


Enjambante... [20 - Sep - 08 @ 17:00]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Je crierai, je crierai. Ta lèvre est le verre où
J'ai bu le long amour ainsi que du vin rouge.


Louis Aragon


 Commentaires [0]  


Encre [18 - Sep - 08 @ 12:33]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
...bientôt cette nappe humide et frissonnante sur la page sortie du bec exigu de la plume, l'imprimerie vient la saisir et la clicher, en constituer la matrice insigne d'exemplaires innombrables.


Paul Claudel


 Commentaires [0]  


Shui. [17 - Sep - 08 @ 14:18]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le caractère qui veut dire l'eau en chinois est un gribouillis conventionnel représentant le mouvement d'un liquide.
Le pinceau du scribe ajoute un point sur le côté, cela veut dire la glace.
Il met le point en haut: cela veut dire
toujours, l'éternité.
Ainsi ce qui était mouvement par excellence est solidifié dans une espèce de permanence abstraite, comme la cascade que la distance fait paraître immobile.


Paul Claudel
in " Réflexions sur la poésie "


shui, l'eau

 Commentaires [0]  


Silences [16 - Sep - 08 @ 00:08]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Toutes ces sonorités ne sont-elles pas faites pour faire vibrer le silence ?
Or il est bon de le percevoir de temps en temps ce silence, d'en recueillir les gouttelettes de condensation et de subir à notre tour sa vie.
Il est bon de se retremper dans son Mystère afin d'en réapparaître, l'instant d'après, tout ruisselant.


Jean-Louis Barrault
in " Mise en scène de Phèdre "


 Commentaires [0]  


Ombre [15 - Sep - 08 @ 17:17]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" E...qui termine et prolonge tant de mots par une sorte d'ombre que semble jeter après elle une syllabe accentuée...."


Paul Valéry


 Commentaires [0]  


Rythme [13 - Sep - 08 @ 17:18]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le rythme est l'image, gravée dans la parole, de l'homme tout entier, corps et âme, muscles et esprits.


Abbé Rousselot


 Commentaires [0]  


Hallucination [12 - Sep - 08 @ 14:16]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Quand je me pense, ma pensée se cherche dans l'éther d'un nouvel espace.
Je suis dans la boue comme d'autres sont à leur balcon.
Je participe à la gravitation planétaire dans les failles de mon esprit.


Antonin Artaud


 Commentaires [0]  


Inspiration [10 - Sep - 08 @ 16:54]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Je pense qu'aucun grand artiste ne travaille en état de fièvre.
Les mystiques même ne travaillent qu'au moment où l'ineffable colombe de l'Esprit Saint abandonne leur cellule pour se perdre dans les nuages. On revient de l'inspiration comme on revient d'un pays étranger. Le poème est le récit du voyage. L'inspiration donne l'image mais sans revêtement. Et pour la revêtir, il faut observer calmement et sans se passionner dangereusement la qualité, et la sonorité du mot.


Federico Garcia Lorca
in " L'Image poétique chez Don Luis de Gongora "


 Commentaires [0]  


Patience [9 - Sep - 08 @ 12:52]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le temps ici n'est pas une mesure. Un an ne compte pas, dix ans ne sont rien. Être artiste, c'est ne pas compter, c'est croître comme l'arbre qui ne presse pas sa sève, qui résiste, confiant, aux grands vents du printemps, sans craindre que l'été puisse ne pas venir. L'été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s'ils avaient l'éternité devant eux.


Rainer Maria Rilke


 Commentaires [0]  


Répétition [8 - Sep - 08 @ 11:40]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Cette magnifique hécatombe, cette semaine rouge, la rue rouge, cette semaine pourprée, cette semaine sanglante, rouge comme une rose pourpre, ces trente mille morts, trente mille feuilles...


Charles Peguy


 Commentaires [0]  


Beauté et poésie [7 - Sep - 08 @ 16:31]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
C'est cet admirable, cet immortel instinct du Beau qui nous fait considérer la Terre et ses spectacles comme un aperçu , comme une correspondance du Ciel. La soif insatiable de tout ce qui est au-delà, et que révèle la vie, est la preuve la plus vivante de notre immortalité. C'est à la fois par la poésie et à travers la poésie, par et à travers la musique, que l'âme entrevoit les splendeurs situées derrière le tombeau; et quand un poème exquis amène les larmes au bord des yeux, ces larmes ne sont pas la preuve d'un excès de jouissance, elles sont bien plutôt le témoignage d'une mélancolie irritée, d'une postulation des nerfs, d'une nature exilée dans l'imparfait et qui voudrait s'emparer immédiatement, sur cette terre même, d'un paradis révélé. Ainsi le principe de la poésie est,
strictement et simplement, l'aspiration humaine vers une Beauté supérieure, et la manifestation de ce principe est dans un enthousiasme, un enlèvement de l'âme ; enthousiasme tout à fait indépendant de la passion, qui est l'ivresse du coeur, et de la vérité, qui est la pâture de la raison.


Charles Baudelaire


 Commentaires [0]  


Gouffre [6 - Sep - 08 @ 14:47]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Si l'impression que j'ai eue précédemment d'un filet d'eau pénétrant dans ma gorge et m'y rafraîchissant plus profondément que je m'y attendais a déclenché la vision, tous les éléments premiers ont maintenant mué. Profond a fait profondeur, a fait cañon, rafraîchissement a fait fraîcheur dans la montagne, eau avalée et descendant profondément est devenue eau qui tombe, eau en cascade, eau qui en creusant a creusé un cañon lequel a fait un précipice.


Henri Michaux
in " Connaissance des gouffres "


 Commentaires [0]  


Etre l'arbre... [5 - Sep - 08 @ 18:43]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Votre oeil se fixe sur un arbre harmonieux, courbé par le vent; dans quelques secondes, ce qui ne serait dans le cerveau d'un poète qu'une comparaison fort naturelle deviendra dans la nôtre une réalité. Vous prêtez d'abord à l'arbre vos passions, votre désir et votre mélancolie, ses gémissements et ses oscillations deviennent les nôtres, et bientôt vous êtes l'arbre...


Baudelaire


 Commentaires [0]  


Rêve [3 - Sep - 08 @ 14:44]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
L'esprit de l'homme qui rêve se satisfait pleinement de ce qui lui arrive. L'angoissante question de la possibilité ne se pose plus. Tue, vole plus vite, aime tant qu'il te plaira. et si tu meurs n'es-tu pas certain de te réveiller entre les morts ? Laisse-toi conduire, les événements ne souffrent pas que tu les diffères. Tu n'as pas de nom, la facilité de tout est inappréciable.


André Breton
in " Manifestes du surréalisme "


 Commentaires [0]  


Paysage [1 - Sep - 08 @ 18:18]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« Tout paysage aimé est un état d'âme ! »


Bachelard


 Commentaires [0]  


Le trésor [7 - Jul - 08 @ 16:29]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Si nous voulons, rien ne nous serait impossible, puisque le plus pauvre, le plus dénué d'entre nous a le pouvoir de nous remettre, de ses mains appliquées et de ses yeux confiants, un trésor inestimable, ses rêves et sa réalité tout nus que la plate raison et la haine de l'homme gagnant parviennent à déflorer mais jamais à détruire.


Paul Eluard
in " Les Sentiers et les Routes de la poésie "



Un changement d'opérateur Internet, un retour à la Nature jusque fin août, seront responsables de certaines absences...
Rêvez, songez, là aussi est votre réalité.

 Commentaires [1]  


L'homme-arbre [30 - Jun - 08 @ 14:56]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Assis sur un meuble informe, je n'ai pas bougé mes membres depuis quatre siècles. Mes pieds ont pris racine dans le sol et composent jusqu'à mon ventre une sorte de végétation vivace remplie d'ignobles parasites, qui ne dérive pas encore de la plante, et qui n'est plus de la chair.


Lautréamont
in " Les Chants de Maldoror " IVème Chant


 Commentaires [0]  


Incorporation [29 - Jun - 08 @ 14:02]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Je reconnais, incorporés en moi gneiss, charbon, mousses aux longs filaments, fruits, graviers, racines comestibles. Je suis stuqué des pieds à la tête de quadrupèdes et d'oiseaux.


Walt Whitman
in " Feuilles d'Herbes "


 Commentaires [0]  


Imagination [28 - Jun - 08 @ 13:59]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
L'acte d'imagination est un acte magique. C'est une incantation destinée à faire apparaître l'objet auquel on pense, la chose qu'on désire, de façon qu'on puisse en prendre possession. Il y a dans cet art, toujours quelque chose d'ingénieux et d'enfantin, un refus de tenir compte de la distance, des difficultés.
Ainsi le tout jeune enfant , de son lit, agit sur le monde, par ordres et prières. A ces ordres de la conscience, les objets obéissent. Ils apparaissent.


Jean-Paul Sartre
in " L'Imaginaire "


 Commentaires [0]  


Respoésie [24 - Jun - 08 @ 18:53]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Je me fais tirer par les objets, hors du vieil humanisme, hors de l'homme actuel et en avant de lui...


Francis Ponge
in " Le Grand Recueil "


 Commentaires [0]  


Sensation et réalité [21 - Jun - 08 @ 19:36]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Je fus tenté par un mystère où les formes ne jouent aucun rôle. Curieux d'un ciel décoloré d'où les oiseaux et les nuages sont bannis. Je devins esclave de la faculté pure de voir, esclave de mes yeux irréels et vierges, ignorants du monde et d'eux-mêmes. Puissance tranquille, je supprimai le visible et l'invisible, je me perdis dans un miroir sans tain. Indestructible, je n'étais pas aveugle.

Paul Eluard
in " Donner à voir "


 Commentaires [0]  


L'olive [20 - Jun - 08 @ 15:45]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le Poète recommande: " Penchez-vous, penchez-vous davantage."
Il ne sort pas toujours indemne de sa page, mais comme le pauvre, il sait tirer parti de l'éternité d'une olive.


René Char


 Commentaires [0]  


L'oeuvre pure [19 - Jun - 08 @ 23:13]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
L'oeuvre pure implique la diminution élocutoire du poète qui cède l'initiative aux mots par le heurt de leur inégalité mobilisée; ils s'allument de reflets réciproques comme une virtuelle traînée de feux sur des pierreries, remplaçant la respiration perceptible en l'ancien souffle ou la direction personnelle enthousiaste de la phrase.


Stéphane Mallarmé



 Commentaires [0]  


Poésie [18 - Jun - 08 @ 11:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
...Cette langue sera de l'âme pour l'âme, remuant tout, parfums, sons, couleurs, de la pensée accrochant la pensée et tirant.


Arthur Rimbaud
in " Lettre à Izambard "


 Commentaires [0]  


Invraisemblances et hyperboles [17 - Jun - 08 @ 00:05]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Marchands d'histoires - marchands de vent, enjoliveurs ou débineurs, hâbleurs, craqueurs, gausseurs, archi-menteurs, langue ferrée à glace et visage impassible - causeurs et bavardins, faiseurs de châteaux en Espagne, amuseurs à la moutarde et décrasseurs de rêves - grands vernisseurs de faits, enjoliveurs de roses et écraseurs de crottes, tous les arrache-dents et les barons de Crac, les charlatans, les attrapeurs, fanfaronnards, goureurs, farceurs, colleurs, forgeurs, enjôleurs, les chevaucheurs de monts et merveilles - les conteurs à dormir debout, sous de faux-planchers, sous de fausses couleurs, poètes passant par le nième degré de fièvre pour en revenir à zéro, petits poètes généreux donnant à boire aux grands poètes dénués. Et ce qu'ils veulent nous faire prendre pour argent comptant provoque effrontément la vérité qui a si souvent tant de mal à sortir de son puits.


Paul Eluard
in " Les Sentiers et les Routes de la Poésie "


 Commentaires [0]  


Prière et poésie [15 - Jun - 08 @ 12:05]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
L'homme qui prie est avant tout un homme qui s'exprime, qui s'adresse à la divinité, qui est relié par le verbe aux puissances cosmiques. Ainsi l'attitude de l'homme en prière est-elle nécessairement une attitude prise à l'égard du langage. Ce langage dès lors a deux fonctions: celle de la requête et celle de l'adoration. Le désir humain et la célébration de l'Être jouent donc un rôle constant dans la prière. C'est alors qu'une certaine coïncidence de nature et de fonction se fait jour entre la prière et la poésie. Le poète (sans préjuger de ses propres convictions religieuses) comme l'homme en prière est un homme qui se livre, s'abandonne au langage, qui lui confie sa part de rêves et de désirs en même temps qu'il provoque l'assomption verbale du Réel.


Pierre Seghers
in " Avant-propos du Livre d'or de la Prière, par Alfonso M. Di Nola


 Commentaires [0]  


Flatterie au poison Kazama [13 - Jun - 08 @ 13:05]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le poison fait tourner la tête.
L’entrave empêche de partir.
Si on a lancé la flèche,
et si la flèche frappe juste,
c’est comme la mouche du cheval:
la mouche qui a piqué un cheval,
piquera un autre cheval.
La flèche est pareille à la femme enceinte:
elle aime la viande.
Même si la flèche ne perce pas le flanc, on meurt.
Si elle perce un peu, on meurt. Si elle entre bien, on meurt. Si elle touche à peine en retombant, on meurt. Si ce n’est pas mon sang, n’importe quel sang tue-le, je te le donne! C’est le feu que j’allume, c’est le feu que je prends. L’ombre est brûlante. le soleil est brûlant. Poison, plus fort que le fusil, plus fort que le tonnerre, plus fort que le feu, n’importe qui, tue-le! Je te le donne si ce n’est pas mon sang.

Chant Haoussa du Niger


 Commentaires [0]  


Mythe et Parole [12 - Jun - 08 @ 23:45]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le mythe raconte une histoire sacrée; il relate un évènement qui a lieu dans le temps primordial, le temps fabuleux des "commencements". Autrement dit, le mythe raconte comment, grâce aux exploits des Êtres surnaturels, une réalité est venue à l'existence, que ce soit la réalité totale, le Cosmos, ou seulement un fragment: une île, une espèce végétale, un comportement humain, une institution...Dans la plupart des cas, il ne suffit pas de connaître le mythe de l'origine, il faut le réciter.


Mircea Eliade
in " Aspects du Mythe "


Mabboul, le Déluge

 Commentaires [0]  


Spectre de poisson soluble [18 - May - 08 @ 17:41]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" Le poème redevient soluble dans la poésie, son orient fragile et changeant nous parle sans cesse d'une eau-mère, d'un plasma poétique dont la pulsation l'irrigue et auquel continue de l'unir une vivante consanguinité. Le diamant mallarméen cède la place à la perle des mers. "


Julien Gracq
in " Préférences " - A propos du "Poisson soluble" d'André Breton


 Commentaires [0]  


Le bel oiseau... [15 - May - 08 @ 15:17]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" Les bancs des boulevards extérieurs s'infléchissent avec le temps sous l'étreinte des lianes qui s'étoilent tout bas de beaux yeux et de lèvres. Alors qu'ils nous paraissent libres continuent autour d'eux à voleter et fondre les unes sur les autres ces fleurs ardentes. Elles sont pour nous traduire en termes concrets l'adage des mythographes qui veut que l'attraction universelle soit une qualité de l'espace et l'attraction charnelle la fille de cette qualité mais oublie par trop de spécifier que c'est ici à la fille, pour le bal, de parer la mère. Il suffit d'un souffle pour libérer ces myriades d'aigrettes porteuses d'akènes. Entre leur essor et leur retombée selon la courbe sans fin du désir s'inscrivent en harmonie tous les signes qu'englobe la partition céleste."


André Breton
Illustration de la Constellation N° 20 de Juan Miro


Constellation N° 20: Le bel oiseau déchiffrant l'inconnu au couple d'amoureux

 Commentaires [0]  


Devata [3 - May - 08 @ 12:31]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Vous pouvez vous fermer, mes yeux, car cet être charmant ne sortira plus un instant de ma pensée...


Stèle de Phnom Sandak
CAMBODGE


 Commentaires [0]  


Pique ! [2 - May - 08 @ 11:59]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
” Le poing tue le hérisson, mais la main n’ose pas.”


Proverbe Peul


 Commentaires [0]  


La rose et la cétoine.. [29 - Apr - 08 @ 00:06]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
J'ai dit cétoine parce que la cétoine est cet insecte d'or vert qui gît au coeur de la rose, parce que j'ai porté un jour l'orvet au poing, la main refermée sur tous les vents alizés, rose des vents et mort d'or, l'escarboucle aux rayons verts sur fond mordoré de l'orvet, de l'or vert de l'amour d'or.
J'ai dit cétoine parce que si l'on pose comme prémisse que ce mot sert à désigner à la fois ta présence et ton absence rutilantes, l'insecte luxueux est le coeur même de la fleur qu'il dévore, le sexe même de la rose au centre de laquelle il gît. Ainsi la cétoine est la pierre de l'anneau de Gygès, gage de notre parfaite invisibilité dans l'amour.
Au coeur de la rose pourpre, notre mort d'or vert...repose, foudroyée.


Claude Tarnaud


 Commentaires [0]  


Absente [28 - Apr - 08 @ 14:23]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Vous pouvez toujours tenter de me nommer mais, autant être franche, vous ne pourrez jamais me nommer, car je suis absente au sommet de l'absence. Toi qui me connais le mieux, tu ne sais rien de moi; non pas que je dissimule, mais tout me dissimule. Je suis de la vulgarité pénétrante des fleuves qui ne connaissent pas les fétus qu'on leur jette, qui ne savent pas la saveur mâle des galets qu'ils roulent en eux. Ils sont sourds et aveugles, sans bras et sans jambes; ils sont muets, même.


Danielle Sarréra
in " L'Ostiaque "


 Commentaires [0]  


Au voisinage des tableaux de Jacques Hérold... [25 - Apr - 08 @ 11:22]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
L'oeil humain est un soleil à l'image du monde. A la ligne d'horizon du sommeil, tiré d'un trait comme une flèche du coma de l'arc en ciel, droit au coeur des choses sensibles, ton regard perce le jour qui point dans la nuit des temps.
Les bords du tableau fondent et s'enchaînent au coeur de mon dernier instant: le présent.
Au point du jour et de la suie, ton regard s'arrête et tu demeures entre les eaux. La pluie siège et tu es au demeurant - mais tu fais corps avec la mer et tes yeux passent entre les perles, tes yeux restent comme deux gouttes d'eau...


Stanislas Rodanski 1948


Portrait de Léon Veintraub par Jacques Hérold

 Commentaires [0]  


Mais vous naïfs animaux... [24 - Apr - 08 @ 13:21]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
C'est spontanément que vous survolez
du haut de la conscience extérieure...
Vous n'imitez la mort qu'en vous y mirant
et demeurez longtemps semblables
à votre premier rendez-vous avec elle
Aussi est-ce de très loin
que vous vous regardez résister à l'invisible
comme ces nappes d'eau
toujours à l'horizon d'elles-mêmes
qui ne se souviennent que de leur transparence
Et sans doute connaissez-vous
à travers le Chaos l'exact chemin
qui serpente à la limite des deux mondes
de l'illusoire dont vous gardez l'empreinte
au spectacle libre et agile que vous donne la mort...


René Nelli
in " Point de langage "


 Commentaires [0]  


Cheval marin... [23 - Apr - 08 @ 14:24]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Perdue dans les couleurs de l'Atlantide qui se fondent l'une l'autre, illimitables. Poissons de velours, poissons d'organdi aux crocs de dentelle, poissons de taffetas pailleté, poissons de soie, de plumes, poissons-chats, poissons aux flancs laqués, aux yeux de cristal de roche, poissons de cuir desséché avec leurs yeux de groseilles - des yeux pareils au blanc d'un œuf. Fleurs palpitantes sur leur tige comme cœurs de mer. Pas un qui sente son propre poids, et ce cheval marin se mouvant telle une plume...
....................
Je me réveillai à l'aube, jetée sur un rocher - squelette d'un navire étranglé par sa propre voilure.

Anaïs Nin
in " La demeure de l'inceste "


 Commentaires [0]  


Comme naissent les feuilles... [12 - Apr - 08 @ 11:07]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" Magnanime, fils de Tydée, pourquoi me demander quelle est ma naissance ? Comme naissent les feuilles, ainsi font les hommes. Les feuilles, tour à tour, c'est le vent qui les épand sur le sol, et la forêt verdoyante qui les fait naître, quand se lèvent les jours du printemps. Ainsi les hommes : une génération naît à l'instant même où une autre s'efface. "


Homère
in " L'Iliade " - Livre VI - Réplique de Glaucos à Diomède.


 Commentaires [0]  


La Sibylle de Cumes [10 - Apr - 08 @ 20:05]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Tu verras la prêtresse inspirée qui, sous sa roche profonde, chante les destinées et qui sur des feuilles d'arbres inscrit des lettres et des mots. Tous les vers prophétiques que la vierge a tracés sur ces feuilles sont disposés en ordre et restent enfermés dans son antre. Ils y demeurent immobiles, et l'ordre n'en est jamais troublé. Mais que la porte s'ouvre et que du seuil un souffle d'air chasse et disperse cette légère frondaison, elle les laisse voltiger dans sa caverne et ne se soucie point de les reprendre, de les ranger, d'en réunir les vers épars.


Virgile
in " Enéide " - Livre III - Hellenus à Enée.


Peinture de Michel Angelo datant de 1510
"La Justice, la Vierge, revient demeure avec nous et le règne de Saturne est restauré. Le premier-né du nouvel âge est déjà sur le chemin qui mène des hauts cieux jusqu'ici-bas."
Prédiction de la Sibylle de Cumes

 Commentaires [0]  


L'enfant [7 - Apr - 08 @ 00:09]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Si l'enfant est souvent artiste, il n'est pas
un artiste. Car son talent le possède, et lui ne le possède pas.

André Malraux
in " Les voix du silence "


 Commentaires [0]  


La vision [3 - Apr - 08 @ 18:40]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Oui, il était là, son tableau. Il était là, avec tous ses verts et ses bleus, ses zébrures perpendiculaires et latérales, son effort pour réaliser quelque chose. On l'accrochera au mur d'une mansarde, songea-t-elle, il sera détruit, mais qu'importe, se dit-elle, reprenant son pinceau. Elle regarda les marches, elles étaient vides; elle regarda sa toile, elle devenait confuse. Avec une intensité soudaine comme si, l'espace d'une seconde, elle l'apercevait avec clarté, elle traça un trait là, au centre. C'était fait; c'était fini. Oui, songea-t-elle, reposant son pinceau avec une lassitude extrême, j'ai eu ma vision.


Virginia Woolf
in " La promenade au phare "


 Commentaires [0]  


Le calumet [1 - Apr - 08 @ 14:16]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Quand on bourre un calumet, tout l'espace (représenté par les offrandes aux Pouvoirs des Six Directions) et toutes les choses (représentées par les grains de tabac) sont comprimés en un seul point (le fourneau ou coeur du calumet), en sorte que le calumet contient, ou
est réellement, l'univers.
Mais étant l'univers, le calumet est aussi l'homme, et celui qui bourre un calumet doit s'identifier à ce dernier, établissant ainsi non seulement le centre de l'univers, mais encore son propre centre; il se "dilate" au point que les six directions de l'espace ont, en fait, leur origine en lui-même. C'est par cette "dilatation" qu'un homme cesse d'être une partie, un fragment, et devient totalité, ou sainteté; il fait éclater l'illusion d'un état d'isolement.


Elan Noir Chef Sioux Oglala - 1863-1950


 Commentaires [0]  


Dessin [30 - Mar - 08 @ 16:04]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le dessin dépourvu d'inhibition constitue le premier enregistrement de l'idée intérieure. En lui, pour la première fois, la réalité subjective et la réalité objective sont saisies. C'est pourquoi rien ne peut remplacer le dessin.
Il contient en général la structure architecturale qui décrit comment l'espace à trois dimensions est exploité à fond, aussi bien que le schéma géométrique, la mise en place des formes, la valeur des couleurs...
Au milieu d'un travail fatigant, j'éprouve parfois pendant de courts moments un grand bonheur, qui me touche comme une vague. Je devine peut-être, alors, que ce que je fais a une signification et un but... Au milieu du chaos des faits sans suite et profondément absurdes, au milieu d'un océan d'instruments et de pouvoirs spécialisés, je suis capable d'exprimer une vérité... qui ne peut pas être exprimée d'autre façon.


Henry Koerner


 Commentaires [0]  


L'esprit [29 - Mar - 08 @ 14:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
S'il cessait d'être incarné, il perdrait du même coup son individualité, ses rapports avec le temps et l'espace, sa faculté d'expression et sa vision particulière de la nature et de l'histoire : en vérité, s'il cessait d'être incarné, il cesserait tout simplement d'être. Le destin de tout esprit est d'exister à l'intérieur d'un corps particulier, à une période déterminée. Mais de par sa nature et sa fonction, il lui faut, de l'intérieur de ce monde limité, communiquer avec la vie et l'univers en général.


George Santayana
in " L'Univers, mon hôte "


 Commentaires [0]  


Quelques notes.. [25 - Mar - 08 @ 00:07]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Pour créer un tout, celui qui travaille à ses parties doit avoir ses propres parties, arrangées séparément, disposées de telle manière qu'elles soient mobiles (et bien qu'elles ne puissent être interverties, il faut qu'on ait le sentiment qu'elles le peuvent); avoir ses lignes de connexion, ses vivantes artères de connexion. Et il y aura des points de convergence, des points qui accrochent sans relâche, sans erreur, le regard. De ces points organisés en eux-mêmes. Oui, il y aura de grandes et de petites parties, interdépendantes, donnant toutes le sentiment d'un mouvement possible.


John Marin

Maine Islands (1922)

 Commentaires [0]  


Poésie [23 - Mar - 08 @ 13:25]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
La poésie est une langue à part alors que les peuples s'imaginent qu'elle est une certaine manière d'employer la leur. Langue sublime, morte et vivante, équilibre instable entre ce que nous croyons savoir et ce que nous savons ne pas savoir. Et si vous me demandez en cette grave minute à quoi sert la poésie, je vous dirai que si j'étais capable de vous répondre, je ressemblerais à une plante qui se mêle d'horticulture.


Jean Cocteau
in " Court métrage "


 Commentaires [1]  


Faustine [22 - Mar - 08 @ 10:59]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
La plus frappante particularité de l'onde en question résidait de prime abord dans son éclat prodigieux; la moindre goutte brillait de façon aveuglante et, même dans la pénombre, étincelait d'un feu qui lui semblait propre... Dès que l'astre luisait, l'ensemble se parait d'une irradiation presque insoutenable....


Raymond Roussel
in " Locus Solus "


 Commentaires [0]  


La sixième heure [21 - Mar - 08 @ 17:36]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" Quel calme s'empare de l'homme à la sixième heure !
La connaissance se lève comme un soleil, même pour le plus aveugle."


Franz Kafka
in " La Métamorphose "


 Commentaires [0]  


Âme [20 - Mar - 08 @ 13:44]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« Votre âme est un paysage choisi. »


Paul Verlaine
in " Fêtes galantes " - Clair de lune


 Commentaires [0]  


Un corps inaudible [15 - Mar - 08 @ 16:48]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
(les maisons dans le grand parc - îles couleurs claires, toutes si claires, blanches ocres ou roses, leurs façades criblées par les avancées du ciel - posent au bord du soleil, poussées par le flux des herbes hautes
à mots éculés traînent les promenades soliloques de la veille qui descendent les allées d'un sourire bonjour
et le ciel du matin tôt n'a plus lieu d'incidence; il ne se passe aucune journée depuis l'éveil des cils jusqu'au coucher médicamenteux...


d.manz'ie
in " Déraisonnances "


 Commentaires [0]  


Perméabilité mentale [14 - Mar - 08 @ 18:17]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Accroche ton esprit au souffle du vent.
Qu'il te souffle, qu'il te souffle, comme une poignée de graines,
Une poignée de feuilles en automne! Souffle, souffle!
Peu importe où ni pour quelle raison,
Pour la vie ou pour la mort. Suis le vent,
Tourne et retourne, assieds-toi dans un arbre, quitte-le,
Descends un fleuve, habillé de rouge, pour que la truite
Te regarde, sans repos, sans but, étincelant!
Rien ne sied mieux à l'âme que la métamorphose.

Conrad Aiken
in " Preludes for Memnon "


 Commentaires [0]  


Ombres [13 - Mar - 08 @ 13:41]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Je me suis environné d'ombres qui m'égarent, car elles singent les réalités de la vie. Elles m'ont attiré à l'écart des chemins fréquentés et m'ont laissé dans une étrange solitude; une solitude au milieu des hommes dont aucun n'éprouve les mêmes désirs que moi, dont aucun ne pense ni ne sent comme moi.
Ce sont les contes qui ont fait tout cela. Peut-être que lorsqu'ils seront en cendres, je me retrouverai tel que j'étais avant de leur donner l'être...


Nathaniel Hawthorne
in " Le Démon du Manuscrit "


 Commentaires [0]  


Un moment de vision [6 - Mar - 08 @ 18:03]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Arrêter pour un temps les mains occupées aux œuvres pratiques de la terre, obliger des hommes absorbés par la vue lointaine de succès matériels à contempler un moment autour d'eux une vision de forme, de couleurs, de lumière et d'ombre; les faire s'arrêter, l'espace d'un regard, d'un soupir, d'un sourire, tel est le but, difficile et fuyant, et qui n'est donné qu'à bien peu d'entre nous d'atteindre. Mais quelquefois, par l'effet de la grâce et du mérite, même cette tâche-là peut être accomplie. Et lorsqu'elle est accomplie, - ô merveille! - toute la vérité de la vie s'y trouve: un moment de vision, un soupir, un sourire et le retour à un éternel repos.


Joseph Conrad
in " Le Nègre du Narcisse "


 Commentaires [0]  


[5 - Mar - 08 @ 22:40]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Tout le monde veut comprendre la peinture. Pourquoi n'essaie-t-on pas de comprendre le chant des oiseaux ? Pourquoi aime-t-on une nuit, une fleur, tout ce qui entoure l'homme, sans chercher à les comprendre ? Tandis que pour la peinture on veut comprendre.
Qu'on comprenne surtout que l'artiste œuvre par nécessité...


Pablo Picasso
in " Conversations avec Picasso " par Christian Zervos (1935)


Flashlight: Femme

 Commentaires [0]  


Pureté [4 - Mar - 08 @ 11:58]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Je n'oublierai jamais le merveilleux calme qui planait sur la terre et l'eau. L'eau profonde et diaphane reposait au pied de la falaise toute chaude de soleil, comme une grande vasque de verre et tandis que la quille de notre bateau creusait son sillon, j'attendais presque le bruit du verre fendu et se brisant en mille morceaux... Et combien la couleur et le son ressortaient dans l'air limpide ! Les rochers couleur de mousse se reflétaient sans la moindre fêlure dans l'eau cristalline d'une teinte sombre... Je n'ai jamais rien vu qui rappelât une certaine pureté se trouvant dans l'air de Cragthorpe, cette légèreté, cet éclat, cette crudité qui permet à chaque élément du paysage d'affirmer sa réalité propre. La vue se présente toujours plus ou moins comme un tableau auquel manquerait une dernière opération, celle qui ramène tout à l'unité.


Henry James
in " A Landscape Painter "- 1866 -



Tableau de Fitz Hugh Lane (1804-1865) Ecole Luministe

 Commentaires [0]  


Le pont [2 - Mar - 08 @ 19:13]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Nous cherchons toujours à jeter un pont entre ce qui est et ce qui devrait être; et par là donnons naissance à un état de contradiction et de conflit où se perdent toutes nos énergies.


Krishnamurti


 Commentaires [0]  


Ce beau soir... [1 - Mar - 08 @ 10:55]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Oui, même si l'humanité est détruite, si notre race est anéantie comme Sodome, il suffit qu'il y ait ce beau soir sur la terre et les arbres illuminés...
Ce qui l'anime est tout entier ici et ne peut jamais se perdre. Après tout, qu'est-ce que l'humanité sinon une expansion de l'incompréhensible ?


D.H. Lawrence


 Commentaires [0]  


Fusion [17 - Feb - 08 @ 22:37]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le Lakota était empli de compassion et d'amour pour la nature. Il aimait la terre et toutes les choses de la terre, et son attachement grandissait avec l'âge. Les vieillards étaient - littéralement - épris du sol et ne s'asseyaient ni ne se reposaient à même la terre sans le sentiment de s'approcher des forces maternelles. La terre était douce sous la peau et ils aimaient à ôter leurs mocassins et à marcher pieds nus sur la terre sacrée. Leurs tipis s'élevaient sur cette terre dont leurs autels étaient faits.
L'oiseau qui volait dans les airs venait s'y reposer et la terre portait, sans défaillance, tout ce qui vivait et poussait. Le sol apaisait, fortifiait, lavait et guérissait.
C'est pourquoi les vieux Indiens se tenaient à même le sol plutôt que de rester séparés des forces de la vie. S'asseoir ou s'allonger ainsi leur permettait de penser plus profondément, de sentir plus vivement; ils contemplaient alors avec une plus grande clarté les mystères de la vie et ils se sentaient plus proches de toutes les forces vivantes qui les entouraient.


Luther Standing Bear
In " Pieds nus sur la Terre sacrée "


Last Horse

 Commentaires [0]  


La Jérusalem Céleste [13 - Feb - 08 @ 15:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Il faut qu'en nous s'accomplissent spirituellement les rites dont ces murailles ont été l'objet matériellement. Ce que les évêques ont fait dans cet édifice, c'est ce que Jésus-Christ, le Pontife des biens futurs, opère chaque jour en nous de façon invisible... Nous entrerons dans la maison que la main de l'homme n'a pas élevée, dans l'éternelle demeure des cieux. Elle se bâtit avec des pierres vivantes, qui sont les anges et les hommes.


Saint Bernard


 Commentaires [0]  


Limites [11 - Feb - 08 @ 23:47]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« Dieu n’est pas la limite de l’homme, mais la limite de l’homme est divine. Autrement dit, l’homme est divin dans l’expérience de ses limites. »


Georges Bataille
in " Le coupable "


 Commentaires [0]  


Simplicité [10 - Feb - 08 @ 16:56]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Par le symbole, les mondes communiquent entre eux. Il nous permet de passer d'un plan à l'autre, en constatant que la même unité règne partout et toujours. A sa naissance, l'homme reçoit les semences de toutes les vies possibles. A lui de choisir celle qu'il développera en lui. Il peut demeurer un végétal, un animal; il peut rester l'homme nu prisonnier des feuillages, comme on le voit sur de nombreux chapiteaux.
Mais ce n'est pas là sa véritable vocation. Comme le souhaitait le Moyen Age, l'homme se doit de faire disparaître l'écran opaque qui le sépare de la lumière divine. S'il le désire, il a la possibilité de devenir transparent, de ne plus croire à l'existence d'un monde matériel qui constituerait une barrière infranchissable entre le visible et l'invisible. C'est notre manière de voir les choses qui constitue cette barrière; en entrant dans la cathédrale, en nous plaçant au centre de nous-mêmes, nous nous mettons en accord avec quelque chose qui nous dépasse. Nous avons le sentiment juste de franchir une frontière, de devenir authentique.
L'homme qui, sur un chapiteau de Vezelay, tient devant lui un globe transparent qui lui permet de contempler le dangereux basilic sans danger, a atteint la transparence indispensable pour voir toutes choses telles qu'elles sont. Cet état spirituel correspond à ce que de nombreuses traditions nomment la simplicité, qui n'est pas à confondre avec une quelconque naïveté. L'homme simple est celui qui a réalisé l'unité avec lui-même et avec le monde extérieur. IL est"simple en esprit", "pauvre en esprit", parce que son désir de percevoir la Sagesse lui donne la possibilité de la découvrir en toutes choses.


Christian Jacq
in " Le message des constructeurs de cathédrales "


 Commentaires [0]  


Déracinement [9 - Feb - 08 @ 15:41]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
La création poétique est d’abord une violence faite au langage. Son premier acte est de déraciner les mots. Le poète les soustrait à leurs connexions et à leurs emplois habituels.


Octavio Paz
in " L’Arc et la Lyre "


 Commentaires [1]  


L'assommoir [5 - Feb - 08 @ 17:23]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Dans mon tableau de Café de nuit, j’ai cherché à exprimer que le café est un endroit où l’on peut se ruiner, devenir fou, commettre des crimes. Enfin j’ai cherché par des contrastes de rose tendre et de rouge sang et lie-de-vin, de doux vert Louis XV, et Véronèse, contrastant avec les verts-jaunes et les verts-blancs durs, tout cela dans une atmosphère de fournaise infernale, de soufre pâle, à exprimer comme la puissance des ténèbres d’un assommoir.
Et toutefois sous une apparence de gaieté japonaise et la bonhomie du Tartarin…

Van Gogh
in " Lettre du 8 septembre 1888 "


Détail du tableau "Café de nuit"

 Commentaires [0]  


Scission [4 - Feb - 08 @ 13:13]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 

Un bougeoir sur une chaise, un fauteuil de paille verte tressée,
Un livre sur le fauteuil,
Et voilà le drame éclairé.
Qui va entrer ?
Sera-ce Gauguin ou un autre fantôme ?
Le bougeoir allumé sur le fauteuil de paille indique, paraît-il, la ligne de démarcation lumineuse qui sépare les deux individualités antagonistes de Van Gogh et de Gauguin.
L’objet esthétique de leur dispute n’offrirait, si on le racontait, pas grand intérêt peut-être, mais il devait indiquer entre les deux natures de Van Gogh et de Gauguin une scission humaine de fond.
Je crois que Gauguin pensait que l’artiste doit rechercher le symbole, le mythe, agrandir les choses de la vie jusqu’au mythe,
alors que Van Gogh pensait qu’il faut savoir déduire le mythe des choses les plus terre-à-terre de la vie.
En quoi je pense, moi, qu’il avait foutrement raison.
Car la réalité est terriblement supérieure à toute histoire, à toute fable, à toute divinité, à toute surréalité.
Il suffit d’avoir le génie de savoir l’interpréter.
Ce qu’aucun peintre avant le pauvre Van Gogh n’avait fait,
ce qu’aucun peintre ne fera plus après lui,
car je crois que cette fois-ci,
aujourd’hui même,
maintenant,
en ce mois de février 1947,
c’est la réalité même,
le mythe de la réalité même, la réalité mythique elle-même, qui est en train de s’incorporer.
Ainsi, nul depuis Van Gogh n’aura su remuer la grande cymbale, le timbre supra-humain, perpétuellement supra-humain suivant l’ordre refoulé duquel les objets de la vie réelle sonnent,
lorsqu’on a su avoir l’oreille assez ouverte pour comprendre la levée de leur mascaret.
C’est ainsi que la lumière du bougeoir sonne, que la lumière du bougeoir allumé sur le fauteuil de paille verte sonne comme la respiration d’un corps aimant devant le corps d’un malade endormi.
Elle sonne comme une étrange critique, un profond et surprenant jugement dont il semble bien que Van Gogh puisse nous permettre de présumer la sentence plus tard, beaucoup plus tard, au jour où la lumière violette du fauteuil de paille aura achevé de submerger le tableau.
Et on ne peut pas ne pas remarquer cette coupure de lumière lilas qui mange les barreaux du grand fauteuil torve, du vieux fauteuil écarquillé de paille verte, bien qu’on ne puisse pas tout de suite la remarquer.
Car le foyer en est comme placé ailleurs et sa source étrangement obscure, comme un secret dont le seul Van Gogh aurait, sur lui-même, gardé la clef.

Antonin Artaud
in " Van Gogh, le suicidé de la société "


 Commentaires [0]  


Mélusine [1 - Feb - 08 @ 18:38]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Mélusine au dessous du buste se dore de tous les reflets du soleil sur le feuillage d'automne. Les serpents de ses jambes dansent en mesure au tambourin, les poissons de ses jambes plongent et leurs têtes reparaissent ailleurs comme suspendues aux paroles de ce saint qui les prêchait dans les myosotis, les oiseaux de ses jambes relèvent sur elle le filet aérien. Mélusine à demi reprise par la vie panique, Mélusine aux attaches inférieures de pierrailles ou d'herbes aquatiques ou de duvet de nid, c'est elle que j'invoque, je ne vois qu'elle qui puisse rédimer cette époque sauvage...


André Breton
in " Arcane 17 "


 Commentaires [0]  


Le Feu [26 - Jan - 08 @ 18:58]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Un jour, nous aurons maîtrisé les vagues, les marées et la pesanteur, nous exploiterons l'énergie de l'amour.
Alors, pour la seconde fois dans l'histoire du monde, l'homme aura découvert le feu.


Pierre Teilhard de Chardin


 Commentaires [0]  


L'espoir [25 - Jan - 08 @ 15:52]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
L'espoir porte un costume de plumes, se perche dans l'âme et inlassablement chante un air sans paroles; mais c'est dans la tempête que son chant est le plus doux.


Emily Dickinson (1830-1886)


Espoir 2 de Gustav Klimt

 Commentaires [0]  


Fraternité [24 - Jan - 08 @ 18:29]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Quand vraiment nous souviendrons-nous que nous sommes tous unis les uns aux autres, que nous sommes tous les membres d'un seul corps ?
Tant que l'esprit d'amour pour autrui, quelle que soit sa race, la couleur de sa peau ou ses croyances, ne remplira pas le monde, faisant de la fraternité humaine une réalité dans nos vies et dans nos actes, tant que tous les hommes ne se sentiront pas responsables du bien-être de tous les autres, la justice sociale ne pourra pas exister.


Helen Keller


Bayanihan de Carlos "Botong" Francisco

 Commentaires [0]  


Vous êtes... [23 - Jan - 08 @ 18:16]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Vous êtes tout ce qui est, vos pensées, votre vie, vos rêves sont vrais.
Vous êtes tout ce que vous choisissez d'être.
Vous êtes sans limites comme l'univers sans fin.


Shad Helmstetter



Samy Thiebault
http://samythiebault.free.fr/

 Commentaires [0]  


Sol Invictus [22 - Jan - 08 @ 17:43]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Dans la profondeur de l'hiver, j'ai finalement appris qu'il y avait en moi un soleil invincible.

Albert Camus


 Commentaires [0]  


Ad'dahma [21 - Jan - 08 @ 18:43]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
..L'Ecrasante...Elevée graduellement vers le promontoire abrupt qui surplombe la contrée des Hauts Plateaux couverts de forêts, au sol et au sous-sol en émoi depuis les prospections romaines et les convois de blé acheminés par les Gênois pour finir impayés dans les silos du Directoire, Constantine était implantée dans son site monumental, dont elle se détachait encore par ses lumières pâlissantes, serrées comme des guêpes prêtes à décoller des alvéoles du rocher sans attendre l'ordre solaire qui téléguide leur vol ausitôt dissipé,- insoupçonnable promontoire en son repaire végétal, nid de guêpes désertique et grouillant, enfoui dans la structure du terrain, avec ses tuiles, ses catacombes, son aqueduc, ses loges, ses gradins, son ombre d'amphithéâtre de toutes parts ouvert et barricadé,- le roc, l'énorme roc trois fois éventré par le torrent infatigable qui s'enfonçait en battements sonores, creusant obstinément le triple enfer de sa force perdue, hors de son lit toujours défait, sans assez de longévité pour parvenir à son sépulcre de blocs bouleversés : cimetière en déroute où le torrent n'était jamais venu rendre l'âme, ranimé bien plus haut en cascades inextinguibles, sombrées à flanc d'entonnoir, seules visibles des deux ponts jetés sur le Koudia, du ravin où l'oued n'était plus qu'un bruit de chute répercuté dans la succession des gouffres, bruit d'eaux sauvages que ne contenait nulle chaudière et nul bassin, bruissement sourd sans fin, sans origine, couvrant le grondement acharné de la machine dont la vitesse décroissait cependant, traversant des restes de verdure, prairies encore interdites au cheptel, irradiées sous la légère croûte de gel, fourrés de figuiers nus et difformes, de caroubiers, de ceps en désuétude, d'orangeraies rectilignes, détachements de grenadiers, d'acacias, de noyers, ravines de néfliers et de chênes jusqu'aux approches du chaos brumeux et massif,- le roc, sa solitude assiégée par la broussaille, l'énorme roc et l'hiver finissant dans ses replis âpres et irrités...Sidi Mabrouk..


Kateb Yacine
in " Nedjma "


 Commentaires [2]  


Fumées [19 - Jan - 08 @ 14:19]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 ...tandis que tous deux, silencieux, immobiles, regardaient s'élever lentement la fumée de leurs pipes. Le nuage tantôt se défaisait dans un souffle de vent, tantôt demeurait en suspens entre eux; et la réponse tenait dans ce nuage. Quand le souffle emportait la fumée, Marco pensait aux vapeurs qui couvrent l'étendue marine ou les chaînes de montagnes, et qui, lorsqu'elles s'éclaircissent, laissent un air sec, diaphane, révélant des villes lointaines. C'était au-delà de l'écran d'humeurs volatiles que son regard voulait atteindre: la forme des choses se distingue mieux de très loin.
Ou bien, le nuage s'arrêtant à peine sorti des lèvres, dense, presque immobile, renvoyait à une vision d'un autre genre: les exhalaisons qui stagnent par-dessus les toits des métropoles, l'opaque fumée qui ne se défait pas, la chape pourrie qui pèse sur les rues bitumeuses. Ce ne sont pas brumes fragiles de mémoire ni sécheresse transparente, mais la suie des vies brûlées formant croûte sur les villes, l'éponge gonflée de matière vivante qui ne circule plus, l'engorgement du passé, du présent et de l'avenir qui bloque des existences calcifiées dans une illusion de mouvement: c'est ce que tu trouvais au terme du voyage.


Italo Calvino
In " Les villes invisibles "


 Commentaires [0]  


La Poésie....suite [11 - Jan - 08 @ 17:21]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
...Les écrivains qui ont recours à leurs doigts pour savoir s'ils ont leur compte de pieds ne sont pas des poètes: ce sont des dactylographes. Le vers est musique; le vers sans musique est littérature. Le poème en prose c'est de la prose poétique. Le vers libre n'est plus le vers puisque le propre du vers est de n'être point libre. La syntaxe du vers est une syntaxe harmonique - toutes licences comprises. Il n'y a point de fautes d'harmonie en art; il n'y a que des fautes de goût. L'harmonie peut s'apprendre à l'école. Le goût est le sourire de l'âme; il y a des âmes qui ont un vilain rictus, c'est ce qui fait le mauvais goût. Le Concerto de Bela Bartok vaut celui de Beethoven. Qu'importe si l'alexandrin de Bartok a les pieds mal chaussés, puisqu'il nous traîne dans les étoiles! La Lumière d'où qu'elle vienne EST la Lumière...

...La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. Toute poésie destinée à n'être que lue et enfermée dans sa typographie n'est pas finie; elle ne prend son sexe qu'avec la corde vocale tout comme le violon prend le sien avec l'archet qui le touche. Il faut que l'oeil écoute le chant de l'imprimerie, il faut qu'il en soit de la poésie lue comme de la lecture des sous-titres sur une bande filmée: le vers écrit ne doit être que la version originale d'une photographie, d'un tableau, d'une sculpture.

Léo Ferré
in " Préface de "Poète... vos papiers!", 1956 "


 Commentaires [1]  


Réalité [10 - Jan - 08 @ 17:07]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
La poésie est ce qu'il y a de plus réel;
c'est ce qui n'est complètement vrai que dans un autre monde.

Charles Baudelaire
in " Puisque réalisme il y a "


 Commentaires [1]  


Le Signe [9 - Jan - 08 @ 17:28]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le signe incontestable du grand poète, c'est l'inconscience prophétique, la troublante faculté de proférer par-dessus les hommes et le temps, des paroles inouïes dont il ignore lui-même la portée.

Léon Bloy


 Commentaires [1]  


Mortefontaine [1 - Jan - 08 @ 02:45]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Après mes excursions, j'invite la nature à venir passer quelques jours chez moi; c'est alors que commence ma folie; le pinceau à la main, je cherche des noisettes dans les bois de mon atelier, j'y entends chanter les oiseaux, les arbres frissonner sous le vent, j'y vois couler ruisseaux et rivières chargés de mille reflets du ciel et de la terre, le soleil se couche et se lève chez moi.


Camille Corot
In " Souvenir de Mortefontaine "


 Commentaires [0]  


Repentir [10 - Dec - 07 @ 23:28]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"L'homme ordinaire se repent de ses péchés :
Les élus se repentent de leur négligence."

Dhu'l-Nun Misri


 Commentaires [1]  


Eternité [9 - Dec - 07 @ 12:05]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" Homme, si tu veux exprimer l’essence de l’Éternité, il te faut d’abord renoncer au langage."


Angélus Silesius
in " Le Voyageur Chérubinique "


 Commentaires [1]  


Poésie [8 - Dec - 07 @ 21:58]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Toute poésie est un voile étendu sur la pointe de quelques mots. Ces mots-là brillent comme des étoiles. C'est à cause d'eux qu'une poésie existe..."



Alexandre Blok
in " Lettre du 21 décembre 1906 "


 Commentaires [1]  


Dehors [2 - Dec - 07 @ 11:12]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"La poésie chuchote le lieu. Mais l'arbre aussi. L'insecte. Le caillou. Le nuage. L'eau. Le feu. L'abeille et le pollen. Tous chuchotent les uns dans les autres et continuent de pleurer, de se croire seuls, séparés, abandonnés, jusqu'au moment où le lieu à nouveau les traverse, puis se traverse lui-même. Genèse et apocalypse se sourient. Dehors les chiens, les sorciers, les impurs, les assassins, les idolâtres et celui qui s'est plu, un jour, à créer le Ciel et la Terre! Dehors celui qui dedans se tait puis tout à coup s'exclame et parle à notre place par notre bouche. Dehors celui qui se trompe pour aimer l'homme dans son erreur et toute présence dans son envers. Dehors enfin tout le dedans et sa Toute Splendeur de vacuité."


Dominique Sampiero
in " Celui qui dit les mots avec sa bouche "


 Commentaires [0]  


Murmure [1 - Dec - 07 @ 14:16]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" Nous n'appelons, nous n'invoquons, n'attendons jamais que nous-mêmes dont nous sommes séparés par le cri ou le murmure que nous émettons en nous approchant. "


Richard Millet
in " Le sentiment de la langue "


 Commentaires [3]  


Misère [25 - Nov - 07 @ 00:03]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
A quelle extrémité de misère faut-il se trouver acculé pour que, sur les mains, le visage, les yeux, les gestes, le corps sublimé, l'âme, évidemment se voie, comme issue de tous les membres, eux-mêmes évanouis ?


R. Guariento ( mort en 1378 )


 Commentaires [0]  


Keats [21 - Nov - 07 @ 14:24]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Ici repose celui dont le nom était écrit dans l'eau


épitaphe de John Keats


 Commentaires [0]  


mémoire de sable [15 - Nov - 07 @ 11:01]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" Le livre est le peu de sable fin pris, un jour, au désert et restitué quelques pas plus loin."


Edmond Jabès


 Commentaires [0]  


Vous aimerez... [10 - Nov - 07 @ 15:09]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Huit années après sa genèse, Gianni Joseph revisite avec le temps de la maturité l’un de ses premiers solos, né de son parcours riche de rencontres avec différents chorégraphes et de la nécessité d’une mise à distance de ces expériences.
Tel un derviche, il s’enivre du mouvement, des "slows motions" et cherche en son centre ses propres points d’ancrages et de mutation.
Comme un deuxième souffle, Hors saison devient un solo pour un Homme qui se fraye un passage dans chaque état de l’existence.
A chaque état, une gamme de couleurs : noirs capiteux, blancs cuisants, rouges divins…
A chaque état une gamme de gestes : de la puissance d’une simple présence à la décharge d’énergie, de la désarticulation à la restructuration, du cercle des volutes à l’élévation.
Lumières, claires de lunes au "passant" des nuages et ambiances de transe sonores nous confondent dans un quotidien de saisons perturbées.
L’obscurité se fond avec la lumière, l’ombre avec son sujet, la mort avec la vie.

A la fois ode à la force de l’humanité et à la puissance terrienne de l’Homme, plainte sur la difficulté d’exister, entre bourreau et victime, Hors saison trouve son ultime issue dans un aria qui chante
la joie d’être un Homme entre terre et ciel.

In site de la Compagnie Gianni Joseph



Photo Patrick André
http://www.ciegiannijoseph.com/

 Commentaires [1]  


Androgyne [29 - Oct - 07 @ 19:32]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« Je rêve d’un monde androgyne, chacun son sexe, bien entendu, je parle de l’androgynie de l’esprit et des cœurs, chacun en l’autre se reconnaîtrait, l’étranger deviendrait familier, comme il arrive quand une mère porte son enfant, en elle il y a l’Autre, mais pour elle, c’est le soi. »


Madeleine Gagnon
, in " Les femmes et la Guerre ".


 Commentaires [2]  


L'aveugle [20 - Oct - 07 @ 11:35]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
- Est-ce que vraiment, disait-elle, la terre est aussi belle que le racontent les oiseaux ? Pourquoi ne le dit-on pas davantage ? Pourquoi, vous, ne me le dîtes-vous pas ? Est-ce par crainte de me peiner en songeant que je ne puis la voir ? Vous auriez tort. J'écoute si bien les oiseaux; je crois que je comprends tout ce qu'ils disent.
- Ceux qui peuvent y voir ne les entendent pas si bien que toi, ma Gertrude, lui dis-je en espérant la consoler.
- Pourquoi les autres animaux ne chantent-ils pas ? reprit-elle.
Parfois ses questions me surprenaient et je demeurais un instant perplexe, car elle me forçait de réfléchir à ce que jusqu'alors j'avais accepté sans m'en étonner. C'est ainsi que je considérai, pour la première fois, que, plus l'animal est attaché de près à la terre et plus il est pesant, plus il est triste. C'est ce que je tâchai de lui faire comprendre; et je lui parlai de l'écureuil et de ses jeux.
Elle me demanda alors si les oiseaux étaient les seuls animaux qui volaient.
- Il y a aussi les papillons, lui dis-je.
- Est-ce qu'ils chantent ?
- Ils ont une autre façon de raconter leur joie,repris-je. Elle est inscrite en couleurs sur leurs ailes... Et je lui décrivis la bigarrure des papillons.


André Gide
in " La symphonie pastorale "


 Commentaires [0]  


Quotidienneté [16 - Oct - 07 @ 13:53]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Un monde qui ne s'indigne plus de rien est un monde que la dignité n'intéresse plus.


Bertrand Vergely


Enfant de Tananarive récupérant des déchets

 Commentaires [7]  


(dés)agrégation [14 - Oct - 07 @ 11:16]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Les Grecs ne se représentent pas correctement la naissance et la mort : rien ne se crée, rien ne se perd, mais tout se mélange et se dissocie à partir de ce qui est. Ainsi appellerait-on correctement agrégation la naissance et désagrégation la mort."


Anaxagore
in " Physique"- Livre premier.


 Commentaires [1]  


Changer [12 - Oct - 07 @ 15:15]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Vous devez être le changement que vous souhaitez voir dans le monde.


Gandhi


 Commentaires [3]  


Tourbillon [9 - Oct - 07 @ 19:02]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
De temps en temps, la réalité se déplie devant toi, va n'importe où, dans toutes les directions, jusqu'au bout des gris et des rouges appuyés les uns contre les autres, petites nostalgies de la langue, en carrés, en rectangles, qui tournoient, portées par un souffle dont l'ocre, à l'improviste, rapproche la terre et les anges; dissonante, la réalité, jusqu'à la périphérie de la confidence ou du vide pendant que la nuit monte très haut. Il faudra sans doute que, patiemment, tu continues à regarder "passer le ciel".


Denise Desautels
in " Tout ce bleu "


 Commentaires [0]  


New York [4 - Oct - 07 @ 10:27]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Ca s'étire : les longues jambes jusqu'à l'océan, les bras vers le ciel. Un corps, une ville, une étrange composition totalement imaginée par l'homme blanc. Le peau-rouge lui vendit pour vingt-cinq dollars cette boue, ces collines, ce fleuve. Etrange transaction si l'on sait que pour un indien la terre ne nous appartient pas. Seulement prêtée le temps d'une vie et ainsi de génération en génération. L'homme noir, ce fut une autre histoire. Le vent se glisse entre les tours, avec fracas. Il raconte : New-York is black, New-York is red, New-York is yellow."


Jeanine Baude
in " Le Chant de Manhattan "


 Commentaires [0]  


Simulacre [27 - Sep - 07 @ 19:24]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le simulacre implique de grandes dimensions, des profondeurs et des distances que l'observateur ne peut pas dominer. C'est parce qu'il ne les domine pas qu'il éprouve une impression de ressemblance. Le simulacre inclut en soi le point de vue différentiel; l'observateur fait partie du simulacre lui-même, qui se transforme et se déforme avec son point de vue…


Gilles Deleuze
in " Logique du Sens "


Pastel de Julian Beever
http://users.skynet.be/J.Beever/pave.htm

 Commentaires [0]  


Passage [20 - Sep - 07 @ 23:37]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Si la vie n'est qu'un passage, sur ce passage au moins semons des fleurs.


Montaigne


composition de Mireille
collage fibres de noix de coco

 Commentaires [1]  


Oubli [18 - Sep - 07 @ 00:18]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Chaque fois que tu oublies, c'est la mort que tu te rappelles en oubliant.


Maurice Blanchot
in " L'attente, l'oubli "


 Commentaires [0]  


Ephémère [12 - Sep - 07 @ 17:55]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"Celui qui a été ne peut plus désormais ne pas avoir été : désormais ce fait mystérieux et profondément obscur d'avoir été est son viatique pour l'éternité."


Vladimir Jankélévitch


 Commentaires [0]  


Conversion [8 - Sep - 07 @ 23:51]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Devant l'éclair -
sublime est celui
qui ne sait rien !

Bashô


 Commentaires [0]  


Que la lumière soit avec vous... [13 - Jul - 07 @ 01:06]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Quelques instants d'absence...
Une porte du temps s'ouvre à moi et je profite du sommeil des gardiens pour la franchir. Promis ! Je vous ramènerai début septembre des brassées de mots, de parfums, de couleurs...
Que la chaleur de vos coeurs embrase l'horizon.

G.H.


 Commentaires [2]  


Souvenir [28 - Jun - 07 @ 12:05]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Sous l’effet de cette inflation d’expériences qui l’a nourrie et déformée, la vie d’un humain parvenu à l’âge adulte réagit spontanément à n’importe quoi, tout lui faisant penser à tout, chaque image en réveillant une autre, chaque pressentiment ressuscitant une intuition passée, chaque passant rappelant quelqu’un. C’est ainsi que chaque seconde de vacuité s’emplit instantanément d’une foule de gens et de choses dont la présence est d’autant plus prégnante qu’elle demeure invisible. Une multitude oppressante déteint sur tout ce qui se voit et tend progressivement à se laisser dissoudre. Rien ne peut durer dans sa réalité propre, aussitôt tiré vers un avenir tout encombré de passé. L’instant que je crois vivre n’est déjà plus que de la mémoire en suspens ; son existence véritable est différée jusqu’au moment de sa résurrection sous forme et statut de souvenir.
Gare de Lyon, le 8 juin 1994.

Gil Jouanard
in " C'est la vie "



 Commentaires [0]  


Le Moi [4 - Jun - 07 @ 19:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Si tu n’as pas vu le diable, regarde ton propre moi.


Roûmi


 Commentaires [0]  


Solitude [2 - Jun - 07 @ 18:15]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
La solitude est un jardin sans fleur où l'âme se dessèche, les fleurs qui y poussent n'y ont pas de parfum.


Marc Levy


 Commentaires [1]  


Justice [30 - May - 07 @ 15:24]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
C'est seulement dans la mesure où l'homme épris de vérité nourrit également la volonté inconditionnelle d'être juste, qu'il y a quelque chose de grand dans cette soif de vérité que l'on glorifie partout si inconsidérément.


Nietzsche
in " La Seconde Considération inactuelle "


 Commentaires [0]  


Silence [29 - May - 07 @ 14:52]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
" Mais j'imagine le silence de certaines âmes comme d'immenses lieux d'asile. Les pauvres pécheurs, à bout de forces, y entrent à tâtons, s'y endorment, et repartent consolés sans garder aucun souvenir du grand temple invisible où ils ont déposé un moment leur fardeau. "


Georges Bernanos
in " Journal d'un curé de campagne "

 Commentaires [0]  


Effet du temps [27 - May - 07 @ 09:54]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« Un jour, je ne sais pas pourquoi,
Mais sait-on jamais pourquoi,
Je suis devenu un arbre. »


Georges Ribemont-Dessaignes

in " Le règne végétal "


 Commentaires [2]  


Que fait Gandhi ? [23 - May - 07 @ 23:24]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Les anciens systèmes de yoga n'ont pu harmoniser ni unifier la vie matérielle et la vie spirituelle; ils ont rejeté le monde, le considérant comme une illusion (mâyâ ), ou un jeu transitoire, ce qui a entraîné, par suite d'un déclin de sa force de vie, la dégénérescence de l'Inde.
"Ces peuples périraient si je n'accomplissais les oeuvres ", dit la Gîtâ.
Et " ces peuples " de l'Inde sont réellement tombés en décadence. Quelques sannyâsîs, quelques sâdhus renonçant au monde atteignent bien la réalisation et la libération; quelques bhakta dansent dans une extase d'amour, ne pouvant contenir le flot de la félicité, mais pendant ce temps une race tout entière, amorphe et abêtie, est plongée dans une profonde inertie; peut-on appeler cela une réalisation spirituelle ?


Sri Aurobindo
in " Lettre à Bârin "- avril 1920


 Commentaires [0]  


Regard [16 - May - 07 @ 14:57]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le grand courage, c'est encore de tenir les yeux ouverts sur la lumière comme sur la mort.


Albert Camus


 Commentaires [0]  


Ombre illusoire [14 - May - 07 @ 00:48]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« Puisque toute chose est une ombre illusoire, il est naturel que nous recherchions dans notre propre être, la vérité. Ainsi dès lors que nous reconnaissons que le monde entier ne se compose que de fausses illusions et qu’il se trouve être ‘l’ombre des ombres’, alors il ne reste, en vérité qu’une seule chose dont nous ne pouvons douter le moins du monde ; notre propre moi, c'est-à-dire notre conscience. »


Riza Tevfik
Franc Maçon, Grand Maître du Grand Orient de l’Empire Ottoman au début du XXème siècle


 Commentaires [0]  


Avenir [11 - May - 07 @ 13:30]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Nous appelons notre avenir l'ombre de lui-même que notre passé projette devant nous...

Marcel Proust


 Commentaires [0]  


Larme [10 - May - 07 @ 14:39]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Elle commença à pleurer, de cette manière qui est une manière magnifique, un secret de quelques-uns, ils pleurent seulement avec les yeux, comme des verres remplis à ras bord de tristesse, et impassibles, pendant que cette goutte de trop finit par avoir raison d'eux et glisser par-dessus bord, suivie de milliers d'autres, et ils restent là immobiles, pendant que s'écoule sur eux leur menue défaite.


Alessandro Baricco
in " Châteaux de la colère "


 Commentaires [0]  


Amour [9 - May - 07 @ 18:32]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Je ne suis pas sûr que l'on soit mieux armé qu'un autre pour apprendre à vivre. Et vivre, à mon sens, n'est rien d'autre qu'aimer ou apprendre à aimer. Rien d'autre. Ceux qui renoncent, semble-t-il, se rassurent parfois en se forgeant ailleurs d'autres règles, d'autres rites ou ces rides qui protègent et qui les rendent un temps si sérieux. Mais la mort venue, c'est l'amour donné partagé qui pèsera. Pour soi seul, dans son cœur. Tout le reste aura disparu, envolé, foutaise et vanité.


Émeric de Monteynard
in " Le petit homme qui brûlait "


 Commentaires [0]  


mémoire... [8 - May - 07 @ 18:57]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Il avait parfois le sentiment vif de ces joints mal étanches de sa vie où la coulée du temps un moment semblait fuir et où, rameutées l’une à l’autre par un même éclairage sans âge, le va-et-vient des seules images revenait battre comme une porte.

Julien Gracq
in " La Presqu'île "


 Commentaires [0]  


MAI 68.....suite... [6 - May - 07 @ 14:38]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
La violence inassouvie cherche et finit toujours par trouver une victime de rechange.


René Girard


 Commentaires [0]  


MAI 68 [5 - May - 07 @ 15:42]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 On "liquide" …et l'on s'en va !...


Rêve d'un liquidateur-et-s'en-valeur


Mais nul ne peut reprendre la part d'héritage de l'autre
nul ne peut gommer les souvenirs d'autrui.

Je suis


Nous sommes


Ils sont


Et nous nous souviendrons...

 Commentaires [0]  


Incertitude [2 - May - 07 @ 18:39]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
L'incertitude de Dieu est pareille au flux et au reflux de la mer. Elle engendre la parole par laquelle l'homme proclame sa certitude.

Jabès
in "Le livre des questions"


 Commentaires [0]  


La Vague [20 - Apr - 07 @ 21:53]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
Le monde ne parle pas, songea-t-il, mais, à certaines minutes, on dirait qu’une vague se soulève du dedans et vient battre tout près, éperdue, amoureuse, contre sa transparence, comme l’âme monte quelquefois au bord des lèvres...


Julien Gracq
in " La Presqu'île "


 Commentaires [0]  


transformation [18 - Apr - 07 @ 15:25]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
« L’existence est rare.
Nous sommes constamment,
mais nous n’existons que quelquefois,
lorsqu’un véritable évènement nous transforme ».

Henri Maldiney



 Commentaires [0]  


L'issue [11 - Apr - 07 @ 12:21]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 "J'ai commencé par le profane, et voici qu'au soir de ma vie, tout naturellement je termine par le divin. Au cours de ma carrière j'ai bataillé, je me suis heurté contre des forces qui semblaient vouloir m'arrêter. Un jour je me suis trouvé devant l'issue tant désirée. Ce n'est pas moi qui l'ai découverte, qui ai réalisé mon état d'âme, il me semble qu'une idée, qu'un idéal se sont imposés à moi."

Henri Matisse

 Commentaires [1]  


Intériorité [9 - Apr - 07 @ 15:03]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
"J’étais autrefois bien nerveux. Me voici sur une nouvelle voie : Je mets une pomme sur ma table. Puis je me mets dans cette pomme. Quelle tranquillité !"


Henri Michaux
in " Magie ", Lointain intérieur


 Commentaires [0]  


Expression [25 - Mar - 07 @ 16:24]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 « Je crois que j’ai deviné quelque chose de l’âme du plus grand des hommes et peut-être que périssent tous ceux qui le devinent. »

Nietzsche



Dans l'écriture, la syntaxe, fondatrice de tout sens, est essentiellement la pesée du muscle - du méta-muscle, dirait Réquichot : c'est au moment où il pèse (fût-ce avec la plus grande légèreté ) que le peintre devient intelligent; sans ce poids qui avance (ce que l'on appelle "tracer" ), le trait pictural (ou graphique) reste bête (le trait bête est celui que l'on fait pour ressembler ou celui que l'on fait pour ne pas ressembler : par exemple, la ligne qu'on ondule pour qu'elle ne ressemble pas à une simple droite). Ce qui fait l'écriture, en définitive, ce n'est pas le signe (abstraction analytique), mais, bien plus paradoxalement, la cursivité du discontinu (ce qui est répété est forcément discontinu). Faites un rond : vous produisez un signe; mais translatez-le, votre main restant posée à même la surface réceptrice: vous engendrez une écriture: l'écriture, c'est la main qui pèse et avance ou traîne, toujours dans le même sens, la main qui laboure en somme (d'où la métaphore rurale qui désigne l'écriture boustrophédon d'après le va-et-vient des boeufs le long du champ).

Roland Barthes
in " Réquichot et son corps "

 Commentaires [1]  


Un air de pensée... [11 - Mar - 07 @ 19:33]
   Sujet posté dans le thème: GAL

  Monsieur,

On éprouve parfois, comment dirais-je, une sorte de pudeur illusoire et fondamentalement négative à prononcer votre nom ou tout simplement vos initiales.
Donnez-moi plutôt votre nombre, votre pénombre…
Mais quelles sont, au juste, vos qualités ?
L’homme doit arriver à voir l’air dans ce qu’il pense.

Ghérasim Luca
in " Levée d'écrou "


 Commentaires [0]  


S'échapper... [2 - Mar - 07 @ 01:10]
   Sujet posté dans le thème: GAL

  La vie n’a pas de vérité intrinsèque. Pas plus qu’elle n’a de vérité extrinsèque. Elle n’a pas de vérité, un point c’est tout.
Combien de fois le désir sensuel qui frémit dans nos nerfs tremblants n’est-il qu’une atroce soif de repos, de paix, d’oubli ?
S’échapper vers l’obscurité, vers l’eau qui coule à flots, vers des villes étrangères et lointaines, au long de grandes routes mystérieuses. S’échapper vers des cathédrales médiévales, vers des bibliothèques byzantines, vers des cloitres du Haut Moyen Âge. S’échapper vers n’importe quel royaume des elfes, un pays de vapeur et de brume où le soleil est moins puissant et la lune plus puissante que chez nous, un pays où les voix humaines parlent comme dans une transe, un pays où le rivage étouffe le murmure des flots...

John Cowper Powys


 Commentaires [1]  


Magie cérémonielle [13 - Feb - 07 @ 15:26]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Les occultistes seraient assurément peu disposés à admettre que cette "magie cérémonielle", la seule qu'ils connaissent et qu'ils essaient de pratiquer, n'est qu'une magie dégénérée, et pourtant c'est ainsi; et même, sans vouloir aucunement l'assimiler à la sorcellerie, nous pourrions dire qu'elle est encore plus dégénérée que celle-ci à certains égards, quoique d'une autre façon. Expliquons-nous plus nettement là-dessus: le sorcier accomplit certains rites et prononce certaines formules, généralement sans en comprendre le sens, mais en se contentant de répéter aussi exactement que possible ce qui lui a été enseigné par ceux qui les lui ont transmis...
Et ces rites et ces formules, qui ne sont le plus souvent que des restes plus ou moins défigurés de choses très anciennes, et qui ne s'accompagnent certes d'aucune cérémonie, n'en ont pas moins, dans bien des cas, une efficacité certaine...
Par contre, l'occultiste qui fait de la "magie cérémonielle" n'en obtient généralement aucun résultat sérieux, quelque soin qu'il apporte à se conformer à une multitude de prescriptions minutieuses et compliquées, que d'ailleurs il n'a apprises que par l'étude des livres, et non point par le fait d'une transmission quelconque; il se peut qu'il arrive parfois à s'illusionner, mais c'est là une tout autre affaire; et l'on pourrait dire qu'il y a, entre les pratiques du sorcier et les siennes, la même différence qu'entre une chose vivante, fût-elle dans un état de décrépitude, et une chose morte....


René Guénon
in "Aperçus sur l'initiation"


Le sorcier de la grotte des Trois Frères

 Commentaires [1]  


Vous avez dit censure ? [9 - Feb - 07 @ 14:57]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 1° La censure est l'art de découvrir dans les oeuvres littéraires ou dramatiques, les intentions malveillantes;
2° L'idéal est d'y découvrir les intentions, même quand l'écrivain ne les a pas eues;
3° Un censeur capable doit à première vue, déterrer dans le mot "ophicléide" une injure à la morale publique;
4° La devise du censeur est "coupons, coupons, il en restera toujours trop";
5° Le censeur doit être persuadé que chaque mot d'un ouvrage contient une allusion perfide. Quand il parviendra à découvrir l'allusion, il coupera la phrase. Quand il ne la découvrira pas, il la coupera aussi, attendu que les allusions les mieux dissimulées sont les plus dangereuses...


André Gill
(Créateur du personnage d'Anastasie)
in " Journal satirique "L'Eclipse" - 19 juillet 1874


 Commentaires [2]  


Lumière [9 - Feb - 07 @ 12:59]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Je me suis occupé hier soir d'un terrain boisé un peu en pente couvert de feuilles de hêtres vermoulues et sèches. Le sol était d'un rouge-brun tantôt plus clair et tantôt plus sombre, à cause, plus encore, des ombres portées des arbres qui y jetaient des lignes, tantôt plus faibles, tantôt plus fortes, à moitié effacées.
Il s'agissait, et j'ai constaté que c'était fort difficile, d'obtenir la profondeur du coloris, l'énorme force et la fermeté de ce terrain, et pourtant ce n'est qu'en peignant que je me suis rendu seulement compte combien il y avait encore de clarté dans cette obscurité. Il s'agit de conserver la clarté, et de conserver en même temps l'ardeur et la profondeur de cette teinte riche.
Car on ne peut imaginer un tapis aussi admirable, que ce rouge-brun profond dans l'ardeur d'un soleil de crépuscule d'automne tempéré par les branches.
De ce sol surgissent de jeunes hêtres, qui prennent de la lumière d'un côté, y sont d'un vert étincelant, et le côté ombré de ces troncs est d'un vert noir chaud et puissant.
Derrière ces petits troncs, derrière ce sol brun-rouge il y a un ciel, très fin, bleu-gris, chaud, presque pas bleu, étincelant. Et en-dessous il y a un bord nébuleux de verdure et une résille de petits troncs et de fleurs jaunâtres. Quelques figures de chercheurs de bois y errent comme des masses sombres d'ombres mystérieuses...
Je te décris la nature...
J'ai bien eu de la peine à la peindre...
J'ai été frappé de voir combien ces petits troncs tiennent solidement dans le sol. Je les ai commencés au pinceau, mais à cause du sol déjà empâté - un coup de pinceau fondait comme rien, c'est alors que, pinçant le tube, j'en ai fait sortir les racines et les troncs - et je les ai quelque peu remodelés avec le pinceau...
Dans un certain sens, je suis content de ne pas avoir appris à peindre. Peut-être que j'aurais appris à laisser passer inaperçus des effets de ce genre...
Je ne sais moi-même comment je le peins...
mais pourtant je vois dans mon oeuvre un écho de ce qui m'a frappé, je vois que la nature m'a raconté quelque chose, m'a parlé, et que je l'ai noté en sténographie...


Vincent Van Gogh
in " Lettres de Vincent Van Gogh à son frère Théo "


 Commentaires [0]  


La rose de Redon [7 - Feb - 07 @ 18:12]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 En contemplant chaque toile de Maître Odilon, je voyais bien que cette rose était ardente comme l'été, piquante comme l'amour, docile comme un baiser... Mais, dis-je, il y avait encore un charme impossible à saisir, une interrogation formulée d'elle-même à ces couleurs si simplement, si enfantinement, si crûment posées que c'était de leur seule juxtaposition que naissait la subtilité, l'adresse et l'innombrable nuance.
Oui... Mais cette réponse ?
Ah ! sans doute était-elle le secret de Maître Odilon Redon. Et lui ne semblait pas s'apercevoir de mon trouble, et rêvait, son parasol sous l'aile...
Lorsque soudain...
Lorsque soudain, je fus pris de stupeur, voyant s'ouvrir les sombres lèvres d'une rose. Et avant que je ne l'eusse interrogée :
- Tu cherches le secret de son génie ? demanda-t-elle.
Et j'inclinai la tête.
- Je l'ignore et lui-même l'ignore, dit-elle.
Puis elle se tut.


Francis Jammes
in " Odilon Redon, botaniste "



La rose a tort; je sais ce que je fais.

Odilon Redon

 Commentaires [0]  


La vision de l'Univers d'Einstein [2 - Feb - 07 @ 14:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Tout ce qui pour chacun de nous constitue le passé, le présent et l'avenir, est donné en bloc et tout l'ensemble des évènements, pour nous successifs, dont est formée l'existence d'une particule matérielle, est représenté par une ligne, la ligne d'Univers de la particule...Chaque observateur, au fur et à mesure que son temps propre s'écoule, découvre, pour ainsi dire, de nouvelles tranches de l'espace-temps qui lui apparaissent comme les aspects successifs du monde matériel, bien qu'en réalité l'ensemble des évènements constituant l'espace-temps préexistent à cette connaissance.

Louis de Broglie


in " L'Oeuvre scientifique d'Albert Einstein "




 Commentaires [3]  


Redondance [24 - Jan - 07 @ 10:21]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 

Prenons une mosaïque byzantine. Voilà un type de communication classiquement redondante, qui se prête tout particulièrement à une analyse en termes d'information. Chaque petit cube de la mosaïque peut être considéré comme une unité d'information, un "bit"; la totalité de l'information est donnée par la somme de ces unités.
Or les rapports qui s'établissent entre les divers éléments d'une mosaïque traditionnelle (disons: le "Cortège de l'impératrice Théodora", à Saint-Vital de Ravenne) ne sont nullement le fait du hasard. Ils sont réglés par des lois de probabilité précises. Il existe, en premier lieu, une convention figurative, en vertu de laquelle l'oeuvre doit reproduire le corps humain et la nature. Cette convention implicite, basée sur nos schèmes perceptifs, entraîne l'oeil à réunir les cubes de mosaïque suivant le contour des corps; les limites des corps sont d'ailleurs caractérisées par leur unité chromatique. Les cubes ne se bornent pas à "suggérer" la présence d'un corps: par leur distribution hautement redondante, par une série de répétitions en chaînes, ils "insistent" sur les contours sans que subsiste aucune possibilité d'équivoque. Si un signal noir représente la pupille, une série d'autres signaux convenablement disposés réitère le message en indiquant les sourcils et les paupières; il est désormais permis d'identifier l'oeil sans ambiguïté. Ajoutons encore la représentation, symétrique, de "deux" yeux: autre élément de redondance. Car, après tout, un peintre moderne se contente parfois d'un oeil pour suggérer - avec succès - un visage vu de face.
Dans notre mosaïque les yeux vont toujours par deux, parce que certaines conventions figuratives y sont suivies à la lettre: conventions qui constituent, en termes d'information, des lois de probabilité à l'intérieur du système donné. Tout cela nous place devant un message figuratif chargé d'une signification univoque, et d'un taux d'information limité.


Umberto Eco
in "L'Oeuvre Ouverte"




 Commentaires [2]  


Pierre de foudre [1 - Jan - 07 @ 15:21]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Perceval, si les hommes se retournaient seulement une bonne fois, ils verraient se dresser derrière eux autant de Sodomes et de Gomorrhes levées de chacun de leurs pas et capables de les changer en statues de sel. C’est là ce que Montsalvage contemple, et c’est pourquoi tu trouves qu’il y fait nuit en plein jour. Tu as vu dans tes voyages de ces rochers qui gardent les pistes de bêtes fabuleuses qu’on ne voit plus nulle part. Ils étaient boue pour recevoir l’empreinte — ils se sont faits pierre pour la garder… Perceval ! quelque chose a passé ici il y a longtemps, dont Montsalvage a gardé l’empreinte, et rien n’a pu l’effacer, car Montsalvage est un lieu clos, car le temps et la vie n’y trouvent plus de prise, car Montsalvage pétrifie – et c’est ce qui fait de moi pour les passants une pierre de foudre au bord de la route, un fantôme en plein soleil, une tête de Méduse qui te fascine et que tu n’oublieras plus jamais de regarder, Perceval, parce que tu m'as vu, parce que ce que j’ai fait tu pourrais le faire, et tu l’as désiré dans ton cœur, et que tu sais maintenant que je te ressemble.


Julien Gracq
in "Le Roi Pêcheur"


 Commentaires [1]  


Survivance [26 - Dec - 06 @ 21:45]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 ...Chaque parcelle de cette terre est sacrée pour mon peuple. Chaque aiguille de pin luisant, chaque rive sableuse, chaque lambeau de brume dans les bois sombres, chaque clairière et chaque bourdonnement d'insecte est sacré dans le souvenir et l'expérience de mon peuple. La sève qui coule dans les arbres transporte les souvenirs de l'homme rouge.

Les morts des hommes blancs oublient le pays de leur naissance lorsqu'ils vont se promener parmi les étoiles. Nos morts n'oublient jamais cette terre magnifique, car elle est la mère de l'homme rouge. Nous sommes une partie de la terre, et elle fait partie de nous. Les fleurs parfumées sont nos sœurs; le cerf, le cheval, le grand aigle, ce sont nos frères. Les crêtes rocheuses, les sucs dans les prés, la chaleur du poney, et l'homme - tous appartiennent à la même famille.
...
Cette eau scintillante qui coule dans les ruisseaux et les rivières n'est pas seulement de l'eau mais le sang de nos ancêtres. Si nous vous vendons de la terre, vous devez vous rappeler qu'elle est sacrée et que chaque reflet spectral dans l'eau claire des lacs parle d'événements et de souvenirs de la vie de mon peuple. Le murmure de l'eau est la voix du père de mon père.


Extraits de la Déclaration de Chief Seattle à Grover Cleveland - 1854


 Commentaires [0]  


Mouvance [6 - Dec - 06 @ 15:10]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 
La vie ne dispense pas seulement de beaux et merveilleux souvenirs. Je la vois comme la surface de l'eau d'un fleuve qui monte et qui descend selon la marée, et qui change d'aspect suivant les intempéries.


Ly Thu Ho (in " Printemps inachevé " )


 Commentaires [3]  


Le Surmoi [5 - Dec - 06 @ 13:54]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 "Il a l'air d'avoir bon caractère, pensa Alice; pourtant il avait de très longues griffes et beaucoup de dents, et elle estima qu'il valait mieux le traiter avec respect."

Lewis Carroll


 Commentaires [0]  


Renaissance [3 - Dec - 06 @ 11:48]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 " Les Egyptiens sont les premiers à avoir énoncé cette doctrine que l'âme de l'homme est immortelle; que, lorsque le corps périt, elle entre dans un autre animal qui, à son tour, est naissant; qu'après avoir parcouru tous les êtres de la terre, de la mer et de l'air, elle entre de nouveau dans le corps d'un homme naissant; que ce circuit s'accomplit pour elle en trois mille ans. Il est des Grecs qui, ceux-ci plus tôt, ceux-là plus tard, ont professé cette doctrine comme si elle leur appartenait en propre; je sais leurs noms, je ne les écris pas."

Hérodote II-123



« Âne. Ne sois pas aussi fier, Micco, et souviens-toi que ton Pythagore enseigne qu’il ne faut rien mépriser de ce qui se trouve au sein de la nature. Bien que j’aie à présent la forme d’un âne, j’ai pu, ou je pourrai bientôt me trouver sous la forme d’un grand homme ; et toi, bien que tu sois un homme, tu as pu, ou tu pourras bientôt être un grand âne, si le juge opportun celui qui dispense les aptitudes, attribue les places et dispose des âmes qui transmigrent ».

Giordano Bruno (in " La Cabale du cheval pégaséen " )

 Commentaires [3]  


Guide pour une défunte [1 - Dec - 06 @ 15:42]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Tu trouveras, à la gauche des demeures d'Hadès, une source et, se dressant auprès, un cyprès blanc. De cette source ne t'approche pas trop près. Mais tu en trouveras une autre, qui vient du lac de Mémoire, et qui laisse couler une eau fraîche. Des gardiens se trouvent devant elle. Dis:"Je suis enfant de la terre et du ciel étoilé, mais ma race est céleste, vous le savez, vous aussi. Mais je suis desséchée de soif et je me meurs. Ah! donnez-moi vite de l'eau fraîche qui coule du lac de Mémoire." Et ils te donneront à boire de l'eau de la source divine, et ensuite, avec les autres héros, tu régneras.

Lamelle d'or de Pételia - IVème siècle A.C.


 Commentaires [0]  


Olympia [28 - Nov - 06 @ 17:08]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 C'est toujours par ce qu'elle contient de vérité qu'une oeuvre nouvelle choque ses contemporains.
C'est toujours et seulement pour ce qu'elle aura contenu de vérité que cette oeuvre est appelée à subsister dans l'avenir.


Henri Bataille
(in " Préface de La marche Nuptiale " )



Seul Emile Zola, âgé de 26 ans et encore inconnu du public, osa prendre dans l'Evénement Gaulois, sous le pseudonyme de M. Claude, la défense de Manet, dont l'Olympia avait déchaîné l'opinion.
Brune rousse d'une laideur accomplie, face stupide, peau cadavérique, chat ébouriffé qui semble venir du sabbat de Callot...Blanc, noir rouge et vert qui font un vacarme affreux sur cette toile...Ton des chairs sale, modèle nul, ombres qui s'indiquent par des rais de cirage plus ou moins larges...odalisque au ventre jaune, ignoble...telles étaient les critiques de ses accusateurs.

Peu de temps après l'ouverture du salon, le tableau fut suspendu très haut au-dessus de la porte de la dernière salle, ce qui n'empêcha pas les curieux d'affluer "comme à la Morgue".
La série des articles de Zola fut interrompue.



 Commentaires [0]  


Vous avez dit Bizarre ? [26 - Nov - 06 @ 15:25]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 ...Le beau est toujours bizarre. je ne veux pas dire qu'il soit volontairement, froidement bizarre, car dans ce cas il serait un monstre sorti des rails de la vie. Je dis qu'il contient un peu de bizarrerie, de bizarrerie naïve, non voulue, inconsciente, et que c'est cette bizarrerie qui le fait être particulièrement le Beau. C'est son immatriculation, sa caractéristique. Renversez la proposition, et tâchez de concevoir un beau banal !

Charles Baudelaire


 Commentaires [0]  


La misère de Kant [24 - Nov - 06 @ 15:16]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Je sais bien pourquoi j'ai pensé à la misère de Kant un jour, à Naples, en voyant danser au fond d'une barque, une fille qui riait en battant des mains. La lumière et toute la mer dansaient et riaient avec elle, leur immense complicité l'environnait d'illuminations et de rumeurs. Cette seconde de sa vie et de la mienne avait raison pour l'éternité contre tout ce que la pensée avait accumulé et accumulera au cours des siècles de favorable ou de défavorable à l'esprit qui nous traversait.

Elie Faure
( in " La Langue universelle " )


 Commentaires [0]  


De la certitude [23 - Nov - 06 @ 13:55]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 207. " C'est un coup du sort étrange : tous les hommes dont on a ouvert le crâne avaient un cerveau !"

Ludwig Wittgenstein


 Commentaires [1]  


Apprendre à voir... [22 - Nov - 06 @ 19:26]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 La plupart des gens y voient par l'intellect bien plus souvent que par les yeux. Au lieu d'espaces colorés, ils prennent connaissance de concepts. Une forme cubique, blanchâtre, en hauteur, et trouée de reflets de vitres est immédiatement la Maison ! Idée complexe, accord de qualités abstraites. S'ils se déplacent, le mouvement des files de fenêtres, la translation des surfaces qui défigure continûment leur sensation, leur échappent, car le concept ne change pas. Ils perçoivent plutôt selon un lexique que d'après leur rétine, ils approchent si mal les objets, ils connaissent si vaguement les plaisirs et les souffrances d'y voir, qu'ils ont inventé les "beaux sites". Ils ignorent le reste. Mais là, ils se régalent d'un concept qui fourmille de mots...

Paul Valéry
( in "Variétés, tome I: Méthode de Léonard de Vinci" )


 Commentaires [0]  


béatitude [21 - Nov - 06 @ 21:14]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 J'ai passé bien des heures de ma vie à regarder pousser l'herbe ou à contempler la sérénité des grosses pierres au clair de lune.
Je m'identifiais tellement au mode d'existence de ces choses tranquilles, prétendues inertes, que j'arrivais à participer à leur calme béatitude...


Georges Sand


 Commentaires [0]  


Les pollueurs [16 - Nov - 06 @ 10:42]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Il y avait des graines terribles sur la planète du petit prince... c'étaient les graines de baobabs. Le sol de la planète en était infesté. Or un baobab, si l'on s'y prend trop tard, on ne peut jamais plus s'en débarrasser. Il encombre toute la planète. Il la perfore de ses racines. Et si la planète est trop petite, et si les baobabs sont trop nombreux, ils la font éclater...

Antoine de Saint-Exupéry
( in "Le Petit Prince" )


 Commentaires [0]  


Emma [15 - Nov - 06 @ 00:10]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 ...Au fond de son âme, cependant, elle attendait un événement. Comme les matelots en détresse, elle promenait sur la solitude de sa vie des yeux désespérés, cherchant au loin quelque voile blanche dans les brumes de l'horizon.

Gustave Flaubert
( in "Madame Bovary" )


 Commentaires [0]  


AMOR [28 - Oct - 06 @ 23:48]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Il est plus facile d'élever un temple que d'y faire descendre l'objet du culte.

Samuel Beckett



 Commentaires [0]  


Espérance [28 - Oct - 06 @ 11:22]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 ...qui n’a pas vu la route à l’aube, entre ses deux rangées d’arbres, toute fraîche, toute vivante, ne sait pas ce que c’est que l’espérance.

Georges Bernanos




 Commentaires [0]  


L'Art [14 - Oct - 06 @ 00:10]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 " L'art s'est situé dans la même sphère que la religion et la philosophie pour ne plus être qu'une manière d'exprimer et de porter à la conscience le divin, les intérêts les plus profonds de l'homme, les vérités de l'esprit les plus vastes....L'art a cette destination en commun avec la religion et la philosophie, mais de telle sorte cependant qu'il présente de façon sensible même ce qui est le plus élevé et qu'il le rapproche ainsi du mode de manifestation qui est propre à la nature, aux sens et à la sensation."

Hegel
( in " Vorlesung über die Aesthetik" )


Le tableau est de Nicléane

 Commentaires [0]  


Mots-valises [11 - Oct - 06 @ 19:10]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 ...Au lieu de séparer les consonnes et de les rendre prononçables, on dirait que la voyelle réduite au signe mou rend les consonnes indissociables en les mouillant, les laisse illisibles et même imprononçables, mais en fait autant de cris actifs dans un souffle continu. Les cris ensemble sont soudés dans le souffle, comme les consonnes dans le signe qui mouille, comme les poissons dans la masse de la mer, ou les os dans le sang pour le corps sans organes. Signe de feu aussi bien, onde "qui hésite entre le gaz et l'eau", disait Artaud : les cris sont autant de crépitements dans le souffle.
Quand Antonin Artaud dit dans son Jabberwocky : "Jusque là où la rourghe est à rouarghe à rangmbde et rangmbde à rouarghambde", il s'agit d'activer, d'insuffler, de mouiller ou de faire flamber le mot pour qu'il devienne l'action d'un corps sans parties, au lieu de la passion d'un organisme morcelé. Il s'agit de faire du mot un consolidé de consonnes, un indécomposable de consonnes, avec des signes mous. Dans ce langage on peut toujours trouver des équivalents de mots-valises. Pour le "rourghe" et "rouarghe", Artaud lui-même indique ruée, roue, route, règle, route à régler (on y joindra le Rouergue, pays de Rodez où Artaud se trouvait)....


Gilles Deleuze
(in "Logique du sens" )


 Commentaires [1]  


Emerveillement [8 - Oct - 06 @ 23:59]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Il s'émerveillait de voir que les chats avaient la peau percée de deux trous, précisément à la place des yeux.

Georg-Christoph Lichtenberg (1742-1799)


 Commentaires [0]  


Aime ! [20 - Sep - 06 @ 14:59]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 "Tu n'es pas moins qu'une particule, ne t'abaisse pas, aime !"

Hafiz


 Commentaires [0]  


Révolution [18 - Sep - 06 @ 14:07]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 "Liez une veine, vous avez la maladie ; entravez un fleuve, vous avez l'inondation ; barrez l'avenir, vous avez les révolutions ! "

Victor Hugo


 Commentaires [0]  


Sirène [16 - Sep - 06 @ 00:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 « La vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil. »

Friedrich Nietzsche


 Commentaires [0]  


Moisson [8 - Sep - 06 @ 14:26]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Je sème un grain qui pourra un jour produire une moisson...

Voltaire
Traité sur la Tolérance (1763).


 Commentaires [0]  


Education [19 - Aug - 06 @ 17:03]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Eduquer ce n'est pas remplir un vase, c'est allumer un feu.

William Butler Yeats


 Commentaires [0]  


Temps [14 - Aug - 06 @ 14:16]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 « Le temps et l'espace vivent et prospèrent aux dépens l'un de l'autre. Quand le premier s'accroît, le second diminue et réciproquement. Tout corps se prolonge dans le temps aussi bien que dans l'espace ; sa tête baigne dans la durée, ses pieds plongent dans l'étendue. L'espace est du présent visible. Le temps est de l'espace qui s'ébranle et devient avenir ou passé.
L'espace, c'est du temps étendu, du temps horizontal ; le temps, c'est de l'espace à pic, de l'espace vertical.
L'espace c'est du temps qui dure ; le temps, de l'espace qui fuit... On pourrait dire que l'espace est le temps de notre corps et le temps l'espace de notre esprit... Presque toujours l'espace est limité par le temps, et le temps est entouré d'espace. Ils confondent leurs frontières et s'évanouissent dans le même inconnu. L'espace existe nécessairement dans le temps ; et, d'autre part, où se tiendrait le temps s'il n'avait pas l'espace ?... Faute de mieux, nous considérons le temps comme le mouvement de l'espace et l'espace comme le repos du temps. En réalité, le temps est aussi immobile que son frère. Nous le représentons comme un fleuve qui coule sans cesse, venant on ne sait d'où, allant on ne sait où. En vérité il n'a jamais bougé ; ce n'est pas lui qui coule, c'est nous qui nous écoulons. »

Maurice Maeterlinck


 Commentaires [0]  


Vertu [9 - Aug - 06 @ 00:01]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 « La méchanceté, on peut aller en masse s’en emparer, et sans peine : la route qui y mène est plane, elle loge tout près de nous.
Mais devant la vertu, les dieux ont placé la sueur… »


Hésiode


 Commentaires [0]  


Orphée [7 - Aug - 06 @ 17:52]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 « Les âmes des morts ont encore, une fois mortes, quelques sentiments qui les portent à s'intéresser aux affaires humaines »

Platon, ( in " Les Lois . livre XI, 827 a" )


 Commentaires [0]  


Ouragan [1 - Aug - 06 @ 18:44]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 « Mais que mettrez-vous donc dans vos œuvres, par ce temps d’ouragan public, marins de salon qui voulez descendre du vaisseau pour aller faire flanelle dans une île tranquille ? Que devient la théorie du document humain cloué saignant sur le papier ? »

Jules VALLES

( in "Ingrats" )


 Commentaires [0]  


Iniquité [22 - Jul - 06 @ 14:30]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 "J'ai créé les quatre vents, pour que tout homme puisse respirer comme son frère ; les grandes eaux, pour que le pauvre puisse en user comme le fait son seigneur ; j'ai créé tout homme pareil à son frère ; j'ai défendu que les hommes commettent l'iniquité. Mais leurs coeurs ont défait ce que ma parole avait prescrit."

Parole de Râ (Texte de sarcophage, XIIe dynastie, vers 1900 av J-C.)


 Commentaires [0]  


empreinte [22 - Jul - 06 @ 00:13]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 « Lorsque, sur le sable du fleuve inconnu, nous avons relevé la trace d'un pas étrange, nous avons cherché à l'identifier au moyen de théories compliquées et à définir l'être auquel il appartenait. Or voici qu'après avoir étudié minutieusement cette empreinte, nous constatons qu'elle est celle de notre propre pied. »

Eddington


 Commentaires [0]  


Prière [16 - Jul - 06 @ 10:17]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Pour le théurge, la Prière n'est pas seulement un exercice labial plus ou moins prolongé. La Prière est la mise en oeuvre des puissances cérébrales vivantes qui doivent avoir été créées par l'exercice de la charité physique, morale ou intellectuelle et par la soumission aux épreuves. Toute peine, tout travail, toute souffrance est un acquis que la Prière va diriger sur le faible ou le désespéré. C'est alors que l'Invisible fait alliance avec un représentant sur la Terre et le guide pas à pas. Il devient un illuminé.

PAPUS ( in " Traité Elémentaire de Science Occulte " )


 Commentaires [0]  


Persévérance [9 - Jul - 06 @ 10:02]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 " Savoir ce contre quoi on ne peut rien et l'accepter comme sa destinée, voilà la vertu suprême. "

TCHOUANG-TSEU


 Commentaires [0]  


Le feu de l'amour [20 - May - 06 @ 16:33]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 La fibre la plus coriace doit s'amollir dans le feu de l'amour. Si elle ne fond pas, c'est que le feu n'est pas assez fort.

Gandhi ( in " Le jeune Inde " )


 Commentaires [0]  


Pour une foi herméneutique... [17 - May - 06 @ 14:53]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Ai-je la foi ? De cela, je ne puis avoir aucune certitude immédiate; car la foi est précisément cette oscillation dialectique qui, dans le tremblement et la crainte, ne désespère pourtant jamais. Elle est ce souci infini au sujet de soi-même, ce souci de savoir si on a la foi; et c'est ce souci qui est la foi.

Kierkegaard


 Commentaires [0]  


Parole [16 - May - 06 @ 19:20]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 ...Parler à quelqu'un, c'est accepter de ne pas l'introduire dans le système des choses ou des êtres à connaître; c'est le reconnaître inconnu et l'accueillir étranger, sans l'obliger à rompre sa différence. En ce sens, la parole est la terre promise où l'exil s'accomplit en séjour, puisqu'il ne s'agit plus d'être chez soi, mais toujours au-dehors, en un mouvement où l'étranger se délivre sans se renoncer.

Maurice Blanchot .in " L'entretien infini " )


 Commentaires [0]  


Abolition [10 - May - 06 @ 17:39]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Vous déclarerez sainte cette cinquantième année et proclamerez l'affranchissement de tous les habitants du pays. Ce sera pour vous un jubilé : chacun de vous rentrera dans son patrimoine, chacun de vous retournera dans son clan.

(LEV. XXV.10)


 Commentaires [1]  


Le Fardeau léger [9 - May - 06 @ 12:37]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 " Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai. Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez soulagement pour vos âmes. Oui, mon joug est aisé et mon fardeau léger."

(Matthieu 11. 28-30)


 Commentaires [0]  


Feux [5 - May - 06 @ 19:55]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Enfer chrétien, du feu. Enfer païen, du feu. Enfer mahométan, du feu. Enfer hindou, des flammes. A en croire les religions, Dieu est né rôtisseur...

Victor Hugo .( in "Choses vues" )


 Commentaires [0]  


Reliance [9 - Apr - 06 @ 11:23]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 "Tu fais très bien de persister à acquérir la sagesse, qu'il est ridicule de souhaiter, alors qu'on peut l'obtenir de soi-même. Pourquoi lever la main au ciel ou prier le gardien du temple de nous laisser approcher de la statue du dieu, comme pour nous mieux faire entendre ? Le dieu est près de toi, il est avec toi, il est en toi.
Oui, Lucilius, il y a en nous un esprit sacré qui observe et surveille nos bonnes et nos mauvaises actions; comme nous le traitons, il nous traite. Dans tout homme de bien il y a un dieu. C'est lui qui nous donne des conseils nobles et élevés. Oui, dans chaque homme de bien il y a un dieu; lequel ? Nul ne le sait."


Sénèque .( in "41ème lettre à Lucilius" )


 Commentaires [0]  


Gnose [4 - Apr - 06 @ 14:46]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 " Et je le dirai avec audace, celui qui poursuit la gnose à cause de la science divine elle-même n'embrassera pas la gnose parce qu'il veut être sauvé. L'intelligence, en vertu de l'exercice, tend à être toujours en acte; et cette intelligence toujours active, devenue l'essence du gnostique, par sa tension ininterrompue, se transforme en contemplation permanente et demeure une substance vivante; si donc, par hypothèse, on proposait au gnostique de choisir ce qu'il préfère de la connaissance de Dieu ou du salut éternel à supposer que ces choses fussent séparées alors qu'elles sont absolument identiques, il choisirait sans aucune hésitation la connaissance de Dieu estimant qu'il faut préférer pour elle-même la capacité qu'a la foi de s'élever à la Connaissance par l'amour."

Clément d'Alexandrie .( in " Stromates " )


 Commentaires [0]  


Visage [28 - Mar - 06 @ 17:59]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Le visage passe à tort pour la part la plus évidente de la personne. En réalité, c'est la plus vide; c'est le lieu où, du trop-plein de sens, naît l'insignifiance, du débordement de vie, une image de la mort. A moins qu'il ne s'y fasse une rencontre, celle des regards.

Luc de Goustine .( in "Mystique ouvrière et tradition hermétique" )


 Commentaires [0]  


Miroir [27 - Mar - 06 @ 22:06]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Les hommes aiment à se voir reflétés en des miroirs troubles

Pär Lagerkvist .( in "Le Nain" )


 Commentaires [0]  


Manif [26 - Mar - 06 @ 12:47]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Si le peuple ne craint plus le pouvoir
C'est qu'un pouvoir plus grand approche.

Ne pas limiter son espace vital
Ne pas l'empêcher de subsister
Ne pas le pressurer
Et le peuple ne se lassera pas.

Ainsi le sage se connaît lui-même
Mais ne se montre pas.
Il se respecte lui-même
Mais ne s'ennorgueillit pas.

Il refuse ceci et accepte cela.


Lao Tseu . Tao Te King


 Commentaires [2]  


Fiat lux [4 - Feb - 06 @ 12:27]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 "Pour que ce chaos puisse commencer à prendre forme et à s'organiser, il faut qu'une vibration initiale lui soit communiquée par les puissances spirituelles que la Genèse hébraïque désigne comme les Elohim; cette vibration, c'est le Fiat lux qui illumine le chaos, et qui est le point de départ nécessaire de tous les développements ultérieurs".

Paul Naudon ( in " Aperçus sur l'initiation" )


 Commentaires [0]  


Ainsi le monde a été créé... [1 - Feb - 06 @ 19:24]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 "Ce ne sont pas les choses elles-mêmes qui nous troublent, mais l'opinion que nous nous en faisons."

Epictète


 Commentaires [1]  


Sargon [30 - Jan - 06 @ 14:28]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 "Ma pauvre et simple mère me mit au monde en secret. Elle me plaça dans un esquif de roseaux dont elle boucha les ouvertures avec de la poix..."

Inscription (en langage pré-mosaïque) retrouvée dans les fouilles d'Ur près de portraits du roi Sargon (vers 2600-2700 avant l'ère chrétienne).


 Commentaires [0]  


Chelmno...il y a 64 ans [20 - Jan - 06 @ 17:20]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 «Chante ! Élève ta voix brisée de douleur.
Cherche-Le dans les cieux, s'il est encore là
Et chante-Lui le dernier chant du dernier juif.
Qui a vécu, est mort sans sépulture, a disparu ….
Sur les décombres du peuple assassiné, élève ta voix et chante »

Itzhak Katzenelson ( In "le Chant du peuple juif assassiné" )


 Commentaires [0]  


Métatron [5 - Dec - 05 @ 14:02]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 La plus belle expérience que nous puissions vivre est celle du mystère.

Albert Einstein


 Commentaires [1]  


labyrinthe [6 - Nov - 05 @ 10:07]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Ce qu'un homme ne sait pas ou ce dont il n'a aucune idée se promène dans la nuit à travers le labyrinthe de l'esprit.

Goethe


 Commentaires [1]  


Enchaîné... [1 - Nov - 05 @ 17:46]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 La vraie valeur d'un homme se définit en examinant dans quelle mesure et dans quel sens il est parvenu à se libérer du moi.

Albert Einstein


 Commentaires [1]  


Univers parallèles [20 - Sep - 05 @ 14:16]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Le chien et l'homme, déambulant côte à côte, ne vivent pas la même promenade. Ils ne détectent pas les mêmes parfums, ne sursautent pas aux mêmes sons, ne relèvent pas les mêmes traces, ne déchiffrent pas les mêmes symboles. Presque rien dans leur corps, dans leur tête, qui soit au même diapason. Chacun marche dans un monde inventé. Celui que ses sens lui décrivent et que son cerveau traduit selon un code qui lui est propre.

Claude Nuridsany, Mary Perennou
(Planète des Insectes)


 Commentaires [0]  


Physique [20 - Sep - 05 @ 13:49]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 La vision du monde que l'on a à travers la physique des particules est celle d'un monde sans substance, où tout ce qui est = ce qui se produit, et où une incessante danse tumultueuse de création, annihilation et transformation se poursuit à l'intérieur d'un cadre de loi de conservation et de probabilité.

Gary Zukav (The Dancing Wu Li Masters)


 Commentaires [0]  


Indifférence ? [11 - Sep - 05 @ 11:12]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 " L'Allemagne a déclaré la guerre à la Russie. Après-midi, piscine."

KAFKA (extrait de son Journal, au 2 août 1914)


 Commentaires [0]  


Hiroshima [29 - Aug - 05 @ 00:57]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Je ne comprends décidément pas pourquoi il est plus glorieux de bombarder de projectiles une ville assiégée que d'assassiner quelqu'un à coup de hache.

Fédor Dostoïevski ( Crime et Châtiment )


 Commentaires [0]  


Chemin [19 - Aug - 05 @ 00:10]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 En vérité, le chemin importe peu, la volonté d'arriver suffit à tout.

Albert Camus (Le mythe de Sisyphe)


 Commentaires [0]  


le cri du crapaud [18 - Aug - 05 @ 23:33]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 L'absurde naît de cette confrontation entre l'appel humain et le silence déraisonnable du monde.

Albert Camus (Le mythe de Sisyphe)


 Commentaires [0]  


PLONGEUR [13 - Jul - 05 @ 11:57]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Technique d'immersion et de descente sur un fond dans l'espace lointain.

Compétence N° 2 du plongeur de niveau 3

 Commentaires [0]  


Le premier des Noirs…. [27 - Apr - 05 @ 16:54]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Esclave affranchi devenu Gouverneur général à vie de Saint Domingue (aujourd’hui Haïti), Toussaint Louverture écrivait, dit-on, en en-tête de ses missives à Bonaparte:
« Le premier des noirs au premier des blancs »…
Bonaparte ordonne l’arrestation de celui qui installait progressivement un « Pouvoir Noir ».
Arrêté au cap Français en juin 1802, Toussaint sera déporté à la prison du temple à Paris, puis au fort de Joux (Doubs), où il mourra le 17 germinal, an XI (avril 1803), « assis sur une chaise, près du feu, la tête appuyée contre la cheminée, le bras droit pendant.. ».



En me renversant on n’a abattu à Saint Domingue que le tronc de l’arbre de la liberté des Noirs. Il repoussera par les racines parce qu’elles sont profondes et nombreuses.
Toussaint Louverture

 Commentaires [0]  


ILLUSIONS... [23 - Apr - 05 @ 18:06]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 

...mais le reste est silence…
Shakespeare (Hamlet)



Je vous assure que j'ai cru que tout ce qui s'est passé ici, s'y passait en réalité...
Cervantès (Don Quixote)

William Shakespeare et Miguel de Cervantès
sont tous deux morts le 23 avril 1616…à onze jours d’intervalle.
L'Angleterre vivait encore avec le calendrier julien, alors que l’Espagne avait adopté le grégorien.


 Commentaires [0]  


Le premier professeur d'université français [21 - Apr - 05 @ 18:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 " Où est la très sage Heloïs,
Pour qui fut chastré et puis moyne
Pierre Esbaillart à Sainct-Denys ?
Pour son amour eut cest essoyne."


François Villon
Ballade des dames du temps jadis

Il s'agit naturellement de Pierre Abélard, qui fut condamné pour hérésie au silence perpétuel, et à la claustration dans un monastère en 1122, lors du concile de Soissons. Il mourut 20 ans plus tard, le 21 avril 1142.

Au Paraclet, il fit sculpter une statue du Dieu Triple en Un.
En est-ce une représentation ?



 Commentaires [0]  


le premier saint africain [21 - Apr - 05 @ 14:31]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Refusant de tuer des innocents qui partageaient sa foi, cet officier Copte offrit sa propre vie en échange.
6.600 compagnons de la Légion Thébaine le suivirent, déposant leurs armes et se laissant massacrer par l’armée de l’Empereur Maximien (286).
« Le fer les moissonnait dans tous les rangs, et il ne leur échappait pas une plainte, pas un murmure. »






Statue de Saint Maurice
Cathédrale de Magdeburg

 Commentaires [0]  


inondation [15 - Jan - 05 @ 00:11]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 http://coeurdeptah.free.fr/public/Inondation.scr
Tapez Exécuter sur les deux fenêtres qui vont s'afficher...
Pour sortir du bocal, cliquer....
On me signale que ça ne fonctionne pas sur un Mac!

 Commentaires [0]  


Sites à visiter... [5 - Jan - 05 @ 23:26]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Tout d'abord, un site ouvert sur le rêve et les symboles:
"La Galerie Mosaïque"

http://images.google.fr/imgres?imgurl=http://mosaique.waika9.com/galerie/images/miroir.jpg&imgrefurl=http://mosaique.waika9.com/galerie/pages/rozier4.html&h=284&w=425&sz=35&tbnid=1YaR8W4ZjfwJ:&tbnh=81&tbnw=121&start=1&prev=/images%3Fq%3Dmiroir%26hl%3Dfr%26lr%3D%26ie%3DUTF-8%26sa%3DG

Puis deux sites pour mieux comprendre les fractales et les attracteurs étranges:

http://www3.sympatico.ca/olanglois/fractal/findex.htm
http://fractals.iut.u-bordeaux1.fr/jpl/jpl4.html


 Commentaires [0]  


Blogs à visiter [30 - Dec - 04 @ 18:43]
   Sujet posté dans le thème: GAL

 Un ami, quelques livres, un regard quasi quotidien sur la littérature et tout ce qui s'y rapporte...
http://grapheus.hautetfort.com/index.html

Tisser sur la toile des mots, des émotions, des images et des cris...
Laisser suspendus des silences...
Comment ne pas se laisser prendre à rêver ensemble...
Comme me le rappelle Grapheus:
Borgès a écrit : « Le seul qui existe, c'est le rêveur.»

http://perso.wanadoo.fr/dachlmat/

 Commentaires [1]  



 

<< Octobre 2019 >>
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Thème

Acronymes


Archives
Octobre 2019
Septembre 2019
Août 2019
Juillet 2019
Juin 2019
Mai 2019
Avril 2019
Mars 2019
Février 2019
Janvier 2019

2018

Menu

Sujets

Téléchargements

Visuels



rss logo
 

admin